Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 14:16

Tribune de Paul Quilès,

 

publiée par L'Humanité du 5 juin 2014

 

sous le titre "Un nouveau pacte majoritaire à gauche"

 

*****

      TINA n’est pas un diminutif féminin, mais un slogan attribué à Margaret Thatcher lorsqu'elle était Premier ministre du Royaume-Uni ! TINA, c’est l’abréviation de "There is no alternative" (en français, "il n’y a pas d’autre choix"), qui signifie qu’il y a pas d’alternative hors des politiques libérales et que tout régime qui cherche à s’en écarter court à l'échec.

 

      Il ne faudrait pas qu’aujourd’hui on essaie de nous convaincre à nouveau qu’ "il n’y a pas d’autre choix" et qu’il n’y a point de salut hors de l’austérité, qu’on présente comme la solution, quand elle est devenue le problème.

 

      Alors que les inégalités sociales n’ont jamais été si fortes, que la cohésion sociale est malmenée et que notre modèle de développement n’est plus soutenable, nous sommes dans une situation politique inédite et désastreuse: un pouvoir désavoué par les urnes, une victoire incontestable du populisme, une défiance à l’égard des partis politiques et de leurs leaders, une désespérance qui gagne du terrain dans de nombreuses couches de la société….

 

      Ce décrochage démocratique témoigne moins d’un désintérêt de nos compatriotes que d’une perception d’impuissance à peser sur les choix européens et les orientations politiques françaises et à faire prendre en compte leurs attentes, leurs besoins et une vision d’avenir pour leurs enfants.

 

      Le désaveu est sévère pour la gauche: le parti socialiste n’arrive nulle part en tête, les écologistes et le front de gauche font des scores médiocres, égaux ou inférieurs à leurs résultats de 2009. Les partis et les hommes l’incarnant n’ont pas vu leurs assises électorales s’élargir.

 

      Depuis près de 2 ans, on refusait d’entendre les voix de ceux qui s’inquiétaient des conséquences du régime infligé au pays, tout en préconisant d’autres réponses à la crise. Et voici qu’aujourd’hui, nombre de ceux qui s’étaient faits discrets jusqu’ici et parfois même qui défendaient la ligne suivie au sommet, joignent leur voix aux critiques et aux demandes de ceux qui étaient fustigés hier et souvent traités d’irresponsables ou d’incompétents !

 

      La question est de savoir quel peut être le débouché des initiatives un peu brouillonnes qui fleurissent çà et là, alors que la logique même du système institutionnel de la Vème République - avec un Premier ministre qui «exécute » la politique définie par le Président, une majorité parlementaire contrainte, un parti majoritaire sans marge d’initiative et peu écouté - empêche qu’aboutisse toute expression déviante.

 

      La seule réponse me semble résider dans un sursaut des forces de gauche et écologistes pour dialoguer et définir des convergences sur des réformes répondant à l’urgence sociale et aux attentes de nos concitoyens.

 

 

      C’est dans cet esprit que le club Gauche Avenir  travaille depuis 6 mois. Au cours d’auditions publiques, il a écouté des responsables des différents partis et des mouvements du monde syndical et associatif, des intellectuels, des économistes. Les propositions qu’ils ont faites sont susceptibles de contribuer à la construction d’un nouveau pacte majoritaire à gauche autour de quelques mesures fortes. Nous les rendrons publiques prochainement.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

commentaires

De Vos 06/06/2014 13:43

Monsieur,
Que vous n'ayez pas publié mes remarques précédentes m'importe peu.
Je réagis au début et à la fin de cet article. Qu'il n'y ait pas d'autres alternatives est effectivement idiot. Car les possibilités sont diverses. Mais malheureusement depuis 30 ans, on nous a refait le coup trop de fois et nous ne sommes pas sur la bonne voie. Nous devons regarder en face nos difficultés qui ne sont pas le fait du peuple mais de ceux qui ont conduit (mal) les politiques. Le vrai courage revient à se séparer d'eux.

La fin de votre article laisse apparaître des doutes : ce ne sont pas que les socialistes (si j'étais méchant, je dirais que vous êtes peu nombreux) et les verts, c'est tout notre pays qui est concerné par le déni. Si nous n'arrivons pas ensemble, divers, à mettre un terme et à changer alors nous irons vers la misère du plus grand nombre.
Je connais votre coeur, ce n'est pas votre voeux.

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez