Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 août 2014 5 01 /08 /août /2014 10:54

Tribune de Paul Quilès publiée  le 31 juillet sur le

site de Figarovox

 

     Les pays de l’Union européenne viennent de s’engager dans une politique de sanctions économiques significatives à l’égard de la Russie. Mais se sont-ils suffisamment interrogés sur les finalités de cette politique ?

 

     Après la fin de la guerre froide, la Russie a été, pendant toute une période, un partenaire des pays d’Europe occidentale. Il semble qu’elle ne le soit plus. Doit-elle pour autant devenir notre ennemi ?

 

Défendre l’Ukraine ?

 

      Selon les gouvernements occidentaux, les sanctions ont pour seul objectif de défendre l’Ukraine. Il s’agit d’exercer une pression sur la Russie pour qu’elle cesse de déstabiliser ce pays et de soutenir, en armes et en hommes, les insurgés de ses régions orientales.

 

     Pourtant, lors de leur réunion de Berlin le 2 juillet dernier, les ministres des affaires étrangères français, allemand, ukrainien et russe avaient défini les bases d’un règlement : cessez-le-feu, fermeture complète de la frontière russo-ukrainienne à toute infiltration d’hommes et d’armes en provenance de la Russie.

 

     Pourquoi intensifier à présent les sanctions ? Considère-t-on que la Russie ne respecte pas sa parole ? S’agit-il d’amener la Russie à soutenir inconditionnellement le plan de paix établi par le président ukrainien Petro Poroshenko ?

 

L’effet des sanctions

 

      Les sanctions relèvent d’un pari : celui d’un changement radical d’attitude du pouvoir russe. Si ce pari échoue, le durcissement des sanctions ne fera que radicaliser le nationalisme russe. Il aggravera la situation économique de l’Ukraine et pénalisera l’industrie européenne. Des contre-mesures sont à attendre, concernant en particulier les prix du gaz russe.

 

      Dans une étape ultérieure, des sanctions financières coupant la Russie d’une large partie du monde, à l’exemple de l’embargo imposé à l’Iran, sont envisageables. Leur coût pour l’Europe serait élevé et leurs conséquences politiques sur la Russie imprévisibles.

 

    A la différence de l’Iran, la Russie dispose d’un potentiel nucléaire militaire considérable. Cherchera-t-elle à faire valoir cet atout, en l’absence d’autres ? Les accords de désarmement de l’après-Guerre froide, comme l’accord russo-américain sur l’élimination des missiles de portée intermédiaire vont-ils être remis en cause ? L’Europe devra-t-elle revivre l’équilibre de la terreur ? De la Syrie à l’Extrême-Orient en passant par l’Iran, les Occidentaux trouveront-ils en face d’eux une Russie décidée à les contrer ? L’ONU sera-t-elle marginalisée comme pendant la guerre froide ? Quelle politique militaire devrons-nous adopter ? Ceux qui suggèrent que Poutine serait un nouvel Hitler ou un nouveau Staline, vont-ils aller jusqu’à demander de remonter rapidement les budgets de la défense à des niveaux beaucoup plus considérables qu’aujourd’hui ?

 

Ce qu’il faut demander à la Russie

 

     L’arme des sanctions est puissante. Elle est de nature à frapper directement le « système Poutine » de réseaux affairistes et de corruption. Ce régime peut donc être amené à la négociation sous l’effet des sanctions, mais il ne s’y résoudra que s’il est confronté à des demandes précises. Sanctionner ne suffit pas, il faut aussi clairement indiquer à la Russie les conditions que nous posons au retour à des relations normales.

 

     1- L’Est de l’Ukraine. Il est urgent d’y établir un cessez-le-feu internationalement vérifié. Les pouvoirs de fait doivent être dissous et l’ordre rétabli pacifiquement, si nécessaire par l’envoi d’une force internationale de l’ONU sous chapitre VII et non de l’OSCE, dont l’impuissance est flagrante. Cette force doit contrôler l’étanchéité de la frontière pour empêcher tout transfert d’armes, sans faire obstacle au passage des civils[1]. L’acceptation de ces mesures par la Russie doit être clairement formulée comme une condition sine qua non de l’allègement progressif des sanctions. Il devra être parallèlement indiqué aux autorités ukrainiennes que l’aide européenne suppose des mesures sincères de décentralisation, d’assouplissement de la législation linguistique et de démocratisation, l’interdiction de partis représentatifs n’ayant pas de place dans un tel programme.

 

     2- L’appareil de la Malaysia Airlines. L’enquête internationale impartiale exigée par la résolution 2166 du Conseil de sécurité doit être exhaustive et crédible et se dérouler sans entrave sous contrôle international indépendant. Des présomptions graves pèsent sur les insurgés mais il est problématique d’en tirer des conclusions politiques tant que des preuves substantielles n’ont pas été rendues publiques. Si l’implication de la Russie est démontrée, des mesures de réparation devront naturellement être exigées d’elle.

 

       3- La Crimée. Il est hors de question de reconnaître le coup de force russe. Mais est-il sage d’imposer à la péninsule un régime d’exclusion plus sévère que celui de Chypre nord ? Sans « punir » collectivement les populations, il faut exiger de la Russie une négociation sur le statut de la péninsule sur la base de son appartenance juridique à l’Ukraine, notamment en impliquant l’ONU. En cas de veto russe au Conseil de sécurité, pourquoi ne pas s’appuyer sur l’Assemblée générale qui a, à une écrasante majorité, condamné l’annexion ? Il devra enfin être clairement indiqué à la Russie que le retour à des relations normales passe aussi par le règlement de la question de la Crimée.

 

Maintenir le dialogue

 

      Un dialogue politique de fond devra, dans un stade ultérieur, être noué avec la Russie. Sur des questions telles que la souveraineté des États et le « droit d’ingérence » ou l’intégrité territoriale et la possibilité des sécessions, la Russie et l’Europe occidentale sont en total désaccord. Ces questions doivent être franchement débattues, par des voies informelles, si la diplomatie traditionnelle ne s’avère pas praticable[2].

 

     Quant au sauvetage durable de l’économie ukrainienne, il nécessite la coopération de la Russie. Sans même évoquer l’énergie, il faut être conscient que, dans beaucoup de secteurs, les « chaînes de valeur » ukrainienne et russe sont fortement intégrées : les rompre condamnerait de nombreuses entreprises ukrainiennes.

 

    Plus généralement, l’Union européenne et la Russie devront, le moment venu, reprendre leur dialogue sur l’établissement d’un espace économique commun de Lisbonne à Vladivostok.

 

    Les conséquences de la crise ukrainienne peuvent et doivent être contenues. Malgré la gravité de leurs désaccords, la Russie et les pays occidentaux partagent d’importants intérêts communs : stabilité de l’Afghanistan, non-accès de l’Iran à l’arme nucléaire, lutte contre le danger djihadiste…

 

      Il y a cent ans, une crise locale avait dégénéré en conflagration générale, parce que les « petites torches » des conflits, que dénonçait Jaurès juste avant sa mort[3], avaient fini par allumer l’incendie. Si nous n’en sommes plus là, c’est parce que des institutions, des systèmes coopératifs de sécurité, des procédures de dialogue sont en place. Sachons faire fructifier cet acquis indispensable à la préservation de la paix.

_______________________________________________________________

[1] De très nombreux réfugiés fuient actuellement vers la Russie ; leur retour devra être organisé.

 

[2] Je viens de co-signer – avec 11 personnalités politiques européennes (Malcolm Rifkind, Des Browne, Vyacheslav Trubnikov, Igor Ivanov, Adam Daniel Rotfeld, Hervé Morin, Anatoly Adamishin, Ozdem Sanberk, Volker Ruhe, Alexei Gromyko, Tarja Cronberg) - un document d'orientation politique publié par le réseau European Leadership Networkqui présente, dans ce contexte de crise russo-ukrainienne-européenne, des mesures fortes à la fois politiques et militaires, sur la base d’un dialogue accru, dans le but d’établir une coopération renforcée et profonde pour le futur.

 

[3]  Discours de Jean Jaurès à Vaise (25 juillet 1914)

Sanctionner la Russie et après ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

commentaires

Danièle BLOND 02/08/2014 14:33

vous posez les bonnes questions auxquelles moi simple citoyenne militante je n'ai bien sûr pas de réponse. juste une intuition basique qui serait que les esprits formatés par qui les américains qui par ceux qui voient encore la Russie comme l'URSS donnent crédit à l'Ukraine ,qui ainsi intégrerait NATO pour le bon vouloir de l'industrie des armes amricaines

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez