Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 16:35
Ce que j’attends du congrès du PS

     En prélude au vote des militants socialistes le 21 mai, je voudrais faire part de mon analyse sur l’enjeu du congrès de Poitiers.

 

    L’objet d’un congrès est de définir la « ligne » qui doit s’imposer au parti et à sa direction, élue à cette occasion. Par leur vote, les militants départagent des textes -les fameuses « motions d’orientation»-, qui sont censés proposer des orientations différentes. A l’issue de ce vote, un rassemblement, nécessaire pour gérer le PS, peut se réaliser sur la base de compromis.

 

    Ce mécanisme, respectueux du point de vue des militants, n’a de sens que si on leur propose des choix clairs. En leur présentant des motions qui sont elles-mêmes des compromis, ou de simples additions de points de vue très différents, on rend le débat confus. Rapidement, les affrontements de personnes et les intérêts locaux peuvent prendre le pas sur le débat d’idées.

 

    Il faudrait aussi éviter de demander aux militants d’exprimer ce que j’appellerais un « vote automatique » : ils auraient le choix entre se déterminer "pour le gouvernement", "pour sa politique" ou "contre tel ministre", "contre cette politique".…En quelque sorte, on ne pourrait être que légitimiste ou frondeur !

 

     En ce qui me concerne, j’ai déjà expliqué pourquoi je n’ai pas approuvé la démarche suivie par diverses composantes du PS autour de la thématique des « frondeurs », dont le but était de présenter une motion commune à ce congrès. Afin de mieux défendre mes convictions, j’ai choisi de soutenir la motion D, intitulée « la Fabrique » et conduite par Karine Berger, qui permet justement d’en revenir à l’esprit de ce que doit être le fonctionnement du Parti socialiste et d’un congrès. Elle n’a pas été « pré fabriquée » mais composée à partir des réflexions de plusieurs sensibilités du PS. Elle propose aux militants de débattre, à partir de convictions fortes, de tous les sujets sur lesquels les Français nous attendent, comme en témoignent les 86 propositions présentées dans la motion

 

     Si le rassemblement est possible –et il est indispensable- c’est après le vote des militants qu’il peut se faire, sur la base des débats et pas avant, à partir d’accords, parfois obscurs, entre leaders et appareils de courants. C’est ainsi que l’on pourra réaliser l’unité réelle des socialistes et donner au PS une efficacité qu’il a perdue.

 

     Pour que reVive le PS !

 

     Dans une période marquée par la montée du populisme, par une défiance croissante de nos concitoyens à l’égard des partis politiques et de leurs leaders, le Congrès de Poitiers doit être l’occasion de redonner au PS la force et la crédibilité qu’il a perdues aux yeux des Français et, trop souvent aussi, aux yeux de ses propres militants.

 

     Pour cela, il faut accepter de débattre de tout : de la politique suivie par le gouvernement, des réformes à engager avant 2017, des grands problèmes de société, du fonctionnement du PS et de son organisation. Il est proposé de le faire autour de quatre grandes questions :

 

1- comment reprendre la main politique dans la mondialisation ?

2- comment répondre à l’angoisse sociale de nos concitoyens ?

3- comment reconstruire l’exemplarité de notre République ?

4- comment renforcer la démocratie en France ?

 

    Il faut que ces débats se traduisent par des choix et des décisions engageant la direction du PS, dont la voix doit se faire entendre auprès de l’exécutif et du groupe parlementaire. Si tel n’était pas le cas, on serait en droit de douter de son utilité. C’est un scénario que les militants socialistes ne peuvent naturellement que refuser. Les plus lucides d’entre eux craignent qu’une telle dérive conduise le PS à ressembler à la SFIO finissante. 

 

     La motion D trace au contraire une voie qui permet d’envisager que le PS retrouve la force et les moyens de peser sur la politique gouvernementale, afin qu’elle soit fidèle à l’attente des socialistes et de la gauche.

 

   En votant pour la motion D, j’émettrai un vote de conviction, d’enthousiasme, mais aussi de raison.

                                              

                                                                        Paul Quilès

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

commentaires

blond daniele 16/05/2015 10:53

Pour les memes raisons j'ai choisi la motion D
Elle me parait constructive et rassmblerait les dibers courants democratiques soit,mais qui nous divisent et permettent à nos opposants de nous moquer .

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez