Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juin 2016 4 30 /06 /juin /2016 11:35
Brexit: mes réponses à des questions

Ma récente analyse des conséquences du Brexit sur la position des Britanniques à l'égard de la dissuasion nucléaire a amené un de mes lecteurs à poser 3 questions.


Voici mes réponses:

 

1) La question nucléaire a été évacuée des attendus du Brexit

 

Bien entendu, ce sujet a été évacué des attendus du Brexit et pas seulement celui-ci ! On voit bien, dans la confusion qui a suivi le résultat du vote des Britanniques, que David Cameron (tout comme les promoteurs du Brexit) n’avaient pas conscience des risques, nombreux et divers, que cette décision faisait courir à leur pays et à l’Europe.

 

2) Paragraphe 4 "un certain prestige international": je reste sceptique, ne voyant pas pourquoi.

 

Si le Royaume-Uni décide d’abandonner sa  force de dissuasion, il pourra s’en servir comme une force politique, afin d’apparaître au plan  international comme une grande nation responsable et pour gagner en respectabilité.  Ce “prestige” lui serait conféré par le fait d’être la première nation nucléaire – autorisée par le TNP à avoir la bombe  -  qui décide de l’abandonner.

Londres ne pourra dans ces conditions que se rallier aux thèses développées dans différentes instances internationales  ayant trait aux  dangers et aux risques liés à ces armes. La Grande Bretagne sera alors fidèle à la formule de Margaret Beckett, ministre britannique des Affaires étrangères (25 juin 2007): "Pour ce qui est de susciter ce nouvel élan en faveur du désarmement nucléaire mondial, je veux que le Royaume-Uni soit au premier plan de la réflexion comme des actions à mener. Qu’il soit, pour ainsi dire, un laboratoire du désarmement"

 
3) Paragraphe 8 "impact diplomatique : pressions de plus en plus fortes de la part de pays opposés à l'armement nucléaire", à savoir?
 
La fin de la dissuasion nucléaire britannique aurait trois conséquences:
 
- D’abord, les gouvernements et organisations non gouvernementales favorables au désarmement nucléaire en Europe ne manqueraient pas de renouveler leurs pressions en faveur de gestes de la part de la France, dont le territoire resterait le seul en Europe sur lequel serait déployées des armes nucléaires. Cela se traduirait en particulier par des demandes d’abandon de la composante aéroportée, en parallèle de celui avec l’abandon des armes nucléaires tactiques américaines entreposées en Europe.
 
- Ensuite, la fin du nucléaire britannique mettrait fin aux espoirs de certains de pouvoir créer une “culture européenne” de la dissuasion.
 
- Enfin, il est probable qu’un débat serait lancé en France sur l’utilité de disposer d’une force de dissuasion alors qu’un allié, de puissance comparable, fonderait sa défense sur un système non-nucléaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article

commentaires

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez