Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2017 3 05 /04 /avril /2017 06:51
Mesdames et Messieurs les converti(e)s, un peu de courage!

J'ai publié cette tribune dans le Huffington Post

sous le titre " Ce que cachent les politiques qui rejoignent Macron"

 

      Il s’agit peut-être d’une formule de la "vieille politique", dont on nous dit qu’elle va être balayée par la prochaine élection….mais, jusqu’ici, sous la Vème République, "au premier tour de l’élection présidentielle, on choisit et au second tour, on élimine".


      La répétition presque machinale d’une autre formule par la plupart des convertis qui rejoignent EM ne suffit pas à me convaincre. Ils disent : "Je choisis EM, parce que je veux barrer la route à Marine Le Pen".

 

      Ah bon, dès le premier tour? Je ne sache pas pourtant que la présidente du FN ait la moindre chance de dépasser 50% des suffrages exprimés au premier tour!

 

      Auraient-ils honte d’expliquer les vraies raisons de leur choix ? Lesquelles d’ailleurs ? Le programme du candidat ? La diversité de ses soutiens, allant de personnalités ayant longtemps affiché leurs convictions de droite, du centre, de gauche ? Le niveau des sondages ?

 

      En réalité, ces nouveaux convertis n’arrivent pas à donner un argument positif justifiant leur choix, parce qu’ils craignent de ne pas être crédibles. Qu’y a-t-il en effet de commun dans les engagements politiques* de R. Hue, A. Madelin, M. Valls, F. Bayrou, A. Minc, J.Y. Le Drian, B. Kouchner, C. Lepage, etc… ?

 

      Il est vrai que l’on promet de faire disparaître les partis politiques. Ne s’agirait-il pas plutôt de construire un mouvement (le MEM ?) rassemblant les composantes de cet arc extravagant ? Il faudra bien alors l’appeler parti, comme le précise la Constitution (article 4) : "Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie."

 

       On ne peut pas oublier non plus que c’est à partir de l’existence des partis que se détermine le financement public de leur activité**, indispensable pour ne pas être tributaire des dons privés. Sera-t-il versé à un seul parti (le MEM) ou à chacune de ses composantes, qui souhaiteront avoir leur vie propre*** ?

 

      Alors, Mesdames et Messieurs les converti(e)s, un peu de courage ! Expliquez-nous clairement les raisons de votre choix et ne vous cachez pas derrière l’argument "je veux barrer la route au FN dès le premier tour". Il y aura un second tour et vous pourrez vous manifester dans ce sens. En attendant, n’utilisez pas ce faux argument, qui n’est que le paravent d’autres préoccupations probablement plus opportunistes, dont l’avenir dira si elles seront prises en compte par EM.

______________________________________________________

 

* J’ai noté que 4 des principaux supporters d’EM (F. Bayrou, A. Madelin, R. Hue, C. Lepage) étaient candidats à l’élection présidentielle de 2002 et qu’ils avaient rassemblé sur leurs noms au premier tour 16% des voix ! Mais c’est de la vieille politique….

 

** Les lois du 11 mars 1988, du 15 janvier 1990, du 19 janvier 1995 et du 11 avril 2003 ont prévu qu’un financement public est accordé aux différents partis, en fonction de deux critères cumulatifs :

– les résultats aux élections législatives, pour ceux qui ont présenté des candidats ayant obtenu au moins 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions,

– le nombre de parlementaires.

 

*** comme F. Bayrou, qui compte bien avoir des députés du MODEM au sein de cette alliance.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

commentaires

Polovergnat 06/04/2017 11:10

Cher Paul Quilès,
Je crois bien que nous appartenons au même parti politique à l'emblème frappé de la rose. A moins qu'aujourdhui ce ne soit la rose qui soit frappée, je ne sais plus.
J'ai ici la confirmation (dont je n'avais pas besoin) que mon choix des primaires (Vincent Peillo) n'était pas un hasard et ton post me rassure. :-)
Jeune élu muicipal, j'avais fait l'effort de me rendre physiquement à Marseille en 2009 lorsqu'un rassemblement, identique à celui qui est aujourd'hui proposé se tenait, avec des visées qui me parrassaient casser les codes du sectarisme de bon aloi et que je qualifierais d'identiques à certains constats du moment. En cherchant dans ma mémoire, je ne trouve pas le souvenir d'y avoir rencontré beaucoup de ces progressistes socialistes que sont les Auvergnats.
Alzheimer, moi ? Non, le propre des Alzheimer étant la facilité à ressortir facilement la mémoire ancienne, malgré mes bientôt 66 ans je me souviendrais d'en avoir rencontré en masse.

Alors dois-je aujourd'hui déplorer qu'à nouveau une idée qui brise des héritages ancestraux de gauche, de droit quasi divin et prétablis, en même temps qu'elle génère des décharges biliaires chez des inféodés addicts au dogme plus qu'au réalisme, allant jusqu'à leur déclencher de violentes coliques dans la fosse iliaque gauche (donc, ce n'est pas l'appendicite), m'apparaisse toujours actuelle voire même aujourd'hui nécessaire ?
De conversion, cher Paul Quilès, point en ce qui me concerne.
Les chapelles et notamment celle de mon Anjour natal, encore figé dans l'avant-1789 en ce qui concerne la séparation de l'glise et de l'Etat, m'ont déjà beaucoup trop pris pour que j'envisage un quelconque nouveau baptême à l'une de leurs religions, politiques ou pas.

De déviation par rapport à mon vote des primaires de 2017, point non plus. Je suis dans la droite ligne de ce que portait mon candidat, en 2009 comme en 2017, même si campagne et solidarité publique oblige, on voit bien qu'il ne peut encore le (re)dire sous peine de se voir lui-aussi cloué au pilori des "traitres" qui aujourd'hui sont déjà légion, alors que chacun le sait, les prisons débordent.

Un regret ? Oui, bien sûr : que ce parti qui nous réunit n'ait pas su, depuis 10 ans, mettre en marche cette révolution de l'intérieur, capter ses nouveaux talents, remettre en cause ses hommes (majoritairement) "providentiels" et sa ligne, se fourvoyer, préférant se consummer à petit feu dans ses guerres intestines de courants portés par des écuries concurrentielles et non consubstancielles, s'appliquant à étouffer toute vélléité de sécularisation de ses politiques.
Que d'autres se soient emparés de sa part de marché politique pendant que ses ténors s'envoyaient des pains dans la gueule pour faire tomber une à une toutes les colonnes sur lesquelles il était appuyé, jusqu'à écroulement de l'ensemble, il ne peut que s'en mordre les épines.

Alors socialiste toujours ? Ben oui !
Quoiqu'en disent les caciques auto-déclarés propriétaires du socialisme génétiquement pur.
Sauf, évidemment, à ce que le grand tribunal de l'Inquisition socialiste ne me brûle sur son bûcher. Mais entre nous, pour finir comme Jeanne d'Arc, ne comptez pas sur moi. J'aime trop la vie et j'y crois trop pour imaginer que n'importe quel appareil puisse me la ravir, l'emportant sur mes idées et mes valeurs et les actes que j'entends poser.

Je ne sais pas si ceci est propre à rassurer mon homonyme Quiles, celui qui en 1981 déclarait en bon catholique de gauche qu'il était (l'est-il toujours ?) : "il ne suffit pas de dire que des têtes doivent tomber, mais dire lesquelles et le faire rapidement".
Si ça peut l'apaiser, je lui offre la mienne.
Mais pour ce qui est dedans, il repassera. Et s'il veut en savoir un peu plus sur les ressorts politiques qui m'animent, la documentation est par ici : https://goo.gl/WyRc5N

Paul Quilès 06/04/2017 11:35

Cher camarade, je suis assez d'accord avec la majeure partie de ton texte, sauf les 2 derniers paragraphes.
Il ne faut pas faire dire plus à mon adresse aux nouveaux "convertis" que ce qu'elle veut dire. N'hésite pas à la relire. Il n'est nulle question de "socialisme génétiquement pur" ou de "grand tribunal de l'Inquisition"!
Quant à ta référence historique (1981), elle n'est pas pertinente. Tes souvenirs de jeune de 29 ans à l'époque sont peut-être lointains.....Si tu veux en savoir plus, n'hésite pas à lire cette biographie: http://paul.quiles.over-blog.com/2015/10/biographie.html
Ta tribune du 26 janvier dans l'Obs, que j'ai lue, est intéressante. Je trouve assez (trop?) subtile la formule "en dépit ou grâce à sa relative virginité politique", à propos d'EM. On en reparlera probablement dans les semaines et les les mois qui viennent....

Patrice KA 05/04/2017 18:11

Merci Paul pour ton article! En effet cette bande d'opportunistes semble nous prendre pour des truffes quand elle avance l'argument du "vote utile" mais dés le 1er tour... Auront ils le courage de nous dire qu'est ce qui a vraiment déterminé leur choix,?? je ne pense pas! car ils nous montreraient leur vrai visage..

Gérard Mouchard 05/04/2017 15:29

Bonjour M.le Ministre,
Merci pour votre article, Je me souviens que vous avez dirigé la campagne de F. MITTERRAND en 1980 et je constate avec plaisir que vous n'avez rien renié de ce qu'il nous appris et notamment de toujours garder la fidélité à notre engagement, la fidélité à nos valeurs . Comment ne pas constater avec tristesse que certains hier, alors membres influents du PCF ont combattu F. MITTERRAND,dénonçant son virage à droite , rejoignent aujourd'hui M. MACRON avec des partisans de l'ultra-libéralisme de M.FRIEDMAN. Comment oublier que M.BAYROU a réussi à lorsqu'il fut ministre de l' Éducation Nationale à inciter tous les partisans l’école publique et gratuite à manifester contre le projet de loi dont il était initiateur. Comment ne pas se souvenir que M.KOUCHNER fut ministres des Affaires Étrangères de M.Sarkozy et qu'il ne lui présentât pas sa démission quand ce dernier invitât Khadafi et B. El Assad , le jour où nous exprimons notre soutien aux principes fondateurs de la République. Comment M.MACRON qui prétend être l’initiateur du renouveau des pratiques et de la refondation de la vie politique peut -il l'ignorer?

Pradines 05/04/2017 12:11

Les nouveaux convertis sont souvent les plus bigots. Pourtant, il ne sera pas aisé de comprendre le mystère de leur nouvelle foi tant il est grand. Il serait injuste toutefois de les qualifier de girouettes. La girouette,elle, ne pense pas, ne ressent pas, ne calcule pas. Le nouveau converti, lui, peut avoir la forte sensation que le vent a tourné. Ou encore qu'il est temps de quitter le navire, peu importe lequel. Il a besoin d'un prophète qui lui montre la voie. En l'occurrence, il s'agit des merveilles du libéralisme relooké avec un jeune prédicateur bien sur lui. Honni soit qui mal y pense. Amen.

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez