Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Paul Quilès

Réflexions et informations sur la paix et le désarmement nucléaire, sur la démocratie et sur l'actualité politique.

Ethiopie, hypocrisie, ONU, Nobel

Publié le 5 Décembre 2020 par Paul Quilès in International

Ethiopie, hypocrisie, ONU, NobelEthiopie, hypocrisie, ONU, Nobel

     Abiy Ahmed, ce nom ne vous dit peut-être rien. C’est celui du Premier Ministre éthiopien, à qui a été attribué le Prix Nobel de la Paix en 2019, pour ses efforts de résolution du conflit entre l'Ethiopie et l'Erythrée.

     Malgré cette distinction élogieuse, qui semble le présenter comme un défenseur de la paix, Abiy Ahmed est engagé dans une guerre civile impitoyable, qui s’est traduite depuis un mois par une région dévastée -le Tigré-, près de 50 000 réfugiés manquant de toute alimentation et de nombreuses victimes dans les combats militaires.

     Les divergences politiques entre le pouvoir central d’Ethiopie et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) n’expliquent pas tout et notamment pourquoi le Prix Nobel de la Paix 2019 a choisi la méthode violente, en excluant toute négociation.

     L’ONU a tardé à intervenir, pour finir par demander un accès humanitaire sans restriction à la région du Tigré. Cette initiative apparaît bien timide au regard de ce qui doit être le rôle des Nations-Unies, défini depuis 2005 par le principe de la "responsabilité de protéger".

     Quant au Comité Nobel, sa discrétion à l’égard de ce "mauvais exemple" témoigne d’une hypocrisie (malheureusement fréquente dans les relations internationales) qui risque de porter tort à son image.

Commenter cet article
R
Vous oubliez une partie de l’information. <br /> Si Abyi Ahmed a reçu le prix Nobel de la Paix c’est pour avoir fait la paix avec l’Érythrée après une guerre dure, de 1998 à 2000. Depuis Asmara et Addis Abeba n’avaient plus de relations diplomatiques. Il a normalisé les relations entre l’Érythrée et son pays .<br /> Bien sûr la paix serait souhaitable . Mais l’Éthiopie est composé de plusieurs ethnies et pas . seulement par des Érythréens . Alors on peut discuter des raisons qui ont amené des Érythréens à vouloir faire sécession ..... N’oublions pas que d’aucuns ont intérêt à déstabiliser l’Ethiopie qui veut aussi profiter du Nil pour produire de l’electricite . Ce qui pouvait inquiéter l’Egypte en cas de remplissage trop rapide du barrage Renaissance sur le Nil bleu qui est en cours de mise en eau. Alors rappelez vous de ce qu’aurait conseillé à cette occasion Donald Trump à l’Egypte. <br /> Selon France 24<br /> L'Éthiopie a déclaré samedi 23 octobre qu'elle ne "cèderait à aucune agression d'aucune sorte" après des propos du président américain, Donald Trump, estimant que l'Égypte pourrait détruire le méga-barrage éthiopien sur le Nil.<br /> <br /> Le bureau du Premier ministre, Abiy Ahmed, a défendu dans un communiqué le barrage de la Renaissance (Gerd), appelé à devenir le plus grand d'Afrique, en déclarant travailler de longue date à la résolution de problèmes liés à ce projet avec le Soudan et l'Égypte, situés en aval.
Répondre
P
Merci pour ces informations complémentaires pertinentes s’agissant du partage des eaux des rivières internationales, dont vous m’avez justement dit que c’est "une affaire complexe".<br /> Ceci n’explique pas pourquoi le prix Nobel 2019, Abdi Ahmet, encouragé par cette distinction à "continuer à œuvrer pour la Paix", a choisi la voie de la violence. Je constate que vous n’évoquez ni les ravages humains de ce début de guerre civile, ni la timidité de l’ONU, qui a pourtant depuis 2005 la "responsabilité de protéger".<br /> Ce n’est pas être naïf que dire que l’on devrait toujours rechercher les voies du dialogue et de la négociation pour régler un conflit, avant d’avoir recours à la violence, dont les conséquences humanitaires peuvent être terribles. Malheureusement, l’Histoire montre que le mauvais exemple a souvent été donné par les grandes puissances.<br />