Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Paul Quilès

Réflexions et informations sur la paix et le désarmement nucléaire, sur la démocratie et sur l'actualité politique.

N’oublions pas, il y a 77 ans

Publié le 6 Juin 2021 par Paul Quilès in International et défense

N’oublions pas, il y a 77 ans

Le 6 juin 1944, des milliers de jeunes Américains, Britanniques, Australiens, Canadiens et Français débarquaient en Normandie. Bon nombre d’entre eux allaient sacrifier leur vie pour la liberté.

Merci à Frédéric Lewino, pour ce rappel opportun publié dans Le Point. 

*************

Nous n'allons pas jouer les vieux cons en répétant que la jeunesse d'autrefois savait offrir sa vie à des causes justes. Autre temps, autres mœurs. Néanmoins, ne modérons pas notre admiration envers tous ces jeunes gens issus de l'Amérique profonde ou d'Australie qui choisirent volontairement de prendre les armes pour sauver la vieille Europe. Ce matin du 6 juin 1944, ils sont un peu plus de 152 000 à affronter les balles allemandes, dont 213 Français ! Tous des héros.

Attention, ne pas confondre l'opération Neptune avec l'opération Overlord. La première désigne le débarquement proprement dit, tandis que la seconde concerne la totalité de la bataille de Normandie. Ceci posé, les forces alliées passent à l'action dix minutes après minuit quand les premiers éclaireurs américains sautent sur le Cotentin pour baliser les zones de parachutage à suivre. Six minutes plus tard, un premier planeur, puis un deuxième et enfin un troisième, bourrés de commandos britanniques, se posent près du pont de Bénouville dont la prise est capitale. C'est le premier combat terrestre.

À Berlin, Hitler se couche après avoir écouté du Wagner.

Dans la foulée, des bombardiers attaquent la batterie allemande de Merville, puis 110 autres s'en prennent à des batteries dans la région de Caen. Les parachutistes pleuvent du ciel, notamment 36 de nationalité française. À 1 h 55, 1 198 bombardiers décollent en Angleterre. Les parachutistes ont engagé le combat. Les navires se positionnent en face de leurs objectifs, à environ 24 km de la côte. Les planeurs continuent à déverser des troupes à terre. À 4 heures, libération de Sainte-Mère-l'Église, tandis que les bombardiers poursuivent leurs destructions. À Berlin, Hitler se couche après avoir écouté du Wagner. À 5 h 10, premiers tirs de l'artillerie navale sur les positions allemandes. Les premiers soldats alliés débarquent sur Utah Beach. Quatre minutes plus tard, c'est au tour d'Omaha Beach d'être prise d'assaut. À 7 h 32, honneurs aux soldats français du commando Kieffer qui prennent pied à Colleville-Montgomery. À 9 heures, Hitler est enfin réveillé.

Au total, plus de 130 000 soldats ont débarqué sur les plages normandes et 22 000 autres sont tombés du ciel. Les bombardiers ont largué 4 000 tonnes de bombes ce jour-là. Très exactement 6 939 navires furent engagés dans l'opération Neptune, seules 4 126 participèrent directement à l'assaut. Quant aux Français, y compris ceux du commando Kieffer, ils furent un peu plus de 3 000 à combattre, soit comme aviateurs (277 pilotes), soit comme marins.

Au soir du D-Day, les Alliés estiment avoir perdu 10 600 hommes (tués, blessés ou disparus, principalement des Américains). Soit bien moins que les 25 000 victimes prévues par l'État-major allié.

_________________________________________________________________________

Lire aussi le commentaire émouvant de Jacques (ci-dessous)

Lire les témoignages de ceux qui ont vécu le D-Day

Commenter cet article
J
Dimanche dernier près de 67% des électeurs ne se sont pas déplacés pour aller voter, 75% des ouvriers sont restés chez eux. Ils considèrent vivre sous une dictature, les 18/24 ans en dehors des loisirs ne semblent pas être intéressés par la vie politique. Égoïsme ? Désintérêt pour la chose politique?
Mon père à 15 ans, en 1936, occupait l’usine du Saut du Tarn, en 1943 dans cette même usine il a été enlevé en pleine nuit par la milice. Il a été envoyé à coup de crosses et nerfs de bœuf à Cracovie pour travailler dans une usine d’armement. Mais rapidement il a été expédié à Auswicht pendant 18 mois avant d’être libéré par les Russes.
Tous ces jeunes qui sont venus pour libérer l’Europe, comme ceux qui se révoltaient dans les usines, ont-ils sacrifié leur vie, leur jeunesse, leur santé, pour qu’aujourd’hui les Français refusent de voter. Vivons-nous dans une dictature, lorsque l’on voit la liberté des journalistes sur les chaînes » d’infos »? Ont-ils sacrifié leur jeunesse pour qu’aujourd’hui l’on voit autant de gens mépriser nos élus, la démocratie, nos libertés?
Honneur à tous ceux qui se sont battus, revenus sur une civière des camps comme mon voisin, à ceux qui ont résisté face à l’ennemi. Nous vivons en paix en Europe, ne gâchons pas cette chance, ce bonheur de vivre libres.
Répondre