Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Paul Quilès

Réflexions et informations sur la paix et le désarmement nucléaire, sur la démocratie et sur l'actualité politique.

​​​​​​​Afghanistan : le triste départ des Américains

Publié le 5 Juillet 2021 par Paul Quilès in International et défense

​​​​​​​Afghanistan : le triste départ des Américains

On a peut-être perdu de vue qu’après l’attentat du 11 septembre 2001, la guerre contre le régime des Talibans afghans a été reconnue comme une opération de « légitime défense » par le conseil de sécurité de l’ONU. L’OTAN a alors envoyé des troupes, essentiellement américaines, avec le soutien de pays comme la France.

Malheureusement, la mission a évolué depuis cette date, puisque les Talibans ont été chassés du pouvoir et qu’il s’est agi de "reconstruire" l’Afghanistan, grâce à l’aide militaire, civile et financière de la communauté internationale.

Dans le même temps, les Américains ont poursuivi une opération de contre guérilla ("Enduring freedom") contre les poches de résistance de Talibans associés au réseau Al Qaïda.

L’opportunité de poursuivre cette mission a été l’objet d’hésitations et de contradictions au sein du gouvernement américain et de vifs débats dans la population, ce qui n'a pas empêché les Etats-Unis d’injecter dans cette guerre – la plus longue de leur histoire – des sommes ahurissantes : plus de 2000 milliards de dollars, soit 10 fois plus que le coût de la première guerre mondiale.

En France aussi, des débats ont eu lieu à la fin des années 90, sans qu’une ligne politique claire et une stratégie aient été définies.

Que va-t-il se passer maintenant ? Difficile d’être optimiste. Rien ne sera possible en Afghanistan si l’on ne reconstruit pas ce pauvre pays, où règne la corruption, où l’économie est soutenue par la culture du pavot, où une partie de la population souffre de malnutrition !

Quant aux forces talibanes, elles se sont organisées. Elles sont bien équipées et disposent d’importantes ressources, puisque 40 % à 60 % de leur budget proviennent de l’héroïne.

Selon un haut responsable américain, "l’histoire retiendra une affaire de vengeance et des erreurs de jugement". Il est vrai que les Etats-Unis ne sont pas les premiers à quitter l’Afghanistan avec un sentiment d’échec : après les Perses, les Grecs d’Alexandre le Grand, les empereurs Moghols, la Couronne britannique et l’Union soviétique !

Commenter cet article

Hubert 06/07/2021 14:33

Plutôt que triste départ je verrai mieux à dire qualifier d'affligeant et même de piteux ce départ. Bien avant le 11 septembre 2001 les USA étaient agissants dans cette zone. On ne dira jamais assez l'anomalie de l'intervention en Afghanistan avec dès le début la volonté d'étendre à l'Irak la vengeance US en arguant des attaques à l'anthrax, attaques justement requalifiées d'affaire interne ultérieurement. La France s'honore de n'avoir pas suivi lors de la seconde tentative menée au bout de destruction de l'Irak. Zoom arrière en 2000 l'Afghanistan avait une production d'opium limitée à l'autoconsommation vers 200 tonnes (par les talibans) pour devenir planétairement déstabilisatrice à plus de 7000 tonnes en 2007, anomalie que cela sous contrôle de l'ISAF. Et maintenant financièrement l'un des nerfs du désordre comme indiqué par Paul Quilès. Les conditions financières de ce désastre ont été bien analysées par Joseph Stiglitz dans son livre "une guerre à 3000 milliards", quel gâchis..

philippe lizot 06/07/2021 08:20

Malheureusement c'est un constat d'échec, et encore une fois l'Europe est absente.
Malgré l'argent ce pays repart au point de départ, avec en prime l'instabilité de la région.