Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 avril 2012 2 03 /04 /avril /2012 18:17

Cette tribune a été publiée sur le site de l'Express

        

       Les responsables politiques et les commentateurs donnent parfois l’impression de découvrir que l’élection présidentielle au suffrage universel, telle qu’elle existe en France depuis 50 ans, comporte 2 tours. Malheureusement, les stratégies des uns et les commentaires des autres oublient trop souvent que chacun de ces 2 tours induit des comportements différents de l’électorat. En outre, il est imprudent de faire des projections sans tenir compte de l’influence que peut avoir la campagne du 1er tour sur le résultat du second. 

 

           

        La règle, telle qu’on a pu la vérifier à huit reprises sous la Vème République, est que le 1er tour donne aux électeurs la possibilité de faire un choix. Ils le font à partir de leurs préférences politiques, de ce qu’ils sélectionnent dans le flot des programmes et des mesures annoncées, mais aussi en se laissant convaincre par les images que donnent d’eux-mêmes les candidats.

 

           

        Au contraire, le second tour est un duel frontal, où le gagnant est celui qui rassemble non seulement ses partisans, mais aussi ceux qui, ne retrouvant pas leur choix du 1er tour, rejettent son concurrent.

 

           

         Pour que la gauche l’emporte le 6 mai, comme je le souhaite, il paraît essentiel que ses principaux candidats se conforment à cette règle. Le résultat du second tour dépendra beaucoup de la volonté de François Hollande et de Jean-Luc Mélenchon de tenir compte, dès maintenant, dans leurs comportements, dans leurs discours et dans leurs actes, de trois contraintes.

 

           

        1- Le 1er tour exacerbe les différences, puisque tous les candidats, qui se trouvent en concurrence, y compris dans leur propre camp, s’efforcent naturellement de faire le maximum de voix. Parler de "vote utile" entraîne des crispations dangereuses et semble donc inutile, sauf à prendre le risque de déconsidérer ceux dont on sollicitera demain le soutien.

 

           

         2- Le report des voix de gauche sur François Hollande au second tour sera d’autant plus facile que les deux principaux candidats montreront que, malgré leurs différences, ils sont "compatibles". Jean-Luc Mélenchon devra par exemple éviter de "mordre le trait" en se laissant emporter par son tempérament de tribun talentueux. Quant à François Hollande, il devra susciter l’enthousiasme, en explicitant avec clarté et fermeté les grands thèmes qui sont des "marqueurs" de la gauche (pouvoir d’achat, services publics, démocratie, lutte contre les excès de la finance, solidarité internationale….)

 

           

      3- La perspective d’un accord législatif devrait être réaffirmée. François Hollande et Jean-Luc Mélenchon incarnent deux sensibilités –et même deux traditions- de la gauche, qui se retrouveront dans la future majorité et dans le gouvernement qui en découlera. Au-delà des différences -qui seront encore largement mises en avant jusqu’au 22 avril- il existe de fortes convergences entre les programmes des partis de gauche. C’est ce qu’a montré le club Gauche Avenir, en mettant en évidence 15 thèmes et 76 mesures qui peuvent constituer le socle d’une plateforme de gouvernement pour 2012-2017 et la base du programme des candidats de gauche aux élections législatives des 10 et 17 juin.

 

           

       Encore une remarque à l’attention de ceux qui s’inquiètent du risque de voir une partie de l’électorat centriste ne pas voter pour François Hollande le 6 mai, parce qu’il serait "trop marqué à gauche". Je leur rappellerai la 2èmepartie de la règle : "Au second tour, on élimine". Directeur de la campagne gagnante de François Mitterrand en 1981, je me souviens que son score au soir du 10 mai a été nettement renforcé par l’apport des électeurs gaullistes qui souhaitaient avant tout l’échec de Valéry Giscard d’Estaing !

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

commentaires

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez