Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 09:38

I-Tele.jpgPaul Quilès répond aux questions de

Michel Dumoret et Léa Salamé

sur I Télé, dans le cadre de l'émission

"Elysée 2012"

et commente les évènements de l'actualité, notamment:

- la situation internationale

(Libye, Côte d'Ivoire...)

- le rassemblement de la gauche 

- les primaires socialistes

Pour visionner, cliquer ici

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Médias
commenter cet article

commentaires

Véronique Pons 12/04/2011 16:34


Moussa Koussa, ex patron des renseignements libyens, a quitté le 30/03 la Libye pour la Grande-Bretagne en y laissant toute sa famille (?) au motif qu'il n'était pas d'accord avec la façon dont
Kadhafi traitait les civils. A noter qu'il n'a pas rejoint les rebelles. Et qu'il n'est pas davantage entré dans l'ombre en GB. Son calcul, d'après Antoine Sfeir, des Cahiers de l'Orient, pouvait
être dicté par le fait que Seïf al Islam Kadhafi qui aspire à la succession de son père cherchait une porte de sortie de crise. Plusieurs émissaires avaient été, en effet, envoyés mais n'avaient
pas pu rencontrer de personnalités politiques britannique. Non seulement ça a été le cas de Moussa Koussa mais la Grande-Bretagne annonce aujourd'hui qu'elle a autorisé Moussa Koussa, principal
soutien de Seïf al islam dans sa lutte fratricide pour le pouvoir libyen, à se rendre au Qatar pour y rencontrer ses dirigeants ainsi que des personnalités libyennes susceptibles de constituer une
représentation de ce pays (le CNT n'étant pas, selon les USA, suffisamment représentif de l'ensemble du pays). Antoine Sfeir avait donc peut-être vu juste car si Moussa Koussa fait partie du
prochain gouvernement provisoire libyen ou joue un rôle quelconque dans sa composition, vu son mauvais état de santé qui ne lui permettrait pas de jouer un rôle politique personnel, comment douter
qu'il oeuvre à l'élection de son "filleuil" qui multiplie les interviews en affirmant qu'il faut du sang neuf, le sien ! Si cela devait arriver, la communauté internationale aurait tout simplement,
et sur le dos de dizaine de milliers de morts et de disparus, de blessés, de torturés, d'enfants et de femmes violées, de personnes déplacées, terrorisées, rendu un arbitrage en faveur de Seïf al
islam, dans la guerre de succession qui l'oppose à ses frères et fermé les yeux sur le fait que le tyran continue à avoir INDIRECTEMENT la haute main sur les affaires libyennes moyennant un abandon
des poursuites pénales internationales à son encontre et à celle de ses proches. Si ce scénario catastrophe devait avoir un début de réalité, on assisterait à un évident déclin de l'empire
occidental, à commencer par celui des USA et de l'OTAN. Et il serait opportun que les français tirent les conclusions s'imposant sur l'implication de la France dans l'OTAN qui devait, nous a-t-on
assuré, permettre à la France d'y faire entendre davantage sa voix... Force est de constater que pour l'instant, même quand elle l'unit à celle de la GB pour demander de meilleurs résultats au
niveau des frappes, elle est inaudible...


cath 03/04/2011 21:42


Mark et moi étions devant itélé vendredi soir et t'avons écouté. Tout à fait d'accord avec cette notion de socle commun fédérateur! le programme avant l'homme, qu'il ait maigri ou non!!


Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez