Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 11:16

Avez-vous entendu parler de la préparation des "Etats généraux du service public"?

    Probablement pas, parce que cette démarche sérieuse ne passionne pas les médias pour l'instant, dans la mesure où elle ne cherche pas à s'imposer par un de ces coups d'éclat si fréquents dans la vie politico-médiatique.

    Et pourtant, il s'agit bien d'une initiative exceptionnelle, puisque pas moins de 36 organisations -partis, syndicats, associations,...- travaillent depuis 6 mois, au niveau national et dans 39 comités locaux, à la préparation de ces Etats Généraux.

    Dans les réunions, les comités, les colloques, on parle des besoins à satisfaire (eau, transports, matières premières, édacation, santé...) et de la façon d'y parvenir. On rappelle que les Français sont attachés à leurs services publics et qu'ils ont conscience que la politique suivie par le gouvernement tend à en réduire le cadre, les missions et les moyens. On analyse de quelle façon la crise actuelle est utilisée pour accentuer cette évolution, qui porte tort à la solidarité, à la cohésion sociale et à l'aménagement du territoire. On s'interroge sur des questions essentielles comme celles du financement, du niveau de mise en oeuvre et de gestion (décentralisée ou nationale), de l'intervention des usagers.....

    Sur tous ces sujets, des nuances existent dans les analyses et les solutions proposées par les uns et les autres, mais il y a indiscutablement une forte volonté de définir un socle commun sur lequel la gauche pourra se retrouver. Il s'agira bien entendu de rassembler les défenseurs du service public dans les nombreux combats en cours et à venir, mais aussi et surtout de préparer ce que pourrait être le projet de la gauche au pouvoir.

*************************

    Cette démarche est cohérente avec la proposition que nous venons de faire aux responsables des partis de gauche et de l'écologie (voir sur ce blog: "D'abord les idées"), pour que soient organisés des Etats généraux où seront débattues et élaborées les grandes orientations d'une politique de gauche et écologique pour la France. Il est en effet essentiel de chercher les convergences les plus ambitieuses, sans toutefois nier les différences d’approche, voire les désaccords. Le rassemblement  tirera sa force et sa crédibilité de ce que nous pourrons faire ensemble, de ce qui fera accord, de nos engagements communs. Il les tirera aussi de notre capacité à gérer les différences, à reconnaitre des désaccords.

    C'est ainsi que l'on redonnera de la vigueur à notre démocratie, qui ne saurait être réduite à des choix de personnes. Les institutions de la Vème République et l’hyper-présidentialisation du quinquennat de Nicolas Sarkozy veulent nous enfermer dans ce piège, mais nous ne sommes pas obligés d’y tomber !

    A cet égard, l'idée de "primaires socialistes ouvertes" ne me paraît pas, dans sa forme actuelle, éviter ce piège. Non seulement elle esquive la question du rassemblement de la gauche, qui ne peut se faire sans débat préalable sur les idées, mais elle suggère que le choix d'un candidat fera office d'arbitrage sur la ligne politique et les grands axes du programme.

    Ceci est un leurre, d'autant plus que cet arbitrage pourrait bien être fait par l'électorat de droite, comme le montre de façon indiscutable le sondage CSA publié avant hier*. On y découvre en effet que 71% des sympathisants socialistes et 43% de "l'ensemble des Français" iraient voter.....ce qui signifie que 20 à  25% des électeurs de droite participeraient à ces primaires socialistes et même plus de 30% des électeurs du Front National!! Chacun imagine bien ce que pèserait dans ces conditions l'obligation qui serait faite aux votants de "soutenir les valeurs de la gauche"....

    J'aurai l'occasion de revenir sur cette initiative qui, loin des grandes proclamations auxquelles elle a donné lieu ( "sortir de l'ambigüité institutionnelle", "reprendre pied dans la société", "donner aux citoyens la possibilité de peser sur l'histoire"......  ), risque de se révéler une très mauvaise opération pour l'ensemble de la gauche.

___________________________________________________________________________

* Voir le Parisien du 4 juin 2010 et le détail de l'enquête CSA

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Primaires
commenter cet article

commentaires

ANTOINE Richard 07/06/2010 10:24


Je partage tout à fait l'analyse qui est faite sur la désignation du (de la )futur(e) candidat(e) de gauche par des primaires auxquelles pourraient participer n'importe quel électeur de droite
voire d'extrème droite.
C'est bien aux partis politiques de gauche et écologistes à désigner leur candidat et non au citoyen lambda, fût-il de gauche.
Cet effet pervers de désignation (s'il devait avoir lieu dans ces conditions) aboutirait sans aucun doute au choix d'un(e) candidat(e)dont les orientations seraient perverties et non
représentatives des véritables idéaux de gauche et écologistes.
Sauvons la République et ses valeurs de liberté, d'égalité, de fraternité mais surtout de laïcité, seul gage de paix entre les peuples.
Croyons et ne craignions pas de croire aux véritables valeurs de gauche et écologistes.


Bernard Gilleron 07/06/2010 09:58


Enfin une voix claire et juste sur le débat(acharné chez les carriéristes) à propos des "primaires version Montebourg".
Les écuries présidentielles retrouveraient toutes leurs couleurs, et le débats d'idées entre socialistes, et entre socialistes et autre forces de gauche, passeront à la trappe, enfouies et
étouffées sous de tonnes de com' diffusées par la presse entièrement dominée par les forces du Capital.
Nous, signataires depuis le début, de l'appel Gauche Avenir ne pouvons en aucun cas nous satisfaire de ce calendrier, qui place les sondages devant la réflexion de fond, et va entraver
l'élaboration d'un projet commun à toute la Gauche.
Je constate avec satisfaction que GA ouvre en grand les portes de son fonctionnement, et se démultiplie par des comités locaux.
Encore un effort camarades, pour nous retrouver entre groupe unitaires, ni sectaires, ni hégémoniques: "que cent idées rivalisent, que cent fleurs s'épanouissent", certes, mais au moment crucial(il
l'est actuellement) qu'elles se réunissent en un "bouquet" multicolore: rose, rouge, vert.
Nous y arrivons enfin!
Rendez-vous à Paris le 12 juin.


Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez