Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 11:03

    Comment se terminera  « l’affaire des retraites » ? Chaque partie en présence en fait un thème clé de sa stratégie : les partis de gauche pour affaiblir la droite et pour essayer de gagner une crédibilité gestionnaire, les syndicats pour prouver leur capacité de mobilisation, le pouvoir (plus exactement N. Sarkozy) pour montrer qu’il est courageux et qu’il ne cède pas à la pression de la rue.

    Au-delà de ces préoccupations, on ne doit pas oublier qu’il y a des femmes et des hommes inquiets pour leur avenir et qui se demandent, à jute titre, si les efforts dont on leur rebat les oreilles ne se feront pas sur leur dos. Chacun sent bien, même si la confusion dans les arguments entretient les slogans mensongers, que les salariés risquent d’être les grands perdants si le projet du gouvernement est mené à son terme.

    Et c’est bien ce que prouvent ces chiffres indiscutables, qu’il faut répéter : la « réforme » du gouvernement se traduirait, à l’horizon de 2020, par un effort global de 30 milliards €, supportés à près de 84% par les salariés et 7% par les entreprises ! Dès lors, on voit bien que la vraie question n’est pas de nature technique, mais bien politique, au sens plein du terme. Ce qui est en question ici, c’est la justice sociale et la répartition des efforts.

    Il devient urgent que, sur ce sujet comme sur d’autres, tout aussi essentiels pour une politique alternative que conduirait la gauche si elle accède aux responsabilités (l’éducation, les modes de production et la création d’emploi dans un modèle qui préserve l’avenir des hommes et de la planète, la place du travail, les choix en faveur d’une société fondée sur la solidarité et la confiance), des débats aient lieu.

    Avec d’autres responsables, nous avons proposé (voir le texte de notre appel) que ces débats, qui permettraient de définir des orientations partagées et une base commune en vue d’une nouvelle majorité législative et gouvernementale, puissent se dérouler dans des lieux de rencontre de toute la gauche, par exemple sous la forme d’Etats généraux.

    Nous disions : « Nous refusons d’être prisonniers des institutions actuelles de la Vème République, qui tendent à réduire la démocratie à des choix de personnes. Tout montre les faiblesses et les dangers de cette hyper présidentialisation, tant pour le pays que pour la gauche. C’est par un projet et des propositions de changements réels que l’on pourra mobiliser largement les électeurs et les citoyens. C’est en donnant au travail des idées la place qui doit être la sienne –première- qu’on pourra ramener vers les urnes tous ceux qui ne croient plus à l’exemplarité et à la sincérité de leurs dirigeants. C’est aussi la seule manière de créer une dynamique entre les élections présidentielle et législatives qui permette de dépasser la seule logique du fait majoritaire présidentiel. »

    Le débat sur la réforme des retraites et les questions politiques fortes qu’il soulève montrent que notre proposition est toujours aussi pertinente. Il faut espérer qu’elle sera entendue.            

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

commentaires

Alain Cellarier 18/09/2010 19:14


Absolument d'accord pour ne pas "réduire la démocratie à des choix de personnes" Mais des états géneraux de toutes la gauche pourront-ils conduire la composante majoritaire de la gauche, donc le
PS, à vouloir un véritable changement, C'est à dire à mettre en cause les fondements de cette société pourrissante : le capitalisme ?
J'en doute au regard des propositions du PS concernant les retraites ! elles promettent le maintient du droit de départ à 60 ans tout en acceptant l'allongement des annuités de cotisation qui soit
réduiront drastiquement le montant de la retraite, soit conduiront à une retraite pleine à 67 ans.
Alors d'accord pour un rassemblement de toute la gauche, mais pour vraiement faire du neuf, pas pour rassembler autour des candidats qui nous promettent déjà de reproduire les schémas qui nous ont
conduit à la défaite et au rejet de la politique.


Gilbert SOULET 14/09/2010 07:58


Bonjour et bien dit Monsieur QUILèS

Oui à des Etats Généraux et à la fois généreux;
Et en finir avec ce Régime ultra Présidentiel.
Très amicalement,

Gilbert de Pertuis en Luberon
Cadre Honoraire SNCF et militant CGT depuis Mai 1962.


GILLERON Bernard 09/09/2010 15:27


Notre amendement commun Lienemann-Filoche contre les "primaires ouvertes" a été, à ton initiative retenu partiellement par le commission des résolutions; Il devrait normalement y avoir un
rapprochement du PS avec les autres forces de gauche et écolos avant le 31 décembre...
Tu as vu le commence ment d'une exécution de ce point voté le 3 juillet à l'initiative du Parti? Moi pas: au contraire les ténors de la gauche Droitière entament des chants de plus en plus nombreux
et martiaux: Moscovici, DSK,Hollande,Royal sont tous déjà en campagne: seuls comptant sur leurs fans-clubs, pour faire monter la Sauce.
Marx,Jaurès, Guesde sont des ringards à vite oublier, et le social-keynésiannisme,est le credo de tout ceux-là dont l'ambition tient à un seul objectif: "revenir aux affaires", pour le gérer mieux
que la droite parait-il mans de changement en profondeur: point!
Le socialisme, ces gens là ne le veulent pas, je ne suis pas sûr qu'il sache ce que ça impliquerait!
Et pendant ce temps, Martine Aubry, hélas leur laisse toute latitude de répandre leurs idées "raisonnables", "équilibrées", "responsables" haut et fort sur les médias. C'est même une
Strauss-kahnienne, Marisol Touraine, qui est en charge de ce dossier au PS: un comble!
Si la gauche du PS ne pèse pas intensément dans le débat d'idées sur les retraites et le reste(primaires, nouveau "modèle" de développement,etc...)nous courons à la catastrophe!
Qu'on parle haut et fort à Vieux Boucau, pourra-t-il faire bouger les lignes, et renvoyer à la niche les chantres de la social-démocratie et du social-libéralisme?
Je l'espère, mais sans trop d'illusions.
Enfin, cette année j'y serai...


Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez