Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Paul Quilès

Réflexions et informations sur la paix et le désarmement nucléaire, sur la démocratie et sur l'actualité politique.

Les délocalisations...il y a plus d'un siècle!

Publié le 29 Mars 2012 par Paul Quilès in Jaurès

     Alors que l'on semble parfois découvrir le phénomène des délocalisations et que l'on s'inquiète de ses effets ravageurs sur notre économie et sur l'emploi,

il est stimulant de retrouver ce que disait Jean Jaurès

il y a plus d'un siècle à ce propos.

Impressionnant!

    

     "De plus en plus, selon la loi d'essaimage du capital, les grands industriels français fondent à l'étranger des établissements rivaux des nôtres: les raffineurs de Paris ont créé des raffineries en Egypte, les grands patrons de Roubaix ont créé des tissages dans la Russie occidentale, les industriels lyonnais, eux aussi, exportent leur industrie.  (....)

     Il y a là une expropriation évidente de la main-d’œuvre française, et si, au moment où nos capitaux vont stimuler au loin, contre nous, la concurrence universelle, nous n’accroissions pas aussi notre force interne de production, il y aurait rupture d’équilibre". (…)
Article dans La revue de Paris (1er avril 1898)

 

    

     "Ce que ne nous ne voulons pas, c’est que le capital international aille chercher la main-d’œuvre sur les marchés où elle est le plus avilie, humiliée, dépréciée, pour la jeter sans contrôle et sans réglementation sur le marché français et pour amener partout dans le monde les salaires au niveau des pays où ils sont le plus bas."   (....)

Intervention à la Chambre des députés (17 février 1894)

 

 

Extraits de l'excellent petit livre de Jean-Pierre Fourré:

"Moi, Jaurès, candidat en 2012..."


couverture-Jaures.jpg

Voir le site de Jaurès candidat

Commenter cet article
A
Ce discours ne parle pas seulement de délocalisation. Mais aussi d' immigration.
Répondre
T
je ne connaissais pas cela ,mais rien ne m'a jamais etonnée du capitalisme m^me si il y un siecle il etait moins financiarisé que maintenant ?Reduire les salaires aura toujours leur dogme
Répondre