Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2011 3 23 /03 /mars /2011 13:03

Paul Quilès interviewé ce matin

par J.J.Bourdin sur RMC

pour faire le point

sur la situation en Libye

Pour écouter  cliquer ici 

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

commentaires

Véronique Pons 05/04/2011 11:24


OPINION
The Arab young and restless
If democracy is to take root in the Arab world, governments must make youth unemployment crisis their highest priority.
Jeffrey Sachs Last Modified: 03 Apr 2011 10:47

Autocratic governance has left many Arab states in a weak position to combat growing youth unemployment [GALLO/GETTY]

Many factors underlay the ongoing upheavals in the Middle East: decades of corrupt and authoritarian rule, increasingly literate and digitally-connected societies, and skyrocketing world food
prices. To top it off, throughout the Middle East (as well as Sub-Saharan Africa and most of South Asia), rapid population growth is fuelling enormous demographic pressures.

Egypt's population, for example, more than doubled over the course of Hosni Mubarak's rule, from 42 million in 1980 to 85 million in 2010. This surge is all the more remarkable given that Egypt is
a desert country, its inhabitants packed along the Nile.

With no room to spread out, population densities are rising to breaking point. Cairo has become a sprawling region of some 20 million people living cheek-by-jowl with inadequate infrastructure.

Rapid population growth means a bulging youth population. Indeed, half of Egypt's population is under age 25. Egypt, like dozens of countries around the world, is facing the extreme – and largely
unmet – challenge of ensuring productive and gainful employment for its young people.

Employment growth is simply not keeping up with this population surge, at least not in the sense of decent jobs with decent wages. The unemployment rate for young people (15-24 years old) in North
Africa and the Middle East is 30 per cent or more. The frustration of unemployed and under-employed youth is now spilling over into the streets.

The problem of high youth unemployment is certainly not confined to the developing world, however. In the United States, the overall unemployment rate is around 9 per cent, but among 18-25 year
olds, it is a staggering 19 per cent.

And this includes only young people actually at work or looking for work. Many more have simply become discouraged and dropped out of the labour force entirely: not at school, not at work, and not
looking for work. They don't protest much, but many end up in prison.

The world's labour markets are now interconnected. Young people in countries as diverse as Egypt and the US are in effect competing with young Chinese and Indians for jobs.

China's low-paid, reasonably productive manufacturing workers and high-quality infrastructure (roads, power, ports, and communications) has set the standard for competitiveness globally.

As a result, low-skilled workers in Egypt, the US, and other countries must either raise their productivity enough to compete at a decent wage, or accept extremely low pay or outright
unemployment.

So creating decent jobs at decent wages is at the heart of being internationally competitive. That requires equipping workers with a good education, strong on-the-job training, and supportive
infrastructure.

While the private sector must create most of the jobs, the public sector must create the underlying conditions for high productivity. That is a tall order.

Only one high-income region has done a reasonably good job of preparing its youth, and its overall economy, for tough global competition: Northern Europe, including Germany and Scandinavia
(Denmark, Finland, Norway, and Sweden).

In these countries, public education is excellent, and the transition from school to work often involves programs like the apprenticeships for which Germany is especially famous.

In developing countries, the main advances are found in countries that emphasise excellence in education, public investment in infrastructure, and serious on-the-job training.

South Korea is probably the leading success story, with superb educational attainment and strong employment of young people having taken it from developing-country to high-income status within one
generation. And South Korea has accomplished this feat in China's intensely competitive immediate neighbourhood.

The US, by contrast, is a case of failure, except for youth from high-income households. American children raised in affluence succeed in obtaining an excellent education and have good job
prospects after a bachelor's degree.

But, as the rich have successfully pressed for tax cuts and reductions in government spending, children from poor and working-class households are far less likely to receive a high-quality
education, and the US government has failed to provide for training or adequate infrastructure. The result is a growing youth unemployment crisis among poor and working-class youth.

The countries of North Africa and the Middle East should learn from East Asia and Northern Europe, and take pains to avoid the failures of the US.

If democracy is to take hold and flourish in Egypt, Tunisia, and elsewhere in the Arab world, the new reform-minded governments must make the youth unemployment crisis their highest priority.

Middle Eastern countries should elaborate strategies to improve the quality and increase the length of schooling, invest in job training, establish private-sector apprenticeships, and develop small
and medium-sized businesses.

They should identify key infrastructure projects needed to ensure private-sector productivity. And they must work together to deepen regional trade integration, thereby creating a much larger
market.

The deposed authoritarian rulers – Tunisia's Zine El Abidine Ben Ali, Mubarak, and soon Libya's Col. Muammar Gaddafi – stashed away billions of dollars stolen from the public treasury. This
ill-gotten money should be recovered and put into a special fund for youth employment.

Moreover, with oil prices back above $100 per barrel, the Gulf states are enjoying a bonanza. They, too, should create a special fund for youth employment in the region through the Islamic
Development Bank.

There can be no better way to use the region's resources than to ensure that its young people's lives are enriched by education, skills, and high-quality jobs.

Jeffrey D. Sachs is professor of economics and director of the Earth Institute at Columbia University. He is also Special Adviser to United Nations secretary-general on the Millennium Development
Goals.


Hedi JEMIAI 31/03/2011 14:33


A propos de l'article de Thomas Friedman (voir lien ci-dessous):


Je ne suis absolument pas d'accord avec cette analyse. Réduire les pays arabes (à part 3 dont comme par hasard 2 ont réussi leur révolution) à un conglomérats de tribus sans aucun sens
d'appartenance nationale est ridicule. Mettre dans ce même sac des pays comme la Syrie et l'Irak est tout simplement un mépris de la réalité et une insulte à ces peuples dont l'histoire plusieurs
fois millénaire a forgé depuis des siècles des états structurés et fortement centralisés. M. Friedman semble ignorer que le berceau de la civilisation arabe qui a dominé le monde pendant près de 8
siècles (dont l'Espagne andalouse) et qui a transmis à l'occident le savoir allant de la philosophie aux mathématiques en passant par la médecine, l'astronomie, la littérature et la poésie et j'en
oublie, a été l'Irak et la Syrie. Devant la richesse civilisationnelle de ces nations, les 3 siècles de la civilisation américaine moderne, voire même de sa conscience nationale, font bien pâle
figure à mon sens.

Sachant que Friedman est avant tout considéré comme un spécialiste du conflit israelo-palestinien, je ne peux m'empêcher de penser que le fond de son article se résume en fait à deux points:

1) l'envie de ne pas voir les pays arabes émerger et disposer de leur sort par crainte que cela ne menace la politique hégémoniste et sioniste de l'état d'Israel. Il est plus facile de mobiliser
l'opinion américaine en particulier et occidentale en général contre des pays non-démocratiques dont les populations sont souvent taxées d'intégristes, anti-sémites et terroristes que d'avoir une
région qui épouse les valeurs universelles de liberté, de démocratie et de justice.
2) Une vue nombriliste de l'histoire (occupons nous de nos problèmes domestiques et laissons les autres crever), qui relève à mon sens plus de la manoeuvre et de la manipulation (de l'opinion
publique) que d'une véritable inconscience ou méconnaissance du pouvoir de la mondialisation qui domine notre époque, ce qui -nous le savons tous les deux- n'est pas le cas de Friedman.

Je pense que cette thèse du tribalisme et donc de la pagaille, de la non-civilisation, de l'absence des peuples-nations et des états-nations représente en fait le coup médiatique le plus
remarquable de Kadafi. Car c'est ce tyran qui par la bouche de son fils Seïf El-Islam a été le premier à avancer cette thèse pour justifier à l'Occident sa tyrannie et les massacres programmés
contre son peuple. Cette thèse a été en effet étayée par le fils Kadafi lors de sa première allocution télévisée en février dernier. Rappelons nous ses paroles quant il avertissait que la Libye est
formée de tribus dont l'union est un équilibre fragile que seul Kadafi est capable de maintenir et dont l'éclatement constituera une menace tant pour la Libye que pour l'Occident. Du coup,
plusieurs politologues lui ont emboité le pas pour nous expliquer que la révolution Libyenne peut avoir des résultats désastreux du fait de sa constitution tribale et de l'absence ou du moins de la
faiblesse de la conscience nationale de ses habitants. Friedman vient de faire un pas supplémentaire (désastreux et malhonnête) en qualifiant le reste des autres pays de conglomérats de tribus,
somme toute pas fait ou pas prêts pour la démocratie. C'est pitoyable...

Ceci dit, je ne veux pas minimiser la variable tribale dans certains pays comme la Libye ou le Yémen. Mais je pense qu'il est faux de la généraliser au reste des pays arabes qui se soulèvent contre
leur dictateurs. C'est une variable parmi d'autres dont il faut tenir compte dans l'analyse des rapports de force mais ce n'est pas la seule variable qui nous permet de comprendre et de tirer les
conclusions précipitées à la Friedman des soulèvements courageux et à mon sens prometteurs auquels on assiste dans cette région du monde.

Encore plus important, si tribus il y a, cela ne peut en aucune manière nous autoriser à nier à ces pays toute notion de conscience nationale et d'état au sens moderne du terme. Personnellement, je
considère que les luttes d'indépendances et les progrès accumulés au cours de la période post-indépendance (50-60 dernières années) en matière d'éducation (la Libye, la Jordanie, Bahrain et la
plupart des pays du Golf affichent des taux de scolarisation qui dépassent les 80%) sont des facteurs indéniables qui ont joué un rôlr certain dans le renforcement de la conscience nationale.
Plusieurs générations ont grandi au sein de ces pays avec le sentiment d'appartenir à leurs nations respectives, malheureusemnt sous des états totalitaires qui les ont privé de liberté mais qui
n'ont pas pu les empêcher -grâce à l'éducation- à observer, s'informer et comparer leur situation à celle des autres. La télé satellitaire (on voit des paraboles même sur les toits en tôle des
bidonvilles), la téléphonie mobile et facebook ont joué un rôle essentiel en cela. Peut-on raisonnablement faire fi de tout cela et ne retenir que le facteur tribal pour condamner l'avenir de ces
soulèvements? Non je ne crois pas.

Je ne connais pas très bien les spécificités politiques de la Libye pour avoir une vision claire de ce qui va se passer; mais je suis sûre de deux choses:

1) La communauté internationale, et à sa tête la France et la GB, a eu tout à fait raison d'intervenir en Libye pour arrêter le massacre des civiles par le dictateur Kadafi. C'est une bonne chose,
une cause juste et une mission humanitaire qui a tout mon soutien. Je regrette seulement qu'elle n'ait pas eu lieu une dizaine de jours plus tôt.

2) Tout soulèvement contre la dictature, la corruption, l'humiliation, la terreuer et l'injustice qu'il soit mené par des "tribus" ou par une "nation" est un acte courageux, honorable et humain qui
ne peut qu'être positif et que je ne peux que soutenir et encourager. L'abondonner ou le condamner à l'échec sous prétexte qu'il ne correspond pas aux schémas et théories admises (qui parfois
relèvent plus des procés d'intention, des préjugés et de la manipulation) ou qu'il ne sert pas l'intérêt politique ou économique de certains est pour moi un acte de lâcheté et d'inhumanité que je
condamne avec force.

Je ne sais pas comment va finir le soulèvement libyen, mais je sais que ceux qui ont fait tomber le mur de la peur en Libye (comme l'ont fait les tunisiens, les égyptiens, les yéménites et plus
récemment les syriens) par le sang de leurs martyrs qui se comptent par centaines, n'accepteront plus jamais d'être humiliés, terrorisés et exploités. S'ils sont vaincus aujoud'hui, ils vaincront
demain.

Je ne fais pas dans l'optimisme et encore moins dans l'idéalisme, mais je veux y croire!!!

Hedi




OPINION | March 23, 2011

By THOMAS L. FRIEDMAN
Are the new revolutions brewing in the Arab world democracy movements, or are they civil wars?

Lien:










This page was sent to you by: vrpons@yahoo.fr


Véronique Pons 25/03/2011 22:57


EN ROUTE !
Benghazi – Brega
Publié le 02/03/2011 par setrouver
02/03 21h30 :
Les troupes de Kadhafi (troupes irrégulières venues de Sirte) ont attaqué vers 6 h ce matin la ville de Brega (entre Ajdabiya et El Agheila), à 50 ou 70 voitures, pour prendre le contrôle de la kr
Oil and Gaz et éventuellement fermer les approvisionnements en direction de Benghazi. Vers 10h, les insurgés ont contre-attaqué. Toute la journée les gens ont distribué nourriture et eau à ceux qui
allaient vers Breda pour soutenir l’assaut.
Je suis parti pour Ajdabiya en début d’après-midi. A 15h45, à l’approche de Brega, un Mirage a tiré 3 bombes à quelques centaines de mètres de la route ; a priori plutôt pour faire peur (photo1).
Sur notre route nous avons vu les cadavres de deux insurgés. Il y avait là une ambulance en flammes, et d autres véhicules détruits (photo2). Vers 17h, en arrivant à Bishr, nous avons croisé un
groupe qui avait fait un prisonnier – qui a échappé de peu au lynchage. (photo3)
Les forces rebelles ne sont constituées ici apparemment (et pour l’instant) que de civils. Il ne semble pas y avoir de troupes régulières ou de blindés. Les plus gros calibres sont des canons de
50mm anti-aérien. Aujourd’hui les insurgés ont certes subi des pertes (durant notre seul trajet nous avons vu 9 morts et 19 blessés qui ont été rapatriés à l’hôpital militaire de Bengazi) mais ils
ont infligé une défaite à la première contre-attaque de Kadafi. Ce soir la côte semble « libérée » jusqu’à El Ageila, pendant que les troupes de Khadafi sont à Ras Lanuf.Je reste ici (à Brega) pour
la nuit. Il y a beaucoup de passages de voitures de rebelles mais leur nombre est difficile à estimer car il y a beaucoup d’aller-retour. On peut en tout cas s’attendre pour demain à des mouvements
du front dans les deux sens.
les projectiles des RPG. Ils ne semblent pas pour l’instant se préoccuper du pouvoir qui voit le jour à Benghazi.


Journée dans le désert.
Publié le 04/03/2011 par setrouver
J’ai passé une partie de la matinée à un check-point à l’est d’El Ageila. Le capitaine de ce poste m’affirme être en lien avec Benghazi mais agir de façon autonome. Son supérieur suit des
directives générales, mais précise lui-même n’avoir qu’un commandement très relatif sur les forces insurgées. A 12h55 on entend un hélicoptère venant de l’ouest. Un journaliste allemand me confirme
qu’il s’agit d un modèle russe. Le check-point est évacué et tout le matériel lourd est rassemblé à Brega durant le reste de la journée. Cette place, théâtre des affrontements de la veille, se
remplit de journalistes et de matériel (10 mitrailleuses, 11 canons anti-aériens, pointés vers la route, 6 canons sans recul, 2 katiouchas, 4 antitanks, de nombreux rpg et kalach ou autres fusils,
ainsi que des missiles portables sam7 qui permettraient de détruire les avions).
Vers 14h, des véhicules chargés de matériel commencent à réoccuper les positions à l’ouest jusqu’à 20km de Ras Lanuf. Le matériel est de plus en plus dispersé. Les civils ont repris le trafic
depuis la veille entre zone occupée et zone libre. De nombreux réfugiés, en majorité égyptiens, sont évacués par camions. Semble-t-il que les forces pro-kadafi se rassemblent à Ras Lanuf.
A la compagnie pétrolière, seulement 2 ingénieurs volontaires sont restés pour maintenir le gaz ouvert, et les énormes cuves à carburant ont toutes été vidées par précaution. On parle de 200
voitures que les forces loyalistes auraient massées à Ras Lanuf. Ce chiffre énorme traduit bien l’état de peur qui règne suite aux survols d’hélico ou aux bombardements aériens (les avions ayant
intentionnellement bombardé le désert).L’armée nouvelle est constituée de volontaires, dont la plupart proviennent des environs immédiats, c’est-à-dire de Brega. Nombre d’entre eux travaillent à la
compagnie pétrolière, d’autres sont ingénieurs informaticiens. Quand il n’y a pas de combats, ils passent la journée à jouer avec leurs armes et à faire des conneries. Un soldat s’assoit devant moi
et plante son AK 47 dans le sol par le canon pour s’appuyer dessus. Un autre s’amuse à faire tourner une grenade sur son doigt. De l’eau, de la nourriture et des jus de fruit arrivent et sont
distribués en permanence et à volonté aux soldats, journalistes et simples passants qui traversent le front dans les 2 sens.
Les soldats n’arrêtent pas de changer leur matériel de place, de monter et de démonter.

Offensive sur Ras Lanouf.
Publié le 05/03/2011 par setrouver
Benghazi, le 5/03, 22h
Internet ne fonctionne qu’à Benghazi et encore c’est lent. Tout a été coupé jeudi soir à Benghazi et à Brega. Ici c’est un cybercafé qui reçoit mais pendant toute la journée il fut impossible de se
connecter à certains sites web (hotmail par exemple).
Il faut savoir qu’à Benghazi la mairie-tribunal-je-sais-trop-quoi est occupée par des gens qui ont toutes les apparences de la pire bureaucratie. Malgré tout, personne ne semble la remettre
ouvertement en cause. Ce qui prévaut, à première vue, c’est plutôt un sentiment d’unité dans la lutte contre le dictateur. Dans les rues on peut de nouveau voir des policiers. Non pas que la police
ait été restructurée : en fait, ce sont des gens qui se sont contentés de mettre de vieux uniformes qu’ils ont trouvé, et de faire la circulation – tout comme, à d’autres endroits de la ville ce
sont des enfants de 8-10 ans qui se chargent de cette tâche.
Un de nos amis, un employé de banque, nous a fait faire le tour de la katiba de Kadhafi (maison de province), détruite comme il se doit, et de la caserne adjacente où étaient enfermés et torturés
des prisonniers, et où ont été prises un grand nombre des armes qui circulent en ville. Son oncle nous expliquait que les Libyens sont divisés sur la question des interventions étrangères : le
refus est à peu près général en ce qui concerne l’invasion (présence de soldats étrangers), certains toutefois acceptent l’idée d’un bombardement de l’Aziziah (le bunker de Kadhafi plus
précisément) par la 6e flotte américaine croisant au large.
Une offensive se préparait pour vendredi. Nous avons donc quitté Benghazi pour Brega à bord d’une voiture de quelqu’un d’ici. Sur la route, nous avons pu nous faire une idée plus précise de la «
nouvelle armée ». Il s’agit plutôt du peuple en armes. On peut voir des grands-pères aux cotés de leurs petits enfants, tous armés : cela ne constitue pas vraiment une armée au sens où on l’entend
habituellement. Parler de « militarisation » de l’affrontement (ou de la révolte) est donc un peu erroné (bien qu’il y ait beaucoup d’armes en circulation). Nous avons pu rencontrer un « colonel »
auprès duquel nous avons pu comprendre qu’il ne fallait pas prendre le grade trop au sérieux. Sur le front ceux qui combattent semblent difficilement gouvernables.
Il peut paraître étonnant que l’armée de Kadhafi n’arrive pas à être plus efficace sur le front, notamment avec son aviation. Certains ici disent que les forces de Kadhafi veulent éviter de frapper
trop fort et de faire naitre ainsi des divisions au sein de l’armée. Mais ces forces souffrent également de faiblesses : peu de pilotes (ceux qui restent seraient surtout serbes ), méconnaissance
du terrain – d’après notre conducteur sur le front.
Nous sommes finalement arrivés à Ras Lanuf pendant l’offensive. Les forces de Kadhafi qui contrôlaient la ville ont été prises « par surprise ». Elles ont pris la fuite, permettant aux insurgés,
tous plus équipés les uns que les autres (kalachnikov, SAM, canons antiaériens, roquettes, dynamite, etc.) d’entrer avec une joie difficilement imaginable dans la ville. Les rues ont été
recouvertes de douilles à cause des tirs de joie ; les portraits de Kadhafi jetés au rebus, etc.
La cantine de la grande compagnie pétrolière a été réquisitionnée et ses employés servaient gratuitement des pâtes aux miliciens-insurgés : figurez vous des centaines de gens armés jusqu’aux dents
dans une cantine d’entreprise…

Au campement de Benghazi.
Publié le 06/03/2011 par setrouver
Benghazi, 6/03, 19h :
J’ai rencontré aujourd’hui de jeunes insurgés qui campent sur la place devant la mairie de Benghazi. Je dormirai là-bas ce soir. Ils m’ont montré le centre d’entrainement de « l’armée nouvelle » et
ont pu m’expliquer qui exactement se trouvait dans les différentes tentes plantées sur la place. Tout d’abord, de la nourriture est distribuée gratuitement sur la place grâce aux nombreux dons en
argent. La nourriture ne manque pour personne car le commerce ordinaire fonctionne ; de plus, les dons en provenance d’Egypte furent nombreux et continuent d’affluer. Ces caravanes égyptiennes sont
parties spontanément sans attendre de mission humanitaire quelconque. J’ai rencontré deux égyptiens qui campaient sur la place pour soutenir la révolution en Libye et partager leur expérience. Nous
avons pu discuter de l’insurrection et de l’instauration de la démocratie. Pour eux, cette dernière est loin de constituer la panacée. Même la démocratie « directe » (qui faisait le coeur théorique
de la Jamahiriyah et du livre vert) ne semble pas plus désirable, d’après ce que j ai entendu, que son pendant « parlementaire ». A la limite, le Coran serait encore le « régime qui nous divise le
moins » pour reprendre le phrase de Thiers a propos de la République. Mais il s’avère que la démocratie représentative est le projet politique servi tout chaud par le


Véronique Pons 23/03/2011 14:41


TUNISIE
Quelques semaines après la révolution qui a fait tomber Ben Ali, la Tunisie découvre les joies de la démocratie et ses outils politiques. Parmi lesquels les sondages, gadgets sur vendus dans nos
vieilles démocraties qui en abusent, ils apparaissent comme des outils de connaissance et d'expression politiques dans des pays récemment sortis de longues périodes d'absolutisme. Marianne2 dévoile
les résultats de l'un des premiers sondages réalisé en Tunisie.

Après le temps des révolutions, la Tunisie découvre les joies fragiles d'une démocratie balbutiante. Parmi les nouveautés qui s'installent peu à peu dans le paysage politique tunisien : les
sondages. Gadgets suspects, polluants des côtes démocratiques dans nos contrées qui en consomment plus que de raison, tout en relativisant leurs résultats, ils apparaissent comme un espace
d'expression politique et de connaissance des aspirations des populations dans des pays à peine sortis de l'absolutisme. En Tunisie les bureaux d’études multiplient les enquêtes pour prendre le
pouls de l'opinion.

Du temps de Ben Ali, ces enquêtes politiques n’étaient que très rarement réalisées, compte tenu du fait que le pouvoir n’acceptait aucune critique.

Selon l’un des premiers sondages politiques réalisé par l'Institut ID Claire, 64,3% de la population affiche un certain optimisme concernant l’avenir de la Tunisie contre 15,4% qui se montre plus
sceptique.
Les domaines à améliorer en priorité concernent la justice (34,1%), l’éducation (13,3%), l’administration publique (13%), la santé et l’emploi (7,9%).
Les principales attentes et aspirations des personnes sondées sont en premier lieu l’amélioration du niveau de vie (27,3%), plus de justice sociale (18,1%) et une baisse du chômage (16,7%). La
lutte contre la corruption, les réformes économiques et la réforme de la constitution font également partie des priorités.

Les Tunisiens défavorables à un régime présidentiel :
Interrogés sur les changements à apporter à la Constitution Tunisienne, il apparait que la principale préoccupation est le nombre de mandats présidentiels qu’ils ont demandé de préciser et de
limiter. Les répondants souhaiteraient également, à travers la constitution, garantir la démocratie, la liberté d'expression et la liberté de la presse. D’autres éléments ont été évoqués tels que
l'immunité du président (qui doit pouvoir être levée), la liberté et la transparence des élections, la réduction des pouvoirs du président, l’indépendance de la justice, la séparation entre les
trois pouvoirs (législatif, exécutif et judiciaire) et le changement de régime. Le parfait anti-portrait du régime Ben Ali...

Concernant le type de régime souhaité, la majorité des interrogés (66,2%) choisit le régime parlementaire. Cette préférence est principalement motivée par la volonté du tunisien de participer, de
donner son avis et surtout de prendre part aux décisions.
Seuls 18,1% veulent maintenir un régime présidentiel car depuis l’indépendance c’est le seul qu’ont connu les Tunisiens.

C’est le comportement des Tunisiens lors des différentes élections (municipales, législatives et présidentielles) qui se révèle particulièrement intéressant. Le sondage montre que la participation
aux votes a toujours été très limitée. Il s’est avéré ainsi que seulement 18,1% ont déjà voté dans des élections municipales, 15,5% dans des élections législatives et 30,6% dans des élections
présidentielles quand Ben Ali annonçait des scores fleuves de 85% voire 95% et des taux de participation jamais inférieurs à 80% !

Aucune figure politique ne sort du lot :
A l’évidence, il est beaucoup trop tôt pour que les Tunisiens voient clair dans la nouvelle donne politique :
« Concernant les représentants des partis, il apparait nettement un manque de connaissance étant donné que la scène politique de l’avant 14 Janvier était dominée par le RCD. Nous avons demandé aux
répondants de nous donner spontanément leurs visions de l’orientation politique des partis. Faute de bien connaître le programme politique de chaque parti, les sondés ont donné des réponses
subjectives » fait remarquer l’Institut.

Le sondage montre que les Tunisiens n’ont toujours pas de figure politique qui se distingue des autres vu que 83,3% des répondants n’ont pas donné de nom ! Néanmoins, Ahmed Nejib Chebbi, le leader
du Parti Démocratique Progressiste prend timidement la tête du classement avec seulement 6,6%, suivi par Rached Ghanouchi (5,1%), le leader du mouvement islamiste tunisien, largement réprimé sous
Ben Ali et qui a obtenu sa légalisation récemment après 30 ans d’interdiction.

Un air de démocratie souffle bien sur la Tunisie, mais le chemin sera long et difficile : le journal tunisien WMC rapportait récemment que lors d'un débat télévisé sur une chaîne privée tunisienne,
on a demandé à un jeune ce que signifiait la démocratie pour lui, il a répondu: «Je ne sais pas. Vous me demandez quelque chose que je n’ai jamais connu et que je n’ai jamais pratiqué. Je
répondrais à votre question lorsque je l’aurais pratiqué!». Tout est dit.


Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez