Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 17:49

nuage-cendres-volcan.jpgUn contre temps peut avoir du bon !

Une fois passée la contrariété passagère, l’impossibilité de prendre l’avion en raison du nuage de cendres islandaises m’a permis de profiter d’une belle journée de printemps ensoleillée à Cordes et d’écrire ces quelques lignes que m’inspire l’évènement.
   Je veux parler bien entendu de l’éruption aussi soudaine qu’imprévue d’un volcan lointain, qui vient perturber non seulement les vols de passagers notamment en Europe, mais aussi nombre d’activités tributaires de ce mode de transport. Tout comme les tsunamis, les tremblements de terre, les ouragans, les tempêtes, cet évènement révèle nos faiblesses (mode de construction, mode de vie….) et notre excessive confiance dans la capacité de l’Homme à maîtriser les forces « naturelles » de la planète.
   Il nous rappelle également que la nature n’est pas aussi douce qu’une imagerie un peu niaise le suggère parfois. Depuis la nuit des temps, l’Homme a dû se battre pour s’imposer face à des espèces prédatrices, à des aléas climatiques, à des catastrophes naturelles. Pour contrer les excès d’un développement destructeur de certains équilibres écologiques, il ne peut donc être question d’un quelconque « retour » à la nature -qui serait «naturellement » bonne- mais plutôt de la dompter, de la protéger et d’éviter de créer de nouveaux dérèglements qui viendraient détruire le nécessaire équilibre entre l’Homme et son environnement. Pour cela, des actions fortes et continues sont indispensables et il faut en convaincre tous les acteurs que sont les décideurs politiques, les industriels et les citoyens, à la fois consommateurs et pollueurs. On pu constater, tant à Copenhague qu’à Grenelle, que ce n’était pas simple !
   Le catastrophisme développé par certains (qui prétendent aider de la sorte à la prise de conscience de l’étendue du problème) peut conduire au contraire à créer ce que l’historien Jacques Le Goff appelle des « transes et des cauchemars ». Il dénonce à ce propos ce qu’il appelle « l’écologie millénariste » et il demande que l’on n’oublie pas que « l’excès dans la malédiction peut aller à l’encontre de son objet.».
   Dans le même esprit, je regrette que l’important débat sur la nécessaire évolution du mode de développement et de consommation soit trop souvent réduit à des affrontements caricaturaux de slogans (la croissance/la décroissance) ou des batailles de chiffres. Reprenant encore Jacques Le Goff, je pense que « les critiques énoncées posément et rationnellement justifiées sont les plus efficaces ».

 

   A propos de nuages, avez-vous lu les récents articles qui expliquent les conséquences très matérielles des « mondes virtuels » créés par Internet ? A travers le monde, le « nuage numérique » est stocké dans pas moins de 45 millions de centres de données (les « data centers ») ! Il s’agit des données informatiques échangées sur Internet, c'est-à-dire les mails, les documents, les photos des particuliers et des entreprises du monde entier. Leur stockage, sans réel contrôle, dans une multiplicité de centres de traitement, va bientôt poser la question de la confidentialité, mais c’est dès maintenant le problème énergétique qui est soulevé. A titre d’exemple, les centres de données européens consomment 40 milliards de KWh par an et ce chiffre doit doubler d’ici 2012 ; aux Etats- Unis, la croissance de leur consommation représente chaque année l’équivalent de la production de 2 grosses centrales électriques !
   Alors que la « dématérialisation » de nombreuses activités grâce à Internet a été considérée à juste titre comme favorable à l’environnement, il va falloir dans ce domaine aussi faire de sérieux efforts d’économie d’énergie pour que le bilan reste positif. Cela concernera les industriels, les fournisseurs de services....sans oublier les internautes, qu'ils soient particuliers ou professionnels, qui ne sont certainement pas encore sensibilisés à cette pollution environnementale.  

   Ce paradoxe, qui touche toutes les innovations (on l’a encore vu avec les agro carburants), prouvera à ceux qui en douteraient qu’il n’existe pas de solution miracle pour répondre aux formidables défis du développement durable .

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Réflexions à haute voix
commenter cet article

commentaires

Yves 93 25/04/2010 06:37


Bonjour,
En effet, matière à reflexion.
Mais, étant en province, je n'ai pas bien suivi l'affaire.
Toutefois, j'ai retenu une information, notre "casses toi pôv' con" national parlait d'indemniser les compagnies aériennes...
Si cela se faisait, ce serait un comble!
Quand j'étais gamin, j'ai appris qu'une bonne gestion, pour un particulier comme pour une entreprise, consistait à mettre de côté les années de vaches grasses pour parer aux années de vaches
maigres et aux coups durs.
Quand va-t-on obliger les patrons des entreprises privées à se comporter en individus responsables et cesser de mutualiser leurs pertes? Alors même qu'ils refusent que l'on fasse de même avec leurs
profits?
Ras-le-bol des privilèges, le temps est revenu de danser la carmagnole.
Bien cdt.


laurent 18/04/2010 20:20


Je suis d'accord avec toi, Paul. Cette histoire de nuage qui stoppe les avions crée bien entendu de réelles nuisances, mais pose aussi la question de la nécessité de certains transports, et
généralement de certains coûts. Nous avons fini par accepter un rythme de travail, de vie, de communication imposé par le just in time, l'instant, et, disons-le, la "non réflexion" ou "l'impensé".
Il est parfois préférable, justement, de prendre son temps et de passer en mode "slow" plutôt que "fast". L'avatar de ce nuage est un moyen de rappeler qu'il y a peut-être d'autres façons de passer
ses vacances que d'aller à l'autre bout de la planète ou de la méditerranée, et se poser dans un club déconnecté du reste du pays. Pourquoi ne pas redécouvrir son voisin, la ville proche de la
sienne, toutes les choses que notre logique de vitesse et de réactivité ont rendu invisibles.
Amicalement, Laurent


Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez