Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 mai 2012 6 19 /05 /mai /2012 10:08
  
    Pour François Hollande, le sommet de l’OTAN à Chicago, qui va réunir dimanche et lundi au plus haut niveau les responsables des 28 pays de l’Alliance Atlantique sera particulièrement important. 

       Je souhaite que cette rencontre lui donne l’occasion de faire entendre une voix nouvelle de la France sur plusieurs dossiers essentiels qui concernent la sécurité internationale.
     
L’Afghanistan
            Contrairement à ce qu’on entend depuis quelques jours, le retrait des troupes françaises d’Afghanistan ne sera pas le sujet le plus complexe de l’ordre du jour très fourni de ce sommet.
            En effet, le départ des 3400 militaires français d’Afghanistan fin 2012 –auquel s’est engagé François Hollande- ne devrait pas poser de problème majeur à l’OTAN, puisque notre contingent représente moins de 3% de la coalition internationale.
            Quant aux Etats-Unis, qui ont prévu d’engager un retrait à hauteur de 30 000 hommes par an, ils auraient mauvaise grâce à faire des commentaires désobligeants. La question n’est donc pas de savoir si la France risque d’être dénoncée comme « rompant la solidarité atlantique », d’autant plus que les Pays Bas et le Canada ont déjà retiré leur contingent !
            La question n’est pas non plus de nature technique (difficultés et coût des opérations d’évacuation du matériel), puisque ce n’est qu’à partir de 2013 que les aéroports de Kaboul et de Bagram risquent d’être embouteillés par le retrait américain.
            La vraie question est celle de la situation de l’Afghanistan après 2014, lorsque toutes les troupes de l’OTAN s’en seront retirées. Tant qu’une conférence internationale associant les principaux pays concernés par le conflit afghan (Pakistan, Inde, Chine, Russie, Etats-Unis…) n’aura pas été organisée (voir ma proposition sur ce blog), le pays continuera à vivre dans un climat de confusion permanente, malgré une aide internationale considérable (4,1 milliards de dollars par an, dont 100 millions pour la France).
            Après 10 ans de guerre, scandés par des changements de stratégie et de justification de notre présence dans ce territoire, après des politiques brouillonnes, contradictoires, inefficaces et coûteuses (humainement et financièrement), il était temps de tourner la page.
            Il faudra cependant que les pays occidentaux acceptent aussi de « s'interroger sur le phénomène de développement des Etats faillis (….) où se développent tous les cancers, terrorisme, trafics en tous genres, criminalité organisée. Il est en effet illusoire de penser que ces menaces puissent se traiter uniquement à coup d'opérations militaires qui ont montré leurs limites » (Jean-Pierre Maulny, directeur-adjoint de l’IRIS) 
    
Les armes nucléaires tactiques en Europe
            Ces armes nucléaires  de courte portée sont destinées à frapper le front des forces conventionnelles ennemies et leurs infrastructures. Le débat devrait porter sur l’opportunité de retirer les 180 bombes nucléaires tactiques américaines (« bombes à gravité » obsolètes et sans intérêt opérationnel), qui sont toujours entreposées sur le territoire de cinq pays membres de l’OTAN : Büchel en Allemagne, Kleine Brogel en Belgique, Volkel aux Pays-Bas, Aviano (base américaine) et Ghedi-Torre en Italie, Incirlik (base américaine) en Turquie.
            Sur les 28 membres de l'OTAN, 14 sont en faveur du retrait, 10 ne feront pas d'actions de blocage, trois (Hongrie, Lituanie, France) s'opposent à cette mesure.
            L'attitude très négative adoptée par la France jusqu’ici, sous l’impulsion de N. Sarkozy, est paradoxale, quand on sait que la France a toujours œuvré dans le sens d’une plus grande coopération internationale. En refusant ce qui apparaît comme une large volonté multilatérale, elle va à l'encontre de cette position.
            De plus, cet armement n’a aucun avenir, pour des raisons :
            - techniques, parce qu’il faudrait moderniser les bases accueillant ces armes, afin d’éviter des risques d'accident ou d’action terroriste ;
            - économiques, parce que la Belgique et l'Allemagne sont dans l'obligation d'acheter de nouveaux bombardiers, très coûteux, pour lesquels ces pays ne sont pas prêts à engager la dépense ;
            - politiques, parce que l’opinion publique est très favorable à ce retrait en Allemagne, en Belgique et en Norvège.
            Deux organisations internationales influentes ont lancé des appels en ce sens, auxquelles je me suis associé. C’est le cas du mouvement « Global Zero »[1] et du réseau ELN[2], qui vient de rendre public un texte signé par 45 personnalités européennes.
            Si la France, en rupture avec la politique suivie par N. Sarkozy, appuyait la demande des pays favorables, au sein de l’OTAN,  au retrait d’Europe des armes nucléaires tactiques américaines (ANT), cela marquerait une sorte de renaissance de la diplomatie de la France en matière de désarmement. De plus, l’axe franco-allemand serait renforcé, notamment dans le domaine de la défense.           
    
La défense antimissile
            Cette question fait partie des obsessions américaines depuis au moins 30 ans. On se souvient par exemple du projet pharaonique d’IDS (« Initiative de Défense Stratégique », plus connue sous le nom de « guerre des étoiles ») voulu par Ronald Reagan.
            Cette idée, abandonnée, d’un bouclier de protection des Etats-Unis contre toute attaque de missile balistique est revenue sous une forme édulcorée, mais toujours coûteuse. Pourtant, l’intérêt d’une défense anti missile, en complément ou en substitution de la dissuasion, fait toujours l’objet de débats, sans même parler de la réalité de la menace, qui n’est toujours pas clairement définie!
            Le projet de défense anti missile prévu par l’OTAN concerne les Etats –Unis, mais aussi la « protection des territoires et des populations des pays européens de l’Alliance ». Au sommet de Chicago, il est prévu, sur la demande des Etats-Unis, de déclarer une première capacité opérationnelle dite « intérimaire » du système, sur la base des capacités américaines, qui sont les seules existantes pour l’instant.
            Il est politiquement préoccupant que l’Europe reconnaisse ainsi qu’elle dépend pour sa protection d’un système purement américain. De plus, il apparaît clairement qu’une participation européenne et notamment française aux programmes d’alerte et d’interception est impossible à financer dans l’avenir proche.
            Tout au plus, il pourrait être envisageable, dès lors que les pays européens auront retrouvé des marges de manœuvre budgétaires, qu’une contribution collective européenne soit proposée, à condition qu’elle soit liée à une pleine participation des Européens aux programmes industriels et aux décisions.
            L’autre problème majeur que pose ce projet concerne la relation avec la Russie, qui se sent menacée et qui demande des garanties, au minimum par le biais d’échanges d’informations techniques, que le système ne sera pas dirigé contre eux. Dès lors que ces garanties ne limitent pas la liberté d’action des Européens, il n’y a pas de raison de les leur refuser. S’il est réélu, il semble d’ailleurs probable que Barack Obama envisage d’accorder à la Russie des garanties de ce type.
            En se prononçant plus fermement pour une politique de défense anti-missile compatible avec le maintien de bonnes relations avec la Russie, la France contribuerait à un environnement de sécurité favorable au développement des relations entre l’Union européenne et son voisinage oriental. Elle préserverait également les chances d’une coopération avec la Russie au Conseil de sécurité de l’ONU. 
  
**********
            Une position claire et nouvelle de la France lors des débats de ce sommet de Chicago pourrait ainsi donner le départ d’une diplomatie plus engagée de notre pays en faveur de la paix et du désarmement, conforme au message de François Hollande dans sa campagne, lorsqu’il affirmait « Je veux porter haut la voix et les valeurs de la France dans le monde ».

[1] Créé en décembre 2008, Global Zero est le plus important mouvement international pour l’élimination des armes nucléaires. Soutenu par plus de 450 000 citoyens, Global Zero est appuyé par 300 personnalités, dont Richard Burt, négociateur en chef américain du traité de désarmement START 1, Malcolm Rifkind, ancien ministre britannique des affaires étrangères, Michel Rocard, le général Norlain ou Hans Blix. Le Président Barack Obama et le Secrétaire Général des Nations Unies Ban Ki-moon apportent également leur soutien à ce mouvement.
 
[2] ELN (European Leadership Network) est composé d’anciens responsables européens de la défense et des affaires étrangères, parmi lesquels on retrouve notamment Javier Solana, ancien secrétaire général de l’OTAN, Margaret Becket, ancienne ministre britannique des affaires étrangères, Volker Rühe, ancien ministre allemand de la défense, Massimo D’Alema, ancien premier ministre italien…..

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

commentaires

PRADINES 20/05/2012 16:25

Ne pensez-vous pas, Monsieur le Ministre, que la France devrait montrer l'exemple, ne serait-ce que de manière symbolique, en diminuant son arsenal nucléaire ? Comme vous le suggérez, les nouvelles
guerres sont de nature différente. Le Président Hollande montre l'exemple en retirant au plus tôt les forces combattantes d'Afghanistan. Bien ! Car la démocratie ne s'exporte pas par les armes.
Mais ce geste serait avantageusement complété par une impulsion dans le domaine du nucléaire militaire. Quelle pression, alors, dans la perspective de réduire les armes nucléaires américaines
obsolètes que vous évoquez.

Paul Quilès 20/05/2012 19:23



J'ai expliqué dans mon récent livre "nucléaire, un mensonge français",( http://paul.quiles.over-blog.com/article-nucleaire-un-mensonge-fran-ais-102916312.html)pourquoi
la France n'a pas beaucoup agi pour le désarmement multilatéral jusqu'ici et je fais des propositions pour qu'elle adopte une position plus positive à cet égard (voir mes nombreux textes sur ce
blog).


Je rappelle aussi que la France est signataire du TNP (Traité de Non Prolifération nucléaire) et que l'aticle VI de ce traité invite les pays dotés de l'arme nucléire (et donc la France) à
"poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un
traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace." La modernisation en cours des armes nucléaires françaises (missiles, ogives...)ne va malheureusement
pas dans ce sens!



Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez