Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 13:39
         Aujourd'hui, vendredi 22 juin, j'ai fait une présentation publique de mon livre
"Nucléaire: un mensonge français"
        A la suite de mon intervention (voir le résumé ci-dessous), se sont exprimé(e)s: 
            - Anaïz Parfait, directrice des campagnes Europe de Global Zero.
            - Michel Cibot, délégué général des Maires pour la paix.
            - Venance Journé, physicienne.
            - Jean-Marie Collin, directeur France du réseau des parlementaires pour la non- prolifération nucléaire et le désarmement.
                                                    
                                                      *****************
          " Certains penseront peut-être que c’est une curieuse idée pour un homme politique que de faire un livre sur un sujet qui semble hors de l’actualité : l’armement nucléaire, la dissuasion.     

          Est-ce bien sûr qu’il ne soit pas d’actualité ? 
La récente provocation de Michel Rocard l’a remis brièvement sous les feux de l’actualité médiatique, mais il ne faudrait pas que ce soit un feu de paille !
            Personnellement, je pense que l’importance d’un sujet ne dépend pas obligatoirement de son exposition médiatique.
            Quand je vois l’état du monde, de ses désordres, des guerres, des menaces de conflit et d’embrasement, je me dis que c’est mon devoir de parler, mais je sais bien que vouloir dénoncer, comme je le fais, la sorte d’omerta qui entoure la question du rôle de l’arme nucléaire présente 2 risques :
 
1- Le premier est d’apparaître comme un dangereux irresponsable, un activiste pacifiste. 
            Pensez donc, mettre en cause « le consensus français » sur l’importance de la dissuasion nucléaire, cette « assurance vie », « garantie ultime de notre sécurité » et de nos « intérêts vitaux » !
            Je m’efforce justement dans ce livre de montrer que l’utilisation de ces termes entretient un climat démobilisateur, parce qu’il rend le débat sur ce sujet quasiment impossible, en dehors des cercles d’experts, militaires ou civils.
            L’invocation permanente du prétendu consensus sur l’intérêt de l’armement nucléaire anesthésie les politiques et les commentateurs, si bien que le caractère vital des enjeux en cause n’apparaît plus.      
            Qui s’interroge pour savoir à quoi sert vraiment cette « arme de non emploi » ? Cette justification d’une arme, présentée comme efficace et même « morale », parce qu’elle ne doit pas servir (le non emploi), fait la terrible impasse du cas où elle serait mise en œuvre. Les conséquences terrifiantes ne sont jamais évoquées, pour la bonne raison que les théoriciens de la dissuasion proclament qu’il faut rester flou sur les cibles et sur les effets d’un bombardement nucléaire…..et que, de toute façon, elle ne servira pas ! 
            Il faut relire l’éditorial d’Albert Camus dans Combat au lendemain du bombardement d’Hiroshima, le 8 août 1945…..un bombardement qui a fait 200 000 morts et dont on sait maintenant qu’il n’était pas nécessaire pour mettre fin au conflit des Etats Unis avec le Japon !
             « Il est permis de penser qu'il y a quelque indécence à célébrer ainsi une découverte, qui se met d'abord au service de la plus formidable rage de destruction dont l'homme ait fait preuve depuis des siècles. Que dans un monde livré à tous les déchirements de la violence, incapable d'aucun contrôle, indifférent à la justice et au simple bonheur des hommes, la science se consacre au meurtre organisé, personne sans doute, à moins d'idéalisme impénitent, ne songera à s'en étonner. » (extrait) 
 
2- L’autre risque est celui d’être considéré comme un renégat, puisque j’ai été ministre de la défense, il y a 26 ans, à l’époque où la course aux armements, notamment nucléaires, continuait entre l’Est et l’Ouest.
            Mais justement, le monde d’aujourd’hui n’est plus ce qu’il était avant 1989. Le mur de Berlin est tombé, l’URSS n’existe plus, pas plus que l’affrontement des blocs Est/Ouest.
            C’est pourquoi, j’ai évolué, me refusant à rester attaché à ce qui ressemble de plus en plus à des dogmes. D’ailleurs, nombreux sont ceux qui ont fait le même cheminement (les nombreux signataires de Global Zero ou du réseau ELN; le Président Obama lui-même –voir son appel de Prague du 15 avril 2009, qu’on retrouve dans mon livre).
            Depuis une dizaine d’années, j’ai émis des doutes à haute voix sur la stratégie de dissuasion nucléaire, sur ses dangers et sur son caractère inadapté au monde du 21èmesiècle, surarmé, multipolaire, soumis à des conflits asymétriques et incapable de respecter les objectifs du Traité de non-prolifération (TNP).
            C’est précisément parce que je crois connaître le sujet, que j’ai abordé à plusieurs reprises dans mes diverses fonctions politiques et parce que j’ai moi-même évolué dans mon approche, que je ne peux me satisfaire de ce qui entoure la question de l’armement nucléaire: des silences, des approximations, des slogans, des arguments d’autorité ….qui constituent ce que j’appelle « un mensonge français ».
               
           En réalité, ce mensonge se compose de 10 contre-vérités : 
      1- L’armement nucléaire est notre « assurance vie »
C’est destiné à rassurer (sauf qu’une assurance vie n’est utile qu’au survivant ; il s’agit plutôt d’une assurance mort !). Mais pourquoi et au nom de quel principe interdire aux autres pays d’en disposer ?  
      2- La dissuasion interdit toute attaque nucléaire.
Si c’était le cas, pourquoi prévoir un coûteux « bouclier anti-missile », qui signe l’échec de la dissuasion (cf l'IDS de Reagan)
      3- Notre armement correspond au principe de « stricte suffisance ».
Notion pas très stricte, qui a évolué dans le temps (exemples), preuve de son caractère fallacieux. 
      4- C’est indispensable pour lutter contre la prolifération.
Au contraire, l’addiction des grandes puissances au nucléaire pousse à la prolifération dans les pays qui pensent que c’est la meilleure défense et qui le nucléaire leur permettra de se faire entendre (Inde, Pakistan, Iran…)
      5- Nous respectons le TNP.
Non, voir article VI (« Chacune des Parties au Traité s’engage à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces relatives à la cessation de la course aux armements nucléaires à une date rapprochée et au désarmement nucléaire, et sur un traité de désarmement général et complet sous un contrôle international strict et efficace. ») La modernisation des armes va à l’encontre de cet engagement. 
      6- Nous ne pouvons pas demander le retrait des Armes Nucléaires tactiques américaines stationnées en Europe (seules dans l’OTAN, la France, la Hongrie et la Lituanie sont sur cette ligne !), parce que cela mettrait en cause la force aérienne nucléaire française. Cela est faux : il s’agit d’un armement français sur le territoire français. 
     7- Cet armement ne coûte pas cher.
Actuellement, 3,5 Mds €/an, sans parler de ce qui est caché dans d’autres items budgétaires et bientôt plus, s’il faut renouveler des équipements comme les SNLE NG (sous-marins nucléaires de nouvelle génération). Au niveau mondial, le nucléaire militaire coûtera 700 Mds $ sur la prochaine décennie !
       8- Il assure notre indépendance.
Alors, quid de l’OTAN ? Envisage-t-on de se défendre seul contre une attaque nucléaire….venant d’où ? De Chine ? D’Iran ? De Corée du Nord ? 
     9- Il nous permet de faire entendre notre voix au Conseil de sécurité.
Notre position de membre permanent n’a rien à voir avec la possession de l’arme nucléaire. En 1945, seuls les Etats-Unis (membre du "club des 5") détenaient la bombe atomique. 
      10- Il y a un consensus en France sur cette question.
Faux. Il n'y a jamais eu de débat de fond, même dans les partis.
 
            Je rajouterai même 2 autres contre-vérités qui ne sont pas colportées qu’en France :
- le nucléaire a permis de mettre fin à la seconde guerre mondiale ;
- cet amoncellement d’ogives ne présente pas de danger. 
            Je suis heureux de constater que de nombreuses voix et, parmi elles, celles de personnalités internationales éminentes, s’élèvent pour défendre l’idée du désarmement nucléaire.
            J’ai souhaité présenter brièvement dans mon livre, en annexe, le cadre d’action des mouvements auxquels elles se rattachent. Leurs prises de position et leurs engagements sont un espoir pour les générations à venir, qui ne peuvent se satisfaire d’un héritage qu’elles contestent. C’est ce qu’affirment avec pertinence les trois jeunes étudiants qui ont bien voulu préfacer ce livre, qui se veut un appel à la réflexion, au débat et à l’action."

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article

commentaires

omnitech support reviews 27/10/2014 13:23

I am impressed with the content of the book "Nuclear: a French lie". We will think that this book contains information regarding the different nuclear weapons. But actually this book describes different aspects in politics and society.

Yves 30/07/2012 07:15

Cher Monsieur,

Je veux saluer votre courage à vous engager sur une cause aussi peu "populaire" dans les médias et à avoir osé ainsi changer d'opinion à l'égard de cet armement. Mais je crois que c'est un long
effort qu'il va vous falloir encore fournir, tant les esprits ont été façonnés par tous les politiques de droite d'abord, puis tout aussi largement du PS, au caractère intangible et irréfutable de
la théorie de la dissuasion nucléaire.

Aller contre une idée aussi fortement enracinée par la plus puissante propagande et par l'adhésion active de tous les présidents élus à sa validité ne sera pas facile et demandera beaucoup de
patience et de force de persuasion. J'ai noté à ce propos avec intérêt la récente prise de position (trop vite ridiculisée par les "experts") de Michel Rocard. Il est de ceux dont le crédit et la
notoriété pourraient faire bouger les choses, mais peut-être y en a-t-il d'autres qu'il faudrait aussi aider à déclarer publiquement ce qu'ils en pensent peut-être en privé ? Vous devriez pouvoir
les y aider.

Avec mes sincères encouragements.

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez