Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 février 2010 5 12 /02 /février /2010 14:30

Tribune publiée par Le Monde.fr
et que j'ai signée avec

Marie Noëlle Lienemann, David Cayla (économiste), Gérard Gaumé et Maxime Dumont (syndicalistes), membres du Conseil politique du club Gauche Avenir

 

            Depuis une vingtaine d’années, les replâtrages successifs des régimes de retraite n’ont répondu en aucune façon au problème de fond, tel qu’il est généralement posé : comment garantir à la fois le financement du système et le pouvoir d’achat des retraités ? Ils ont même, d’une certaine façon, aggravé les injustices et les inégalités de notre système.

            Cette question complexe, préoccupation majeure des Français, mérite mieux que les approximations, les positionnements tactiques, les campagnes politiciennes et les discours mystificateurs. La gauche ne doit pas tomber dans ce panneau et, sous prétexte de prouver son « réalisme »,  l’asseoir sur de fausses solutions.

            Il lui faut d’abord poser le bon diagnostic et rappeler quelques vérités peu fréquemment mises en avant. Ainsi, l’allongement continu de la durée de cotisation, l’indexation des pensions sur les prix (et non plus sur les salaires) et la remise en cause de droits sociaux spécifiques ont eu pour conséquence de faire fondre le niveau des pensions. Alors que la moyenne des pensions versées aux retraités actuels s’établit à 1300 euros, de nombreux retraités (surtout des femmes) touchent moins de 1000 euros par mois. Par ailleurs, plus de 600 000 personnes ne bénéficient que du minimum vieillesse, soit 677 euros par mois. Enfin l’OCDE a montré[1] que la France est un pays très inégalitaire dans le versement des pensions.

            La gauche doit aussi dénoncer l’idée, vieille antienne des tenants de la pensée unique, selon laquelle la répartition serait incompatible avec l’allongement de la durée de la vie. Plus on vit vieux longtemps, plus on touche de retraite et plus il serait difficile de la financer : l’équation paraît simple et imparable. On comprend que le gouvernement s’en saisisse pour faire peur. Il doit préparer une négociation difficile avec les syndicats de salariés dans le cadre du rendez-vous de 2010 et cherche à tout prix à faire passer pour une réforme l’allongement de la durée de cotisations des salariés.

            Face à cette menace de régression sociale, la gauche doit au contraire défendre ses valeurs et montrer  qu’elle n’adhère pas à cette logique. L’augmentation de l’âge légal de départ en retraite au moment où la crise fait exploser le nombre de chômeurs et où les générations de jeunes qui entrent sur le marché du travail ne trouvent pas d’emploi ne peut en aucun cas être une solution. Au mieux, cette méthode de « sapeur Camembert » permettrait de combler le trou des régimes de retraite en agrandissant le trou de l’indemnisation des chômeurs et du RSA. Au pire, allonger la durée d’activité entraînerait un accroissement des inégalités entre les générations et entre les salariés du haut de l’échelle (qui pourront effectivement travailler plus et toucher une bonne retraite) et ceux du bas de l’échelle, qui sont les premiers à être licenciés à 55 ans et qui doivent alors se contenter d’une retraite incomplète.

            Repousser l’âge de la retraite ne conduirait pas à un accroissement de la période de travail. En effet, depuis la réforme de 2003, malgré l’allongement de la durée de cotisation, le taux d’emploi des 55-65 ans n’a pratiquement pas bougé et se situe toujours en dessous de 40%. L’âge moyen de cessation d’activité, quant à lui, s’établit autour de 58 ans. Dans ce contexte, proposer de travailler jusqu’à 61 ou 62 ans est une fausse bonne idée, qui aurait pour conséquence de grossir les rangs des chômeurs et des retraités pauvres. Seule une minorité de cadres supérieurs pourrait alors bénéficier d’une pension complète.

            La gauche ne peut pas accepter qu’une telle situation se maintienne et elle doit refuser toute réforme qui conduirait à accentuer les inégalités et les injustices. Il n’est naturellement pas question de nier qu’il existe un problème du financement. De nombreuses solutions sont imaginables et il faut en débattre.

            Par exemple, il est possible de faire participer davantage les revenus du capital au financement de la protection sociale. Pourquoi ne pas instaurer une cotisation spéciale pour les entreprises qui abusent du travail précaire et qui ne jouent pas le jeu des négociations salariales ? On peut aussi envisager de mettre à contribution les revenus non salariaux, tels que les primes, les bonus, l’intéressement et la participation, les stocks options ou encore les indemnités que reçoivent certains grands patrons. Tous ces revenus sont aujourd’hui pratiquement absents du financement des retraites.

            Enfin, il ne faut pas craindre de proposer une hausse des taux de cotisations des employeurs et des employés, ce que suggèrent d’ailleurs les Français en premier lieu dans les sondages d’opinion. Cette hausse pourrait même être compensée par des augmentations salariales et une véritable politique d’emploi, dans la mesure où des salaires plus élevés et un emploi plus important facilitent le financement du régime de retraite.

            C’est par un diagnostic et des propositions de cette nature, loin des analyses de la droite et du gouvernement, que la gauche crédibilisera sa démarche visant à bâtir un système de retraites plus juste et plus solidaire. C’est ainsi qu’elle pourra rassembler une majorité de Français.



[1]  Dans une étude de 2007, l’OCDE montre que la France, avec un revenu de remplacement net moyen représentant 62,8 % du salaire médian, contre 72.1 % dans les pays de l'OCDE et se situe au 21ème rang sur les 31 pays en matière de générosité de son système de retraite.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

commentaires

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez