Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 23:59

                           

     Le Conseil de sécurité de l'ONU vient de voter, par 10 voix sur 15 membres (5 abstentions, dont la Russie, la Chine, l'Allemagne) une résolution autorisant la mise en place d'une "zone d'interdiction aérienne" et l'utilisation de "toutes les mesures nécessaires" pour protéger les civils et imposer un cessez-le-feu à l'armée libyenne.

 

     Même si cette décision intervient après 3 semaines d'atermoiements, je me félicite de cette décision, en espérant qu'elle va permettre une intervention rapide, qui empêchera Kadhafi de mettre à exécution ses menaces sur les populations civiles.

 

    Je constate que la Russie et la Chine n'ont pas osé user de leur droit de véto. Il est vrai que, dans le cas contraire, il leur aurait été difficile de se faire les complices du dictateur libyen après avoir voté il y a 15 jours en faveur de sa comparution devant la Cour pénale internationale, pour crimes contre l'humanité!

 

    Cette décision du Conseil de sécurité donne enfin un contenu concret à la doctrine de la "responsablité de protéger", votée à l'unanimité par l'Assemblée générale de l'ONU en 2005 et qui autorise la Communauté internationale à intervenir contre un dictateur qui martyrise sa population.

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

commentaires

marc trinquet 18/03/2011 16:13


Oui j'ai lu la declaration de l'ONU, mais comme ils ne font pas de distinction entre civil (passif) et civils armes. Et la petite phrase par "tout moyen neccessaire" (C'est je crois l'inclusion de
cette phrase qui a prise le plus de temps a negocier). Cette resolution est bien destinee a aider activement la revolution.
Mais quelle reaction rusee de la part de Khadafi!
Personne ne bouge!
A moins que les revoltés ou quiconque ne provoque ses forces armees d'une maniere ou d'une autre. Il peut se permettre de ne pas bouger jusqu'a ce que la Libye disparaisse du radar des
organisations de presse mondiale, non?!...


Paul Quilès 18/03/2011 19:18



Kadhafi est fou, mais rusé....ce qui n'est pas incompatible! J'aurai l'occasion de parler demain sur Europe 1 (8h20) des actions à mener dans le cadre de la résolution 1973 votée hier par le
Conseil de sécurité.



Gilbert SOULET 18/03/2011 09:35


Bonjour cher Paul QUILèS,

Je vous ai entendu entendu ce matin sur BFM-TV avec plaisir et conviction.
Mais quel temps perdu pour dissuader KADHAFI;
Je crains par dessus tout nos Va-t’en-guerre”.
Là est le danger!

Gilbert de Pertuis en Luberon


marc trinquet 18/03/2011 03:12


Je me felicite aussi de cette decision. L'idee que Khadafi et sa clique puisse ecraser cette vague de soulevement populaire est revoltante en soit.
Mais, monsieur Quiles soyons honnete: ce n'est pas pour "proteger la population" que la resolution a ete votee mais bien pour ecraser Khadafi que l'Ouest a rever de punir,a juste titre sans doute,
depuis tres longtemps.


Paul Quilès 18/03/2011 09:28



Il s'agit bien de protéger les populations (voir les textes de l'ONU), mais s'il faut pour cela punir Kadhafi, cela se fera. Je pense même que c'est inévitable et c'est la raison pour laquelle il
y a eu tant de tergiversations de la part de pays comme la Russie, la Chine et l'Allemagne.



Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez