Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 17:08
Lettre à Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP
 
     Le combat politique amène -particulièrement pendant les campagnes électorales- à utiliser des caricatures et à reprendre sans retenue des clichés, souvent faux, mais dont la seule valeur est qu'ils sont ressassés depuis des années.
      C'est ainsi que vous avez cru bon d'évoquer hier [2 mars] sur Europe 1 "la célèbre phrase de M. Quilès, en 1981, lorsqu'il expliquait, dans l'euphorie du moment, 'il ne faut pas dire que des têtes vont tomber, il faut dire lesquelles' "
      Permettez moi de vous dire que cet argument polémique fondé sur une formule tronquée et totalement isolée de son contexte, ne constitue pas, même répétée, une vérité. C'est ce qu'ont compris nombre de mes interlocuteurs, même s'ils ne partageaient pas mes convictions politiques.
      Vous pourrez le vérifier à la lecture des correspondances (voir ci-dessous) que m'ont adressées à ce sujet deux de vos amis: Gérard Longuet (20 mai 1990) et Patrick Devedjian (26 mai 2003).
      Je vous adresse également une brève analyse qui permet d'aller au delà de la lecture sommaire et partisane de l'évènement.
        Enfin, je pense que l'ancien ministre que vous êtes se souvient certainement que la désignation de plusieurs centaines d'emplois civils et militaires de l'Etat se fait en conseil des ministres (partie B), sous l'autorité du Président de la République. Selon l'article 13 de la Constitution, celui-ci a, comme vous le savez, la responsabilité de nommer "les conseillers d'Etat, le grand chancelier de la Légion d'honneur, les ambassadeurs et envoyés extraordinaires, les conseillers maîtres à la Cour des comptes, les préfets, les représentants de l'Etat dans les collectivités d'outre-mer régies par l'article 74 et en Nouvelle-Calédonie, les officiers généraux, les recteurs des académies, les directeurs des administrations centrales".
      Cette liste, déjà longue, est complétée par l'ordonnance du 28 novembre 1958 portant loi organique, qui ajoute d'autres emplois à pourvoir en conseil des ministres :"procureur général près la Cour de cassation, procureur général près la Cour des comptes, procureur général près une cour d'appel; direction dans les établissements publics, les entreprises publiques et les sociétés nationales quand leur importance justifie inscription sur une liste dressée par décret en conseil des ministres".
        Fort de ces informations, vous voudrez bien à l'avenir faire preuve de plus d'exactitude dans votre argumentation politique.
        A vous.
                          Paul Quilès
        Devedjian.JPG
Longuet.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article

commentaires

terre et paix 05/03/2012 11:50

Votre mise au point est plus que justifiée ;malheureusement je ne l'ai pas entendu ,mais en ecoutant Cope hier soir il ressasse des contre vérites qu'il essayede faire "gober" aux français . IL
semble vraiment aux abois

David 05/03/2012 08:50

Il est toujours bon de rappeler la Constitution et de rétablir la vérité face à des gens de mauvaise foi. Tout est bon dans cette campagne pour travestir et caricaturer la parole de ses adversaire.
Espérons que le Peuple Français ne tomberons pas dans le piège, même si majoritairement il est de droite.
Amicalement

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez