Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2013 2 06 /08 /août /2013 08:49

           La commune de Cordes sur ciel, dont je suis le Maire, fait partie du réseau mondial des "Maires pour la paix", présidé par le Maire d'Hiroshima.

 

            En cette journée anniversaire du bombardement nucléaire de sa ville, je vous propose de lire un extrait de la déclaration de Kazumi MATSUI, Maire d' Hiroshima, qui sait de quoi il parle.

   

            Je conseille aussi, notamment à ceux qui préfèrent se voiler la face et répéter les contrevérités habituelles sur l'arme nucléaire, la lecture de ce passionnant texte de Ward Wilson * . Il démontre, archives à l'appui, qu'il n'était pas nécessaire de larguer 2 bombes atomiques sur le Japon pour obtenir sa capitulation et mettre fin à la guerre!

 

***

 

Déclaration de Kazumi MATSUI, Maire d' Hiroshima

 

       « À 8h15 le 6 août 1945, notre ville fut réduite en poussière par une bombe atomique. Nos maisons, notre vie quotidienne, nos coutumes tant aimées, tout disparut : « Hiroshima n’existait plus. La ville n’était plus. Plus de routes, une vaste étendue de gravats brûlés s’étendait tristement devant moi, à perte de vue. Je suivis des lignes électriques tombées le long de ce que je prenais pour des rails de tramway. Ce qui restait de la voie était brûlant. La mort était partout. » Telle était notre ville vue par une jeune fille devingt ans. Telle était Hiroshima pour tous les survivants. Les festivals, les sorties en bateau, la pêche et la récolte des palourdes, les enfants qui attrapent des crevettes, c’est tout un mode de vie qui disparut de nos rivières bien-aimées.

 

      Pire encore, la bombe souffla littéralement les vies de tant d’êtres humains : « Je parcourais la ville en camion avec une équipe de la sécurité civile afin de récupérer les cadavres. Comme je n’étais qu’un enfant, je devais les prendre par les chevilles mais la peau se détachait aussitôt. Je n’avais aucune prise. Je m’armai de courage, serrai fort avec le bout des doigts mais la chair se mit à suinter dans une horrible puanteur. J’attrapai directement l’os. Au compte de trois, nous lancions les corps dans le camion. »

 

       Comme le relate l’expérience vécue par cet enfant de 13 ans, notre ville était devenue un véritable enfer. Il y avait des cadavres partout, empilés les uns sur les autres. Au milieu de gémissements étranges, des nourrissons tétaient encore leurs mères décédées, alors que des mères abasourdies au regard vide serraient contre elles leurs bébés morts.

 

       Une jeune fille de 16 ans perdit les membres de sa famille les uns après les autres: «Mon frère de sept ans fut brûlé de la tête aux pieds et mourut peu après le bombardement. Un mois plus tard, ce fut au tour de mes parents, puis de mon frère de 13 ans et de ma soeur de 11 ans. Il ne restait plus que moi et mon petit frère de trois ans, qui mourut plus tard d’un cancer.» Des nouveau-nés aux personnes âgées, 140 000 personnes perdirent la vie à Hiroshima avant la fin de l’année.

 

     Hiroshima fut plongée dans l’obscurité. Les hibakusha – survivants de la bombe atomique – ont vécu le bombardement, ont dû en subir les effets et affronter les préjugés de la société. Malgré cela, ils n’ont pas attendu pour partager leur expérience avec le monde entier. Passant outre leur rage et leur haine, ils révélèrent la cruauté absolue des armes nucléaires et travaillèrent sans relâche pour les faire abolir. Nous voulons que le monde entier apprenne leur détresse, leur chagrin, leur douleur et leur dévouement.

 

     Aujourd’hui, la moyenne d’âge des hibakusha est de 78 ans. De nombreux citoyens ordinaires ayant émis le souhait de recueillir et de partager leur expérience, la ville d' Hiroshima a commencé à former les successeurs officiels des hibakusha. Décidés à ne jamais oublier le bombardement atomique, nous voulons démontrer à tous, au Japon et à l’étranger, le désir des hibakusha de parvenir à un monde sans armes nucléaires.

 

     Peuples du monde, mais surtout chefs d’états dotés d’armes nucléaires, venez à Hiroshima et méditez sur la paix dans notre ville touchée par la bombe atomique!

                          (....)

     Une fois de plus, nous prions pour que l’ensemble des victimes de la bombe atomique repose en paix. Depuis notre ville d' Hiroshima, nous promettons de transmettre au monde entier l’expérience vécue et le désir de nos hibakusha et de faire tout ce qui est en notre pouvoir pour établir la paix dans un monde sans armes nucléaires.»

_____________________________________________________

* Publié sur le site Slate.fr

Hiroshima, 6 août 1945
Hiroshima, 6 août 1945

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article

commentaires

web hosting services reviews medium.com 20/08/2014 13:51

officiels des hibakusha. Décidés à ne jamais oublier le bombardement atomique, nous voulons démontrer à tous, au Japon et à l’étranger, le désir des hibakusha de parvenir à un monde sans armes nucléaires.

anti snoring devices 06/05/2014 12:21

i am happy that you have shared this article again on your site and this is a remainder of what the war can do to the mankind and the brutal consequences of nuclear warfare. this is a good share and lesson for the readers.

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez