Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 16:26

   Attaquer la télévision peut être dangereux. Je viens de le vérifier, en constatant certaines réactions à la plainte que nous avons déposée, Marie Noëlle Lienemann et moi,  contre l’émission « le jeu de la mort ». Le caractère virulent de ces commentaires, le plus souvent anonymes et assorties d’insultes, montre, s’il en était besoin, que la violence peut aussi être considérée comme une forme d'argumentation.... par ceux qui prétendent dénoncer les ressorts de la violence!
   Au-delà de ces turpitudes, de nombreux messages font apparaître des interrogations salutaires et des analyses intéressantes sur l’état de notre société et sur le rôle des outils de communication, dont la télévision. De nombreuses discussions que j’ai eues au cours de la semaine écoulée me l’ont confirmé.
   Ces interrogations sont nécessaires et elles doivent faire l’objet d’un vrai débat public dans une démocratie digne de ce nom. Saisir le CSA, comme on nous l’a suggéré, n’aurait pas suffi, dans la mesure où celui-ci considère que son cahier des charges ne lui permet pas d’intervenir en pareille circonstance. On nous a dit aussi: « Vous avez raison de protester, mais il ne fallait pas porter plainte ». Malheureusement, on imagine aisément qu’une simple tribune dans la presse n’aurait pas permis d’aller bien loin...
   Et pourtant, cette émission maladroite, aux nobles ambitions, mais dont les objectifs étaient confus, voire contradictoires, suscite trois débats, qui devraient être traités de façon distincte : le rôle de la télévision, la nature des émissions de télé- réalité et la soumission à l’autorité. Comme l’analyse très bien le document déjà mentionné d’Henri Maler et publié sur le site d’Acrimed, ce n’est pas la même chose de mettre en évidence "le pouvoir spécifique de la télé- réalité et le pouvoir générique de la télévision".
   Trois questions se posent alors :
- Peut-on dénoncer globalement un outil, parce qu’il en est fait parfois un usage condamnable, du point de vue de la morale, de l’éthique ou de la démocratie ? Ceci vaut pour la télévision comme pour le livre ou pour Internet, autant d’outils que j’utilise chaque jour et que je ne condamne pas en bloc, au motif qu’ils peuvent être utilisés pour manipuler les esprits.
- S’agissant des excès insupportables des jeux de télé- réalité, qui se nourrissent de violence gratuite, d’humiliation et de vulgarité, était-il nécessaire  d’avoir recours aux mêmes ingrédients pour les dénoncer ?
- Quant à savoir si ces émissions sont susceptibles de créer de potentiels assassins, n’aurait-il pas fallu s’interroger sur les raisons réelles de la soumission à l’autorité ? Ce n’est pas tant l'environnement (la télé- réalité) qui détermine le comportement des sujets que leur rapport quotidien à l’autorité et aux violences de la société dans laquelle ils vivent. Telle était bien en tout cas l’analyse du psychologue américain Milgram, qui, au début des années 60, avait mené des expériences -dont s’est inspirée "le jeu de la mort"- pour évaluer le degré d’obéissance face à l’autorité scientifique.
   Enfin, il paraît difficile de négliger l’aspect éthique de ce "jeu", lorsque l’on pense au préjudice porté à des candidats qui s’imaginent peut-être avoir été de vrais tortionnaires. Je vous recommande à ce propos l’article très éclairant de Marie Bénilde (Informations 2.0), dont je donne un résumé sur ce blog : « les limites de l’expérience télévisuelle ». IL faut lire également l’interview dans Libération  de Laurent Bègue, professeur en psychologie sociale, qui estime que « le but moral visé –faire réfléchir sur la télévision – a dépassé celui de l’intégrité de la personne ».


   Pour comprendre le "pourquoi" et le "comment" de cette émission, n’oubliez pas non plus de lire ces articles du dossier que Libération lui a consacré :
- Haro facile sur les bourreaux

"Les cobayes du film croyaient qu’ils infligeaient des décharges électriques réelles. Mais les grosses ficelles de Nick affaiblissent sa démonstration."
- Après, un débat houleux avec Hondelatte , dont voici un extrait:

"Christophe Hondelatte: Il faut quand même dire une chose importante, vous concernant…

- En fait, là, je préférerais ne pas en parler. Il s’agit de ma vie privée.

- Mais si, allez : dites-le nous !

- J’aimerais mieux pas.

- C’est important : vous êtes homosexuel !"

Malaise. Quel est le but de la manœuvre ? Suggérer que l’homosexualité prédispose à électrocuter son prochain ? "

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Médias
commenter cet article
3 avril 2010 6 03 /04 /avril /2010 16:10

Extraits de l'article de Marie Bénilde, publié sur sur son blog "Information2.0"  (hébergé par le Monde Diplomatique)

 

   "Après le déballage intime, l’humiliation des moins forts, l’élimination du maillon faible ou la promotion de l’adultère, la mise en scène de la mort achèverait un cycle d’insensibilisation progressive à nos valeurs profondes de civilisation éclairée. Et assurerait donc, en creux, l’avènement d’un monde barbare où tout est bon pour s’enrichir et avoir son quart d’heure de notoriété.


   Mais ce noble objectif ...a t-il pour autant besoin de reconstituer l’expérience de Milgram à travers une adaptation sous le forme d’un jeu télévisé ? L’intérêt est sans doute de reprendre les armes de la télé réalité pour les retourner contre elle dans un documentaire coup de poing. Mais, malgré la construction de tout un appareil de légitimation scientifique, Nick ne saurait s’épargner un questionnement éthique qui rend problématique son expérimentation.

 


   1 - D’abord, Christophe Nick n’ignore pas que l’Association américaine de psychologie, qui réunit les chercheurs en psychologie sociale outre-Atlantique, recommande ne plus se livrer à une telle mise en scène en raison de « l’état de tension qu’elle provoque chez les sujets testés »  (…….) Les candidats sont en effet soumis à un stress qui est la résultante d’une violence psychologique exercée à leur encontre.


   2 - Le jeu télévisé « La Zone Xtrême » produit du conditionnement qui est moins le produit de la télévision que le résultat d’une mise en scène qui conjugue pression collective, déresponsabilisation et injonctions répétées.....« Ce n’est pas tant la télévision en elle-même qui constitue un instrument de soumission que le dispositif qui l’entoure. (...). Je crois qu’au fond c’est le dispositif de la scène qui produit cet effet de soumission » (Ignacio Ramonet)


   3 - N’y a-t-il pas ensuite contradiction à dénoncer une spirale infernale qui amène la télé réalité à flatter les plus bas instincts humains et, dans le même temps, s’assurer une audience en convoquant le voyeurisme du téléspectateur? Un tel travers eut été facilement évitable en floutant les visages des candidats « questionneurs »……Mais le producteur et la chaîne s’y sont refusés.


   4 - A moins de considérer que la fin justifie toujours les moyens, et d’être ainsi peu éloigné de la pensée totalitaire, on ne peut aussi passer sous silence les lendemains qui déchantent pour les candidats testés. Comment sera perçue dans son environnement social, familial, professionnel la « prestation » du pseudo-tortionnaire ? Quelles en seront les conséquences individuelles ?  (……) Du reste, n’y a-t-il pas que trois personnes qui ont refusé d’apparaître à visage découvert ? Chacun est volontaire pour aider à une prise de conscience globale... Mais on peut aussi se demander si l’émission n’abuse pas de son cautionnement universitaire ou scientifique pour obtenir une forme de soumission à un projet de diffusion grand public. Cela ne vous rappelle rien ? Il n’est pas tout à fait sûr, en outre, que « Le Jeu de la mort » ne profite pas de la faiblesse d’individus qui préfèrent une petite notoriété, même négative, au néant télévisuel. Après avoir administré 460 volts, l’un d’eux demande en quittant le plateau à un membre de la production : « Est-ce que j’ai été bon ? »


   5 - Enfin, « Le Jeu de la mort » se donne une apparence de représentativité statistique qui est très discutable. Les volontaires de l’émission ne viennent pas pour participer à une expérience scientifique sur la mémoire, comme chez Milgram, mais pour être associés au pilote d’un jeu télé. Autant dire que seule est représentée dans l’émission la catégorie très particulière des personnes susceptibles d’étrenner un jeu fictif, sans gain à la clé. Par ailleurs, il est hautement probable qu’un certain nombre d’individus n’ont pas cru une seconde à la supercherie organisée sous le label du service public, à travers un sorte de contrat ludique. (…..)"

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Médias
commenter cet article
27 mars 2010 6 27 /03 /mars /2010 10:00

- Pour écouter l'interview de Paul Quilès 
à Europe 1 -journal de 22h30 du 26 mars-
sur les raisons de la plainte
contre l'émission de France 2
cliquer ici (à partir de 8'05")


- Pour lire la critique de Serge Moati
dans le Journal du Dimanche
 cliquer ici     

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Médias
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 20:08

   La  plainte que nous avons déposée avec Marie Noëlle Lienemann à propos de l'émission "le jeu de la mort" a suscité de nombreux commentaires.
    Tant mieux, s'il s'agit vraiment d'arguments dignes du nécessaire débat sur la façon de faire régresser la violence dans notre société et d'une réflexion sérieuse sur le pouvoir prescriptif de la télévision. 
    Je trouve moins utiles les commentaires approximatifs, parfois violents, que favorise l'anonymat des "chats" d'Internet....
    Si vous souhaitez une excellente analyse de cette émission, je vous recommande vivement le travail d'Acrimed intitulé "le jeu de la mort: une critique de la télévision?"

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Médias
commenter cet article
26 mars 2010 5 26 /03 /mars /2010 16:00

jeu-de-la-mort.jpg     L’intention était probablement louable. Il s’agissait, nous dit-on, de dénoncer les dérives insupportables de la télévision (ou de certaines chaînes de télévision ?) et de sa capacité à manipuler les esprits.

     Le résultat de l’émission diffusée par France 2 en début de soirée le 17 mars est malheureusement plus que discutable. C’est la raison pour laquelle, avec Marie Noëlle Lienemann, j’ai porté plainte contre la direction de France 2 et les réalisateurs de cette émission.

     Par cette action, il ne s’agit naturellement en aucune façon de vouloir brider la liberté d’expression. Ce que nous voulons dire, c’est  qu’il y a des limites à ce que peut montrer –même au nom de louables intentions- ce média fort qu’est la télévision.

     La violence est un redoutable fléau de nos sociétés. Quand elle se banalise, elle brise le lien social et peut conduire à des extrémités redoutables.  La répression des actes violents ne peut être la seule réponse à ce phénomène, contrairement à la vision « sécuritaire » qu’en ont certains responsables politiques. Seule une action globale, passant notamment par l’éducation, est susceptible de l’endiguer.

     La télévision peut jouer à cet égard un rôle majeur. C’est peut être ce qu’ont souhaité les promoteurs de l’émission « le jeu de la mort », mais je crains que l’effet ait été contraire et ce, pour 3 raisons :

     1- la méthode utilisée, qui a consisté à utiliser les procédés les plus « trash » de la télé réalité, que l’on entendait dénoncer ;

     2- le lieu de l’émission, une chaîne de service public, qui se prévaut d’une certaine éthique, comme on peut le lire sur "la charte de l’antenne" :
« En règle générale, France Télévisions s’abstient de diffuser des programmes susceptibles de nuire à l’épanouissement physique, mental ou moral des mineurs. A ce titre, la société s’abstient de diffuser des programmes comprenant des scènes de pornographie et de montrer, notamment dans les journaux télévisés, le spectacle de la violence pour la violence».

    3- la diffusion de l’émission à une heure de grande écoute, touchant de ce fait un public large (y compris des enfants) et peu averti des « règles du jeu » pour les téléspectateurs n’ayant pas suivi l’émission depuis le début. 

     Les producteurs de l’émission disent avoir voulu créer un « électrochoc » (!). Je ne sache pas  que cette méthode brutale puisse se substituer au raisonnement et à l’intelligence. L’utilisation intensive de l’émotion au cours de l’émission tendrait à prouver que les mots et le raisonnement ne suffisent pas pour démontrer la nocivité de la téléréalité. Ainsi, le résultat est paradoxalement inverse de celui que l’émission souhaitait atteindre.

_______________________________________________________________________________ 
Extraits de la plainte


"Dans la soirée du 17 mars 2010, la chaîne de Télévision France 2 a diffusé un reportage intitulé « jusqu’où va la télé ».
(...............)
Les auteurs ont prétendu vouloir dénoncer la surenchère des programmes de télévision "trash" et l'influence de la "téléréalité", en utilisant un procédé d’une émission fictive impossible à réaliser dans notre pays.
Pour ce faire, Christophe NICK a adapté sous forme de jeu télévisé, l’expérience effectuée dans les années 60 par Monsieur Stanley MILGRAM, alors destinée à évaluer la capacité de l’homme à se soumettre à une autorité « légitime », en l’occurrence, un homme présenté comme un scientifique en blouse blanche.
Les auteurs du documentaire litigieux ont donc procédé à un casting de candidats potentiels, lesquels pensaient participer aux répétitions du pilote d’un nouveau divertissement baptisé « La Zone X Treme ». Ils étaient prévenus qu’il n’y avait rien à gagner et que ce jeu ne serait pas diffusé.
Les candidats devaient infliger des décharges électriques de plus en plus fortes à un cobaye (qui était en fait un comédien complice de la supercherie) à chaque fois que celui-ci ne donnait pas les bonnes réponses à un test de mémoire.
Aux ordres de l’animatrice du prétendu jeu, et sous la pression des encouragements du public, tous les candidats ont accepté de participer et d’infliger des décharges électriques au cobaye, alors même qu’il n’y avait aucun enjeu.
81% d’entre eux sont allés jusqu’à infliger une décharge électrique de 460 volts, la plus forte du jeu et celle susceptible d’entrainer la mort du cobaye et ce malgré ses supplications.
Sous couvert de dénoncer la capacité de la télévision à manipuler les esprits et d’analyser le processus d’obéissance, les auteurs de ce reportage ont tout simplement incité les candidats du « jeu » à commettre des actes de tortures.
Par ailleurs, la scène offerte aux téléspectateurs  a été d’une violence extrême.
Le public a pu voir des gens ordinaires se transformer en bourreau capable d’une barbarie insoutenable, malgré l’agonie parfaitement simulée du cobaye.
La façon dont le documentaire est monté participe également beaucoup à la violence du reportage. Il est fait usage de formules et de raccourcis saisissants, sur fond de musique anxiogène, la bande originale du film « Orange Mécanique » ayant été utilisée.
Au final, la démonstration repose sur une manipulation quasiment similaire à celle qu’elle entend dénoncer, de sorte qu’il est permis de penser que le spectateur est le véritable jouet de cette expérience.
En effet, l’expérience qui a été menée par Monsieur NICK ne saurait être comparée à celle autrefois réalisée par Monsieur MILGRAM.
En l’espèce, les candidats savent qu’ils participent à un jeu, organisé par une chaine de télévision française.
Même si tout est fait pour leur faire croire que la situation est réelle, ils ne peuvent ignorer qu’une telle chose ne saurait être tolérée dans notre pays, au vu des règles édictées par le CSA.
C’est d’ailleurs ce que l’un des candidats va dire, expliquant son geste par le fait qu’il savait que cela ne pouvait pas être réel. Son commentaire n’a pourtant pas été exploité par les auteurs qui ont préféré mettre en avant le résultat obtenu.
Les conclusions qui sont tirées de cette expérience sont finalement assez peu significatives. Dénué de tout intérêt scientifique, ce reportage n’est plus qu’une banalisation choquante de la violence, qui s’en trouve légitimée et encouragée, au prétexte de la dénoncer.
(..........)
Bien loin de prouver que l’homme est capable de comportements abjects dès lors qu’il est soumis à une quelconque autorité, ce reportage légitime avant tout la torture dès lors que l’on peut en retirer des conclusions prétendument scientifiques ou sociologiques.
Ces procédés sont indignes d’une télévision de service public. De tels actes sont d’autant plus graves que le reportage a été diffusé sur une chaîne publique, qui se prévaut d’une certaine éthique, tel qu’il résulte de la « charte de l’antenne » mise en ligne sur le site internet du groupe"
(..........)

Telles sont les raisons pour lesquelles nous avons porté plainte à l’encontre de la direction de France 2 et des réalisateurs de l'émission, en évoquant les articles 24 1°), 61 et 62 de la loi du 29 juillet 1881 pour "des faits de provocation directe à la commission d’atteintes volontaires à la vie et à l’intégrité de la personne". 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Médias
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 23:12

    Ainsi, la taxe carbone est, avec M.Darcos, la victime sacrificielle de l'échec de la droite aux élections régionales!
    S'agissant de cet impôt, que j'ai qualifié d'injuste, compliqué et inefficace, je ne vais pas me plaindre de l'annonce du premier ministre.
    Par contre, le caractère politicien évident de sa décision, qui vise à calmer une certaine partie de la droite, secouée par la claque de dimanche dernier, est assez affligeant. Il suffit de relire ce que j'écrivais sur ce blog il y a un peu plus de 6 mois, pour comprendre à quel point ce sujet sérieux -l'incitation à réduire les consommations d'énergie- a été traité en dépit du bon sens.
    Les préoccupations essentiellement politiciennes de ceux qui ont conçu feu la taxe carbone (la "contribution climat énergie") n'ont pas permis que s'engage un vrai débat sur les objectifs et les moyens de faire accepter une véritable politique de développement durable.
    Cette attitude brouillonne et qui tourne le dos à la concertation indispensable au traitement des des problèmes de fond est de mauvaise augure pour les grands dosiers qui vont être abordés prochainement....celui des retraites par exemple.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Energie et environnement
commenter cet article
22 mars 2010 1 22 /03 /mars /2010 15:58

Réaction de Paul Quilès sur France 3
 au soir du succès de la gauche au 2ème tour des élections régionales.
Pour regarder, cliquez ici

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 22:00

banniere_G2012.pngDepuis un an, nous avons été plus d'un millier, responsables politiques, élus, militants à signer
"l’appel de Gauche 2012", 
qui proposait ce que nous avons appelé le "logiciel pour la victoire".

L’idée  a fait son chemin : la tentation d’alliance au centre s’est éloignée, la bataille des égos semble momentanément mise en sommeil, des responsables expriment publiquement la nécessité d’un «rassemblement rouge, rose, vert» autour d’un manifeste et d’un programme pour 2012.

Prenons-les au mot, car le temps presse. Amplifions la dynamique unitaire. Proposons une politique de gauche et écologique pour la France. Préparons la victoire de 2012.


Tel est l’objet de cette
«Adresse aux responsables de gauche et écologistes »,
que nous vous proposons de signer et de faire massivement signer.
Pour cela, cliquez ici


Il faut rapidement un rassemblement  des forces de gauche et écologistes pour l’alternative et des Etats Généraux,
qui prépareront un manifeste commun.
Alors, signez vite et exprimez-vous sur le site.
La Gauche a besoin de votre engagement !

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 10:17

  L'école bioclimatique de Cordes, en fonctionnement depuis le 1er mars, a connu hier un vif succès avec la "journée portes ouvertes". Chacun a pu en apprécier l'architecture novatrice et la conception inspirée des principes du développement durable (voir sur ce blog).

   Mais c'est certainement la satisfaction exprimée à la fois par les enfants, les enseignants et les parents qui constitue la plus belle récompense pour toutes celles et tous ceux qui ont oeuvré pendant 3 ans à cette belle réalisation.

  Le commentaire qui m'a le plus touché est celui d'un parent qui, après avoir constaté l'organisation des espaces (grande cour ouverte vers le sud et plantée, "rue intérieure", vaste bibliothèque, grandes salles de classes....) s'est félicité que ce lieu soit si bien adapté à l'apprentissage du "vivre ensemble", loin de la violence trop souvent présente dans notre société.

            Lire l'article de la Dépêche du Midi

Ecole-photo-Depeche.jpg
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 16:29

 

                      Logo.jpg
     Depuis quelque temps, des voix, de plus en plus nombreuses (Daniel Cohn Bendit encore hier) s’élèvent pour exhorter les dirigeants de gauche et écologistes à se rassembler sur la base d’un projet commun pour 2012. Nous nous en félicitons, car c’est ce que demande depuis plus d’un an Gauche 2012, dans un appel qui a réuni plus de 1000 responsables, élus et militants de gauche (
www.gauche2012.org).
 

     Le rassemblement qui s’est effectué à l’issue du 1er tour des élections régionales doit permettre d’enclencher une dynamique en faveur de la gauche et de l’écologie et nous invitons les électeurs à voter nombreux dimanche prochain pour confirmer le succès du 14 mars.  

      Cette victoire, nécessaire pour sanctionner la politique de la droite, doit être le point de départ de l’élaboration d’une stratégie de rassemblement indispensable pour l’emporter en 2012 et mettre en œuvre une véritable politique alternative. 

       Le rejet de N. Sarkozy et de sa politique ne suffira pas. Pour gagner en 2012, la gauche devra avoir la capacité de convaincre les électeurs qu’elle sera apte à conduire le changement. Cela implique que son candidat devra porter un projet crédible et largement partagé par les forces politiques qui le soutiennent.   

       Cette dynamique unitaire doit partir de l’établissement d’un manifeste, d’orientations partagées, d’une base commune en vue d’une nouvelle majorité législative et gouvernementale. Il sera indispensable d’associer étroitement à cette démarche, celles et ceux qui, engagés dans les syndicats, les associations, la vie citoyenne, constituent les forces vives de la gauche et de l’écologie.  

         Il faut maintenant rapidement passer des discours et des intentions aux actes et organiser une confrontation large et constructive au cours d’Etats généraux, où seront débattues et élaborées les grandes orientations d’une politique de gauche et écologique pour la France. 
  (Communiqué de Paul Quilès et Marie-Noëlle Lienemann)

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez