Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2016 3 06 /01 /janvier /2016 22:58
Mieux connaître François Mitterrand
     J'ai souvent parlé de François Mitterrand sur ce blog, où j'ai recensé une cinquantaine de textes le concernant et relatifs à des évènements que j'ai vécus, à des souvenirs ou à des analyses de la politique qu'il a conduite.

     A l'occasion du 20ème anniversaire de sa disparition, j'ai rassemblé, en les classant et en les regroupant, les documents qui me semblent les plus intéressants pour mieux connaître l'homme, sa pensée, son action.
 
     C'est ainsi que je souhaite rendre hommage à celui dont j'ai accompagné le parcours pendant 20 ans.
 
 
     1-  A propos de François Mitterrand

 

François Mitterrand, 10 ans après

Ce que François Mitterrand nous a appris (Un extrait de cet article de Paul Quilès a été publié par le journal "Le Monde" daté du 3 janvier 2006) Dix ans après la disparition de François Mitterrand, les témoignages et les rétrospectives sur le seul président...

03/01/2006

Que les choses soient claires !

Passons sur l’amnésie du Figaro qui titrait hier en 1ère page : « Sarkozy dénonce l’héritage Mitterrand » et en sous-titre : « La France aurait moins de problèmes si son prédécesseur s'était abstenu d’abaisser l'âge légal de la retraite » !

27/05/2010

Pourquoi j'irai à Jarnac...

Il y a exactement 5 ans, j'ai publié dans Le Monde un article ("Ce que François Mitterrand nous a appris"), qui résume bien les raisons pour lesquelles je serai à Jarnac samedi 8 janvier, à l'occasion du 15ème anniversaire de sa disparition.

06/01/2011

Mitterrand?

I l est beaucoup question de François Mitterrand depuis quelque temps et les éloges pleuvent de toutes parts ! Je ne m'en plaindrai pas, même si je comprends assez bien les raisons de cet engouement.... Pour manifester ma reconnaissance à l'homme qui...

09/01/2012

Mitterrand, encore

En ce jour d'anniversaire de la disparition de François Mitterrand, je relis un texte que j'ai écrit il y a quelques années. Il me semble toujours pertinent....... "Qu'on ait aimé ou pas l'homme qu'il fut, force est de reconnaître qu'il laissera une trace...

08/01/2013

Les leçons du 10 mai

Place de la Bastille. 10 mai 1981, 23h Publié sur le site du JDD sous le titre "Les leçons de Mitterrand du 10 mai 1981 sont toujours d'actualité" Pourquoi parler encore une fois du 10 mai 1981 et de la victoire de François Mitterrand ? Serait-ce parce que.....

09/05/2015

Débat sur le 2ème septennat 

Sur la chaîne parlementaire LCP, lundi 21 septembre (rediffusion le 9 octobre) - 20h30: documentaire " Présidentielle 1988 : l’élection des illusions perdues ? " : "Entre le 24 avril et le 8 mai 1988, la France vit un entre-deux tours d’élection présidentielle...

20/09/2015

Biographie

Ecrit par Serge Regourd et André Cabanis, ce livre (Paul Quilès, ou comment rester socialiste, de Mitterrand….à Jaurès) est édité par le Cherche Midi. Il sera en librairie le 22 octobre 2015. C’est pour moi une expérience étonnante que de revivre les principaux évènements qui ont jalonné mon parcours professionnel et...

19/10/2015

 

2- François Mitterrand et les grands thèmes

 

Discours de Versailles....

A chacun son "discours de Versailles"! Personnellement, je préfère celui-ci: lire le discours de François Mitterrand. Et vous?

25/06/2009

Le Larzac et Mitterrand

François Mitterrand avait promis de rendre la terre du Larzac aux paysans. Sa victoire le 10 mai 1981 signifia la fin de leur lutte contre l'extension du camp militaire. La décision officielle fut prise au Conseil des ministres du 3 juin 1981. C'est cet...

30/05/2011

Mitterrand et l'Allemagne: la véritable histoire

Tribune d'Hubert Védrine et Jean-Louis Bianco " La polémique recuite sur la politique conduite par François Mitterrand à l’égard de la réunification de l’Allemagne a resurgi du fait du chef de l’Etat, et de François Fillon. « Nous n’avons rien vu venir...

11/05/2011

La peine de mort

Voici 30 ans exactement, le 18 septembre 1981, Robert Badinter présentait la loi abolissant la peine de mort en France à l’Assemblée nationale, qui l’adoptait par 363 voix contre 117. Je me souviens d’avoir alors ressenti de la fierté en contribuant,...

18/09/2011

Après l'exécution de Troy Davis

Une émission de France 2 (dimanche 25 septembre, à 13h15) racontera l'histoire de la peine de mort. J'y serai interviewé pour parler notamment de l'engagement de François Mitterrand de l'abolir dès son arrivée à l'Elysée. Au pénitencier de Jackson (Géorgie),...

22/09/2011

Israël et Palestine

François Mitterrand et son rôle méconnu dans l'accord de 1993 entre Israël et les Palestiniens Il faut vraiment lire cette tribune, publiée par Le Monde, d’Uri Savir, chef de la délégation israélienne lors de la négociation des accords d'Oslo signés le...

14/09/2013

Le rôle de la culture

Voici un sujet qui peut malheureusement sembler hors du temps et bien éloigné des préoccupations de notre monde en pleine crise: le rôle de la Culture. Ce remarquable discours de François Mitterrand mérite d’être (re)lu. L’ancien Président s'interroge...

31/01/2013

Eclairer nos réflexions et nos engagements

"Il faut toujours revenir à Jaurès, à ses actes, à ses paroles". Ainsi commençait le texte de François Mitterrand dans la brochure de présentation du spectacle « Ils ont tué Jaurès », que nous avons organisé en 1994 à Carmaux. Comment ne pas revenir...

22/07/2014

Changer le nom du PS?

Désolé si cette référence risque de ne pas sembler très "moderne".....mais je trouve que la réponse de François Mitterrand est assez bien vue: A la question posée par Arlette Chabot lors de la conférence de presse du 11 septembre 1991 ("l e Parti Socialiste doit-il se transformer en Parti Social-Démocrate ?)

25/10/2014

 

3- Le 10 Mai 1981

 

Le 10 mai

Comme chaque année, me reviennent en mémoire tous les instants de cette journée exceptionnelle. Il faut dire que je les ai vécus, comme directeur de la campagne de François Mitterrand, avec une intensité et une émotion particulières. Je pense notamment...

10/05/2010

10 mai 1981: on a repris la Bastille!

La journée historique du 10 mai 1981 et la fête organisée à Paris, sur la place de la Bastille, le soir même pour célébrer la victoire de François Mitterrand, souvent évoquées, n’ont pourtant jamais été narrées dans leurs détails. A l'occasion du 30ème...

15/04/2011

Une fête pour l'histoire

Le livre que j'ai écrit avec Béatrice Marre ("On a repris la Bastille-10 mai 1981) est désormais disponible. Pour le commander, cliquer sur le site de la Fondation Jean Jaurès. Pour voir quelques photos de la soirée du 10 mai 1981 et de la campagne de...

20/04/2011

Après la commémoration du 10 mai

Au cours de cette journée du 10 mai 2011, j'ai -comme vous probablement- lu, entendu, vu beaucoup de choses émouvantes, passionnantes, mais aussi critiques, pour raconter ce que beaucoup d'entre nous ont vécu ce jour là. Peu importe quelques réécritures...

11/05/2011

Une (re) lecture particulièrement savoureuse!

"On a repris la Bastille!" Il y a un an, la Fondation Jean-Jaurès publiait un récit inédit de Paul Quilès et de Béatrice Marre relatant la victoire de François Mitterrand au soir du 10 mai 1981.

Une (re)lecture particulièrement savoureuse, à l'approche du 10 mai…

25/04/2012

A la Bastille?

Une interview de Paul Quilès sur la fête de la Bastille, qui vient d'être mis en ligne sur le site duMonde.fr Extrait: Place de la Bastille, des projecteurs, des barrières métalliques et des chapiteaux ont été installés dès hier. Au Parti socialiste,...

06/05/2012

10 mai....toujours

Si, ce soir, vers 20h, vous voulez revivre (ou, pour les plus jeunes, découvrir) les moments forts d'il y a 32 ans, lisez le petit livre que j'ai écrit avec Béatrice Marre ("On a repris la Bastille-10 mai 1981"), disponible en cliquant ici Pour voir quelques...

10/05/2013

Il y a 33 ans, un évènement pour l'Histoire

A celles et ceux qui pensent que la victoire du 10 mai 1981 -il y a juste 33 ans- n'était pas un accident de l'Histoire et qui s'en souviennent avec émotion, je propose de retrouver l'ambiance de cette journée mémorable dans: "On a repris la Bastille"...

09/05/2014

10 mai 1981 : l’arrivée de la gauche au pouvoir

Cet après-midi, sur France Inter, je suis intervenu dans l'émission de Fabrice Drouelle sur un évènement que j'ai bien connu: "10 mai 1981 : l’arrivée de la gauche au pouvoir" Présentation de l'émission "L'histoire de l'élection de François Mitterrand,...

18/02/2015

Cinq, quatre, trois, deux, un ........

Jean-Pierre Elkabbach et Etienne Mougeotte annoncent en direct le résultat du 2ème tour de l'élection présidentielle 1981: portrait électronique affichant le visage de François MITTERRAND.... Vous connaissez la suite. C’était à 20h, il y a exactement...

10/05/2015

 

4- La campagne présidentielle de 1981

 

Le "plan" de François Mitterrand

Interview de Paul Quilès par Bruno Dive, publiée par Sud-Ouest: « Il avait son plan en tête deux ans avant l'élection » Quels sont vos souvenirs les plus vivaces de ce 10 mai 1981 ? Parmi les moments forts, il y eut bien sûr la...

08/05/2011

Interview dans l'Express

Interview de Paul Quilès dans l'Express: "On avait ramé pour associer Mitterrand à l'espoir"

10/05/2011

Souvenirs....sur 5/7 Boulevard

Ecoutez Paul Quilès, invité de Philippe Collin et Xavier Mauduit, dans l'émission 5/7 Boulevard du 10 mai 2011 sur France Inter: - des anecdotes sur le 10 mai 1981 - des souvenirs sur François Mitterrand - les enseignements de la victoire - des réflexions...

12/05/2011

Des enseignements pour la gauche

Alors que les affrontements et les conflits de personnes risquent de se développer dans les prochains mois, il peut être utile pour la gauche de réfléchir aux conditions qui ont permis la victoire historique du 10 mai 1981. Je sais bien que certains ironisent...

02/06/2011

La victoire en mai

Je sais, le monde et la France de 2012 ne sont plus le monde et la France de 1981! Il n'en demeure pas moins qu'il peut être utile de se souvenir de certains aspects de la seule campagne victorieuse de la gauche sous la Vème République (si l'on excepte...

02/02/2012

 

Commentaires de Paul Quilès au lendemain de la victoire du 6 mai 2012

Je n'ai pas besoin de lire les sondages

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
5 janvier 2016 2 05 /01 /janvier /2016 09:43
Déchéance de la nationalité: en finir rapidement!
        Il faut en finir avec cet imbroglio qui empoisonne la vie publique et les débats dans le monde politico-médiatique en ce moment. Cela ne peut pas continuer ainsi pendant plus d’un mois encore, alors que de si nombreuses urgences s’imposent aux décideurs politiques.
 
       Il faut demander au Président de la République et surtout aux parlementaires (la France est une démocratie et il y a des règles, même sous la Vème République!) d’agir vite. 
 
     Une proposition simple permettrait d’éviter de toucher à la Constitution avec des considérations qui n’ont rien à y faire et qui divisent les Français.
 
     C’est ce que propose la pétition
que vous pouvez signer ICI.
 
 

 ******

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
3 janvier 2016 7 03 /01 /janvier /2016 12:47
Mesdames et Messieurs les parlementaires, à vous de décider !

      C’est maintenant aux parlementaires de débattre et d’agir, puisque le Président de la République, dans ses vœux pour 2016, a indiqué qu’il y aurait un débat sur la déchéance de la nationalité avant le vote qui interviendra début février.

 

      Tant mieux, encore qu’on puisse regretter que l’annonce d’inclure la déchéance de la nationalité pour les binationaux dans la Constitution ait été faite dans la précipitation et dans le climat d’immense émotion qui a suivi la tuerie du Bataclan.

 

     Je le répète, quand on souhaite l’unité nationale, on ne doit pas créer des clivages entre les Français et donner le sentiment qu’il existe des catégories de citoyens traités différemment selon qu’ils sont binationaux ou pas. On ne doit pas prétendre, comme le Premier ministre, qu’ « une partie de la gauche s’égare au nom de grandes valeurs ». Je veux croire qu’il ne s’agit que d’une maladresse.

 

Le rôle du Parlement

 

     Aux parlementaires de se saisir rapidement du dossier avant le vote du projet de loi constitutionnelle début février.

 

     A eux de dire si cette mesure est opportune, alors que, de l’avis général (et pas seulement celui des spécialistes de la lutte anti-terroriste), son efficacité en termes de dissuasion contre le terrorisme serait nulle.

 

     A eux d’étudier l’état de la Constitution, qui traite déjà de la nationalité (l’article 36 définit l’objet de la loi, qui « fixe les règles concernant la nationalité..»), ainsi que le contenu des articles 25 et 23 du Code civil, qui précisent certains cas de déchéance de la nationalité.

 

     Ils s’apercevront que l’avis du Conseil d’Etat sur le projet de réforme de la Constitution présenté par le gouvernement parle d’« effet très limité ».

 

     Ils pourront s’inspirer de la proposition de l’ « adresse au Président de la République » et, sans modifier la Constitution,  réécrire l’article 23-7 du Code civil*, pour l’adapter aux besoins actuels de la lutte contre le terrorisme et la sécurité des citoyens.

 

Les sondages

 

     Ils sauront, je l’espère, relativiser les résultats de sondages d’opinion, réalisés « à chaud », sans le minimum d’information préalable, sans débat contradictoire et dont malheureusement les réponses sont conditionnées par les questions !

 

     On ne gouverne pas la France avec les sondages. Je me souviens comment François Mitterrand avait expliqué courageusement le 16 mars 1981 (émission télévisée « Cartes sur table ») qu’il proposerait l’abolition de la peine de mort s’il était élu, malgré l’avis contraire des Français exprimé par les sondages. Et il l’a fait !

 

S’attaquer aux vrais problèmes

 

    Il faut en finir avec cet imbroglio fait de controverses, d’inquiétudes, d’interrogations liées à l’annonce du gouvernement et sortir d’un climat qui n’est pas sain, parce qu’il crée un clivage, qui peut alimenter le populisme, entre ceux qui suivent les méandres complexes du droit et ceux qui en restent à une vision sommaire de la question (limitée au châtiment des terroristes).

 

     La querelle a enfin une conséquence néfaste. Elle fait perdre du temps et de l’énergie à la communauté nationale, alors que d’autres urgences doivent mobiliser le pays : la lutte effective et efficace contre le terrorisme (qu’il ne faut pas confondre avec la guerre, menée, elle, au Moyen Orient), le combat contre le chômage, la mise en œuvre des mesures de lutte contre le réchauffement climatique…..

 

******

     Je suis intervenu brièvement ce matin sur France Inter à ce sujet :

 

     http://www.franceinter.fr/emission-linterview-politique-paul-quiles

 

******

* Article qui dit actuellement : « Le Français qui se comporte en fait comme le national d’un pays étranger, peut, s’il a la nationalité de ce pays, être déclaré….avoir perdu la qualité de Français »

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 19:29
Des Français s'adressent au Président

En attendant les voeux du Président, des Français qui ont signé

'l'adresse au Président de la République

lui ont envoyé les leurs. 

Voici quelques extraits,

rassemblés sur la page Facebook de Christine Tabouret:


- Je signe parce que je suis pour l'égalité entre les citoyens. Le fondement de notre République c'est l'égalité. 


- Je voudrais que F Hollande pour lequel j'ai voté comme socialiste en 2012 arrête dans tous les domaines d'écouter les sirènes de l'extrême droite. Il a tout un arsenal à sa disposition pour lutter contre le terrorisme. Qu'il s'occupe plutôt du chômage qu'il favorise 


- Je signe parce que je suis fils et petit fils de réfugiés politiques espagnols. Je signe parce que j'ai la déclaration d'attribution de la nationalité française, que mes grands-parents conservaient si précieusement chez eux


- Je signe cette pétition, parce que, pour moi, la nationalité, c'est comme la République, elle est une et indivisible. Il ne peut y avoir deux catégories de citoyens.


- On ne joue pas avec la Constitution garante des nos valeurs. 


- En vous donnant ma voix au 2ème tour en 2012, je n'aurais jamais imaginé que vous en feriez un tel usage.


- Je signe cette pétition tout simplement parce que dans la devise de la République "Liberté, Egalité, Fraternité", il y a "Egalité". Aussi, deux citoyens nés en France ne peuvent être traités différemment, binational ou non. 


- Parce que promouvoir "le vivre ensemble" sera toujours préférable aux actions pouvant développer division et rejet.


- La constitutionnalisation d'un texte créant une sous-catégorie de citoyens français est dangereuse pour l'avenir.


Retrouvez tous les messages laissés sur

"l'adresse au Président de la République",

que je vous invite à signer. 

 
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
30 décembre 2015 3 30 /12 /décembre /2015 09:31
Monsieur le Président, réformez la déchéance de nationalité sans toucher à la Constitution
 

 
J’ai pris l’initiative de rédiger cette “adresse” au Président de la République pour proposer une voie de sortie de l’imbroglio actuel.
 
Le projet envisagé suscite en effet interrogations, inquiétudes et controverses, qui ne sont pas sans fondements.
 

Il comporte des risques non négligeables d'amplifier un climat de division entre les Français, voire de créer des fractures.

 

Il ouvrirait la porte à des extensions dangereuses, déjà demandées par l'extrême-droite "pour aller beaucoup plus loin". 

 

Soutenez la demande faite au Président dans cette “adresse”, qui consiste à ce que, “sans modifier la Constitution ni remettre en cause le droit du sol, le Parlement réécrive l'article 23-7 du code civil afin de l’adapter aux besoins actuels de la lutte contre le terrorisme et à la sécurité des citoyens.”

 

         Paul Quilès

 

                          Signez l’adresse au Président de la République

 

*****

    Adresse à Monsieur le Président de la République 

Après l'émotion suscitée par les récents attentats qui ont meurtri les Français, le gouvernement a exercé sa pleine responsabilité en cherchant à réviser notre droit pour le rendre plus efficace dans la lutte contre le terrorisme international.  

Le 16 novembre dernier, vous avez annoncé devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles votre souhait de "pouvoir déchoir de sa nationalité française un individu condamné pour une atteinte aux intérêts fondamentaux de la Nation ou un acte de terrorisme, même s'il est né Français". 

Le 23 décembre, par la voix de votre Premier ministre, le gouvernement a annoncé qu'il allait "proposer au Congrès d'inscrire dans la Constitution, à l'occasion d'une révision, la déchéance de nationalité pour les binationaux, impliqués dans les affaires de terrorisme"

Ce projet suscite interrogations, inquiétudes et controverses, qui ne sont pas sans fondements et il comporte des risques non négligeables d'amplifier un climat de division entre les Français, voire de créer des fractures. Il ouvrirait la porte à des extensions dangereuses, déjà demandées par l'extrême-droite "pour aller beaucoup plus loin"

C’est pourquoi, nous souhaitons nous faire les porte-parole de tous les Français : 

- qui ne s’opposent pas au principe de la déchéance de nationalité, qui existe dans notre code civil depuis 1938 et a déjà été appliqué à de nombreuses reprises ; 

- qui s’opposent à l’inscription dans la Constitution d’un projet de réforme de la nationalité qui constituerait une rupture d'égalité contredisant l'article premier du texte fondateur de notre République, proclamée "indivisible", et créerait des catégories de citoyens traités différemment selon qu'ils sont binationaux ou pas. 

C’est dans cet esprit que nous nous adressons à vous pour que, sans modifier la Constitution ni remettre en cause le droit du sol, le Parlement réécrive l'article 23-7 du code civil afin de l’adapter aux besoins actuels de la lutte contre le terrorisme et à la sécurité des citoyens.

Adresse à François Hollande
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 10:00
En bateau pour 2016

Bonne année !

 

          Je viens de relire les vœux que je formulais il y a un an. Force est de constater qu’en dehors des souhaits de nature personnelle –qui se sont peut-être réalisés pour vous- les espérances collectives pour 2015 ont été souvent et parfois tragiquement contredites par la réalité.

 

       Des tensions de plus en plus fortes dans plusieurs parties du monde, de plus en plus de victimes dans les conflits, de plus en plus d’actes terroristes, de plus en plus de personnes déplacées, de plus en plus de crispation dans la vie politique…..Le bilan est peu encourageant.


       Il n’est pas évident d’être pleinement heureux sur un bateau balloté par la tempête, qui tangue et qui prend même l’eau et dont l’équipage peine à garder son cap dans le brouillard.

 

      Pourtant, je pense qu’il est possible  de trouver des lieux et des moments de bonheur partagé sur cette embarcation. C’est en tout cas ce que je vous souhaite très sincèrement.

 

         N’hésitez pas à donner quelques conseils pertinents à l’équipage (et au capitaine). Et surtout, tenez-vous éloignés des canots de secours et de l’atmosphère angoissée que génèrent ceux qui se préparent à les utiliser.

 

        Espérons donc que le brouillard se lèvera, que le bateau tiendra bien son cap et qu’il finira par se stabiliser.

 

       A l’approche de ce début d’année 2016, c’est tout le sens que je donne à la traditionnelle formule : bonne année !

                                                              Paul Quilès

 

*****

       Si vous me trouvez pessimiste, méditez la phrase de Gramsci, que je fais mienne: "Je suis pessimiste par l'intelligence mais optimiste par la volonté."

En bateau pour 2016
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Réflexions à haute voix
commenter cet article
27 décembre 2015 7 27 /12 /décembre /2015 22:30

 

Qui a dit?

 

Texte 1- "Tous les Français sont égaux devant la loi quelle que soit leur origine". "L'article premier de la Constitution dit que (...) la France assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine".

 

Concernant d'éventuelles mesures de déchéance de la naturalisation française envisagées par l'exécutif, l’auteur estime qu'"on veut faire des discriminations contre les Français au regard de mêmes crimes, de même infractions, selon l'origine de la personne, selon les modalités d'acquisition de la nationalité française". "C'est contraire à l'esprit républicain et c'est une faute politique" (....)

 

Texte 2- Le Président de la République  et le gouvernement manient des sujets "dangereux", dans le seul but de "faire de la communication". Ils ont voulu provoquer "une polémique, parce que la polémique est le meilleur moyen de faire de la communication, de ressouder ce qu'on croit être son camp autour de soi lorsque les sondages fléchissent"

 

"Malheureusement, cette polémique elle est faite sur des sujets dangereux pour la France, parce qu'autant il est juste, légitime et nécessaire d'avoir en matière de sécurité une démarche qui soit une démarche intransigeante, forte et juste, autant essayer de tracer un signe égal entre immigration et insécurité, entre immigration et délinquance, évidemment c'est rendre au pays un très mauvais service et c'est à mon sens déstabiliser et rendre plus dangereuse encore la société française"
 

Texte 3- "Je vois mal qu'en cette période, on change la Constitution pour faire adopter un tel texte qui serait manifestement en contradiction avec les principes constitutionnels d'égalité des citoyens"

 

Texte 4- «En proposant d’étendre les possibilités de déchéance de la nationalité française à de nouvelles catégories de citoyens, un cap dangereux a été franchi. (….)

 

Sous le faux prétexte d’assurer la sécurité des Français,  le pouvoir tend en fait à imposer une idée aussi simple que malhonnête: les problèmes de notre société seraient le fait des étrangers et des Français d’origine étrangère. De tels propos, relayés et amplifiés jusqu’à la nausée  par nombre de responsables politiques poursuivent une lente mais sure dérive (…)

 

Ces propos constituent une atteinte intolérable aux principes constitutifs de la Nation. Pour nous, la Nation, ce n’est pas la recherche  frénétique de la mise au ban de citoyens. C’est tout au contraire l’affirmation  de la légitimité de tous à participer en pleine égalité aux choix publics. Pour nous, la Nation, ce n’est pas l’utilisation des étrangers comme boucs émissaires afin de masquer le marasme économique et  social de notre pays. C’est tout au contraire l’attachement à un traitement digne et égal de tous. (….)

 

Non à l’extension des possibilités de déchéance de  nationalité ! "

 

Les réponses :

 

Ces 4 textes datent de l’été 2010, lorsque le Président de la République, Nicolas Sarkozy, proposait  l'extension des possibilités de déchéance de la nationalité française.

 

Et vous avez certainement reconnu les auteurs ou les signataires de ces textes !

 

Texte 1 : Robert Badinter

 

Texte 2 : François Bayrou

 

Texte 3 : Jack Lang

 

Texte 4 : François Hollande, Manuel Valls, Christiane Taubira, Myriam El Khomri, Laurent Fabius, George Pau Langevin, Claude Bartolone, Bruno Leroux, qui figuraient parmi les premiers signataires de cet appel contre l'extension des possibilités de déchéance de la nationalité française.

 

Et la preuve en images!

 

regardez ces archives

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 20:07
Déchéance…

     Déchéance: que ce mot est laid ! Quelle que soit son utilisation, il suggère, d’après le dictionnaire,  la dégradation, l’abaissement, la décrépitude….On n’en parlait pas beaucoup jusqu’ici, alors que la déchéance de nationalité existe dans notre arsenal judiciaire, pour certains cas bien limités. L’inscrire dans la Constitution pour les binationaux nés en France et coupables d’actes de terrorisme créerait de facto deux catégories de citoyens français.

 

     Il est donc compréhensible que la décision du Président de la République interpelle tous ceux qui se demandent pourquoi celui-ci, élu par une majorité de voix de gauche, vient contredire avec cette mesure une valeur –le droit du sol- qui fait partie de l’ADN de la gauche.

 

      Ils ne comprennent pas pourquoi il prend le risque de donner des gages à ceux qui, à l’extrême droite et même à droite, n’hésitent jamais à pousser à la division des Français et qui, depuis quelques jours, applaudissent bruyamment l’annonce présidentielle.

 

      Nombre de Français, sensibles à l’appel, réitéré à la suite des récents attentats, à la défense de la République, ne comprennent pas non plus cette attaque contre un de ses symboles.

 

     Alors, pourquoi une telle décision ? A-t-on besoin de la menace de déchéance de la nationalité française pour dissuader un terroriste de perpétrer un attentat ? Personne ne le croit un seul instant, pas plus l’initiateur du projet que les spécialistes de l’anti-terrorisme ou simplement les citoyens dotés de bon sens. D’autres mesures, autrement plus efficaces, sont indispensables ; elles concernent le renseignement, les forces de sécurité, la coopération internationale, l’attaque du "mal" à la racine….autant de domaines dans lesquels des actions ont justement été entreprises.

 

      Ce constat et ce questionnement conduisent inévitablement à penser qu’au-delà du discours officiel, peu crédible, la décision répond à d’autres considérations, d’une autre nature….. Il pourrait s’agir de contraindre les parlementaires de gauche à voter positivement au Congrès de Versailles (où la majorité des 3/5èmes est requise), sous la menace d’un référendum. Cette opération ne serait pas sans risque, car l’opposition ne se priverait pas d’en dénoncer le caractère tactique.

 

      Et, si l’objectif était –ce que certains commentateurs suggèrent- une tentative de "triangulation" en vue de la prochaine élection présidentielle, il ne faudrait pas oublier que « les électeurs préfèrent l’original à la copie ». Attention, jeu dangereux !

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
13 décembre 2015 7 13 /12 /décembre /2015 11:11
COP 21 : un exemple à suivre

      Le militant de la défense de l’environnement que je suis depuis longtemps (voir sur ce blog)* se réjouit de la conclusion de la COP 21. Malgré les imperfections de l’accord historique qui vient d’intervenir -inévitables dans un compromis de cette nature-, le fait qu’une prise de conscience ait été possible entre 195 pays est en soi un évènement majeur, qui devrait donner à réfléchir à certains pays, dont la France.

 

      Lors de la conférence que j’ai faite hier à Toulouse à l’invitation du GREP (« Le nucléaire militaire : un atout ou un risque pour la paix mondiale ? »), j’ai souligné le lien qui existe entre les deux périls :

 

      - d’un côté, les conséquences du réchauffement climatique, susceptible de déstabiliser des régions entières et de pousser à de graves conflits, au terrorisme et, dans les cas extrêmes, à l’utilisation de l’arme nucléaire ;

 

      - de l’autre, les effets de la mise en œuvre de cette arme, même de façon « réduite »**, qui entraînerait un changement de climat catastrophique, se traduisant par une baisse prolongée des températures, avec des effets désastreux sur l’agriculture et l’alimentation du monde.

 

      Alors, pourquoi ce qui a été possible avec le réchauffement climatique ne le serait-il pas avec l’armement nucléaire ? Déjà, dans le cadre de l’ONU, 138 Etats viennent de s’engager à faire avancer le processus de désarmement multilatéral. Il est regrettable que la France, comme la Chine, les Etats-Unis, la Russie et le Royaume-Uni, ait refusé de s’associer à cette démarche.

 

      A ceux qui croient encore au mythe de la bombe atomique « assurance-vie » et « protection ultime de notre sécurité », je conseille la lecture de la tribune de Georges Le Guelte, ancien responsable au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) et à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), qui dénonce cet abus de langage en citant notamment l’étonnante déclaration du président américain Ronald Reagan en 1985 :

 

 «Vous apprenez que les missiles soviétiques ont été lancés, vous savez que désormais plus rien ne peut les arrêter, et qu’ils vont détruire une partie de votre pays beaucoup plus grande que tout ce que vous pouvez imaginer. Et vous êtes assis là, sachant que tout ce que vous pouvez faire est d’appuyer sur le bouton, pour que les Soviétiques meurent aussi, alors que nous serons déjà tous morts ».

 

      A ceux qui veulent savoir ce que pensent d’anciens responsables de la mise en œuvre du nucléaire militaire, je recommande aussi de méditer cette déclaration du Général Lee Butler, ex-commandant en chef (1992-94) des Forces aériennes stratégiques (nucléaires) des Etats-Unis :

 

 « Nous n’avons pas de plus grande responsabilité que de mettre un terme à l’ère nucléaire (….) 

 Nous ne pouvons continuer de soumettre à un blocage souverain les clés qui nous délivreraient enfin du cauchemar nucléaire.

 Nous ne pouvons refuser d’engager les ressources essentielles pour nous délivrer de son emprise, pour réduire les dangers qu’il représente.

 Nous ne pouvons rester là, assis, à acquiescer par notre silence aux sermons dépassés des grands prêtres du nucléaire.

 Il est temps de réaffirmer la primauté de la conscience individuelle, de redonner voix à la raison et aux intérêts légitimes de l’humanité. »

____________________________________________________________

* Voir aussi sur ce blog mes interventions "énergie et environnement"

 

** L’utilisation de moins de 50% de leurs arsenaux nucléaires dans un conflit entre le Pakistan et de l’Inde (pays les plus inquiétants dans leur vision du rôle de cet armement), soit 50 à 100 ogives (à comparer au stock mondial de 15 500), suffirait à engendrer cette catastrophe.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
7 décembre 2015 1 07 /12 /décembre /2015 12:06
Aux urnes, citoyens!

      Au lendemain d’élections calamiteuses, on recherche immédiatement les erreurs qui pourraient expliquer le score. On dénonce les fautes des "autres", leurs mensonges, leur démagogie, leurs contradictions. On invoque le contexte international, l’évolution politique au niveau européen…

 

      Il est rare qu’on se remette en cause et c’est vrai que cet exercice salutaire ne me semble pas être l’urgence de la semaine qui vient, qui doit être pour les démocrates celle du sursaut. J’ai entendu hier soir parler de "bloc de gauche". S’il existe et qu’il se manifeste (ce que je  souhaite), il faudra rapidement engager des débats en son sein, pour tenter d’apporter des réponses aux attentes des citoyens qui le composent.

 

     Mais, dans cette élection à 2 tours, l’urgence absolue des prochains jours est de tenter d’inverser la tendance manifestée le 6 décembre et d’empêcher ce qui pourrait être une funeste dérive de la France vers une gouvernance autoritaire, qui rappelle de bien mauvais souvenirs.

 

      Les électeurs doivent être conscients que l’arrivée du Front national aux responsabilités dans plusieurs régions ne règlerait strictement rien au niveau national, mais créerait de violentes tensions sur de grands territoires par la mise en œuvre des mesures brutales qui sont la marque de l’extrême droite*.

 

     J’imagine la jubilation des "penseurs" et des stratèges de Daesh, en observant que le discours xénophobe et anti-islam trouve chez nous des points d’appui politique forts, ce qui leur permettra de mieux dénoncer la France dans leurs prochaines campagnes de victimisation.

 

      Alors, pas d’hésitation, il faut voter dimanche prochain. Un électeur sur deux a manqué à l’appel hier. Il est encore temps de convaincre, notamment les jeunes (2/3 d’entre eux se sont abstenus), que ce vote sera d’une extrême importance pour l’avenir de notre pays.

 

      Aux urnes, citoyens!

___________________________________________________________________

*  Par exemple les extravagantes intentions affichées par la candidate FN dans la région PACA concernant la laïcité, l'intégrisme religieux ou la suppression des subventions aux associations de planning familial. Le FN annonce aussi son intention de faire du "protectionnisme régional" concernant sa politique économique en région!

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez