Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 décembre 2015 7 06 /12 /décembre /2015 09:18
Une autre conséquence du chaos syrien

       Le chaos syrien n’a pas comme seule conséquence les attentats terroristes sur notre sol et l’arrivée en Europe de migrants qui fuient les zones de combat.

 

       La guerre civile en Syrie a causé la mort de 250 000 personnes. Elle a forcé plus de la moitié de la population à fuir, avec 8 millions de déplacés dans le pays et 4 millions de réfugiés dans les pays limitrophes. Le Liban accueille 1 115 000 Syriens, la Turquie 1 900 000, la Jordanie 630 000, l’Irak 250 000, l’Égypte 135 000 et l’Afrique du Nord 25 000.

 

      Voici un témoignage émouvant, rapporté par l’Association Solidarités International, qui nous rappelle l'existence de ces drames.

 

      Pour échapper au conflit qui fait rage dans leur pays, Soraya et sa famille se sont réfugiés au nord du Liban, près de la ville de Zgharta. Entre terre et poussière, entourés de bâches et de cartons, ils vivent aujourd’hui dans un ancien élevage de poulets.

 

      « Pendant deux ans, nous ne pouvions pas nous doucher : nous devions nous accroupir derrière le mur haut de quatre briques, et nous laver rapidement avec un seau en craignant d’être vus. Nos enfants étaient constamment malades, marchaient pieds nus et souffraient de diarrhées » raconte-elle.

 

      « C'est le pire site que nous ayons visité parmi toutes les zones dans lesquelles nous travaillons » affirme Nour, le responsable des activités eau, hygiène et assainissement (EHA) pour SOLIDARITÉS INTERNATIONAL.

 

       Comme Soraya et sa famille, près de 1.5 million de réfugiés syriens vivent aujourd’hui au Liban. Manque d’eau potable, abris indécents, absence de toilettes : dans ces conditions d’hygiène catastrophiques, ils sont constamment menacés par les maladies liées à l’eau insalubre.

 

      Tous les jours, nos équipes sont mobilisées à leurs côtés pour leur fournir de l’eau potable, des conditions sanitaires décentes et un abri.

 

      Ce témoignage n’est qu’un exemple parmi les centaines de milliers de situations semblables que connaissent les populations du Moyen Orient et qui justifient aussi que soit mis fin au chaos syrien.Ne les oublions pas !

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
4 décembre 2015 5 04 /12 /décembre /2015 09:58
Le Coran, Jésus et l'islam

Pour sortir des approximations et des manipulations,

 

pour mieux comprendre le Coran et les origines de l'Islam,

 

écoutez cette remarquable émission,

 

diffusée ce matin sur France Inter,

 

avec  les auteurs-réalisateurs Gérard Mordillat et Jérôme Prieur.

 

On les retrouvera mardi 8 décembre sur ARTE

avec la série documentaire Jésus et l'islam,

au cours de laquelle ils interrogent 

les spécialistes du monde entier sur l'émergence de l'islam.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
1 décembre 2015 2 01 /12 /décembre /2015 14:14
COP....de 1821 à 21

      Cette circulaire du Ministre de l'Intérieur, Jérôme-Joseph Siméon, date du 25 avril 1821. Bien entendu, il ne s’agit de ma part que d’un clin d'oeil historique (et malicieux) à un évènement qui n’a rien à voir avec la mobilisation mondiale autour de la conférence (COP 21) qui se déroule en ce moment à Paris !

 

      Et pourtant, en lisant la circulaire, on s’aperçoit qu’il y a près de 200 ans, certains responsables politiques se préoccupaient déjà, à leur façon, des conséquences des variations climatiques et qu’ils songeaient à interroger les scientifiques à ce sujet.

 

      Ce constat m’inspire une réflexion sur la capacité des hommes à gérer le monde où ils vivent dans le temps et dans l’espace.

 

      Le temps. Les conséquences à long terme du refus de faire évoluer un mode de vie (production, consommation, pollution….) sont souvent oubliées ou négligées. C’est autant le signe d’un égoïsme générationnel que d’une forme d’irresponsabilité, liée à une sous-estimation de la gravité du problème. On considère qu’ « il y a plus urgent », que la réponse aux  besoins à satisfaire à court terme est prioritaire et que les actions supposées porter leurs fruits dans 20, 30 ou 50 ans pèsent d’un faible poids dans les discours électoraux.

 

      L’espace. Il est assez rare que les catastrophes, les guerres et les malheurs qui affectent des pays « à l’autre bout du monde » fassent l’objet d’une prise en compte sérieuse, une fois passée l’émotion, qui peut être considérable….pendant quelque temps. Bien sûr, ce n’est pas à un pays seul d’en gérer les conséquences ou de s’intéresser aux causes de ces drames. L’ONU a été créée avec cet objectif, mais son fonctionnement depuis 1945 montre, malgré des progrès indéniables, que cette instance, supposée représenter la « communauté internationale » souffre des mêmes maux que les instances nationales (égoïsme, irresponsabilité, priorité au court terme…)

 

    J’espère néanmoins que les participants à la COP 21 sauront gérer le dossier du changement climatique « dans le temps et dans l’espace », en surmontant les obstacles qui empêchent depuis 20 ans de prendre les décisions indispensables à la sauvegarde de notre planète.

_______________________________________________________________

   

    Lire aussi sur ce blog "Penser global, agir local" (24 février 2010)

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Energie et environnement
commenter cet article
26 novembre 2015 4 26 /11 /novembre /2015 19:25
Après le grave incident russo-turc

     La destruction d’un bombardier russe par l’aviation turque vient confirmer la dangerosité des relations entre l’OTAN et la Russie. 

     Le risque de voir se développer des incidents de cette gravité avait amené ELN à organiser une réflexion, qui s’est traduite le 26 août 2015 par une déclaration que j'ai signée avec 13 anciens responsables de pays européens.

   L’analyse et les recommandations de ce texte apparaissent aujourd’hui plus pertinentes que jamais. Il y a urgence, comme le dit un article du quotidien britannique The Times à ce que “la Russie et l’OTAN apprennent à combattre ensemble l’EI et non pas à se combattre”. (lire l'article)

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 10:43
Comment rester socialiste, de Mitterrand à...Jaurès
Comment rester socialiste, de Mitterrand à...Jaurès

Serge Regourd, auteur, avec André Cabanis, de

 

« Paul Quilès, ou comment rester socialiste, de Mitterrand à…. Jaurès »

 

viendra signer son livre à Carmaux (Tarn) 

 

vendredi 27 novembre, de 9 h à midi

 

à La Presse - au coin du lac- 62 avenue Albert Thomas

 

Je serai présent à ses côtés.


Présentation du livre sur ce blog   

 

Article paru dans la Dépêche du Midi (22 novembre 2015):

 

Paul Quilès décrypté par Serge Regourd

Repost 0
24 novembre 2015 2 24 /11 /novembre /2015 10:14
Les ressources de l'Etat islamique

 "Quelles ressources faut-il cibler

 

pour couper les vivres à l'Etat islamique ?"

 

Cette analyse, que vient de publier francetvinfo,

 

 est un excellent complément à mon texte du 20 novembre

 

 "Le pétrole, argent du terrorisme"

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
20 novembre 2015 5 20 /11 /novembre /2015 11:58
Le pétrole, argent du terrorisme

      Au cours de mon interview sur Sud Radio ce matin, j'ai donné quelques indications sur ce que les ministres européens de l'Intérieur et de Justice devraient proposer aujourd'hui lors de leur réunion à Bruxelles pour combattre le terrorisme.. 

 

Ecouter l'interview


      Au-delà des mots, des promesses qui tardent à se concrétiser, il devient très urgent d'agir au niveau européen dans 4 domaines où l'action d'un pays seul est insuffisante:

- le contrôle des passagers dans les aéroports (PNR);

- la lutte contre le trafic et la fabrication illicite d'armes à feu;

- le renforcement des contrôles aux frontières de l'espace Schengen;

- l'accentuation de la lutte contre le financement du terrorisme.

 

     A propos de ce qu'on nomme "le nerf de la guerre" (l'argent!), il est incompréhensible qu'une des plus importantes sources de financement des terroristes, la vente de pétrole et de produits pétroliers à partir des installations dont l'EI s'est emparé en Irak et en Syrie (de l’ordre de 30 à 50% de ses moyens financiers, selon différentes sources) fasse l’objet d’informations et de commentaires aussi confus.

 

       Il faut ssavoir que la recette que Daesh tire du trafic pétrolier organisé à partir de ces puits de pétrole et ces installations de raffinage  est estimée à environ deux millions de dollars par jour. Cela correspond à une quantité d'hydrocarbures (pétrole brut, produits finis) de l'ordre de 8 000 tonnes ! 

 

  • Comment se fait-il alors qu’il n’y ait pas plus d’interrogations concernant le transport quotidien de ces énormes quantités de produits ?
  •  Quels en sont les destinataires, finaux et intermédiaires ?
  •  Quel jeu joue la Turquie ?
  • Comment empêcher que ces produits soient distribués en Syrie et en Irak ?
  • Est-il vrai que certains pays européens bénéficient de ce trafic ?
  • Le terminal pétrolier de Ceyhan en Turquie est-il utilisé pour écouler le flux ?
  • Pourquoi la coalition internationale constituée autour des Américains a tant tardé à cibler les installations pétrolières contrôlées par l'EI ? 

 

   Une enquête officielle (menée par l'Union Européenne ou l'ONU) aiderait à voir clair dans tous ces questionnements. Cela serait certainement très utile pour apporter des réponses permettant d'agir efficacement contre Daech.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
18 novembre 2015 3 18 /11 /novembre /2015 09:06
Un peu de décence, SVP!

      J'ai été député pendant de nombreuses années et je n'ai jamais apprécié* le climat des "questions d'actualité", qui sont censées permettre aux députés d'interroger les ministres sur les sujets dits "d'actualité".

 

     Ces séances des mardis et mercredis après-midi sont trop souvent l'occasion d'affrontements aussi inutiles que ridicules entre majorité et opposition. Le nécessaire débat démocratique ainsi que le contrôle de l'action gouvernementale, fonctions éminentes du Parlement, méritent mieux que le triste spectacle auquel on assiste trop souvent, critiqué par les médias.....qui le relaient largement.

 

      Ce que nous avons vu et entendu lors de la séance d'hier est indécent et même indigne. A quoi riment ces simulacres d'unité nationale, ces "Marseillaise" chantées à l'unisson, ces grandes proclamations sur "l'état de guerre" (formule discutable, selon moi) si l'hémicycle de l'Assemblée Nationale ressemble à une cour d'école où les cris, les invectives, les applaudissements, les huées prennent le pas sur l'écoute, l'échange et la critique constructive?

 

      Les parlementaires, supposés être à l'écoute des Français, doivent savoir que de tels comportements sont sévèrement jugés.

 

      C'est pourquoi  je fais la proposition suivante: que les Présidents des groupes parlementaires soient réunis par le Président de l'Assemblée et qu'ils décident, d'un commun accord et jusqu'à nouvel ordre, que ces séances de "questions d'actualité" ne donnent lieu à aucune manifestation (applaudissements, cris....) et que tous les intervenants -majorité, opposition, ministres- s'efforcent de contrôler leur mode d'expression. 

 

      La démocratie aurait tout à gagner à cet effort collectif, qui ne nuirait pas à l'unité nationale, dont chacun reconnaît la nécessité dans les douloureux moments que traverse notre pays.

___________________________________________________________

* Voir par exemple mes propositions faites en mars 2001 dans mon livre "les 577, des députés pour quoi faire?" (page 131)

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 11:00
Hommage de Cordes sur Ciel

Les élus et la population de Cordes sur Ciel

 

s'associent au deuil national

 

décidé à la suite des événements tragiques

 

survenus vendredi à Paris.

 

Voir site de la mairie

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
15 novembre 2015 7 15 /11 /novembre /2015 17:04
Contre Daesh, quelle guerre?

      Dans l’avion pour Paris puis pour Londres, où je vais participer à une réunion de personnalités européennes et américaines autour du thème « la sécurité internationale » (terrible coïncidence !), je lis la presse du jour.

 

      Je suis impressionné et même bouleversé par les témoignages poignants de celles et ceux qui ont vécu le cauchemar des attaques barbares perpétrées par les tueurs de Daesh à Paris. Je suis admiratif devant le dévouement des secours et le sang-froid dont les témoins du carnage ont fait preuve.

 

      Je constate qu’une véritable chaîne de solidarité s’est mise en place en France et dans de nombreux pays et j’espère qu’elle durera au-delà de la forte émotion du moment.

 

      Je lis aussi les commentaires, les analyses, les propositions, les débuts de polémique (déjà !) et je me demande : sera-t-il possible que ceux qui parlent beaucoup évitent la surenchère verbale et surtout évitent de jouer avec les mots ? Utiliser les « mots de la guerre » ne doit pas se transformer en une inutile « guerre des mots ».

 

      Nous savons ce qu’est la guerre : un affrontement, généralement violent, entre deux Etats, 2 nations, 2 armées, avec des objectifs clairs de part et d’autre. Il peut s’agir de conquérir le territoire de l’autre et de l’annexer, ou de s’emparer de ses biens, ou de le vaincre militairement pour ensuite négocier une paix et lui imposer ses conditions. Une fois l’objectif fixé, il faut dégager les moyens nécessaires pour mener cette guerre (seuls ? avec des alliés ? lesquels ? sur quel territoire ?) et se fixer un calendrier (guerre éclair ? guerre longue ?)

 

     Comment passer sous silence également que, dans une guerre, il y a toujours des morts de civils (et pas seulement de militaires) des 2 côtés ?

 

     Daesh prétend être un Etat (EI), mais il n’en a pas les attributs, même s’il occupe un territoire qu’il a envahi, profitant de la grave faute des Américains, qui ont détruit toute gouvernance en Irak après la guerre qu’ils ont déclenchée, même s’il dispose de quelques moyens financiers et de troupes composées d’éléments disparates et fanatisés.

 

     J’entendais ce matin quelqu’un dire que Daesh est en fait une  « entreprise » et pas un Etat. Cela me semble bien décrire cette organisation, qui cherche à développer son implantation, ses filiales, son chiffre d’affaires et qui a défini à cet effet une stratégie cohérente.

 

     La réussite du combat contre « l’entreprise Daesh » dépendra de façon prioritaire de la capacité à s’organiser et à agir des pays qui ont intérêt à sa destruction, parce qu’ils sont directement touchés par ses actes criminels. Il s’agit bien de destruction, puisqu’il est évident qu’ici, contrairement à ce qui se passe lors d’une guerre, il n’y aura pas de négociation de paix.

 

      A cet égard, je trouve que la 2ème réunion de Vienne qui s’est tenue hier est un premier pas dans la bonne direction, mais encore très insuffisant. Même si l’on a avancé sur le principe d’un cessez le feu entre les forces du régime et l’opposition démocratique, ainsi que sur le calendrier politique concernant la tenue d’élections en Syrie dans les 18 mois, il demeure toujours des divergences sur la façon de mener le combat contre Daesh.

 

      Et pourtant, il devient urgent d’agir ! Après les 2 réunions de Genève (juin 2012 et janvier-février 2014) et les 2 récentes rencontres de Vienne, il serait temps, comme je ne cesse de le répéter*, de sortir des tergiversations, des contradictions, des ambiguïtés dans les discours et les actes, si l’on veut vraiment trouver une issue au conflit syrien.

 

      * Extrait de "Syrie: tournant politique ou volte face?"

" La réunion de Vienne représente plus qu’une évolution pour la plupart des acteurs. C’est une véritable volte-face pour ceux qui faisaient du départ immédiat d’Assad un préalable à toute discussion, pour ceux qui "jouaient" avec les différentes composantes islamistes, pour ceux qui avaient comme objectif principal de régler le sort de leurs minorités, pour ceux qui ne souhaitaient pas trop s’engager dans l’affrontement militaire contre l’EI, pour ceux qui ne croyaient pas à une issue politico-militaire."

Pour mémoire, voici une intervention sur le terrorisme islamist

 

que j'ai faite en février 2014. 

 

C'était il y a 20 mois!

 

Regarder l'enregistrement vidéo

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez