Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 19:35

      Le "robot laboratoire" Philae sera largué par la sonde spatiale Rosetta le 12 novembre en matinée pour se poser 7 heures plus tard sur le noyau de la comète 67 P, vers 16h30. Compte tenu de la distance, la confirmation de l’atterrissage est attendue après 17h.


      C'est une grande première, un événement exceptionnel ! Pour tous ceux, dont je suis, qui sont passionnés par l’aventure spatiale, c'est un moment fort que nous offre l'Agence Spatiale Européenne (ESA).

 

      Il faut savoir que Rosetta a effectué un périple de 10 ans à travers le système solaire, à des vitesses vertigineuses (jusqu'à 130 000 km/h !). L'atterrissage du robot Philae constituera la première rencontre avec une comète d'à peine 5 km de diamètre, à 450 millions de km de la Terre!

 

     Voici des informations sur l’atterrissage de Philae sur la comète demain:

 

- La Cité de l'espace de Toulouse organise le 12 novembre une journée exceptionnelle et gratuite. 

 

- L'événement est également relayé en direct vidéo sur ce site

 

- Les informations de dernière minute sont ICI

 

- Retransmission également à la Cité des sciences et de l'Industrie à Paris.

 

- La mission Rosetta en 10 chiffres

 

 

*************

      Les habitants de Cordes sur Ciel ont eu le privilège le 29 juillet dernier d'assister à une remarquable présentation de la mission Rosetta par Philippe Gaudon (CNES), dans le cadre de la manifestation "Le ciel sur Cordes"

 

 

Un grand événement spatial
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Energie et environnement
commenter cet article
11 novembre 2014 2 11 /11 /novembre /2014 14:42

Extraits de l’intervention de Paul Quilès

 

devant le monument aux morts de Cordes,

 

le 11 novembre 2014

 

 

      « Il ne suffit pas de commémorer la fin de la guerre de 14-18 et de célébrer la mémoire de ceux qui ont payé de leur vie cette épouvantable boucherie. Il faut aussi, comme nous y invite le discours du ministre que je viens de vous lire, réfléchir aux conditions de préservation de la paix. » (…)

 

      « Il est des paix qui n’en sont pas vraiment. Le traité de Versailles (1919) qui suivit la fin des combats, portait en germe l’humiliation de l’Allemagne, dont l’exploitation par Hitler et les Nazis déboucha sur l’autre catastrophe du 20ème siècle, la seconde guerre mondiale. Les traités de Sèvres (1920) et de Lausanne (1923), censés régler la situation de la Turquie et des pays environnants à la suite du démantèlement de l’Empire ottoman, ne surent pas trouver une solution au "problème kurde" et nous en voyons les conséquences en ce moment. »  (…)

 

      « Le rôle des dirigeants des Etats, des responsables politiques, des diplomates est déterminant dans le déclenchement des conflits. Le beau discours de Jean Jaurès à Vaise le 25 juillet 1914, une semaine avant son assassinat, dont les jeunes collégiens viennent de nous lire des extraits (réécouter), montre bien que les voix les plus lucides ne sont pas entendues lorsque prévaut un climat de haine, de provocation et d’irresponsabilité. Non, ce ne sont pas les peuples qui veulent la guerre, mais ceux qui ne savent pas ou ne veulent pas chercher et construire la paix. »   (…)

 

      « Permettez-moi à ce propos de prendre un exemple proche de nous. Ici, dans le Tarn, un drame vient de se dérouler autour d’un projet d’aménagement, mal monté et confus à bien des égards Dans le climat tendu qui règne autour de ce projet, il est évident que ce n’est pas en jetant des braises dans le feu que l’on favorisera le dialogue indispensable pour calmer les esprits.

 

      C’est la raison pour laquelle je ne me rendrai pas à l’invitation du Président de l’Association des maires du Tarn de manifester à Albi samedi prochain en faveur du maintien du projet de barrage. Vouloir la paix, cela commence par la vouloir près de chez soi. Pour cela, on ne doit pas encourager les affrontements (bien entendu, c’est toujours la faute de l’Autre !) et il faut chercher avec patience et esprit de responsabilité tous les moyens d’aboutir aux compromis nécessaires. »

Gagner la guerre….mais aussi gagner la paix
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
9 novembre 2014 7 09 /11 /novembre /2014 21:44

     Alors que des tensions se multiplient entre la Russie et les pays occidentaux, le think-tank ELN , auquel je participe, décrit, dans un rapport publié ce jour, près de 40 incidents militaires qui ont eu lieu depuis mars dernier,

 

      Ce rapport exclusif insiste en particulier sur le caractère très grave de 14 d’entre eux, qui témoignent d’une volonté de provocation de la part de la Russie. (voir la carte interactive)

 

      Même si la confrontation militaire directe a été évitée jusqu'à présent, la conjonction de ces attitudes agressives et l’intention des forces militaires occidentales de les contrer pourrait conduire à une involontaire mais dangereuse escalade et à une perte de contrôle sur les évènements.

 

      Les responsables politiques doivent se souvenir que toutes les guerres ne commencent pas intentionnellement !

 

      A l’évidence, les Russes ont engagé cette forme de confrontation dans le climat créé par la crise ukrainienne.

 

    1) Le rapport recommande aux dirigeants occidentaux d’intervenir clairement auprès des Russes pour les convaincre que ce qu'ils font est dangereux pour eux, aussi bien que nous.

 

     2) Le rapport suggère aussi que, des deux côtés, les dirigeants civils donnent des consignes de retenue à leurs chaînes de commandement militaire, ainsi qu’à leurs alliés et partenaires (Géorgie, Moldavie, Transnistrie et autres points chauds potentiels entre Russie et pays occidentaux).

 

       3) Le rapport souhaite enfin que soit améliorées la communication et la transparence sur les déploiements militaires, de façon à donner aux dirigeants le temps nécessaire à la décision, en évitant de leur communiquer des informations potentiellement erronées sur ce que l'autre fait. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit ici d’un risque de confrontation entre un pays, la Russie et une alliance (l’OTAN) disposant d’armes nucléaires.

Eviter une escalade dangereuse avec la Russie
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
8 novembre 2014 6 08 /11 /novembre /2014 09:28

      Pendant 41 ans et 132 jours, l’Allemagne a été séparée en Allemagne de l’Est et Allemagne de l’Ouest.

 

      Après plus de quatre décennies de guerre froide et de menace nucléaire entre l’Est et l’Ouest, la chute du mur de Berlin, le 9 novembre 1989, a marqué le début d’une période nouvelle.

 

     Tout ne s’est pourtant pas réglé instantanément et il a fallu près d’un an de négociations pour aboutir à la réunification de l’Allemagne.

 

     A l'occasion du 25ème anniversaire de la chute du Mur, la chaîne de télévision Toute l'histoire revient sur ces évènements demain, dimanche 9 novembre à partir de 15h.

 

Souvenirs.....

 

     *  9 novembre 1989, à 19h45: mon intervention à la télévision, juste après la chute du Mur de Berlin, où j'ai été le premier homme politique français à commenter l'évènement.

 

     * 9 novembre 2009: commémoration du 20ème anniversaire de la chute du Mur à Cordes sur ciel…..« les murs n’arrêtent pas l’Histoire » .

Comprendre la chute du Mur de Berlin
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
7 novembre 2014 5 07 /11 /novembre /2014 19:50

      Il ne fallait pas s’attendre à autre chose ! Des compliments d’un côté, des critiques de l’autre….la plupart faisant appel à un sens de la nuance pas toujours évident et à une volonté de trouver la formule qui frappe (….ou qui tweete).

 

      A l’évidence, la présence du Président de la République sur le plateau de TF 1 pendant près de 2 heures n’avait pas pour finalité d’être un grand rendez-vous politique. Et pourtant, j’aurais souhaité, comme, probablement, beaucoup de Français, qu’il nous explique pourquoi sa promesse « d’inversion de la courbe du chômage » ne s’est pas réalisée. Les choix politiques faits n’étaient-ils pas les bons ? Ne faudrait-il en changer, comme nous sommes un certain nombre à le recommander, pour donner une réelle crédibilité aux perspectives annoncées pour les prochaines années ?

 

      Concernant le principe même de cette émission, force est de constater son caractère hybride. En valorisant le rôle tout puissant du Président, responsable de « toutes les décisions », elle apporte de l’eau au moulin du fonctionnement quasi-monarchique de la Vème République. En même temps, par le type de discours flous qu’elle permet, elle renvoie à une ambiance qui rappelle parfois la IIIème République*.

 

      Il va devenir urgent de s’atteler à une vraie réforme de nos institutions, qui les modernise et les rende plus démocratiques. C’est ce que je propose pour ma part depuis des années (voir par exemple mon livre « Les 577, des députés, pour quoi faire ? », publié en 2001)

       _____________________________________________________________

 

      * « La politique n’est pas l’art de résoudre les problèmes, mais de faire taire ceux qui les posent » (Henri Queuille, parlementaire corrézien pendant 39 ans et ministre à 21 reprises sous la IIIème et la IVème République, 3 fois Président du Conseil)

Après l’émission de TF1 
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
1 novembre 2014 6 01 /11 /novembre /2014 18:14

      Dans le climat de tension extrême qui a régné pendant une semaine autour des évènements liés au projet de barrage de Sivens, j’ai préféré attendre pour m’exprimer, afin d’éviter de prononcer à chaud une phrase susceptible d’ajouter à la confusion.

 

       Et pourtant, ce qui s’est passé m’intéresse et me concerne à de multiples titres : comme élu du Tarn, comme ancien ministre et ancien parlementaire, mais aussi parce que ma formation scientifique et mon métier d’ingénieur m’ont amené depuis de longues années à me passionner pour les questions touchant à l’énergie et au développement écologique.

 

      J’ai échangé sur ce sujet avec des responsables politiques, locaux et nationaux, avec des experts, j’ai regardé et écouté ce que disaient les médias audiovisuels, j’ai lu la presse et les tracts et je suis amené à faire un constat, un triste constat.

 

      Au cours de cette période, marquée par un terrible drame humain (la mort d’un jeune homme, certainement convaincu par la justesse de sa cause, mais imprudent, selon les dires mêmes de sa famille), beaucoup de gens ont tout mélangé. Certains n’ont pas hésité à affirmer une chose et son contraire, à procéder à des récupérations politiciennes peu glorieuses, à se livrer à des excès de langage indignes de responsables.

 

      Il est vrai que le dossier est complexe, qu’il n’a pas été bien monté, qu’il traîne depuis des années, que le dialogue –nécessaire, parce que des intérêts contradictoires sont en jeu- n’a pas eu lieu. Raison de plus pour ne pas caricaturer les positions en présence et pour essayer de comprendre les questions majeures auxquelles il renvoie et qui interrogent notre société.

 

      J’en vois au moins cinq :

 

      1) S’agit-il d’un projet banal, à connotation uniquement locale ou d’une problématique beaucoup plus générale d’aménagement du territoire ? Dans ce cas, avant de décider de réaliser un projet local, il faut au préalable en vérifier la compatibilité avec des objectifs nationaux. Cela ne semble pas avoir été correctement fait.

 

    2) Comment devrait fonctionner notre démocratie ? Des décisions respectant la légalité ne peuvent naturellement pas être mises en cause et pourtant, lorsqu’elles ont été mal préparées, il est nécessaire de définir la façon de tenir compte des critiques contestant leur légitimité.

 

      3) Comment faire comprendre que le "maintien de l’ordre" n’est pas, par essence, responsable du désordre et donc a priori coupable de tout débordement? Si erreur il y a eu, c’est à l’enquête en cours de le dire. Mais j’aurais aimé entendre celles et ceux qui ont été si prompts à mettre en cause les forces de l’ordre dénoncer très tôt le rôle néfaste des groupes de casseurs, tenants d’idéologies extrêmes, qui ont largement contribué au climat de violence.

 

      4) Comment convaincre les dirigeants et les responsables politiques du rôle (trop ?) déterminant de leur communication dans leurs actions et leurs propos ? Dans notre société hyper médiatisée, qui favorise les réactions compulsives et parfois même s’en nourrit, il faut éviter les mots qui blessent, les invectives, sans parler des maladresses. La colère légitime et l’émotion ne justifient pas ces dérives ou ces dérapages, qui viennent occulter la nécessité de réfléchir en profondeur et de s’exprimer avec intelligence.

 

      5) Comment inciter les responsables politiques à ne pas exploiter un drame humain pour des raisons politiciennes ? L’instrumentalisation de l’écologie à des fins électorales (locales et nationales) à laquelle on a assisté est non seulement écœurante, mais vraisemblablement peu efficace à terme, pour ceux en tout cas qui prônent le rassemblement à gauche !

 

       Dernière remarque, en forme de regret : si le rapport d’expertise réalisé par deux ingénieurs indépendants à la demande du ministère de l’écologie et destiné à "restaurer le dialogue entre les parties" avait été rendu public plus tôt que le lundi 27 octobre (ce qui, semble-t-il, était possible), on aurait évité un drame humain et un indiscutable gâchis.

Sivens : des questions qui interrogent notre société
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 18:06

Notre ami Jean-Gabriel Jonin s’est éteint


mercredi 29 octobre 2014, à Chatelus (Allier)


à la suite d’une longue maladie.

 

Le maire de Cordes sur Ciel, Paul Quilès

 

et le conseil municipal,

 

toutes celles et tous ceux qui l’ont connu et aimé

 

partagent la douleur de son épouse Marie-Thérèse et de ses enfants.

 

***********

 

        Jean Gabriel JONIN aura été, à plus d’un titre, l’une des figures les plus marquantes de Cordes sur Ciel, pendant de nombreuses années, à la fois en tant qu’artiste et en tant que membre du conseil municipal.

 

      En effet, Jean Gabriel Jonin a été adjoint, durant treize ans, plus spécialement chargé des affaires culturelles et de la communication. C’est notamment grâce à sa détermination sans faille et à ses efforts obstinés que la Cité peut aujourd’hui s’enorgueillir de posséder l’un  des musées d’art moderne les plus attractifs de la région.

 

       La fréquentation de l’art en général, et de la peinture en particulier, ne datait pas, pour lui, de la création du Musée d’Art Moderne et Contemporain de Cordes sur Ciel, puisqu’à l’âge de vingt-trois ans, Jean Gabriel Jonin eut le plaisir de rencontrer Salvador Dalí, dans son atelier de Port Lligat, à Cadaquès, de se lier d’amitié avec lui et de le fréquenter ensuite pendant une quinzaine d’années. Il posera d’ailleurs pour lui, en compagnie de sa femme, Marie-Thérèse.

 

       Au cours de leurs rencontres, Dalí lui prodiguera de nombreux conseils et, sans cesser d’admirer le travail de cet immense peintre, Jean Gabriel Jonin commencera, de son côté, à élaborer une œuvre qu’on peut apparenter à la peinture du mouvement surréaliste.

 

       L’Atelier-Galerie qui était le sien, rue Saint-Michel, fut longtemps un lieu d’accueil, d’échanges et de création. Un lieu d’écriture, également, puisque Jean Gabriel Jonin conçut plusieurs ouvrages, dont les trois volumes qu’il consacra à Cordes : la Cité cathare, la Cité philosophale, la Cité artistique.

 

       En 1998, il écrivit le scénario du grand spectacle « La Mémoire des pierres », mis en scène et réalisé par Claude Moreau, qui fut présenté à Cordes pendant 3 ans et qui remporta un beau succès populaire.

 

       C’est rue Saint-Michel qu’il produisit une bonne partie de ses œuvres. Certaines d’entre elles furent présentées en 2011 au Musée d’Art  Moderne et Contemporain, la municipalité de Cordes sur Ciel rendant ainsi hommage au talent de celui qui, tout au long de ses deux mandats en tant qu’élu, n’eut de cesse de promouvoir toutes les formes de l’art actuel.

 

http://mairie.cordessurciel.fr

Jean-Gabriel Jonin nous a quittés
Jean-Gabriel Jonin nous a quittés
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
30 octobre 2014 4 30 /10 /octobre /2014 16:19

Paul Quilès, maire de Cordes sur Ciel,

 

parle du "Village préféré des Français",

 

dans ce "coup de projecteur" sur CFM radio.

 

 Ecouter

(durée 1'20)

Coup de projecteur sur CordesCoup de projecteur sur Cordes
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 18:17

       « Il n’est pas toujours approprié ou nécessaire que les institutions militaires jouent un rôle majeur dans les crises humanitaires ou de santé. Toutefois, aussi longtemps que toute assistance militaire fournie est compatible avec les directives d'Oslo sur l'utilisation des forces militaires étrangères et de la protection civile en cas de catastrophe élaboré par le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires, un rôle pour l'OTAN serait justifié, précieux et largement salué.  (….)

 

        Par ses capacités uniques, l'OTAN peut vraiment faire la différence dans ce désastre, en mobilisant ses moyens aériens, en apportant un soutien logistique maritime, par l'utilisation de navires-hôpitaux, et par son expertise en matière de défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire. »

 

      C’est dans cet esprit que plus de quarante personnalités, dont deux anciens secrétaires généraux de l'OTAN, trois anciens premiers ministres et un certain nombre d'anciens ministres des Affaires étrangères et de la défense, appellent à une mobilisation de l'OTAN pour lutter contre l’épidémie d’Ébola en Afrique de l'Ouest.

 

       Je fais partie des signataires de deux lettres adressées en ce sens, l'une au Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, et l'autre conjointement au Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon et à la Directrice générale de l'Organisation mondiale de la Santé, Margaret Chan.

 

 Lire ces lettres

Ebola: lettre au secrétaire général de l'OTAN
Ebola: lettre au secrétaire général de l'OTAN
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
27 octobre 2014 1 27 /10 /octobre /2014 14:50

Régis Debray répond à Manuel Valls,

 

qui veut "en finir avec la gauche passéiste"

 

      Je vous recommande cette interview de Régis Debray par David

 

Abiker sur Europe 1.

 

      Réflexion très stimulante d’un philosophe un brin provocateur.....

      Pour Régis Debray:
 « Manuel Valls est le dernier des marxistes »

                                          « Le chiffre ne remplace pas le sens »

 

Ecouter l'interview

(1’23 à 10’10)

"Le chiffre ne remplace pas le sens"
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez