Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 08:39
Dissuasion nucléaire : abandonner les mythes

Tribune de Paul Quilès dans Marianne

 

      "Alors que François Hollande doit s'exprimer demain, depuis Istres, sur la dissuasion nucléaire, le socialiste Paul Quilès, ancien ministre de la Défense de François Mitterrand et président de l'association Arrêtez la bombe, l'interpelle : il souhaiterait que le chef de l'Etat appelle "les puissances nucléaires à une conférence internationale, qui entamerait la marche vers un monde sans armes nucléaires".

 

    "Une telle démarche, écrit-il, soixante-dix ans après les bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki, serait certainement saluée et soutenue par une écrasante majorité des Etats des cinq continents."

 

Lire la tribune

Dissuasion nucléaire : abandonner les mythes
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
16 février 2015 1 16 /02 /février /2015 19:54

    Je suis intervenu sur France Inter, en réaction au dérapage

 

inadmissible de Roland Dumas,

 

suggérant que le Premier ministre était

 

"sous influence juive".

 

Ecouter

 

    "Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde"

 

(Albert Camus)

Le dérapage de Roland Dumas
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 23:02
Paul Quilès à propos du sommet de Minsk

Paul Quilès : "La France est le pays le mieux placé

pour discuter avec les Russes"

 

   Ancien ministre de la Défense, le socialiste Paul Quilès avait communiqué en décembre dernier une note à François Hollande contenant cinq propositions pour sortir de la crise ukrainienne.

 

   Pour "Marianne", il commente l'initiative diplomatique franco-allemande et revient sur les erreurs occidentales commises face à la Russie.

 

Lire l'interview

Paul Quilès à propos du sommet de Minsk
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 13:46
Adieu, Roger

    Pour moi, Roger Hanin n'était pas seulement le formidable acteur que les Français aimaient et qui savait incarner avec tant de force et de talent des personnages différents. Il était ce personnage que j'avais  découvert à la fin des années 80 dans l'entourage de François Mitterrand -dont il était le beau-frère- alors que nous préparions l'échéance présidentielle de 1981.

 

    Son exhubérance, sa drôlerie, mais aussi son engagement militant et sa simplicité m'avaient beaucoup frappé. J'ai le souvenir de ces rencontres amicales, où il se plaisait à raconter des blagues qui faisait hurler de rire l'assistance (et même François Mitterrand.....pas toujours sensible à son humour!)

 

    Très souvent, le souvenir de son Algérie natale revenait et je retrouvais, dans sa façon de raconter les choses, des reminiscences de ma propre famille, originaire de là- bas, comme on disait en plaisantant entre nous, en prenant l'accent pied noir qu'il savait oublier quand il le fallait. Cela me rappelait mon arrivée d'Afrique du Nord à l'âge de 16 ans, avec ce même accent, que j'avais du perdre en quelques mois....

 

   Adieu, cher Roger!      

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Réflexions à haute voix
commenter cet article
5 février 2015 4 05 /02 /février /2015 15:28
Je me félicite et je regretteJe me félicite et je regretteJe me félicite et je regrette

      Je me félicite de l'initiative prise par François Hollande de rencontrer dès cet après-midi le Président ukrainien et, demain, le Président russe. L'aggravation de la situation à l'Est de l'Ukraine exige en effet de rechercher rapidement les voies d'une désescalade, pour éviter des enchaînements susceptibles de conduire à des affrontements armés d'une extrême gravité. J'approuve d'autant plus cette démarche qu'elle correspond à celle que j’ai proposée à la suite de la réunion du 12 décembre dernier à Londres, organisée par ELN, à laquelle j'ai participé et qui rassemblait des anciens ministres européens de la défense et des affaires étrangères (notamment russes).

 

      La situation est d’autant plus sérieuse qu’elle risque, selon les termes mêmes du Président de la République, de déboucher sur une « guerre totale ». Or cette guerre totale impliquerait un pays nucléaire (la Russie).

 

      Mais, quand il a évoqué l’arme nucléaire, François Hollande n’a pas parlé de ses risques. Il a annoncé une modernisation de l’arsenal nucléaire français, « autant que nécessaire », comme si le contexte international n’avait pas radicalement changé depuis la fin de la Guerre froide. Il en est resté aux dogmes, considérant que le débat était clos.

 

      Je regrette donc ce refus de réviser la position de la France à l'égard de la dissuasion nucléaire. La politique actuelle, qui ne fait l'objet d'aucun débat, est l'héritage d'un monde ancien. Coûteuse et inefficace, elle s'appuie sur des dogmes, par définition non contestables, ce qui fait de la dissuasion nucléaire une véritable religion. Étonnante attitude dans un pays laïque, où, le Président l'a rappelé ce matin, il n'y a pas de religion officielle!

 

      L’arme nucléaire reste un danger, tout particulièrement dans un monde instable. La priorité ne doit pas être de la développer mais d’empêcher sa prolifération, de prémunir le monde contre son emploi et à terme d’aller vers son élimination sous contrôle international. La prochaine conférence d’examen du Traité de Non-prolifération examinera ces sujets en avril-mai 2015. Il faut espérer que la contribution de la France sera à la hauteur de ses responsabilités dans le monde, qu’a encore rappelées le Président de la République.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
24 janvier 2015 6 24 /01 /janvier /2015 12:37

Retrouvez les interventions de Paul Quilès

 

à la suite des attentats terroristes des 7-8-9 janvier 2015 

 

  • Interventions audiovisuelles

 

- RTL (10 janvier)   Interview 

 

- France Culture (11 janvier)  Débat

 

- Public Sénat (12 janvier)  Débat

 

- France 2 (12 janvier)  "Mots croisés"

 

- Sud Radio (12 janvier)   Interview

 

- RTL (13 janvier) Débat

 

  • Interventions écrites

 

-  7 janvier- Au delà de l'horreur

 

- 7 janvier- Un ami m'écrit

 

- 8 janvier- Hommage

 

-  9 janvier- Charlie et Jaurès

 

- 10 janvier- Comprendre les objectifs du terrorisme international

 

- 11 janvier- Ne les décevons pas

 

- 13 janvier- Pour mes élèves de Seine Saint-Denis

 

- 16 janvier- Sécurité et libertés

 

- 18 janvier- Mes chers élèves

 

- 18 janvier- La riposte militaire n'est pas la seule option

 

- 20 Janvier- Faut-il rétablir un service national?

 

- 22 janvier- Comment financer la lutte contre le terrorisme

Paul Quilès parle du terrorismePaul Quilès parle du terrorisme
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 11:23

Communiqué

 

      L’association ALB rappelle qu’elle a proposé, à plusieurs reprises, des mesures concrètes d’économie portant sur le budget de la dissuasion nucléaire, dont le format ne correspond plus à l’état des menaces internationales.

 

      L’arsenal nucléaire de la France représente plus de 10 % du budget de défense global et un tiers des crédits d’équipement. De ce fait, il pèse très lourdement sur les investissements et les dépenses destinées à répondre aux défis de sécurité posés par le nouveau contexte stratégique et en particulier par le développement des actions terroristes.

 

       Le gouvernement vient d’annoncer un plan de renforcement des moyens de notre appareil de sécurité à la suite des événements tragiques que vient de connaître notre pays. Ce plan comporte un volet financier important, qui pourrait être financé par les économies proposées par ALB. Celles-ci comprennent quatre séries de mesures:

  • Un maintien en l’état de l’outil de dissuasion, qui permettrait des économies sur le coût des modernisations (missiles M 51.2, têtes nucléaires)
  • Le non-remplacement de l’un des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins.
  • Une réduction, voire la suppression de la composante aéroportée de la dissuasion.
  • Une réduction du programme de simulation des essais nucléaires.

      Sans remettre en cause l’existence de la dissuasion nucléaire, ces mesures pourraient faire économiser jusqu’à 1 milliard d’euros par an d’ici la fin de la loi de programmation militaire.  

 

Paul Quilès, Bernard Norlain et Jean-Marie Collin

Président et Vice-Présidents de l’association ALB (Arrêtez La Bombe)

 

21 janvier 2015

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 23:29
La riposte militaire n'est pas la seule option

Tribune de Paul Quilès, publiée dans le Monde du 18 janvier

 

      On nous dit depuis quelques jours que nous serions engagés dans une guerre. Méfions-nous de ce terme, qui rappelle un mauvais souvenir : celui de cette « guerre totale contre le terrorisme » proclamé par Georges W. Bush au début des années 2000 et qui a conduit à tant de désordres au Moyen Orient et dans le monde.

 

      Il ne faut pas se méprendre sur la nature de ce combat que nous devons mener. Nous ne sommes pas formellement en guerre, mais nous avons un adversaire, organisé, doté d’une idéologie, d’une stratégie, de moyens et d’un objectif essentiellement territorial (au moins pour l’EI). N’oublions pas qu’il commet les mêmes actes terroristes dans tous les pays alliés des Etats-Unis (présentés par Al Qaïda et l’EI comme l’ennemi principal depuis 30 ans) et beaucoup plus encore dans les pays musulmans, où se trouvent la majorité des victimes du terrorisme djihadiste.

 

     L’erreur serait de résumer la réponse à cette menace à une mesure unique, de type sécuritaire, alors que le problème est beaucoup plus complexe. Bien entendu, des mesures concernant l’amélioration de notre système de sécurité sont à prendre rapidement, mais il faut se garder que, sous le coup d’une émotion forte, des mesures viennent remettre en cause les libertés individuelles, auxquelles les Français sont très attachés.

 

      L’exemple à ne pas suivre, souvent cité, est celui du Patriot Act, série de mesures d’exception prises par les Américains au lendemain du traumatisme du 11 septembre 2001 et toujours en application. On sait aujourd’hui qu’il n’a pas apporté de réponse durable à la question posée, celle de la protection face à la menace djihadiste et qu’il a par contre durablement et gravement réduit certaines libertés individuelles.

 

      Il ne faut donc pas céder à la tentation d’une réponse sécuritaire, censée éradiquer de façon quasi magique et instantanée le terrorisme. De nombreux textes ont été votés depuis 20 ans pour améliorer la lutte contre le terrorisme. A la suite de l’attentat du 11 septembre, j’ai moi-même présenté en décembre 2001 un rapport de la Commission de la défense de l’Assemblée nationale, qui proposait 33 mesures « pour contrer la menace terroriste ». Il ne me semble pas inutile de le relire.

 

     Le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, vient de préciser les domaines dans lesquels il considère que des efforts sont encore nécessaires. C’est maintenant au Parlement de travailler rapidement pour donner un contenu juridique à ces mesures et au Gouvernement de dégager les moyens qu’elles nécessitent.

 

Refus de l’obscurantisme

 

      Quelle réponse à la menace terroriste ? Pour être efficace, la réponse doit tenir compte de ce diagnostic et comporter plusieurs volets :

 

- le volet militaire, pour frapper à la source l’adversaire (à condition d’éviter les dérives de la politique américaine, qui, en se fixant comme unique objectif la victoire militaire, a conduit au chaos ou à la déstabilisation de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie, du Yémen…) ;

- le volet financier, pour le priver des ressources matérielles qui alimentent ses opérations terroristes ;

- le volet de la sécurité intérieure, pour améliorer le renseignement et le partage des informations entre ministères de l’Intérieur et de la Justice;

- le volet de l’information, pour mieux contrôler certains sites Internet, qui sont devenus des vecteurs majeurs du terrorisme ;

- le volet social, pour éviter de laisser les populations de certaines zones sombrer dans la désespérance, ce qui contribue à les rendre vulnérables à la propagande et aux campagnes d’enrôlement des djihadistes ;

- le volet éducatif, pour mobiliser les enseignants, grâce à des moyens renforcés, dans leur rôle d’éveilleurs des consciences de la jeunesse.

 

      Il faut aussi ajouter l’attention renforcée qui doit être portée à la prison, trop souvent foyer de radicalisation des délinquants.Il est enfin indispensable que l’Islam de France soit aidé pour qu’il puisse mieux dénoncer l’imposture de ceux qui détournent gravement le sens de leur religion.

 

     On le voit, la tâche est complexe ; elle concerne de multiples intervenants ; elle exige une volonté, de la continuité et des moyens. Ne nous trompons pas sur le sens du message qu’ont voulu transmettre les Français par la formidable mobilisation du 11 janvier. Ils ont manifesté à la fois un ferme refus de l’obscurantisme et de l’islamo- fascisme, mais aussi la volonté d’une France plus solidaire, qui aspire à gommer les différences, pour que ne se crée pas le clivage précisément souhaité par l’idéologie djihadiste. Ne répondons pas à leur élan et à leur attente par une régression des libertés.

 

    Paul Quilès, ancien ministre de la Défense et de l'Intérieur

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
18 janvier 2015 7 18 /01 /janvier /2015 09:42
Mes chers élèves...

      Une lectrice de mon blog, Michèle Zémor, recommande le beau texte d'une professeur de lettres au Lycée Paul Eluard de Saint Denis, avec ce commentaire: 

 

     "Ce texte me semble aller assez loin dans l'analyse, le questionnement du sens des mots. Il évoque le mot "juif" ce qui n'est pas toujours le cas dans les textes de profs consacrés à ce sujet. Il est ,en effet salutaire de ne pas faire comme si ce problème n'existait pas puisque la France est à présent, le pays d'Europe où les juifs seraient le plus en insécurité. 

 

    Malgré la belle manif du 11, le climat demeure plutôt délétère. Certains se "lâchent" et tiennent des propos racistes de rejet des "arabes". Ces propos émanent de gens plutôt à droite (pas FN) et assez cultivés : "ils n'ont rien inventés depuis le zéro, quand ils ont un bon écrivain ou cinéaste, il vit ici..." et le sempiternel " s'ils ne sont pas d'accord avec nos lois, qu'ils retournent chez eux...." .

 

      Merci pour vos analyses et mobilisations; on en a bien besoin."

 

***

Mes chers élèves

     Après les événements tragiques de la semaine écoulée, je ne peux pas rester muette vis-à-vis de vous. Pas seulement comme enseignante, mais aussi comme citoyenne, comme être humain, tout simplement.

     Par-dessus tout, je regrette de ne pas avoir pu mener avec vous l'étude du mouvement des Lumières que j'avais prévu de commencer en cette rentrée. J'espère que vous avez compris que ce n'est plus aujourd'hui un thème scolaire poussiéreux, mais bien une aveuglante question d'actualité.

     Les “Lumières”, c'est ce qui a été attaqué, avec le massacre perpétré au journal Charlie Hebdo le matin du mercredi 7 janvier, quand les assassins ont crié“on a vengé le prophète Mahomet”. (....)

                Lire la lettre, publiée par Télérama

***

Réaction d'un ancien professeur, historien

      Merci pour cette belle lettre. A-t-elle été bien comprise par ses destinataires? Elle est bien longue pour eux.  

      Une seule réserve : les valeurs universelles de la démocratie, des droits de l'homme, du droit à la satire et au blasphème ne s'exportent pas à coups de bombardements (Bush en Irak) ou de slogans, ou d'images gratifiantes (pour leurs auteurs). Cela a été, chez nous, un processus lent issu de notre propre histoire. Il en sera de même dans le monde musulman aujourd'hui en crise (et où, signe de cette crise, les tendances fondamentalistes tiennent le haut du pavé). Une des couvertures de Charlie Hebdo était intitulée : "le Coran, c'est de la merde". Je ne crois pas que ce soit la bonne manière d'aider les musulmans "des Lumières". Comme le disait récemment Malek Chebel, on peut regretter que des gens de qualité n'utilisent pas mieux leurs talents. Voltaire, lui, argumentait. Ces blagues de vieux potaches anticléricaux, loin d'affaiblir les barbus, les renforcent dans leur dénonciation de l'Occident. On ne peut pas invoquer la tolérance à l'égard des autres si l'on ne commence pas par en donner des exemples.

      J'ai participé à la manifestation de dimanche mais je distingue la dénonciation des assassinats de l'adhésion à Charlie-Hebdo.Si cela restait une distraction entre nous, ça irait. Cela fait partie de notre histoire culturelle et de nos libertés, mais aujourd'hui tout cela circule dans le vaste monde à coups d'Internet etc...Le monde musulman n'a pas la même histoire et ne vit pas au même rythme. Le moindre commercial sait qu'il faut adapter son message à son public. Il est dommage que la rédaction de Charlie Hebdo, la nouvelle comme l'ancienne, n'ait pas vécu dans les pays du Sud. Ce qui vient de se passer au Niger, un pays où j'ai vécu, me désole profondément.

      Nous devons défendre (Amnesty International, Reporters sans frontière, ACAT, etc...) toutes les victimes dans le monde musulman, en argumentant, en dénonçant les abus,... pas en lançant des grenades qui alourdissent encore la barque de tous ceux/celles qui se battent pour les libertés et qui donnent des armes à la dénonciation de l'immixtion d'un Occident "tout puissant".

      Il ne s'agit pas de mettre nos valeurs sous la table mais de les exprimer autrement, sous peine de rater gravement leur but.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 07:24
Sécurité et libertés

Interview de Paul Quilès

 

publié par l'Humanité du 16 janvier 2015

 

*****

 

1- Doit-on accepter un recul des libertés pour combattre le terrorisme ? 

 

   Ce serait se tromper sur le sens du message qu’ont voulu transmettre les Français par la formidable mobilisation du 11 janvier que de répondre à leur élan et à leur attente par une régression des libertés. Nos concitoyens ont manifesté à la fois un ferme refus de l’obscurantisme et de l’islamo- fascisme, mais aussi la volonté d’une France plus solidaire, qui aspire à gommer les différences, pour que ne se crée pas le clivage précisément souhaité par l’idéologie djihadiste.

 

   Il ne faut donc pas céder à la tentation d’une réponse sécuritaire, censée éradiquer de façon quasi magique et instantanée le terrorisme. Bien entendu, des mesures concernant l’amélioration de notre système de sécurité sont à prendre rapidement –et j’y reviendrai- mais il faut se garder que, sous le coup d’une émotion forte, des mesures viennent remettre en cause les libertés individuelles, auxquelles les Français sont très attachés.

 

   L’exemple à ne pas suivre, souvent cité, est celui du Patriot Act, série de mesures d’exception prises par les Américains au lendemain du traumatisme du 11 septembre 2001 et toujours en application. On sait aujourd’hui qu’il n’a pas apporté de réponse durable à la question posée, celle de la protection face à la menace djihadiste et qu’il a par contre durablement et gravement réduit certaines libertés individuelles.

 

2- « Patriot Act » à la française, « améliorer Shengen », nouveau volet de la loi Cazeneuve… les réponses législatives, juridiques et policières sont-elles suffisantes ?

 

   Certaines de ces réponses sont indispensables, à condition de faire preuve du discernement que j’ai évoqué à propos du Patriot Act et de refuser d’écouter les sirènes des idéologies extrêmes, prônant « l’ordre à tout prix » ou utilisant le climat d’inquiétude pour remettre à l’ordre du jour des thèmes comme celui de l’immigration.

 

   De nombreux textes ont été votés depuis 20 ans pour améliorer la lutte contre le terrorisme. A la suite de l’attentat du 11 septembre, j’ai moi-même présenté en décembre 2001 un rapport* de la Commission de la défense de l’Assemblée nationale, qui proposait 33 mesures « pour contrer la menace terroriste ». Il ne me semble pas inutile de le relire.

 

  Bernard Cazeneuve vient de préciser les domaines dans lesquels il considère que des efforts sont encore nécessaires. C’est maintenant au Parlement de travailler rapidement pour donner un contenu juridique à ces mesures et au Gouvernement de dégager les moyens qu’elles nécessitent.

 

3- Quels sont les moyens efficaces, selon vous, pour mener ce combat ?  

 

   Il ne faut pas se méprendre sur la nature de ce combat. Nous ne sommes pas formellement en guerre, mais nous avons un adversaire, organisé, doté d’une idéologie, d’une stratégie, de moyens et d’un objectif essentiellement territorial (au moins pour l’EI). N’oublions pas qu’il commet les mêmes actes terroristes dans tous les pays alliés des Etats-Unis (présentés par Al Qaïda et l’EI comme l’ennemi principal depuis 30 ans) et beaucoup plus encore dans les pays musulmans.

 

   La réponse efficace ne peut donc pas se résumer à une mesure unique. Elle doit tenir compte de ce diagnostic et comporter plusieurs volets :

    - le volet militaire, pour frapper à la source l’adversaire (à condition d’éviter les dérives américaines qui ont conduit au chaos ou à la déstabilisation de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie, du Yémen…) ;

    - le volet financier, pour le priver des ressources matérielles qui alimentent ses opérations terroristes ;

     - le volet de la sécurité intérieure, pour améliorer le renseignement et le partage des informations entre ministères de l’Intérieur et de la Justice;

      - le volet de l’information, pour mieux contrôler certains sites Internet, qui sont devenus des vecteurs majeurs du terrorisme ;

      - le volet social, pour éviter de laisser les populations de certaines zones sombrer dans la désespérance, ce qui contribue à les rendre vulnérables à la propagande et aux campagnes d’enrôlement des djihadistes ;

      - le volet éducatif, pour mobiliser les enseignants, grâce à des moyens renforcés, dans leur rôle d’éveilleurs des consciences de la jeunesse.

 

   Il faut aussi ajouter l’attention renforcée qui doit être portée à la prison, trop souvent foyer de radicalisation des délinquants.

 

   Il est enfin indispensable que l’Islam de France soit aidé pour qu’il puisse mieux dénoncer l’imposture de ceux qui détournent gravement le sens de leur religion.

 

   On le voit, la tâche est complexe ; elle concerne de multiples intervenants ; elle exige une volonté, de la continuité et des moyens.

________________________________________________________

 

* http://paul.quiles.over-blog.com/2015/01/comprendre-les-objectifs-du-terrorisme-international.html

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez