Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 janvier 2015 6 10 /01 /janvier /2015 10:21
Comprendre les objectifs du terrorisme international

      La réflexion sur la nature, les origines et les objectifs du terrorisme international est indispensable si l’on veut le combattre efficacement.

 

       Il y a 2 ans, au moment de l’intervention de la France au Mali contre les groupes djihadistes, j’ai rappelé cette obligation, en me référant au rapport d’information que j’ai présenté à l’Assemblée Nationale après les attentats du 11 septembre 2001.

                                                         lire le rapport  

 

        Ce rapport, qui contient 33 propositions pour améliorer la lutte contre le terrorisme, analyse aussi l’origine de l’islamisme violent, à partir de l’échec de l'islam politique dans sa stratégie de renversement de gouvernements nationalistes issus de la décolonisation et d'installation au pouvoir de régimes fondamentalistes.

              

       Voici quelques extraits du rapport concernant ce dernier point.

 

*****

Une dérive de l'islamisme politique

     

     « Le terrorisme d'origine islamique n'est pas né le 11 septembre 2001, mais s'inscrit dans une histoire dont les origines remontent aux années 1970. Il ne s'agit nullement de questions théoriques : seule une compréhension précise du phénomène permettra de lutter efficacement contre les réseaux d'Al Qaida.

 

     Pour comprendre la genèse de la crise qui a éclaté au grand jour le 11 septembre 2001, il faut en revenir à deux dates charnières : 1979 et 1990.

 

   * L'année 1979 est déterminante dans la mesure où elle est marquée par la conjonction de trois événements capitaux :

 

      - en février, elle voit l'arrivée au pouvoir de Khomeyni à Téhéran, donc la prise du pouvoir en Iran par les radicaux chiites. Le succès de la révolution islamique en Iran en 1979 marque la première victoire « militaire » d'un mouvement de cette nature sur le monde occidental : les images des otages de l'ambassade américaine influencent profondément les mouvements islamiques existants, y compris ceux qui appartiennent à la mouvance sunnite ;

 

      - l'autre événement majeur, au mois de novembre de la même année, a lieu avec la prise de la Grande Mosquée de La Mecque - lieu saint sunnite -, par Jouhaïmane Al-Outaïli. La Grande Mosquée reste entre les mains des rebelles pendant près de trois semaines. Les armées saoudiennes et jordaniennes restant impuissantes, c'est le groupe d'intervention de la gendarmerie nationale française (GIGN) qui fera sortir le groupe de Jouhaïmane des caves et des sous-sols du bâtiment ;

 

      - l'année 1979 se termine enfin, en décembre, par l'invasion de l'Afghanistan par les troupes soviétiques. Afin d'affaiblir l'empire soviétique, les Etats-Unis conçoivent alors une stratégie destinée à faire de l'Afghanistan le Vietnam de l'Union soviétique, sans perdre une seule goutte de sang américain. A cette fin, les islamistes de tout bord, pro-américains, recrutés et financés par le Pakistan et l'Arabie Saoudite, soutenus par les Etats-Unis, sont envoyés en Afghanistan pour se battre contre l'Armée rouge. On retrouve une alliance ancienne entre l'Amérique et les islamistes que Washington avait considérée comme la meilleure parade contre le marxisme athée et l'avancée du communisme dans le monde musulman.

 

       En résumé, l'année 1979 représente une date charnière, dans la mesure où c'est à ce moment que l'islamisme radical ne se contente plus de prospérer dans l'ombre des écoles coraniques, mais se transforme en un mouvement politique, victorieux en Iran, mis en échec par les Saoudiens. L'invasion de l'Afghanistan lui permet de devenir également une force de combat. Celle-ci sera bientôt alimentée par tous les agitateurs politiques du monde arabo-musulmans, frustrés voire réprimés par des Etats autoritaires, qui n'auront de cesse de s'en débarrasser en les envoyant en Afghanistan. Telle est notamment l'option choisie par l'Arabie Saoudite, qui voit, de toute façon, d'un mauvais œil le prosélytisme d'Etat de son grand rival chiite, lui préférant la diffusion de sa propre conception rigoriste de l'islam (wahhabisme), via les réseaux d'écoles coraniques qu'elle s'emploie à financer à travers le monde entier.

 

     Avec l'expulsion des forces américaines et françaises du Liban en 1983, par le Hezbollah soutenu par l'Iran et la Syrie, et notamment la mise en scène d'attaques suicides massives, les islamistes enregistrent une deuxième victoire militaire et idéologique. Les prises d'otages consécutives dopent les mouvements radicaux et les confortent dans leur stratégie de terreur. Mais c'est avec la victoire des Afghans et des volontaires arabes et musulmans du monde entier sur l'Armée rouge que l'islamisme politique enregistre son succès militaire le plus éclatant, qu'il interprète immédiatement en termes idéologiques. Les moudjahidines, que l'on appelait alors en Occident les symboles de la liberté, les combattants de la liberté, se disent en effet que, s'ils ont été capables de défaire l'Armée rouge, a fortiori, ils seraient capables de défaire les gouvernements qui ne respectent pas la Charia, la loi islamique. Forts de leur expérience afghane et de cette conviction, ces hommes retournent alors dans leur pays d'origine - en Algérie, en Egypte et ailleurs - pour tenter de renverser leurs gouvernements.

 

    * L'année 1990 représente l'autre date charnière dans l'histoire de l'islamisme politique. Saddam Hussein décide brutalement d'envahir le Koweït. Les Etats-Unis, ne pouvant laisser le dirigeant irakien contrôler, en plus du pétrole irakien, le pétrole du Koweït, et menacer par là-même l'Arabie Saoudite, leur vieil allié, militairement aussi bien qu'économiquement, mettent en place une coalition comprenant des Arabes et des Musulmans, afin que la riposte n'apparaisse pas comme une agression chrétienne contre un pays musulman.

 

      Pour rallier les Arabes, Washington promet alors de créer un Etat palestinien aussitôt la guerre terminée. Les Arabes prennent très au sérieux cet engagement fermement mis en avant. Par ailleurs, pour rallier la coalition, la Syrie exige le droit d'intervenir au Liban contre les forces du Général Aoun. Le feu vert lui est donné. Quant à l'Egypte, la remise de la moitié de sa dette extérieure - 20 milliards de dollars - qu'elle réclamait, lui est accordée. Une fois mise en place, la coalition va défaire Saddam Hussein et le chasser du Koweït. Dès lors, l'armée américaine ne quittera plus l'Arabie Saoudite, où elle a été appelée par le roi Fahd le 8 août 1990. Or, selon les intégristes musulmans, la présence de Juifs et de Chrétiens est inacceptable sur la terre sainte d'Arabie. Les oulémas wahhabites, qui constituent le pilier religieux du régime saoudien, sont allés même plus loin en affirmant qu'un Musulman ne pouvait devenir l'ami d'un Juif ou d'un Chrétien, au risque d'être maudit. Fort de cette exégèse des textes, Ben Laden déclare qu'on ne peut pas mettre en contradiction les enseignements du Prophète, dans le pays même du Prophète.

 

      La guerre du Golfe ajoute par conséquent un nouveau paramètre dans l'équation de l'islamisme politique : à la dimension fondamentaliste vient s'ajouter un sentiment anti-américain, qui va s'accroître tout au long des années 1990. Né de ce que les islamistes radicaux considèrent comme une trahison de la part du commandeur des croyants que le roi Fahd prétend être, à savoir l'acceptation de l'installation des Etats-Unis dans les lieux saints, il se nourrit en outre de l'échec des Etats-Unis à trouver une solution au problème israélo-palestinien et des conséquences dramatiques de la politique américaine en Irak, l'embargo conduisant à la mort de dizaines de milliers de civils, et notamment des plus faibles.

 

   * Au cours des années 1990, la montée en puissance de l'antiaméricanisme ira de pair avec une exacerbation de la violence des groupes islamistes, qui les coupe de leur base sociale et les marginaliser petit à petit. Les classes moyennes pieuses, qui formaient, avec la jeunesse urbaine pauvre, le terreau de l'islamisme politique, refusent la radicalisation. C'est en ce sens que les plus éminents islamologues comme M. Gilles Képel ou M. Olivier Roy, ont pu parler d'un échec de l'islam politique dans sa stratégie de renversement de gouvernements nationalistes issus de la décolonisation et d'installation au pouvoir de régimes fondamentalistes.

 

      Pour certains pays européens, et notamment la France, et pour les Etats-Unis, les conséquences de l'émergence de l'islamisme politique n'en sont pas moins réelles : si l'islam radical a échoué dans ses projets politiques, il se développe en tant que mouvement terroriste, à telle enseigne que, dans un pays comme la France, le terrorisme est considéré comme la menace non militaire prioritaire.

 

      Au sein de cette mouvance ultra-violente de l'islamisme terroriste, l'organisation créée par Ben Laden va se révéler la plus dangereuse, bénéficiant de l'expérience et de la fortune de son meneur. Fort de son passé de combattant contre l'Armée rouge, fort de la doctrine wahhabite qui interdit la présence des Chrétiens et des Juifs sur tout le territoire de l'Arabie Saoudite, Ben Laden renforce son organisation. Si Al Qaida est créée dès 1988, c'est dans le contexte de radicalisation des années 1990 que cette structure forge sa doctrine, à partir de 1996. Le nom d'Al Qaida se réfère au mot arabe signifiant « la base » : il s'agissait en l'occurrence de la base de données sur laquelle étaient enregistrés tous les moudjahidines venus de tout le monde arabo-musulman combattre en Afghanistan. Al Qaida désigne en fait deux réalités : la base logistique principale existant en Afghanistan, aujourd'hui largement détruite par l'opération américaine et les bases secondaires ; les réseaux, autonomes par rapport à ce noyau central et originel, dispersés à travers le monde.

 

      En 1998, Ben Laden et ses adjoints ordonnent l'assassinat des Chrétiens américains et des Juifs où qu'ils se trouvent. Ben Laden ordonne ainsi de chasser d'Arabie l'armée américaine, de chasser les Juifs de Jérusalem - le troisième lieu saint de l'Islam - et de supprimer les vexations et l'embargo contre l'Irak. Ainsi, au-delà même de la problématique de l'échec de l'islam politique, la machine de guerre islamique est, elle, bel et bien lancée contre les Etats-Unis avant tout, et leurs alliés incidemment.

 

      L'attentat contre le World Trade Center, en février 1993, qui fait six morts et un millier de blessés, a été la première opération terroriste menée sur le territoire américain. Cet attentat devait provoquer l'effondrement d'une tour sur l'autre, mais le camion piégé, mal placé, n'a pas fait céder la base des tours. A Ryad, un deuxième attentat contre une petite garnison d'entraîneurs de la garde nationale saoudienne, fait six victimes américaines. En juin 1996, un attentat contre la base militaire de Darran fait dix-neuf victimes parmi les militaires américains et un millier de blessés. L'année 1998 verra la double explosion des ambassades américaines à Nairobi et Dar Es-Salam. En 2000, c'est un bâtiment militaire américain de passage à Aden qui fait l'objet d'un attentat. Enfin, au moment de la fête du millénaire, la police américaine intercepte au Canada un Algérien à bord d'un véhicule chargé de 50 kilos d'explosifs destinés à provoquer une explosion sur l'aéroport de Los Angeles. »

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 22:54

       Cette rencontre est traditionnellement l’occasion pour le maire de Cordes de présenter, au nom de la municipalité, les meilleurs vœux à chacune et chacun d’entre vous pour cette nouvelle année, ce que je fais avec plaisir.

 

      Il est évident que je ne peux pas m’exprimer en cet instant comme si notre pays n’était pas plongé depuis 2 jours dans la stupeur et le recueillement.

 

      Recueillement en pensant aux victimes, à leurs familles, à leurs amis. Stupeur d’avoir assisté à un carnage, qui en dit long sur les menaces qui pèsent sur notre démocratie et pas seulement en France. Il y a 250 ans, Voltaire s’écriait déjà:  "Le droit de dire et d'imprimer ce que nous pensons est le droit de tout homme libre, dont on ne saurait le priver sans exercer la tyrannie la plus odieuse (...) Soutenons la liberté de la presse, c'est la base de toutes les autres libertés, c'est là qu'on s'éclaire mutuellement..."  

                               (....)

                                                          Lire la suite

Vœux de Paul Quilès, maire de Cordes, pour 2015
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 12:34
Devant la statue de Jaurès légèrement actualisée

Devant la statue de Jaurès légèrement actualisée

Bel hommage ce matin devant la statue de Jean Jaurès à Carmaux,

 

avec une foule émue,

 

qui a entonné la Marseillaise.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
8 janvier 2015 4 08 /01 /janvier /2015 15:02
Dans la cour intérieure de la Mairie de Cordes, à midi, aujourd'hui

Dans la cour intérieure de la Mairie de Cordes, à midi, aujourd'hui

En hommage aux 12 victimes de la tuerie de Charlie Hebdo,

 

12 bougies et des bouquets de 12 fleurs,

 

pendant que le public se recueillait et que sonnait le glas.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 18:01
Tuerie de Charlie Hebdo: un ami m'écrit

Je viens de recevoir ce beau message d'un ami:

 

     " Ce jour, la République a été atteinte dans ce qu'elle a de plus sacré, la liberté, et pas n'importe laquelle, celle de la presse. Dans "Questions sur les miracles" (1765), Voltaire avait écrit: "Le droit de dire et d'imprimer ce que nous pensons est le droit de tout homme libre, dont on ne saurait le priver sans exercer la tyrannie la plus odieuse (...) Soutenons la liberté de la presse, c'est la base de toutes les autres libertés, c'est là qu'on s'éclaire mutuellement..." 

 

     Vraisemblablement, l'attaque était réfléchie, pensée par des hommes déterminés, dictés par leur fanatisme bien éloigné de l'Islam véritable et du Coran... Elle témoigne d'un début de siècle où la radicalité prend le pas sur la raison, sur le dialogue qui doivent guider les relations humaines. Ces actes innommables soulignent la fragilité de nos démocraties et montre à quel point le ressentiment, ce ressort psychologique si peu considéré, peut être la matrice de bon nombre de dérives... Cela témoigne d'une montée également de l'obscurantisme, dont s'abreuvent des mouvements à la tête desquels se trouvent des individus qui savent agiter les haines... Le poids de l'ignorance, l'inculture, la banalisation de la violence sont autant d'éléments dont se nourrissent ceux qui veulent détruire la démocratie, ceux qui veulent absolument terroriser nos sociétés. 

 

     Le danger serait de tomber dans l'islamophobie, que certains mouvements en tirent parti pour prospérer... Face aux intégristes, aux fanatiques, il convient d'opposer la raison, une laïcité positive, dynamique, éclairée. Ne tombons pas dans ces excès qui ont conduit à nier le fait religieux. Il existe, mais il doit être l'objet d'un débat apaisé, serein. Les religions doivent coexister, dialoguer ensemble sous le regard de la République et de ses lois. Chacun doit être libre de croire ou de ne pas croire, chacun doit pouvoir bénéficier d'une liberté de conscience, d'un espace de prière. Par contre, le spirituel ne doit pas être l'instrument d'idéologues, d'individus qui souhaiteraient nous conduire vers une théocratie. Lorsque le spirituel cherche à se mêler de politique, à vouloir dicter leur conduite aux hommes et aux sociétés, cela conduit toujours à des excès, des actes odieux comme la nuit de la Saint Barthélémy ou les attentats du 11 septembre. Nous en avons le triste témoignage ce jour. 

 

     Vive Charlie Hebdo, vive la liberté. "

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 17:33
Au delà de l'horreur

A delà de l'horreur que m'inspire le drame de la tuerie de Charlie Hebdo, je voudrais dire les trois mots qui me viennent à l'esprit en ce triste instant: hommage, solidarité, réflexion.

 

Hommage à tous ceux qui, comme les journalistes et les dessinateurs de Charlie Hebdo, luttent (pacifiquement) pour la laïcité, contre l'obscurantisme et qui dénoncent la barbarie et le détournement de la religion.


Solidarité, qui doit être totale, quelles que soient nos sensibilités. Il faut absolument éviter les réactions de haine, d'appel à la vengeance aveugle, d'islamophobie. C'est dans ce piège que veulent justement nous enfermer les djihadistes.

 

Réflexion. Ce drame doit nous conduire à approfondir notre réflexion sur les origines de cette folie meurtrière et sur les moyens d'y répondre. On ne peut se limiter à prévenir et à réprimer localement ces crimes, même s'il s'agit là d'une nécessité absolue. Cette lutte ne sera efficace que si l'on analyse tous les aspects de la question et notamment ses implications internationales, géostratégiques, économiques, sociales, en étant bien conscient que la mise en avant de la religion n'est que le paravent d'ambitions de pouvoir... comme on le voit dans l'Histoire depuis 20 siècles!

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
3 janvier 2015 6 03 /01 /janvier /2015 18:47
Cordes sur ciel, Cordes sur brume

La cité de Cordes vue d'en bas,

au matin du premier samedi de 2015.

C'est à la fois Cordes sur ciel et.... Cordes sur brume

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 14:54
2015:"bonne année" pour le désarmement nucléaire?

 Chères amies, chers amis, 

     L’année 2014 aura été marquée par le retour de la prise de conscience du danger de l’arme atomique, avec les conférences internationales sur l’impact humanitaire des armes nucléaires (Mexique, Autriche), avec la crise ukrainienne et les questionnements sur la place de la dissuasion dans les tensions internationales ou encore avec les gesticulations nord-coréennes. 

     Pour notre part, nous avons interpellé, mobilisé et informé les décideurs, les parlementaires et la société civile des dérives budgétaires, de l’inutilité  de cet arsenal nucléaire, lors d’auditions par la Commission de la défense de l’Assemblée Nationale, au cours de notre colloque « Vers un monde sans armes nucléaires » ouvert par le Président de l’Assemblée Nationale, ainsi que dans de multiples autres conférences en France ou à l’étranger, notamment en partenariat avec European Leadership Network et Global Zero.

     Il faut espérer que 2015 sera une année positive pour le désarmement nucléaire. La conférence d’examen du Traité de non- prolifération nucléaire (TNP) sera suivie de près par les Etats les plus engagés. Si elle échouait, nul doute que ces pays s’engageraient dans une démarche en rupture avec l’ordre établi pour lancer le processus d’un Traité d’interdiction des armes nucléaires

    Cette année verra aussi la commémoration du 70ème anniversaire des drames d’Hiroshima et de Nagasaki, dont l’impact psychologique ne sera pas négligeable dans le positionnement diplomatique de certains Etats. 

     Pour éviter que se poursuive la fuite en avant qui caractérise depuis plusieurs décennies l’attitude des possesseurs de l’arme nucléaire- si bien illustrée par notre ami Plantu – nous vous convions en 2015 à nos côtés pour continuer d’éveiller les consciences sur la nécessité de parvenir à un monde sans armes nucléaires. 

       Bonne année.

Paul Quilès, Bernard Norlain, Jean-Marie Collin

Président et Vice-Présidents de l'association ALB 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 13:12
Palestine : échec au Conseil de sécuritéPalestine : échec au Conseil de sécurité

Dernier échec de la diplomatie internationale de l’année 2014, qui a vu se succéder à travers le monde les tensions, les drames, les affrontements et les guerres : le refus cette nuit par le Conseil de sécurité de l’ONU de voter la résolution concernant la Palestine.

 

Le texte prévoyait notamment des négociations de paix dans un délai d'un an et le retrait israélien des Territoires occupés avant fin 2017.

 

Pour être acceptée, la résolution devait recueillir 9 voix sur 15. Elle n’en a obtenu que 8 (celles de la France, de la Chine, de la Russie, du Luxembourg, de l’Argentine, du Tchad, du Chili et de la Jordanie).

 

Cinq pays se sont abstenus (la Grande- Bretagne, la Lituanie, la Corée du Sud, le Rwanda et le Nigéria). Les Etats-Unis et l’Australie ont voté contre.

 

Ce scrutin montre bien :

       - le rôle des Etats-Unis, dont le lobbying actif a empêché le vote du texte.

    - l’incapacité des pays européens à parler d’une même voix dans les grands dossiers internationaux.

 

Federica Mogherini, responsable de la diplomatie de l'Union européenne, s’est consolée en estimant que le résultat du vote soulignait «une fois de plus l'urgence d'une reprise de véritables négociations entre les parties et la nécessité pour la communauté internationale de se concentrer sur des résultats concrets»

 

En ce 31 décembre, jour des voeux, souhaitons qu'en 2015 cette urgence se concrétisera enfin par des décisions fortes susceptibles de mettre fin à ce conflit qui pèse si lourdement sur la paix mondiale!

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
29 décembre 2014 1 29 /12 /décembre /2014 10:00
Vœux 2015 : on recommence ?Vœux 2015 : on recommence ?

      Pour moi, la présentation des vœux est une occasion de réfléchir au sens de notre action, personnelle et collective, loin des formules machinales, naïves, ou banales.

 

     C’est ce que je fais depuis quelques années et, plutôt que de me répéter, j’ai préféré composer cette fois-ci une sorte de bouquet à partir d’extraits de mes vœux passés.

 

     Voici donc les voeux que je vous présente pour 2015.

 

************

(2008)  Comment agir si on n’a pas l’espoir d’un monde meilleur ? Martin Luther King le définissait d’une belle formule en disant que c’est « monter la première marche, même quand on ne voit pas tout l’escalier ». Voilà justement ce que je vous souhaite : d’avoir cette année le courage et l’envie de « monter la première marche », celle de l’action au service des autres et du bien public et de la préparation de l’avenir…même si nous ne voyons pas « tout l’escalier », celui du monde de demain.

 

(2009) La peinture en noir de notre monde est devenue la règle et les experts en rajoutent chaque jour un peu plus sur les catastrophes qui nous attendent. Il n’est pas question bien entendu de sous-estimer la gravité de la crise économique et de ses conséquences sociales, voire sociétales, mais j’espère que, comme moi, vous jugez avec humour (et tristesse) l’attitude de tous ceux qui, tels des astrologues sans complexe, contredisent aujourd’hui allègrement leurs analyses et leurs prévisions.

 

 (2011) Stéphane Hessel vient de nous inviter à trouver la force et la volonté de résister aux oppressions, aux injustices et aux dérives de toutes sortes qui affectent notre monde. Propos idéalistes ? Peut-être, mais que vaut la vie, sans idéal ?

 

 (2012)  « Avoir de l’espoir » disait Vaclav Havel, « ce n’est pas croire que les choses vont se passer bien, mais c’est croire qu’elles auront du sens ». Finalement, c’est bien cette façon d’espérer, individuellement et collectivement, qui donne envie d’avoir des projets, d’aimer, d’agir et, tout simplement, de vivre.

**************

      J’ajouterai ces vœux de Jacques Brel (1er janvier 1968),

que j’aime beaucoup et que je fais miens pour 2015 :

 

Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.

Je vous souhaite d’aimer ce qu’il faut aimer et d’oublier ce qu’il faut oublier.

Je vous souhaite des passions, je vous souhaite des silences.

Je vous souhaite des chants d’oiseaux au réveil et des rires d’enfants.

Je vous souhaite de respecter les différences des autres, parce que le mérite et la valeur de chacun sont souvent à découvrir.

Je vous souhaite de résister à l’enlisement, à l’indifférence et aux vertus négatives de notre époque.

Je vous souhaite enfin de ne jamais renoncer à la recherche, à l’aventure, à la vie, à l’amour, car la vie est une magnifique aventure et nul de raisonnable ne doit y renoncer sans livrer une rude bataille.

Je vous souhaite surtout d’être vous, fier de l’être et heureux, car le bonheur est notre destin véritable.

Vœux 2015 : on recommence ?Vœux 2015 : on recommence ?
Vœux 2015 : on recommence ?Vœux 2015 : on recommence ?
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Réflexions à haute voix
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez