Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 12:37

Syrie.jpg 
                        Ce texte a été publié sur le site MEDIAPART sous le titre 
                                                Syrie: insupportable veto

    

        La Russie et la Chine viennent d’empêcher, par leur veto, que le Conseil de sécurité des Nations Unies adopte une résolution condamnant la répression sauvage en Syrie.

 

         En apprenant la nouvelle, j’ai été pris de colère, me rappelant le triste précédent de l’inaction de l’ONU à l’égard du Rwanda en 1994, laissant libre cours au génocide qui fit 800 000 morts en quelques mois. Je me suis replongé dans le rapport de la Mission parlementaire d’information que j’ai présidée en 1998 et j’ai retrouvé ce texte édifiant du secrétaire général de l’ONU de l’époque, M. Boutros-Ghali :

    

     « La réaction tardive de la communauté internationale à la situation tragique que connaît le Rwanda démontre de manière éloquente qu’elle est totalement incapable de prendre d’urgence des mesures décisives pour faire face aux crises humanitaires étroitement liées à un conflit armé.  (...)     
      Nous devons tous reconnaître, à cet égard, que nous n’avons pas su agir pour que cesse l’agonie du Rwanda et que, sans mot dire, nous avons ainsi accepté que des êtres humains continuent de mourir. Nous avons démontré que notre détermination, notre capacité d’engager une action, étaient, au mieux insuffisantes et, au pire désastreuses, faute d’une volonté politique collective.
 »

       

     Ce terrible aveu, extrait du rapport de M.Boutros-Ghali, date du 31 mai 1994…..c'est à dire 2 mois après le déclenchement du génocide, qui se poursuivait !

     

      Certes, une résolution du Conseil de sécurité ne peut avoir la prétention de tout régler dans un pays agité par un mouvement révolutionnaire, mais elle pose des limites et empêche en tout cas de donner à un dictateur sanguinaire ce que l’opposition syrienne appelle « un permis de tuer » !

 

     

      C’est malheureusement ce que révèle le triste bilan des exactions de la famille Al-Assad : 230 morts avant-hier à Homs et 6000 morts depuis 11 mois dans le pays avec Bachar Al-Assad et l’épouvantable massacre de Hama il y a juste 30 ans, en février 1982, perpétré par le père, Hafez Al-Assad (10 000 à 40 000 victimes, selon les estimations !)

 

     On voit trop bien les raisons des vetos russe et chinois. Raisons commerciales (notamment ventes d’armement), raisons stratégiques (ne pas se couper de certaines alliances au Moyen-Orient), raisons internes (ne pas donner le sentiment de soutenir des révoltes populaires, alors même que les régimes russe et chinois sont l’objet de violentes contestations dans leurs pays).

 

    

     Il n’en demeure pas moins que ce qui vient de se passer à New York, au Conseil de sécurité de l’ONU, est grave. C’est un évènement qui rajoute un peu plus d’instabilité dans une situation internationale déjà particulièrement délicate. Le sang froid, mais aussi la détermination politique des dirigeants des grands pays seront plus que jamais nécessaires.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 17:00

    Mitterrand PrésidentJe sais, le monde et la France de 2012 ne sont plus le monde et la France de 1981!

    Il n'en demeure pas moins qu'il peut être utile de se souvenir de certains aspects de la seule campagne victorieuse de la gauche sous la Vème République (si l'on excepte la réélection de François Mitterrand en 1988, après 2 années de cohabitation).
       La Fondation Jean Jaurès a pris une initiative intéressante, qui permet de revivre en temps réel la campagne de 1981, en racontant brièvement chaque jour ce qui s'est passé exactement il y a 31 ans.
Hollande   Cette étonnante mise en miroir de la campagne de 1981 et de celle de 2012 permet de relativiser certains évènements, d'en prévoir d'autres, d'interpréter les mouvements des sondages, de revivre les débats, les coups de théâtre, les trahisons....
         En cette année capitale de notre histoire électorale, cette initiative originale de la Fondation Jean Jaurès est à saluer. 
                           Pour consulter chaque jour "la victoire en mai",
                                                 
 cliquer ici

       Voir également le compte Twitter de la Fondation @LaVictoireEnMai

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 15:23

Cordes-sous-la-neige.jpgPour feuilleter le bulletin d'informations

Cordes Infos de janvier 2012,

qui vient de sortir,

cliquer ici

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 12:05

"On peut tout prouver si les mots dont on se sert ne sont pas   clairement définis" (Alain)

      Parmi les débats confus qui visent à embrouiller les esprits dans cette période électorale, celui autour du temps de travail

est particulièrement mystificateur.

       Pour y voir clair et démêler le faux du vrai,

je vous recommande la lecture de ces documents très éclairants.

 



     * Les Français travaillent-ils moins que les autres ?
     "Fainéants, les Français ? Le cliché a la vie dure, mais il est faux. Les Français travailleraient moins que les autres, c'est ce que répète le gouvernement pour préparer l'opinion à un nouvel assouplissement des 35 heures. Or le constat est faux. 
      Depuis la mise en place des 35 heures, le débat sur le temps de travail réel des Français est perturbé par de nombreuses confusions." (....) 
                                           
Lire la suite

 

 

    *La Une du Figaro le jeudi 12 janvier.
      "On y apprend que les Français travaillent 6 semaines de moins que les Allemands. Or c'est faux. Décryptage d'un raccourci qui pollue le débat sur le temps de travail."
(....)
                                   Lire la suite

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
31 janvier 2012 2 31 /01 /janvier /2012 19:35

     Rafale.jpgLe contrat portant sur la vente à l'Inde de 18 avions Rafale et la construction de 108 avions en Inde n'est pas encore signé, mais il a déjà donné lieu à une bonne dose d'autosatisfaction sarkozienne.
     D'abord, il faut être prudent. N. Sarkozy avait déjà cru pouvoir se vanter d'une vente de Rafale au Brésil.....qui ne s'est jamais matérialisée. De plus, les négociations avec les Indiens sont toujours lentes et la finalisation des contrats peut prendre des mois.
     Quant à dire, comme N.Sarkozy, que c'est "un bon produit" et qu' "en se battant bien, on arrive à gagner", c'est oublier qu'en 20 ans, cet avion ne s'est jamais vendu à l'étranger, à tel point que le ministre de la défense avait récemment prévenu que "la production des Rafale serait arrêtée s'il n'y avait pas de commandes à l'étranger".
     Entendons-nous bien: si l'information est confirmée, c'est une bonne nouvelle pour l'industrie française (Dassault, Thalès, Safran et de nombreuses PME sous traitantes). Il n'en demeure pas moins que plusieurs questions se posent:
     - Quel sera le retour en France de ce contrat: probablement de 2 à 2,5 milliards de dollars sur un montant de 12 milliards (15 milliards, en incluant la maintenance et l'entraînement des pilotes).
     - Quel est "l'effort" qui a été fait par les entreprises françaises pour arriver à être enfin compétitives par rapport aux trois autres concurrents?
     - Quel est la nature du "transfert de technologie" qui a été consenti à l'Inde pour obtenir ce marché?
     - La diplomatie française va-t-elle profiter de cette "bonne volonté" de l'Inde pour essayer d'influencer ce pays, partie prenante dans la tension qui l'oppose au Pakistan (pays détenteur de l'arme nucléaire, comme l'Inde) et qui pèse sur le conflit afghan?
     Sur tous ces points, la transparence doit être de mise.

                    Ecouter l'inteview de Paul Quilès sur RTL

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
29 janvier 2012 7 29 /01 /janvier /2012 10:53

     Jean-Jaures.jpg Les batailles de citations, les querelles de légitimité sont des grands classiques des campagnes électorales. Nicolas Sarkozy a démontré qu'il était un expert en la matière. Avec l'aide d'Henri Guaino, ses discours abondent de références célèbres, de De Gaulle à Victor Hugo, Guy Môquet, en passant par Jean Jaurès....
     Ce dernier sera certainement mis à contribution, puisqu'on nous dit que le courage fera partie des thèmes du Président -candidat au cours de sa campagne. Je pense qu'il n'hésitera pas alors à se référer au "Discours à la jeunesse", prononcé par Jaurès devant les élèves du lycée d'Albi le 30 juillet 1903.
      Pour éviter que cet admirable texte soit, comme trop souvent, déformé ou tronqué, je redonne ici la partie du discours consacrée au courage, qui mérite d'être relue dans son intégralité....et méditée!

                                                       ************


      "Le courage pour vous tous, courage de toutes les heures, c’est de supporter sans fléchir les épreuves de tout ordre, physiques et morales, que prodigue la vie. Le courage, c’est de ne pas livrer sa volonté au hasard des impressions et des forces ; c’est de garder dans les lassitudes inévitables l’habitude du travail et de l’action. Le courage dans le désordre infini de la vie qui nous sollicite de toutes parts, c’est de choisir un métier et de le bien faire, quel qu’il soit ; c’est de ne pas se rebuter du détail minutieux ou monotone ; c’est de devenir, autant que l’on peut, un technicien accompli; c’est d’accepter et de comprendre cette loi de la spécialisation du travail qui est la condition de l’action utile, et cependant de ménager à son regard, à son esprit, quelques échappées vers le vaste monde et des perspectives plus étendues.

     Le courage, c’est d’être tout ensemble, et quel que soit le métier, un praticien et un philosophe. Le courage, c’est de comprendre sa propre vie, de la préciser, de l’approfondir, de l’établir et de la coordonner cependant à la vie générale.

     Le courage, c’est de surveiller exactement sa machine à filer ou à tisser, pour qu’aucun fil ne se casse, et de préparer cependant un ordre social plus vaste et plus fraternel où la machine sera la servante commune des travailleurs libérés. Le courage, c’est d’accepter les conditions nouvelles que la vie fait à la science et à l’art, d’accueillir, d’explorer la complexité presque infinie des faits et des détails, et cependant d’éclairer cette réalité énorme et confuse par des idées générales, de l’organiser et de la soulever par la beauté sacrée des formes et des rythmes.

     Le courage, c’est de dominer ses propres fautes, d’en souffrir mais de n’en pas être accablé et de continuer son chemin. Le courage, c’est d’aimer la vie et de regarder la mort d’un regard tranquille ; c’est d’aller à l’idéal et de comprendre le réel ; c’est d’agir et de se donner aux grandes causes sans savoir quelle récompense réserve à notre effort l’univers profond, ni s’il lui réserve une récompense.

     Le courage, c’est de chercher la vérité et de la dire ; c’est de ne pas subir la loi du mensonge triomphant qui passe, et de ne pas faire écho, de notre âme, de notre bouche et de nos mains aux applaudissements imbéciles et aux huées fanatiques."

      Lire aussi sur ce blog

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
27 janvier 2012 5 27 /01 /janvier /2012 19:33

Sarko-Karzai.jpg                         Pour écouter l'interview de Paul Quilès sur France Inter
                                           (journal de 9h- 28 janvier)

                                          Cliquer ici (à partir de 2')

        Il est triste que Nicolas Sarkozy revienne sur l’engagement en forme d’ultimatum qu’il a pris il y a une semaine à la suite de la mort de 4 soldats français en Afghanistan : « Si les conditions de sécurité ne sont pas clairement établies, alors se posera la question d’un retour anticipé de l’armée française ».

 

     Comme il était prévisible, il n’a pu que constater, devant Hamid Karzaï, venu le rencontrer ce vendredi à Paris, son impuissance à améliorer les conditions de sécurité de nos forces déployées en Aghanistan.

 

     Alors qu’il avait annoncé leur retrait anticipé si des « assurances en matière de garanties de sécurité » n’étaient pas données par les autorités de Kaboul, il vient de décider la reprise « dès demain » des missions de formation de l'armée afghane assurées par les forces françaises dans le cadre de l’OTAN.

 

     Tout au plus envisage-t-il d’avancer d’un an, à 2013 au lieu de 2014, le départ des forces françaises combattantes, alors que l’expérience montre que les militaires chargés de l’instruction des militaires afghans sont tout aussi exposés et peut être davantage encore.Ces flottements et cette indécision font peser sur nos soldats la menace de  nouveaux drames. 

     Seules des initiatives politiques, et non la participation à des opérations militaires dictées par une stratégie exclusivement décidée à Washington, permettront à la France de contribuer à la résolution du conflit afghan.

                                                                                                       Paul Quilès

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 18:01
      S’il est lucide, le Président de la République sait bien qu’il n’obtiendra pas d’Hamid Karzaï, qui vient le rencontrer ce vendredi à Paris, les «assurances en matière de garanties de sécurité » qu’il a demandées pour nos soldats présents en Afghanistan.

 

      Il lui faudra alors respecter sa parole et mettre à exécution sa menace, formulée vendredi dernier, de « retirer nos troupes d'Afghanistan de manière anticipée », car je ne peux pas croire qu’il s’agisse de la part du « chef des armées » d’une menace en l’air.

 

      Si Nicolas Sarkozy ne prend pas cette décision salutaire, de nouveaux drames se produiront, que les Français, militaires et civils, ne pourront plus accepter.

 

      Les hommages émouvants et justifiés, qui se succèdent tristement au rythme du retour des morts en France, ne peuvent masquer la réalité qui est que notre participation à cette guerre, à la remorque de la stratégie changeante des Etats-Unis, n’a que trop duré.

                                                                               Paul Quilès

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 20:30

Paul Quilès exprime son émotion et dénonce les cafouillages
de la politique française en Afghanistan.
Il demande à N.Sarkozy, qui a menacé de retirer le contingent français
s'il n'obtenait pas des "assurances en matière de garanties de sécurité
de passer aux actes.
Personne ne pense en effet sérieusement que le Président afghan H.Karzaï
sera en mesure de donner de telles assurances!
France-3.jpg
Regarder l'interview de Paul Quilès sur France 3 Sud 

Regarder le reportage


Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
22 janvier 2012 7 22 /01 /janvier /2012 12:29

 

photo--Resolution-de-l-ecran-.JPGColloque du Club Gauche Avenir


Mercredi 8 Fevrier 2012 de 18h à 22h

Assemblée Nationale, salle 6403

127 rue de l’Université- Paris (7ème)


    Devant la dégradation accélérée de la situation, il faut des réponses claires. 
           
    La gauche de gouvernement, que nous souhaitons victorieuse en mai et juin 2012, ne peut se contenter d’un diagnostic partagé sur la nature de la crise.

    Elle doit être consciente qu’elle ne pourra changer le cours des choses que si elle accepte d’abord d’opérer des ruptures.

    C’est pourquoi le club Gauche Avenir a demandé à des économistes et à des responsables politiques de la gauche et de l’écologie de réagir sur cinq ruptures que nous considérons comme nécessaires.

    Ces ruptures concernent la  politique monétaire, le protectionnisme, la relation avec l’Allemagne, le rôle de l’Etat, la redistribution des richesses.

                                                     **********

    Chacun de ces thèmes fera l’objet de propositions précises qui seront soumises à la critique ou à l’approbation des intervenants.

    Cet enrichissement des travaux permettra qu’à l’issue de la rencontre, le club Gauche Avenir fixe quelques balises majeures pour « sortir  de la crise » à gauche.

                                                         *****
     Voir aussi le dossier sur le site de Gauche Avenir

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Gauche Avenir
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez