Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 septembre 2010 4 30 /09 /septembre /2010 10:18

    On trouvera ci-après la réponse d'Eric Besson au courrier que je lui ai adressé et que j'ai publié sur ce blog.

    Elle appelle de ma part 3 commentaires:

- ma lettre ne concerne pas les CRA ("centres de rétention administrative") qu'évoque E. Besson;

- contrairement à son affirmation, les socialistes ne remettent pas en cause le principe de l'existence de "zones d'attente";

- il ne répond pas à mon objection fondamentale, à savoir que les "zones d’attente" créées en 1992 avaient comme objectif une régulation des flux migratoires protectrice des droits individuels, alors que la politique de la droite consiste à les multiplier et à les utiliser de façon extensive!

 

    Quant au "débat serein" sur l'immigration qu'il dit souhaiter, il aura du mal à ne pas reconnaître qu'il a été lourdement pollué par les regrettables initiatives du Président de la République au cours des derniers mois.

_________________________________________________________________

 

 

Monsieur le Ministre,

 

L'échange avec Manuel VALLS que vous évoquez fut bref. C'est sans doute l'explication du malentendu qui vous a conduit à m'écrire. 

Mais vous trouverez beaucoup d'autres traces de propos similaires que j'ai tenus et davantage explicités dans d'autres émissions ou d'autres débats parlementaires. Les socialistes ne cessent de remettre en cause les centres de rétention administrative, l'existence de chambres familiales dans les CRA, ou l'existence de zones d'attente. 

J'ai donc eu l'occasion, à plusieurs reprises, d'indiquer que je considérais moi que ces mesures avaient été de vraies avancées démocratiques mais qu'il fallait être cohérent : une mesure protectrice des libertés individuelles et du droit des étrangers en situation irrégulière sous un gouvernement ne devenait pas liberticide sous un autre. 

Je suis donc navré si mes propos trop rapides ont pu être mal interprétés. Pour le reste vous avez raison : la politique migratoire que je conduis au nom du Gouvernement mérite un « nécessaire débat » le plus serein possible. 

 

Bien cordialement à vous

Eric BESSON

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 07:51
Au cours de l'émission "Mots croisés" de France 2 du 27 septembre, le ministre E.Besson a cru bon de déformer la position des socialistes sur les "zones d'attente", que j'ai créées en 1992.
Ayant été mis en cause personnellement, j'ai jugé utile de faire la mise au point suivante dans un courrier que je viens de lui adresser.
________________________________________________
                            

                                    Monsieur le Ministre, 

 

            Le 27 septembre 2010, lors de votre débat avec Manuel Valls sur France 2 dans l’émission « Mots croisés », vous avez cru bon, pour mieux défendre votre projet de loi sur l’immigration, de dénigrer l’action des socialistes.

 
            Libre à vous de régler ainsi vos comptes avec vos anciens amis, mais je ne peux accepter de vous laisser déformer la position des socialistes sur les « zones d’attente », que j’ai créées en 1992, lorsque j’étais ministre de l’intérieur.

 

            Ayant été nommément mis en cause dans votre intervention, je me fais un devoir de vous rappeler qu’il n’existait à l’époque aucune base légale prévoyant le maintien à la frontière des étrangers demandeurs d’asile, la rétention administrative étant régie par l’article 35 bis de l’ordonnance du 2 novembre 1945.

 

            Vos propos font preuve d’une grave méconnaissance des réalités des politiques de contrôle des flux migratoires conduites à la fin des années 80 et au début de la décennie 90, alors que l’Europe en général -et la France en particulier- voyait s’accroître le nombre des demandeurs d’asile à ses frontières. L’instauration des zones d’attente a permis de répondre à cette  difficile situation.

 

            La loi du 6 juillet 1992, que j’ai préparée après une large concertation avec les associations et les organisations concernées, fait intervenir une autorité juridictionnelle. Je suis fier que la France ait été le premier Etat de l’Union Européenne à se doter d’un tel dispositif, qui, par la suite, a servi de modèle à de nombreux pays européens.

 

            Par ailleurs, je me permets de vous faire remarquer que les « zones d’attente » créées en 1992 avaient comme objectif une régulation des flux migratoires protectrice des droits individuels, alors que la politique de la droite consiste à les multiplier et à les utiliser de façon extensive.

 

            Ceci n’ayant pas été expliqué au cours de l’émission télévisée, je pense utile de rendre publique cette mise au point, afin que de telles polémiques ne viennent pas polluer le nécessaire débat sur votre politique de l’immigration, dans laquelle, vous l’imaginez, je ne me retrouve pas.

 

            Veuillez agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués. 

                                                                                             

                                                           Paul Quilès

                                                                ancien ministre de l'intérieur  

 

Eric Besson

Ministre de l’immigration, de l’intégration,

de l’identité nationale et du développement solidaire

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
24 septembre 2010 5 24 /09 /septembre /2010 11:36

LCP.jpg

 

Débat animé par Franz-Olivier Giesbert dans l'émission "Parlez-moi d'ailleurs" de la chaîne de télévision parlementaire (LCP) sur le thème de la guerre en Afghanistan, avec:

 

+ Paul Quilès, ancien Ministre de la Défense, ancien Président de la Commission de la Défense,
+ Yves Fromion, député UMP du Cher et membre de la Commission de la Défense,
+ Chekeba Hachemi, ancienne diplomate afghane
+ Olivier Weber, journaliste et auteur de "Le Faucon afghan : un voyage au pays des Talibans"

 

Voir la présentation de l'émission et les dates de diffusion

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
23 septembre 2010 4 23 /09 /septembre /2010 08:48

rue89-logo.gif    "Après l'enlèvement au Niger de sept employés d'Areva et Vinci (dont cinq Français), la perspective d'une opération militaire est évoquée. Al Qaida au Maghreb Islamique a mis en garde la France contre toute intervention au Niger. A Paris, par ailleurs, le risque d'attentats est agité par les autorités.

     Dans ce contexte, Paul Quilès, ancien ministre socialiste de la Défense, appelle à la prudence et déconseille les « coups de menton ». " (.....)

Lire la suite de l'interview sur le site Rue89

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 08:17

 

Dossier-3568--Resolution-de-l-ecran-.JPG    On le voit chaque jour, les délocalisations se traduisent en France par de fortes disparitions d’emplois. Elles sont en général motivées par l’avantage que représente le bas niveau des salaires (voir sur ce blog) dans les pays d’accueil. Il se trouve que ce « handicap » peut parfois être compensé par la bonne image que confère à une région une opération d’aménagement du territoire.  

    C’est la réflexion que m’a inspirée un récent article* annonçant que la société CCA International recrutait 40 collaborateurs à Carmaux. Il faut savoir que cette société s’est précisément implantée dans la cité minière il y a 8 ans, parce que j’avais mis en avant le projet d’aménagement de Cap’ Découverte pour obtenir une décision positive.  

    Comme le rappelle** Jean Padilla, ancien maire de Cagnac les mines, « c’est parce que Bernard Caïazzo, PDG de l'entreprise à cette époque, y a vu une preuve du dynamisme de cette région qu’il a décidé cette implantation, alors qu’elle était en concurrence avec d’autres sites potentiels. »  

    Le succès est là, puisque cette entreprise, est aujourd’hui, avec 510 salariés, le 1er employeur de la cité minière et le 2ème employeur privé du département du Tarn, après le groupe Fabre ! 

    Il y a quelques années, j’ai consacré beaucoup de temps, d’énergie et d’enthousiasme au projet de Cap’ Découverte, destiné à aménager le site de la mine à ciel ouvert de Carmaux. Avec le recul et l’atténuation des querelles politiciennes, on distingue mieux, à travers cet exemple, ce qu’il a apporté à une région affectée par l’arrêt de l’exploitation charbonnière. Alors que l’emploi reste la préoccupation première de nos concitoyens, je me félicite qu’un tel projet d’aménagement ait entraîné un changement d’image, qui a favorisé la création d’emplois.  

______________________________________________________________________________

* Dépêche du Midi (5/9/2010)

** Dépêche du Midi (17/9/2010)

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Réflexions à haute voix
commenter cet article
20 septembre 2010 1 20 /09 /septembre /2010 16:15

France InterA la suite de l'enlèvement

de cinq Français au Niger,

probablement par AQMI

(Al Qaida au Maghreb Islamique),

Paul Quilès

répond aux questions de France Inter,

au cours du journal de 13h.
Pour écouter, cliquer ici

(durée: 5' 45'')

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 21:30

Afghanistan.jpgJe voudrais vous parler de l’Afghanistan et de la présence des troupes françaises dans ce pays. « Encore ! »….vont dire certains d’un air lassé, en pensant à tous les sujets qui font l’actualité hexagonale et qui préoccupent nos concitoyens en ce moment : les retraites, l’emploi, le débat sur la sécurité, les scandales politico-financiers…

      J’espère que ce commentaire n’a pas effleuré l’esprit des membres du Conseil National du PS, devant lequel, il y a quelques jours, j’ai abordé cette question,en préparation de la Convention nationale «les socialistes et la nouvelle donne internationale et européenne ». J’ai présenté à cette occasion une trentaine d’amendements –acceptés pour la plupart- au texte* préparé par Laurent Fabius.

     Je souhaite insister ici tout particulièrement sur ceux qui concernaient l’Afghanistan. Il s’agit en effet d’un dossier grave et qui appelle des réponses urgentes et claires. Il a fait chuter un gouvernement aux Pays-Bas ; il trouble l’opinion publique en Allemagne, sans parler du sérieux rejet dont il fait l’objet de la part de l’opinion américaine.

     Je m’y intéresse naturellement parce que j’ai exercé des responsabilités au gouvernement, au Parlement et au PS dans le domaine de la défense, et parce que, fils d’officier, je me souviens de cette interrogation entendue quand j’étais jeune : « Pourquoi fait-on la guerre ? Pour quelle cause meurt-on ? »

     Je m’y intéresse aussi et surtout parce que je considère que, pour les socialistes et pour la gauche en général, ce dossier est emblématique. Il touche en effet à des questions majeures, qui concernent le rôle que nous voudrions voir jouer un gouvernement progressiste et non aligné sur l’atlantisme ambiant dans la gestion des affaires internationales.

     Chacune d'entre elles nécessiterait de longs développements. Dans la mesure où j’ai eu souvent l’occasion de les aborder en profondeur, notamment sur ce blog, je ne ferai que citer ces questions auxquelles renvoie le dossier de l’Afghanistan:

- le rôle de l’ONU dans les opérations de maintien de la paix ;

- la place de la France dans l’OTAN ;

- les relations avec les Etats-Unis : ce que « pèse » réellement la France dans la relation transatlantique ;

- l’inexistence de l’Europe et de la défense européenne dans cette guerre;

- la justification de notre présence militaire pour défendre les droits de l’homme (et de la femme) : pourquoi l’Afghanistan et pas l’Iran, l’Arabie Saoudite, la Somalie…. ?

- la lutte contre le terrorisme, alibi pour la poursuite d’autres objectifs ;

- le développement des pays pauvres (comparer l'effort civil au coût de la guerre pour les USA=330 Mds $ en Afghanistan ; 1000 Mds$ pour Irak + Afghanistan !);

- la stabilité d’une zone particulièrement dangereuse, objet de beaucoup d’attentions de la part de ses voisins (rôle du Pakistan et de l’Inde, retour des Russes, influence de l’Iran, intérêt de la Chine pour les richesses minières);

- le fléau de la drogue (95% de production mondiale d’opium vient d’Afghanistan);

- les procédures de décision en France (rôle du Président, faiblesse du Parlement).

 

    Les amendements que j’ai proposés ont permis de mieux intégrer ces préoccupations, qui doivent être celles de la gauche et de rendre plus lisible la position des socialistes. Ils ont porté sur 4 points :

 

1- le réexamen complet du déploiement des forces françaises en Afghanistan « doit faire l’objet d’un réexamen urgent et complet »….sans attendre mai 2012.

 

2- l’Etat afghan stable doit « associer tous les Afghans, à l’exception des combattants d’Al Qaïda »….parce qu’on fait la paix avec l’ennemi et que les terroristes ne représentent qu’une poignée de fanatiques. Les forces principales de "l’insurrection" sont composées de 3 mouvements (Mollah Omar, Gulbuddin Hekmatyar et Sirajuddin Haqqani), qui ont des objectifs nationaux et qui bénéficient d’un soutien significatif, surtout parmi la moitié pachtoune de la population afghane. Certains de leurs représentants ont même d’ores et déjà noué des contacts, approuvés lors de la dernière conférence de Kaboul, avec le gouvernement du Président Karzai. Ils bénéficient en outre de complicités au sein de l’armée pakistanaise.

 

3- le Pakistan doit être désigné comme un pays qui a un rôle particulier à jouer dans la recherche de la paix, notamment en cessant de soutenir (par certains éléments de ses forces de sécurité) les mouvements islamistes pachtounes.

 

4- il faut rechercher avec tous les Etats concernés un accord garantissant un statut de neutralité à l’Afghanistan. Un tel règlement, prévoyant un retrait total des troupes étrangères, à l’exception d’un volume limité et contrôlé d’assistance militaire technique, rassurerait à la fois le Pakistan, l’Inde, l’Iran, la Chine et la Russie, qui ont chacun un intérêt direct dans l’évolution de la situation afghane. L’annonce de la France doit être faite rapidement, en essayant quand même de ne pas être plus timide que Barak Obama ! 

 

     Pour conclure, j'ai rappelé, à l’intention de ceux qui seraient tentés de penser que ce sujet nous éloigne de nos problèmes nationaux, la fameuse phrase de Jean Jaurès, il y a juste un siècle, dans une remarquable proposition de loi, éditée sous le titre "l'armée nouvelle" : « un peu d’internationalisme éloigne de la patrie, beaucoup d’internationalisme y ramène ».

 ______________________________________________________________ 

* Les militants socialistes seront amenés à voter sur ce texte en prévision de la Convention nationale du 8 octobre prochain.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 11:03

    Comment se terminera  « l’affaire des retraites » ? Chaque partie en présence en fait un thème clé de sa stratégie : les partis de gauche pour affaiblir la droite et pour essayer de gagner une crédibilité gestionnaire, les syndicats pour prouver leur capacité de mobilisation, le pouvoir (plus exactement N. Sarkozy) pour montrer qu’il est courageux et qu’il ne cède pas à la pression de la rue.

    Au-delà de ces préoccupations, on ne doit pas oublier qu’il y a des femmes et des hommes inquiets pour leur avenir et qui se demandent, à jute titre, si les efforts dont on leur rebat les oreilles ne se feront pas sur leur dos. Chacun sent bien, même si la confusion dans les arguments entretient les slogans mensongers, que les salariés risquent d’être les grands perdants si le projet du gouvernement est mené à son terme.

    Et c’est bien ce que prouvent ces chiffres indiscutables, qu’il faut répéter : la « réforme » du gouvernement se traduirait, à l’horizon de 2020, par un effort global de 30 milliards €, supportés à près de 84% par les salariés et 7% par les entreprises ! Dès lors, on voit bien que la vraie question n’est pas de nature technique, mais bien politique, au sens plein du terme. Ce qui est en question ici, c’est la justice sociale et la répartition des efforts.

    Il devient urgent que, sur ce sujet comme sur d’autres, tout aussi essentiels pour une politique alternative que conduirait la gauche si elle accède aux responsabilités (l’éducation, les modes de production et la création d’emploi dans un modèle qui préserve l’avenir des hommes et de la planète, la place du travail, les choix en faveur d’une société fondée sur la solidarité et la confiance), des débats aient lieu.

    Avec d’autres responsables, nous avons proposé (voir le texte de notre appel) que ces débats, qui permettraient de définir des orientations partagées et une base commune en vue d’une nouvelle majorité législative et gouvernementale, puissent se dérouler dans des lieux de rencontre de toute la gauche, par exemple sous la forme d’Etats généraux.

    Nous disions : « Nous refusons d’être prisonniers des institutions actuelles de la Vème République, qui tendent à réduire la démocratie à des choix de personnes. Tout montre les faiblesses et les dangers de cette hyper présidentialisation, tant pour le pays que pour la gauche. C’est par un projet et des propositions de changements réels que l’on pourra mobiliser largement les électeurs et les citoyens. C’est en donnant au travail des idées la place qui doit être la sienne –première- qu’on pourra ramener vers les urnes tous ceux qui ne croient plus à l’exemplarité et à la sincérité de leurs dirigeants. C’est aussi la seule manière de créer une dynamique entre les élections présidentielle et législatives qui permette de dépasser la seule logique du fait majoritaire présidentiel. »

    Le débat sur la réforme des retraites et les questions politiques fortes qu’il soulève montrent que notre proposition est toujours aussi pertinente. Il faut espérer qu’elle sera entendue.            

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Politique française
commenter cet article
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 08:45

Afghanistan.jpgAprès la mort de 2 soldats français, le débat sur la guerre en Afghanistan a repris dans les médias,

J'aurai l'occasion d'évoquer ce sujet, ainsi que la question plus générale de la politique de sécurité de la France dans le contexte mondial actuel lors de l'Université d'été du PS, qui se déroulera à La Rochelle dans les prochains jours.
Europe-1.jpgConcernant l'Afghanistan,
 j'ai donné une interview dans le Parisien d'hier: "Sortir par le haut de ce bourbier". Je suis également intervenu hier soir sur Europe 1

...........écouter l'intervention

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 09:47

   Bangladesh.jpg   Quelques chiffres valent parfois mieux que de longs discours.  Quand on s’inquiète de l’augmentation du nombre de délocalisations de certaines activités vers les « pays les moins avancés », il faut bien prendre conscience des monstrueux écarts de salaires qui existent…… par exemple entre la France et le Bangladesh.
    Dans ce pays terriblement pauvre, où 80% des exportations proviennent du textile, 2 millions d’ouvriers -essentiellement des femmes- travaillent dans 4000 usines, où le salaire minimum est de 35€/mois, soit 38 fois moins que le SMIC français ! Il y a quelques mois, c’était encore pire : le salaire était de 20€/mois, c'est-à-dire 65 fois moins que notre SMIC.

    Ces chiffres se passent de commentaires. On imagine la précarité des travailleurs du Bangladesh, qui commencent d’ailleurs à s’organiser et à se révolter. C’est comme cela qu’ils ont obtenu cette augmentation de 80% de leurs salaires (mais les syndicats demandaient beaucoup plus : 56€/mois). Il faut donc se réjouir de cette avancée, même modeste, de leur condition, mais comment ne pas voir que ces énormes écarts avec le niveau des salaires dans les pays développés vont encore accentuer le phénomène de délocalisation?

    Dans un récent éditorial du Monde (« Bonne nouvelle : les ouvriers d’Asie se révoltent ! »), on pouvait lire cette analyse pertinente: « La mondialisation ne peut être durable que si elle est équitable, c'est-à-dire si elle favorise la convergence des niveaux de vie entre les différentes régions de la planète ».

    Certes, comment ne pas être d'accord, mais cette convergence est encore lointaine, comme en témoignent les chiffres que je viens de citer. En attendant, l’hémorragie des emplois va se poursuivre, pour le plus grand bonheur des groupes qui profitent de cette exploitation salariale : Carrefour, GAP, Wal-Mart, Levi Strauss, Mark et Spencer, H et M…..qui importent massivement du textile du Bangladesh !

    Il est plus que temps que les responsables politiques, notamment européens, qui négocient les règles du commerce international prennent la mesure du phénomène et ne se contentent plus de parler la langue de bois, quand ils veulent bien aborder le sujet.

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez