Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 18:47

Réponses aux 3 questions sur l'Afghanistan posées hier sur ce blog 

 

Les réponses se passent de commentaires.....

 

1 - Qui a dit "La présence de la France en Afghanistan à long terme ne semble pas décisive"?....N.Sarkozy en 2007 pendant la campagne présidentielle

 

2 - Qui a dit "Aucune armée étrangère n'a réussi dans un pays qui n'est pas le sien"?....N.Sarkozy en 2007 pendant la campagne présidentielle 

 

3 - Qui a dit "On est en Afghanistan, parce qu'il n'y a pas d'autre solution"?....H.Morin, Ministre de la défense sur France Inter avant hier 

 

*********************************************************************

Lire aussi l'interview de Paul Quilès dans l'Humanité du 5 août 2010: "La France doit sortir du bourbier".....Cliquer ici

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 14:56

Carte-Afgha.jpgLa guerre d'Afghanistan peut sembler loin des préoccupations des Français, alors que notre pays est engagé directement dans ce conflit meurtrier qui n'en finit pas.

 

Il faut pourtant savoir  que, dans plusieurs pays, le débat sur l'Afghanistan est particulièrement chaud: les Pays Bas viennent de retirer leurs soldats, l'opinion publique allemande se montre de plus en plus négative à l'égard de la participation de l'Allemagne à cette guerre; les Anglais commencent à douter; les Etats-Unis eux-mêmes s'interrogent....

  

France-Inter.jpg

France Inter a eu le mérite d'organiser hier une journée consacrée à ce thème.

Dans ce cadre, j'ai participé à l'émission "le téléphone sonne", qui a permis un échange particulièrement dense et argumenté avec les auditeurs et des spécialistes du dossier.

 

Si vous n'avez pas écouté, vous pouvez retrouver l'émission

en cliquant ici 

(utiliser I Tunes)

 

Voir aussi sur ce blog:

  "la France doit retirer son contingent" 

 

3 questions sous forme de devinette:  

Qui a dit?

1 - "La présence de la France en Afghanistan à long terme ne semble pas décisive"

2 - "Aucune armée étrangère n'a réussi dans un pays qui n'est pas le sien"

3 - "On est en Afghanistan, parce qu'il n'y a pas d'autre solution"

                Réponse demain, sur ce blog

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 06:52

      JauresACarmaux.jpg Chaque année, nous commémorons le 31 juillet la disparition de Jean Jaurès, assassiné la veille du déclenchement de la terrible guerre de 14-18.

 

    Si nous célébrons ainsi sa mémoire, ce n'est pas parce qu'il serait une sorte de gourou ou de prophète, mais tout simplement parce que cet homme exceptionnel a marqué l'histoire de la gauche par sa pensée et son action.

 

    Dans les temps difficiles que nous traversons, alors que les références trop souvent se perdent, où les valeurs républicaines sont mises à mal, où l'odeur de l'argent empeste la vie publique, il est utile de relire Jaurès.

 

       Ses analyses, ses réflexions philosophiques, humanistes, politiques sont toujours d'actualité.

 

Lire sur ce blog:    

   - tous les articles sur Jaurès

   - mieux connaître Jaurès

   - être fidèle à Jaurès aujourd'hui

   - sa pensée porte l'espoir 

 

Ecouter une remarquable émission de France culture (30 juillet 2010):

        

         "Profils perdus: Jean Jaurès"

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 14:35

Afghanistan.jpgInterview de Paul Quilès par

 France Culture....cliquez ici

 

Interview de Paul Quilès par

France 3 Sud.....cliquez ici

 

Interview de Paul Quilès par

France Inter........cliquez ici

 

Interview de Paul Quilès

sur Radio France Internationale....cliquez ici 

 

Paul Quilès sur France Info....

cliquez ici 

Nombreuses réactions sur le site

du Monde.fr......cliquez ici

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 09:01

chopin01.jpgA Cordes, nous avons le bonheur d'accueillir chaque année le merveilleux festival "Musique sur ciel", lieu de rencontre de jeunes solistes talentueux et de compositeurs en résidence.

    Cette 39ème édition va se terminer demain par "la danse des morts" d'Olivier Greif, dédiée et créée au festival en 1998.

    Elle m'a aussi permis d'apprécier, parmi les nombreux jeunes talents de l'ensemble "Le Balcon", la magistrale interprétation de la sonate n°2 de Chopin (qui comporte la célèbre "marche funèbre"), par Yannick Rafalimanana.

    Amoureux, depuis mes études de piano, de l'oeuvre de Chopin, je ne résiste pas au plaisir de vous recommander de consulter ce portail de France 3 "un été avec Chopin". Vous pourrez écouter (et regarder) son oeuvre intégrale, interprétée par divers pianistes, ainsi qu'une brève présentation de chacun des 60 épisodes par Pierre Arditi.

   Un vrai plaisir pour ceux qui aiment la musique classique. A ne pas manquer......

     Pour écouter et regarder, cliquez ici

Repost 0
Published by Paul Quilès
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 11:40

Cet article a été publié dans le quotidien

Le Monde daté du 28 juillet 2010

 

            Le conflit afghan concerne un théâtre lointain, pratiquement inconnu de la grande majorité des Français. Notre contingent militaire, de l’ordre de 4 000 hommes, est engagé dans une zone relativement calme. Même quand il essuie des pertes, les marques de solidarité, y compris de la part de l’exécutif, ne sont pas toujours à la mesure des épreuves endurées, peut-être parce qu’il s’agit de soldats professionnels. Le coût de l’opération est présenté comme tolérable ; les chiffres officiels font état d’un surcoût de 330 millions d’euros en 2009. Pas étonnant dans ces conditions que ce conflit ne soit pas véritablement un sujet de débat politique en France.

            L’opinion pressent aussi que, contrairement aux affirmations officielles, cette guerre n’est plus, depuis longtemps, une guerre contre le terrorisme international. Et, de fait, les partisans du djihad international et d’Al Qaida, peu nombreux et isolés en Afghanistan, sont très largement repliés au Pakistan, où les Américains cherchent à les atteindre, notamment par des frappes de drones. Ce n’est pas cette poignée de fanatiques que combattent les 150 000 militaires étrangers aujourd’hui présents en Afghanistan, mais trois mouvements[1], dont les objectifs sont d’abord nationaux et qui bénéficient d’un soutien significatif, surtout parmi la moitié pachtoune de la population afghane. Certains de leurs représentants ont même d’ores et déjà noué des contacts, approuvés lors de la dernière conférence de Kaboul, avec le gouvernement du Président Karzai. Ils bénéficient en outre de complicités au sein de l’armée pakistanaise.

 

Quel est l’apport de l’engagement français ?

            Il est présenté comme un gage de notre fidélité atlantique, une contribution à la reconstruction d’un des pays les plus pauvres du monde et une participation à un effort de stabilisation, pour l’empêcher de retomber dans le chaos qu’il a connu après la chute du gouvernement Najibullah en 1992. Examinons ces arguments :

      - Fidélité atlantique ? Notre loyauté dans l’Alliance ne se mesure pas à notre suivisme à l’égard d’une politique d’intervention politico-militaire exclusivement décidée à Washington. Jusqu’en 2003, nous avons, avec raison, considéré que la reconstruction de l’Afghanistan était d’abord une tâche civile. Puis nous nous sommes laissé entraîner dans une opération militaire otanienne sur la totalité du territoire afghan. Ensuite, comme le souhaitaient les États-Unis, nous avons progressivement accru notre engagement, en souscrivant à chaque fois aux changements de stratégie décidés par les présidents Bush et Obama.

       - Contribution à la reconstruction de l’Afghanistan ? Le bilan de l’action menée à ce jour est très discutable : un régime à la légitimité incertaine après une élection présidentielle entachée de fraudes massives, une administration impuissante face au pouvoir des chefs de guerre et de l’insurrection, profondément corrompue et mêlée à une production massive de drogue, dont le développement à coïncidé avec l’intervention de l’OTAN[2]

       - Effort de stabilisation internationale ? La politique conduite en ce domaine souffre d’être trop largement occidentale, alors que c’est l’ONU et sa Mission d’assistance en Afghanistan (MANUA) qui devraient exercer la responsabilité principale de la gestion politique du conflit afghan.

 

Une initiative internationale s’impose

            Membre permanent du Conseil de sécurité, la France devrait proposer, comme l’a suggéré par exemple Henry Kissinger, de réunir les pays voisins de l’Afghanistan, les pays détenant un siège permanent au sein du Conseil de sécurité et les membres de l’Union européenne et de l’Alliance atlantique (de manière à associer la Turquie). Cette conférence aurait pour tâche d’établir un statut international de l’Afghanistan, qui en ferait un État neutre, dont les autorités, issues d’un processus négocié de réconciliation nationale, s’engageraient à n’apporter aucun soutien, sous aucune forme, au terrorisme international.

            Seul ce règlement, prévoyant un retrait total des troupes étrangères, à l’exception d’un volume limité et contrôlé d’assistance militaire technique, serait de nature à rassurer à la fois le Pakistan, l’Inde, l’Iran, la Chine et la Russie, qui ont chacun un intérêt direct dans l’évolution de la situation afghane. Il devrait en particulier comporter un engagement du Pakistan de cesser de soutenir les mouvements islamistes pachtounes, en échange d’une reconnaissance par l’Afghanistan de la frontière pakistano-afghane actuelle.

 

Comment susciter une telle démarche ?

            La France doit retrouver une liberté d’action et une crédibilité qu’elle a largement perdues, en raison de son engagement au sein des dispositifs militaires intégrés de l’OTAN. Il lui faut pour cela retirer son contingent d’Afghanistan. Ce retrait doit s’accompagner d’offres de participation aux efforts internationaux d’aide au développement et, en liaison notamment avec l’Allemagne, d’assistance à la restructuration des forces de sécurité intérieure, aujourd’hui très largement corrompues et inefficaces. L’intensification de l’effort militaire que vient de décider le Président Obama doit être relayée par une intensification de l’effort civil.

            Le développement l’Afghanistan est actuellement entravé par l’insécurité, que la présence de l’OTAN contribue d’une certaine façon à alimenter. Le Président Obama l’a bien compris en proposant de confier la responsabilité de la sécurité du pays aux forces afghanes à l’échéance de 2014. Cet objectif vient d’être endossé par la conférence de Kaboul. Il ne pourra cependant être atteint que dans le cadre d’un règlement international du type de celui esquissé plus haut, en associant toutes les parties intéressées, intérieures et étrangères, à la construction de forces militaires afghanes viables. L’Armée nationale afghane actuelle est en effet en grande partie incapable d’agir de façon autonome, notamment parce qu’elle est affaiblie par des désertions constantes et que ses soldats vont parfois jusqu’à retourner leurs armes contre les militaires étrangers qui les encadrent.

            Le retrait français doit être immédiatement annoncé et sa mise en œuvre coordonnée avec le désengagement programmé des forces américaines et internationales. Il pourrait par exemple avoir lieu en même temps que les premiers retraits des troupes américaines, prévus pour juillet 2011.

            Ainsi la France pourrait-elle renouer avec l’inspiration du « plan d’action pour l’Afghanistan » présenté en octobre 2001 par Hubert Védrine. Son action s’inscrirait dans une tradition de politique étrangère notamment illustrée par le discours de Phnom Penh de 1966. Dans ce discours déjà, le Général de Gaulle recommandait de renoncer à une « expédition lointaine » dès lors qu’elle apparaissait « sans bénéfice et sans justification » et de lui préférer « un arrangement international organisant la paix et le développement ».

                                                                                Paul Quilès


[1] Ces trois mouvements sont ceux du Mollah Omar, de Gulbuddin Hekmatyar et de Sirajuddin Haqqani.

[2]  L’Afghanistan est aujourd’hui à l’origine de 95% de l’opium produit dans le monde.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 10:04

Sakineh Mohammadi Ashtiani,

une mère iranienne,

risque à tout moment d’être mise à mort

 

    "Le 10 juillet 2010 : Face à la mobilisation internationale, les autorités iraniennes ont indiqué qu’elles n’exécuteront pas la sentence de mort par lapidation contre Sakineh Ashtiani… mais sa mise à mort ou une peine de prison à vie sont des châtiments possibles.

   Rejoignez notre effort pour continuer de faire pression sur le gouvernement iranien afin d’obtenir la libération de Sakineh, la seule solution équitable possible.

    Cette Iranienne fait face à la mort après avoir été torturée pour avoir prétendument eu des relations hors mariage avec un homme, plusieurs années après la mort de son mari.

    En 2006, Mme Ashtiani avait reçu 99 coups de fouet après avoir été reconnue coupable de « relation illicite ». Depuis ce temps, cette femme âgée de 43 ans est en prison, où elle a rétracté la confession qu’elle avait faite alors qu’on lui assénait des coups violents.

    Tout récemment, les autorités lui ont imposé un autre procès. Elle a de nouveau été reconnue coupable et, en dépit de la dureté de la punition déjà infligée, elle a été condamnée à mourir par lapidation." ........

    Lire la suite et signer la pétition

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
27 juillet 2010 2 27 /07 /juillet /2010 09:27

Voici l'interview que j'ai donnée au Figaro et qui a été publiée le 27 juillet 2010, sous le titre "On ne se présente pas à l'Elysée comme à un casting"

 

 

Vous étiez opposés aux primaires. Maintenant que ce mécanisme de désignation du candidat est entériné, qu’allez-vous faire ? 

Je n’y étais effectivement pas favorable. Avec ce type de primaires socialo-socialistes, le PS se retrouve devant un paradoxe. Soit il y a deux candidats - un favori et un faire-valoir- et alors pourquoi organiser des primaires ? Soit il y a 4, 5 ou 6 candidats et nous nous retrouvons devant une campagne télévisée à base d’affrontements. Cela a d’ailleurs déjà commencé. J’entends Manuels Valls régulièrement, François Hollande fait des réunions partout en France, Pierre Moscovici prévient que si DSK ne revient pas alors il se présentera. Quant à Martine Aubry, elle a la légitimité institutionnelle pour se présenter.

 

Les primaires sont présentées comme le moyen de créer le leadership qui manque au PS... 

C’est tout le contraire de ce que doit faire un parti. Avec de telles primaires, le choix du candidat sera fait en fonction de la personne, des programmes, des équipes et des alliances. Mais on ne part pas à la présidentielle comme on se présente à un casting. On ne peut pas l’emporter si l'on attend le lendemain du premier tour pour définir les points de convergence avec les autres formations de gauche.

Quant à savoir si les primaires provoqueront l’engouement populaire annoncé, cela reste largement hypothétique.

 

Mais si tel devait être le cas, ce mécanisme pourrait-il donner de l’élan au candidat de la gauche ? 

Sans m’attarder sur les risques de voir des militants de droite participer aux primaires pour en fausser le résultat, il faut souligner une autre contradiction de ce mécanisme. Il donne une importance majeure au choix de la personne, alors que tous les promoteurs des primaires dénoncent la présidentialisation du régime.

 

Comment auriez-vous procédé ?

 

Il faut partir des points de convergence avec les autres formations de gauche. J’ai réussi à obtenir de la direction du PS qu’elle présente vers la fin de l’année un état des lieux des contacts avec les autres partis de gauche. Cela fait longtemps que je défends, avec le club Gauche Avenir, l’idée d’organiser des Etats généraux de la gauche pour définir les thèmes principaux autour desquels créer la nécessaire mobobilisation.

 

Que ferez-vous si les militants désignent un candidat comme DSK qui est plutôt éloigné de vos convictions ? 

Nous n’en sommes pas là. Je ne veux pas anticiper. Je souhaite que le processus que je défends permette de faire émerger celui ou celle qui défendra le mieux ces idées et ces projets.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Primaires
commenter cet article
26 juillet 2010 1 26 /07 /juillet /2010 14:29

Pour ceux qui sont en vacances

ou qui vont en prendre,

voici des informations sur Cordes et sa région.

 

couvCordesinfosAvril09.jpg

- le dernier bulletin Cordes Infos

- le bulletin de la communauté de communes

logo_cordes-copie-1.gif

- le site Internet de la commune de Cordes

- le site Internet de l'Office de tourisme

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Cordes sur Ciel
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 17:44

 

mazarinCette conversation entre Colbert et Mazarin est extraite d'une remarquable pièce de théâtre écrite par Antoine Rault, « le Diable  Rouge ".

Elle montre que les méthodes et l'idéologie du libéralisme puisent finalement leurs racines chez les conseillers ....de Louis XIV!

 

Colbert : Pour  trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y  prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…

 

Mazarin : Quand on  est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on  va en prison. Mais l’Etat…  L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’Etat en prison.  Alors, il continue, il creuse la dette !  Tous les Etats font ça.

 

Colbert :   Ah  oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent.  Et comment  en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?

 

Mazarin : On  en crée d’autres.

 

Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.

 

Mazarin : Oui,  c’est impossible.

 

Colbert : Alors, les  riches ?

 

Mazarin : Les  riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un  riche qui  dépense fait vivre des centaines de  pauvres.

 

Colbert : Alors, comment fait-on ? 

 

Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage.......Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches. Des Français qui  travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres !  C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…C’est un réservoir  inépuisable.    

 

**********************************************

  Pour voir l'interprétation de ce dialogue par Claude Rich.....cliquer ici 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez