Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2013 3 04 /09 /septembre /2013 08:00

      J'ai entendu le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, faisant part de son inquiétude devant les conséquences d'une possible intervention militaire en Syrie, décidée par quelques pays.

 

      Je viens aussi d'entendre que Vladimir Poutine avait enfin "fait un pas" dans son jugement sur l'affaire syrienne. Tant mieux, mais il faut rapidement agir pour que ce mouvement ne reste pas sans lendemain.

 

      C'est pourquoi, je propose à nouveau, puisque le G 20 se réunit demain à Saint-Pétersbourg, que les pays occidentaux  -et notamment la France- décident de prendre des initiatives pour que la Russie (et la Chine....qui suivra) ne bloquent pas une action internationale décidée par le Conseil de sécurité de l'ONU.

 

      Cela pourrait commencer par le vote d'une résolution au Conseil de sécurité demandant l’adhésion immédiate de la Syrie à la Convention de 1993 d’élimination de l’arme chimique.

 

      La Russie et la Chine ne pourraient pas bloquer ce vote, sauf à se faire complices de l'utilisation d'armes chimiques, attitude que semble désormais clairement abandonner Vladimir Poutine.

 

      Il n'est alors pas impossible d'envisager, une fois connues les conclusions de l'enquête des inspecteurs de l'ONU sur le massacre du 21 août,  que soit prise une décision du Conseil de sécurité destinée à sanctionner les auteurs du massacre de Damas et prévenir de nouvelles attaques chimiques.

 

      Il ne faut pas qu'un excès de précipitation vienne contrarier les chances (même minces) d'apporter une réponse internationale au drame que vit le peuple syrien depuis maintenant deux ans et demi.

Prendre Poutine au mot!

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

commentaires

UZAMUGURA Patrick Martin 05/09/2013 13:41

Je ne suis vivant que parce qu'un haut fonctionnaire du gouvernement rwandais m'avait reconnu alors qu'allongé au sol, six militaires s'apprêtaient à m'exécuter avec leurs mitraillettes. Nous sommes alors en 1991route de l’aéroport à Kigali -Rwanda. Trois ans après, en 1994 l'horreur innommable vécue par mes concitoyens s'est invitée sur les écrans du monde entier avec plus de 800.000 morts en quelques mois.
Jamais et aucune explication de ne pourrait excuser, justifier ou rendre compréhensible cette barbarie.
Alors que la communauté internationale était régulièrement informée, une solution pacifique consistant à introduire un dialogue appuyé par des actes effectifs comprenant la sécurisation intensive et la démission des instances gouvernementales en cas de refus d’obtempérer, ces éléments pouvaient constituer une solution pacifique SANS effusion de sang.
En cas d’intervention militaire, peut-on considérer que le taux de « 0 » perte humaine civil ou militaire puisse qualifier l’intervention armée de réussite ? Qui a raison, qui a l’autorité d’imposer sa vision « politique » par les armes létales ?
Citant Mao Tsé-Toung , « La politique est une guerre sans effusion de sang et la guerre une politique sanglante », on retrouve le sens profond d’une paix durable avant, pendant et surtout après.
Il devient de fait évident que le désarment des parties par une force d’interposition soit la seule solution à une paix durable dans cette partie du monde. Par une vision globale, ne sommes-nous pas dans une guerre des ressources à toutes les échelles de la société ?
On notera quelque que soit l’auteur des crimes odieux, le gouvernement syrien a perdu le contrôle de la situation. Cette accalmie passerait par l’étanchéité renforcée des frontières terrestres maritimes et aériennes en introduisant une occupation massive et rapide qui permettra de juguler la violence en initiant la reconstruction humaine et matérielle à court terme de l’avenir de cette nation.
UTOPIE… ? Quand est-ce que les hommes vont-ils admettre que la terre n'appartient pas aux hommes mais que se sont bien eux qui appartiennent à la terre ? L’expérience du Costa Rica qui a renoncé à son armement après des années de guerre civile est pourtant bien réelle depuis près d’un demi-siècle alors alors qu’il est entouré de nations belliqueuses.
Ces innocents payent de leurs vies l'irresponsabilité et l'inconséquence d'êtres assoiffés de pouvoir acquis au détriment de centaines de milliers d'enfants, de femmes, et d’hommes, pouvoir éphémère tant que les peuples seront en souffrance.
Dialoguez et quand vous n'aurez plus d'arguments alors dialoguez encore, vous ferez apparaître les meilleurs.
"Jamais la violence ne viendra à bout de la violence. Jamais le pouvoir ne mettra fin au pouvoir. Quand un ordre est allé au bout de lui-même, il est remplacé par un autre, c'est tout. La politique ne sert à rien." Jacques Attali

PRADINES 04/09/2013 09:54

Pourquoi ne pas saisir les parlementaires français de ces propositions judicieuses ? Nos parlementaires sont-ils moins "consultables » que ceux du Royaume-Uni ou des Etats-Unis et privés de vote au nom de "l'esprit de la Vème République" ? En démocratie, le vote de la représentation nationale peut-il être interdit en dehors de l’urgence sur un sujet quelconque ? A 63 ans, j’apprends encore …

Paul Quilès 04/09/2013 12:12

J'en ai parlé à des parlementaires. Réponse cet après midi!
De toute façon, il faudra avoir un vrai débat sur la conception monarchique de la Vème République dans ce domaine....que je dénonce depuis 15 ans (voir notamment mon livre "les 577: des députés, pour quoi faire")

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez