Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2015 1 27 /04 /avril /2015 09:30
L’hypocrisie des Etats nucléaires

       Tribune publiée par le quotidien La Croix du 27 avril 2015

 

       Aujourd’hui, s’ouvre à New York la conférence périodique qui fait le point sur l’application du Traité de non-prolifération des armes nucléaires (TNP).

 

       Cette conférence, qui réunit tous les cinq ans les représentants des 191 Etats signataires du Traité, sera l’occasion de faire un bilan sur l’avancement des résolutions et des engagements pris en 2010, lors de la conférence précédente.  Les puissances nucléaires se sont en effet engagées dans le Document final à «  adopter des mesures de désarmement concrètes «. La France s’était engagée, notamment, à réduire le rôle et l’importance des armes nucléaires dans sa doctrine de défense, à « redoubler d’efforts pour réduire et à terme, éliminer tous les types d’armes nucléaires ». Parmi les mesures, figurait aussi  l’organisation en 2012 d’une conférence pour l’établissement d’une « zone exempte d’armes nucléaires et de destruction massive » au Moyen Orient.

 

       Cinq ans plus tard, à la veille de la conférence d’examen du TNP, force est de reconnaître que, à l’exception des négociations avec l’Iran, encore inabouties à ce jour, très peu de progrès ont été réalisés pour lutter contre la prolifération et progresser sur la voie du désarmement nucléaire.

           

       Dans cette absence dramatique de résultats, les cinq Etats nucléaires - la Chine, les Etats-Unis, la Grande Bretagne, la France et la Russie, le groupe dit « P5 », ont une responsabilité particulière. En effet, le TNP repose sur une sorte de marché : les Etats ne possédant pas l’arme nucléaire promettent (article II) de ne pas l’acquérir en contrepartie de la promesse (article VI) de ceux qui la possèdent et qui ont signé le traité de s’orienter sérieusement vers l’élimination de leur arsenal. Or, les dernières années ont montré que ces Etats n’ont pas respecté leur engagement.

 

      Bien au contraire, ils se sont engagés dans un programme de réarmement massif, imités aussitôt par la Corée du Nord et les trois autres pays nucléaires non signataires du TNP : l’Inde, Israël et le Pakistan. C’est ainsi que les Etats-Unis prévoient d’investir près de 400 milliards $ sur 30 ans dans un programme de remise à niveau et de modernisation de leur arsenal nucléaire. La Russie, en sus d’un programme de modernisation sans précédent agite sans cesse la menace nucléaire. La Chine, elle aussi, accroît la taille de son arsenal. Le Royaume Uni s’apprête à développer une nouvelle génération de sous-marins lanceurs d’engins – SNLE – tout comme la France qui, non contente de moderniser les systèmes existants, prévoit de s’équiper de nouveaux missiles et de nouveaux SNLE. Le Président Hollande considère même que « la force de dissuasion, c'est ce qui nous permet d'avoir la capacité de vivre libres »

           

      Force est de constater que les Etats nucléaires font preuve d’une hypocrisie et d’un cynisme confondant. Ils proclament que leur garantie ultime de sécurité repose sur la « bombe » et ils font donc en sorte que leurs armements nucléaires deviennent encore plus efficaces en termes de portée, précision, vulnérabilité et ubiquité. Dans le même temps, ils tiennent à l’égard des 186 autres membres du TNP un discours lénifiant, en se contentant de se référer aux grands objectifs de non-prolifération et de désarmement dans le cadre d’une politique des « petits-pas ».

 

       Un tel comportement a pour conséquence d’encourager les quatre autres pays nucléaires à poursuivre de façon intensive le développement de leurs arsenaux, mais aussi d’inciter à se doter de l’armement atomique les pays non-nucléaires, qui invoquent les mêmes arguments de sécurité.

 

       Le document préparé par le groupe « P5 » pour la conférence du mois d’avril est à cet égard un monument de tartufferie. Au-delà de leur proclamation d’une volonté de respecter les grands engagements du TNP, on ne trouve aucune mesure concrète traduisant cette volonté. En cinq années, les Etats du « P5 » n’ont même pas réussi à se mettre d’accord pour l’établissement d’un glossaire consacré aux armes nucléaires. S’il est vrai que le diable se cache dans les détails, ce problème de sémantique dénote bien une absence de volonté de progresser dans la voie du désarmement.

           

       Jusqu’ici, le TNP nous a préservés d’une nouvelle vague de prolifération. Or, la crédibilité de ce traité ne tient plus aujourd’hui qu’à un fil. Même si des signes positifs existent avec les négociations relatives à l’Iran, les Etats nucléaires ne sont pas prêts à signer le moindre traité susceptible de limiter ou d’interdire leurs armements nucléaires. Ce faisant, ils mettent en danger le consensus -relatif - qui s’est instauré autour du TNP et prennent le risque de provoquer son effondrement.

           

        Les Etats nucléaires peuvent et doivent prendre de sérieux engagements pour réduire significativement la taille de leur arsenal, pour maintenir à un strict minimum le nombre d’armements physiquement déployés et prêts à un lancement immédiat et pour revoir leurs doctrines stratégiques dans le sens d’une diminution du rôle des armes nucléaires.

           

         Au lieu de se glorifier d’être en tête des technologies nucléaires et d’encourager de ce fait la course aux armements[1], la France s’honorerait, à l’occasion  des célébrations du 70ème anniversaire de la création de l’ONU, en 2015, de prendre la tête d’un processus de désarmement multilatéral, progressif et contrôlé. En se fixant comme priorité la préservation du monde face à la menace d’apocalypse nucléaire, elle serait fidèle à sa vocation humaniste et à ses ambitions mondiales.

 

Paul QUILES, ancien ministre de la défense,

Président de l’association ALB

 

Bernard NORLAIN, Général d’armée aérienne (2S),

Vice-Président d’ALB

 

Jean-Marie COLLIN, Directeur France PNND,

Vice-Président d’ALB

______________________________________________________________

 

[1] Manuel Valls : « la France fait la course en tête pour les technologies de dissuasion » (23 octobre 2014)

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
19 avril 2015 7 19 /04 /avril /2015 15:58
" Souvenons-nous que vous n'êtes pas ici simplement pour éviter un cauchemar nucléaire, mais pour édifier un monde plus sûr pour tous." Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies,  Conférence d'examen du TNP (2010)

" Souvenons-nous que vous n'êtes pas ici simplement pour éviter un cauchemar nucléaire, mais pour édifier un monde plus sûr pour tous." Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies, Conférence d'examen du TNP (2010)

Conférence d'examen du TNP de 2015

     La Conférence des Parties chargée d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) en 2015 se tiendra du 27 avril au 22 mai 2015 à New York.,au Siège de l’Organisation des Nations Unies.

   Le TNP est un traité international historique, dont l’objectif est d’empêcher la propagation des armes nucléaires et de la technologie des armements, de promouvoir la coopération aux fins de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire et de favoriser la réalisation de l’objectif du désarmement nucléaire et du désarmement général et complet.

     C'est le seul engagement contraignant pris par les États dotés d’armes nucléaires, dans le cadre d’un traité multilatéral, en faveur du désarmement.Des conférences visant à examiner le fonctionnement du Traité se tiennent à des intervalles de cinq ans depuis qu’il est entré en vigueur, en 1970.  (...)   Lire la présentation sur le site de l'ONU

    Compte tenu de l'attitude des pays nucléaires (dont la France), on peut avoir des inquiétudes sur l'issue de cette conférence, dont l'enjeu est d'une extrême importance. J'y reviendrai prochainement.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
21 mars 2015 6 21 /03 /mars /2015 20:37
Allons-nous détruire Sodome?

     Si vous voulez comprendre pourquoi et comment la dissuasion

nucléaire française est une véritable religionlisez cette analyse du

Contre amiral  (2°S) François Jourdierqui considère que "la France se 

retranche actuellement derrière une Ligne Maginot conceptuelle"

 

 

                      Allons-nous détruire Sodome?

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 18:54
Arrêtez la bombe!
       Pour compenser le manque d'information et l'absence de débat sur le sujet, consultez le site de l'association ALB ("Arrêtez la bombe")
 
    Vous y trouverez notamment les interventions des responsables d'ALB à propos du récent discours du Président de la République sur la dissuasion nucléaire.
 
    Ecoutez:
 
    Lisez aussi:

   

    L'allocution de Peter Maurer, Président du Comité international de la Croix-Rouge (18 février 2015, Genève)

 

      Armes nucléaires : mettre fin à une menace pour l’humanité

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 15:28
Parlons enfin de la dissuasion nucléaire
  • J'ai participé à un débat sur Sud Radio autour du thème: 

                      Faut-il revoir à la baisse la dissuasion nucléaire?"

 

Ecouter le débat 

 

**********

  • J'ai présenté une "contribution thématique" sur ce thème

         pour le congrès de Poitiers du PS

 

     "En revisitant les dogmes de la dissuasion nucléaire, ce texte voudrait prouver aux socialistes qu'ils ne doivent pas rester prisonniers de la pensée d’un monde ancien et de vivre sur des mythes."  

 

                                             Lire le texte

 

     Vous pouvez manifester votre soutien en cliquant sur le lien ci-dessous ("commenter cet article") et en donnant vos coordonnées.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 08:39
Dissuasion nucléaire : abandonner les mythes

Tribune de Paul Quilès dans Marianne

 

      "Alors que François Hollande doit s'exprimer demain, depuis Istres, sur la dissuasion nucléaire, le socialiste Paul Quilès, ancien ministre de la Défense de François Mitterrand et président de l'association Arrêtez la bombe, l'interpelle : il souhaiterait que le chef de l'Etat appelle "les puissances nucléaires à une conférence internationale, qui entamerait la marche vers un monde sans armes nucléaires".

 

    "Une telle démarche, écrit-il, soixante-dix ans après les bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki, serait certainement saluée et soutenue par une écrasante majorité des Etats des cinq continents."

 

Lire la tribune

Dissuasion nucléaire : abandonner les mythes
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 14:54
2015:"bonne année" pour le désarmement nucléaire?

 Chères amies, chers amis, 

     L’année 2014 aura été marquée par le retour de la prise de conscience du danger de l’arme atomique, avec les conférences internationales sur l’impact humanitaire des armes nucléaires (Mexique, Autriche), avec la crise ukrainienne et les questionnements sur la place de la dissuasion dans les tensions internationales ou encore avec les gesticulations nord-coréennes. 

     Pour notre part, nous avons interpellé, mobilisé et informé les décideurs, les parlementaires et la société civile des dérives budgétaires, de l’inutilité  de cet arsenal nucléaire, lors d’auditions par la Commission de la défense de l’Assemblée Nationale, au cours de notre colloque « Vers un monde sans armes nucléaires » ouvert par le Président de l’Assemblée Nationale, ainsi que dans de multiples autres conférences en France ou à l’étranger, notamment en partenariat avec European Leadership Network et Global Zero.

     Il faut espérer que 2015 sera une année positive pour le désarmement nucléaire. La conférence d’examen du Traité de non- prolifération nucléaire (TNP) sera suivie de près par les Etats les plus engagés. Si elle échouait, nul doute que ces pays s’engageraient dans une démarche en rupture avec l’ordre établi pour lancer le processus d’un Traité d’interdiction des armes nucléaires

    Cette année verra aussi la commémoration du 70ème anniversaire des drames d’Hiroshima et de Nagasaki, dont l’impact psychologique ne sera pas négligeable dans le positionnement diplomatique de certains Etats. 

     Pour éviter que se poursuive la fuite en avant qui caractérise depuis plusieurs décennies l’attitude des possesseurs de l’arme nucléaire- si bien illustrée par notre ami Plantu – nous vous convions en 2015 à nos côtés pour continuer d’éveiller les consciences sur la nécessité de parvenir à un monde sans armes nucléaires. 

       Bonne année.

Paul Quilès, Bernard Norlain, Jean-Marie Collin

Président et Vice-Présidents de l'association ALB 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 22:58

Lettre ouverte de Paul Quilès

au Premier ministre

à propos des

"pays qui ne veulent pas sortir de l'Histoire

et qui veulent faire entendre leur voix"

 

*****

     Monsieur le Premier Ministre,

 

     Le 23 octobre 2014,  en inaugurant le Laser Mégajoule - système phare du programme de Simulation des essais nucléaires – vous avez déclaré : « Pendant toute la Guerre froide, la France a fourni un effort considérable pour ne pas être distancée par les deux grandes puissances de l’époque. Mais désormais, elle fait la course en tête pour les technologies de dissuasion. [….] Les pays qui font le choix du nucléaire militaire et civil sont les pays qui veulent ne pas sortir de l’Histoire, qui veulent en permanence peser ».

 

     Permettez-moi de vous faire part de mon étonnement devant ces propos. Ils contredisent la ligne diplomatique de la France, qui a toujours revendiqué sa non-participation à la course aux armements, notamment pendant la Guerre froide.

 

     - Le 5 mai 1994, M. François Mitterrand, Président de la République, déclare: « Ne pas s'engager dans la course au surarmement, c'était très important de dire cela au moment où c'était la volonté politique des deux plus grandes puissances »

 

    - Le 21 mars 2008, M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, déclare: « La France n'a jamais participé à la course aux armements ».

 

     - Le 30 avril 2008, M. Dobelle, Ambassadeur, Représentant permanent de la France à la Conférence du Désarmement, déclare: « La France n’a jamais participé à la course aux armements et elle applique le principe de stricte suffisance ».

 

      - Le 24 février 2011, M. Chevènement, sénateur, déclare dans le rapport d'information n° 332 « Désarmement, non-prolifération nucléaires et sécurité de la France » : « La France n'a jamais participé à la course aux armements ».

 

      - En mai 2014, le rapport de la France, dans le cadre des actions 5, 20, et 21 du Document final de la conférence d’Examen du TNP, affirme: « Il [le TNP] ne peut progresser qu’en l’absence de nouvelle course aux armements ».

 

   - Le 20 octobre 2014, M Simon-Michel Ambassadeur, Représentant permanent de la France à la Conférence du Désarmement, déclare: « La France n’a jamais participé à une quelconque course aux armements nucléaires.»

 

     Ces propos risquent également d’être utilisés dans les tribunes de désarmement de l’ONU contre la France, qui, je le rappelle, est tenue par des engagements, notamment:

 

     - la Résolution N° 1887 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui l’engage à «s’acquitter pleinement de ces obligations et honorer ses engagements au titre du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires » et « à s’engager, en vertu de l’article VI du traité, à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces de réduction des armes nucléaires et de désarmement nucléaire» ;

 

     - le Document final du TNP (2010), Mesure 5.C, qui l’engage à « réduire encore le rôle et l’importance des armes nucléaires dans tous les concepts, doctrines et politiques militaires et de sécurité ».

 

     Il serait regrettable que la crédibilité du discours français sur le désarmement et la non-prolifération nucléaires soit mise en cause par vos propos, d’autant plus que vous avez conclu votre discours par cette phrase: « Et si sa voix est écoutée dans le monde, si ses armées contribuent à la stabilité et à la paix dans le monde, au Sahel, en Centrafrique, au Liban, aujourd’hui en Irak, la France le doit aussi au nucléaire de défense. »

 

    Même si cette affirmation semble particulièrement contestable, on est en droit de se demander comment il est alors crédible d’interdire à un pays qui ne veut pas sortir de l’Histoire et qui veut faire entendre sa voix de chercher à se doter de l’arme nucléaire ?

 

     Il est urgent que soit délivré un message diplomatique fort, afin d’éviter de laisser penser que la France s’éloigne de ses engagements. Cela pourrait se faire à l’occasion de la Troisième conférence intergouvernementale sur « l’impact humanitaire des armes nucléaires » organisée par l’Autriche les 8 et 9 décembre prochains. Plus de 150 Etats sont attendus à cette conférence, qui semble le lieu idéal pour indiquer la position de la France.

 

Paul Quilès,

ancien Ministre de la défense,

ancien Président de la Commission de la défense de l'Assemblée Nationale

Lettre au Premier Ministre
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 20:08

La troisième conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires 

va se dérouler en Autriche les 8 et 9 décembre.

Des dizaines d’organisations internationales seront présentes, 

plus de 150 Etats seront représentés, sauf la France !  

      Cette conférence internationale fait suite aux deux premières qui se sont déroulées en Norvège (mars 2013) et au Mexique (février 2014). L’objectif central était de replacer la dimension humanitaire au centre de la thématique des armes nucléaires, de comprendre la réalité des conséquences humanitaires, sanitaires, environnementales et économiques en cas de détonation d’une arme nucléaire, qu’elle soit intentionnelle, accidentelle ou par simple folie humaine. 

      Les puissances nucléaires comme la France ont très largement décidé de boycotter et de critiquer ces initiatives, sous prétexte qu’elles créaient une diversion dans le processus international de désarmement… Très soudées au départ, elles sont obligées de revenir sur leurs pas, devant la détermination de plus de 150 Etats à vouloir travailler sur ce sujet. 

     C’est ainsi que les Etats-Unis viennent d’annoncer le 7 novembre qu’ils seraient présents à Vienne, déjouant ses alliances passées avec les autres puissances nucléaires. Il est donc quasiment certain que les Britanniques vont suivre cette posture américaine. 

      La France se doit d’assumer les pleines responsabilités qui sont les siennes en tant que troisième puissance nucléaire mondiale. Vingt-six jours, c’est ce qui reste à notre pays pour répondre positivement à l’invitation faite en février dernier par le Ministre des Affaires étrangères autrichien, Sebastian Kurtz. 

     Il ne faut pas se tromper. L’objectif de la conférence de Vienne est « de renforcer le régime mondial du désarmement et de non-prolifération nucléaires ». Si la France ne se rend pas à Vienne dans un esprit de travail constructif, alors, elle devra en supporter toutes les conséquences sur la scène internationale du désarmement. 

     Nous encourageons donc grandement notre diplomatie à être présente à cette conférence.

Communiqué de Paul Quilès, Bernard Norlain et Jean-Marie Collin 

Président et vice-Présidents de l'association ALB ("Arrêtez La Bombe")

L'impact humanitaire des armes nucléaires
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 23:12

Excellent film diffusé sur ARTE mardi 19 août

 

(Rediffusion mardi 2 septembre, à 9h45)

 

Pour visionner, cliquer ici

 

******************

 

Présentation du film :

 

« Au plus fort de la guerre froide, la folie atomique semblait n’avoir aucune limite. Si l’apocalypse nucléaire n’a jamais eu lieu, la course aux armements a fait bien des victimes.

 

11 mars 1958. Le contrôleur ferroviaire Walter Gregg travaille dans son garage lorsqu’il est surpris par une explosion assourdissante. En sortant, il découvre un véritable cratère au milieu de son jardin. La responsable : une bombe atomique – heureusement neutralisée – larguée par accident depuis un avion de l’armée américaine.

 

Des deux côtés de l’Atlantique, la période de la guerre froide regorge de ces "petites histoires" illustrant la désinvolture et l’inconscience d’une confrontation qui aurait pu déboucher sur une catastrophe. Entre le tournage d’un film de John Wayne dans un canyon irradié, les essais nucléaires dans des zones habitées, l’idée caressée par les États-Unis de réduire l’Allemagne à un désert radioactif, ou encore les armes insensées comme la "bombe atomique-sac à dos", la folie nucléaire semblait n’avoir aucune limite.

 

Si ces anecdotes appartiennent au passé, a-t-on vraiment tiré les leçons de la guerre froide ? Comme le rappellent les spécialistes interrogés, la course aux armements nucléaires est loin d’être révolue. »

LES HÉROS IRRADIÉS…histoires de la guerre froide
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez