Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 octobre 2007 6 20 /10 /octobre /2007 17:54
Paul Quilès est intervenu au cours du colloque organisé par le club Démocraties sur "la France et le drame rwandais" le 20 octobre 2007 au Sénat.
Voici le texte de son intervention

Rwanda.jpgLe génocide perpétré au Rwanda entre avril et juillet 1994 fait partie des grandes tragédies du 20ème siècle. A nouveau, le monde a connu une tentative d’extermination d’un groupe d’hommes en raison de leur naissance.
Depuis cette date, on a assisté à un flot de récits, de témoignages -dans lesquelles il est parfois difficile de discerner la vérité des faits-, d’analyses parfois contradictoires, de polémiques, souvent violentes, avec des retombées inévitables sur la scène internationale. Force est de constater que peu d’intervenants ont réussi à faire abstraction de leur subjectivité, ce qui est regrettable, mais certainement explicable en raison de l’émotion considérable suscitée par l’énormité de la tragédie.

                                      

Considérant le mouvement d’opinion qui souhaitait des investigations sur l’attitude de la France avant et durant le génocide, j’ai pris l’initiative en 1998 , en tant que Président de la Commission de la défense de l’Assemblée Nationale, de proposer que soit constituée une  mission parlementaire d’information. L’objectif était de “faire la lumière sur le rôle qu’ont pu jouer les différents pays qui sont intervenus, ainsi que l’ONU, dans la crise rwandaise entre 1990 et 1994”.

 

Notre mission a enquêté pendant neuf mois et a rendu un rapport de 1500 pages[1]. Voici quelques éléments qui vous permettront d’apprécier le sérieux et la profondeur du travail effectué :

 

Ø    Pendant 110 heures, les députés qui faisaient partie de la mission ont auditionné 88 personnes,  des responsables politiques, des militaires, des diplomates, des universitaires, des civils français et rwandais. Ces auditions ont été exceptionnelles, tant par leur nombre que par leur caractère détaillé et approfondi. La plupart d’entre elles ont été publiques, ouvertes à la presse écrite et audiovisuelle. Certaines ont même été télévisées en direct par LCI.

 

Ø     Les rapporteurs se sont rendus à Bruxelles, à Washington, au siège des Nations Unies à New York, ainsi qu’au Rwanda, en Ouganda, au Burundi, et en Tanzanie.

 

Ø    Les témoignages des 74 personnes qu’ils ont rencontrées par ailleurs ont été intégralement et  rigoureusement pris en considération dans le cadre de la méthode de travail définie par la mission parlementaire.

 

Ø    La mission a analysé 15 000 pages de textes, de télégrammes diplomatiques et de documents militaires ; pour 7000 pages, la classification “secret défense” a été levée et certaines d’entre elles ont été  publiées en annexe du rapport.

         

          Il était indispensable de mener aussi complètement que possible un travail d’élucidation sur cette douloureuse période, compte tenu des liens étroits qui avaient uni depuis des décennies la France et de nombreux pays africains. La mission d’information est parvenue, me semble-t-il, à présenter les faits et les enchaînements, qu’elle a tenté de mettre au jour, de la manière la plus rigoureuse et la plus incontestable possible. Cet effort d’analyse des mécanismes et des motivations d’une intervention militaire française à l’étranger répondait également à une préoccupation qui reste malheureusement encore d’actualité : celle de permettre au Parlement de mieux comprendre les ressorts de l’action diplomatique et militaire française.

 

La mission a repris point par point les grandes étapes qui ont ponctué les quatre années de conflit (1990-1994). Dans l’enchaînement complexe des évènements, nous avons voulu comprendre la responsabilité réelle de la France et les raisons qui l’ont conduite à mener une politique aussi interventionniste aux côtés d’un régime politique critiquable. Nous avons replacé cette politique dans le contexte historique de la période, trop souvent négligé dans la plupart des analyses : chute du mur de Berlin, réunification de l’Allemagne, guerre du Golfe, traité de Maastricht… Le Rwanda, sans richesse naturelle et sans situation géo-stratégique notable, n’intéressait personne ! Après le départ des Belges, la France a cru pouvoir intégrer ce petit pays dans l’ensemble africain francophone. L’aide militaire qu’elle a apportée au Rwanda pour l’aider à se défendre contre l’attaque du FPR menée à partir de l’Ouganda s’est accompagnée d’efforts pour convaincre le régime de se démocratiser et de laisser la place à un gouvernement, un Parlement et une armée mixtes (Hutu et Tutsi). Ces efforts furent couronnés de succès, avec les accords d’Arusha (août 1993), qui permirent aux forces françaises de se retirer, laissant la place à celles de l’ONU.

 

Mais ces accords n'avaient été considérés par les extrémistes hutus que comme une concession provisoire. Dans ce contexte de méfiance et de haine, le pouvoir rwandais, fortement centralisé par tradition, disposait des moyens d'entraîner les populations hutues dans la violence. Il était assuré de la collaboration de la plupart des pouvoirs locaux, secondés, le cas échéant, par des structures paramilitaires ou des éléments des forces armées rwandaises (FAR). Sous cette pression et sous l'influence d'une propagande diffusée en particulier par une radio privée largement écoutée, la « radio libre des mille collines », un grand nombre de Rwandais ont acquis la conviction intime que le meurtre des Tutsis était le seul moyen d'assurer définitivement leur sécurité. Ils en sont venus à envisager le meurtre systématique de l’autre, l’éradication de l’ennemi intérieur, comme un remède préventif à leurs craintes d'une prise de pouvoir du FPR et d'une domination tutsie. L'assassinat, dans des conséquences non encore totalement élucidées, du Président Habyarimana (6 avril 1994) et l'impact des conflits du Burundi voisin, également déchiré par des affrontements entre Hutus et Tutsis, ont alors donné à un groupe de Hutus extrémistes l'occasion de se saisir du pouvoir et de déclencher le génocide. Des Rwandais ont alors, pendant plusieurs semaines, tué d’autres Rwandais, dans les conditions d’atrocité que l’on sait.

 

 Le rapport montre aussi que les erreurs et les maladresses de la France ne doivent pas faire oublier et sous-estimer le rôle des autres acteurs : la Belgique, qui a abandonné le Rwanda au moment où il fallait y rester, l’ONU,  dramatiquement absente ou incapable d’intervenir, les Etats-Unis, qui ont, de façon constante et délibérée, contribué à bloquer les décisions du Conseil de Sécurité… Force est de constater que la communauté internationale a fauté au Rwanda, par manque de volonté, que ce soit avant ou après le déclenchement du génocide. Si la France a mené seule l’opération Turquoise à but humanitaire (21 juin au 21 août 1994), c’est bien  parce qu’aucun autre pays ne voulait s’y engager !

 

Nous avons enfin avancé des propositions susceptibles d’éviter que de telles tragédies se reproduisent. Elles concernaient différents domaines correspondant aux carences analysées tout au long du travail de la mission. Nous avons proposé  par exemple :

 

-        une meilleure coordination des actions diplomatiques et militaires, au sommet comme sur le terrain et une plus grande transparence dans la gestion des crises internationales ;

-        le contrôle parlementaire effectif des interventions militaires hors du territoire national et la connaissance par le Parlement des accords de défense ;

-        la réforme de notre coopération avec les pays africains ;

-        la gestion des problèmes de sécurité en Afrique au niveau multilatéral (en particulier européen) et non plus bilatéral ;

-        la réforme du mode d’intervention des forces de l’ONU pour maintenir ou rétablir la paix.                              

 

     On ne peut pas dire que la plupart de ces propositions aient été suivies d’effets ! Et pourtant, le caractère monstrueux d’un génocide comme celui du Rwanda devrait imposer, au delà de la compassion, des actions énergiques afin de prévenir le retour de telles tragédies.

 

  Le travail de notre Mission a été considéré comme une grande première. C’était en effet la première fois que le Parlement enquêtait sur le prétendu “domaine réservé” que constituent la défense et la politique étrangère. Et nous l’avons fait sans complaisance aucune.

 

Et pourtant, comme l’a fait remarquer une des meilleures analystes du drame rwandais, la chercheuse Claudine Vidal[2] (je la cite) : « Durant les heures qui suivirent la sortie d’un rapport que personne n’avait encore pu lire, la plupart des radios et des télévisions adhérèrent à une logique dénonciatrice qui tenait à juger la France coupable. Minimisant les  conclusions du Rapport qui pourtant se montraient loin d’exonérer la France de ses responsabilités durant la période précédant le génocide, ces médias se fixèrent sur une seule, celle qui affirmait la non implication dans les massacres. Les diagnostics furent du type : « On s’y attendait, ce rapport “ blanchit ” la France ». Au bout de deux jours, les radios cessèrent d’en parler. Les journalistes des quotidiens et hebdomadaires politiques nationaux, qui eurent un peu plus de temps pour en prendre connaissance, retinrent généralement les aspects critiques, relevèrent des résultats de l’enquête mais exprimèrent des réserves sur les lacunes (ou les silences) de l’investigation et sur l’analyse des responsabilités. »

 

Il est vrai que le terrain médiatique était déjà occupé depuis 4 ans par un autre récit, fondé sur ce que Claudine Vidal appelle une « interprétation conspiratoire de la politique française ». Selon elle, ces auteurs et ces groupes militants s’étaient donné pour tâche (je la cite encore) « de révéler les ressorts cachés de l’action française au Rwanda. Ils dénoncèrent l’existence de complots, de faits secrets, de liaisons clandestines, d’agents et de bureaucraties cachés qui auraient dominé les institutions publiques, grâce à la complicité d’acteurs officiels. (…….) En 2004, année de la dixième commémoration du génocide, auteurs et associations relancèrent une campagne d’accusations extrêmes sur le thème de « la France coupable de génocide au Rwanda ». Les publicistes critiques rencontrèrent bien quelques adversaires, mais ces derniers ou  bien défendaient à outrance la politique française menée au Rwanda, ou bien découvraient, eux aussi, des complots, mais fomentés par des puissances étrangères. Bref, dénonciateurs et défenseurs entraient dans une logique de camps retranchés. (…..) Ainsi, co-existent un récit-défense des responsables français se cantonnant dans une attitude d’infaillibilité, un récit parlementaire fondé sur des auditions et des documents officiels, des récits menés par les publicistes, perceurs d’énigmes et  spécialistes en histoire secrète. Quant au récit universitaire, il est resté rare. »

 

J’espère donc que ce colloque évitera les écueils mentionnés par Claudine Vidal. Pour moi, le génocide du Rwanda n’est pas une sorte d'« accident de l'histoire » et on ne peut se contenter de jugements sommaires sur les responsabilités des crimes commis ou satisfaire sa conscience avec des litanies de repentirs et de regrets.

 

Je souhaite, même si cela peut sembler relever de la gageure, que l’on assiste aujourd’hui à des confrontations et des analyses aussi objectives que possible, afin d’en revenir aux faits et de voir plus clair dans les responsabilités et dans les enchaînements qui ont conduit à l’épouvantable tragédie que fut ce génocide.

  


[2] Claudine Vidal est directeur de recherches émérite au CNRS

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
9 octobre 2007 2 09 /10 /octobre /2007 23:00

par  Paul Quilès 
ancien ministre de la défense,

            responsable national du PS chargé des questions stratégiques et de défense 

tribune parue dans Libération du 10 octobre 2007  
          

 

         On se souvient de cette publicité pour une boisson qui vantait ses qualités en ces termes : «Elle a la couleur de l’alcool, elle a le goût de l’alcool…..mais ce n’est pas de l’alcool ». Ainsi, tout en ayant le sentiment de s’enivrer, le consommateur avait-il la garantie qu’il ne subirait pas les conséquences nocives de l’alcool ! 
  Sarkozy.jpg    C’est exactement la méthode que N. Sarkozy utilise avec la concertation. Cette pratique, qu’il juge au fond dangereuse, mais qu’il fait mine de mettre en œuvre, parce que, pense-t-il probablement, elle fait « moderne » et « dans l’air du temps », se limite en fait à quelques faux semblants. On a déjà pu s’en rendre compte dans le domaine social (service minimum, régimes spéciaux de retraite…), où, malgré quelques belles paroles, les syndicats ont été mis devant le fait accompli. On va pouvoir retrouver cette méthode en trompe l’œil de façon éclatante dans un domaine moins « grand public » mais d’une extrême importance pour l’avenir : celui de la défense.

               Allons en effet au-delà des apparences et comparons les paroles et les actes.

                 Les paroles : Officiellement la Commission du Livre blanc, qui a été mise en place le 23 août 2007, doit conduire un exercice « sans tabou » selon les propos tenus alors par N. Sarkozy. « Sans tabou, cela veut dire que l’on doit se poser toutes les questions » a renchéri Jean-Claude Mallet, qui préside cette commission. En toute logique, cela voudrait dire que, durant les 6 prochains mois, la Commission du Livre blanc débattra de toutes les questions concernant la  défense et la sécurité de la France, afin de définir la stratégie globale de notre pays pour les années à venir.

              Les actes : Avant même que les travaux aient vraiment débuté, on voit s’accumuler les contraintes pesant sur le travail de cette Commission.

-        La première a été fixée dans la lettre de mission, qui fixe le maintien de l’effort de défense à hauteur de 2%.

-        La seconde contrainte concerne les suppressions d’emplois, chiffrées d’ores et déjà par le Ministère des finances à 6000 pour l’année prochaine.

-        Deux autres objectifs sont venus rapidement s’ajouter : le maintien de la stratégie actuelle de dissuasion nucléaire et l’ambition européenne, sujets importants dont on ne peut se dispenser de débattre, même si des convergences sont possibles.

-        Un élément supplémentaire de trouble est venu confirmer nos craintes, avec les déclarations du Président de la République puis du ministre de la Défense expliquant à mots couverts mais de manière explicite que la France devait réintégrer la structure militaire intégrée de l’OTAN.

-        Ainsi, après moins d’un mois d’exercice de la Commission, on peut dire que nombre de conclusions ont déjà été écrites par le Président de la République ! A ce stade, il est évident que les travaux de la Commission du Livre blanc commencent à perdre de leur intérêt…..Rappelons que, chez nos partenaires étrangers, lorsque l’on réalise un Livre blanc sur la politique de défense et de sécurité, c’est pour en définir les axes. Chez nous, au contraire, c’est le Président de la République, en souverain tout puissant et libre d’agir sans aucun contrôle démocratique, qui  tranchera et arbitrera. Autant dire qu’il continuera à intervenir en amont des travaux de cette Commission, pour peser sur elle en annonçant sa ligne politique, de façon à ce que le risque de désaccord apparaisse limité.

-        Dans ces conditions, le forum ouvert aux internautes sur le site du premier ministre n’est qu’un simulacre de concertation. Le débat sur les grands choix ne sera pas transparent. Toutes les décisions seront prises dans l’opacité par Nicolas Sarkozy et les quelques conseillers qui l’entourent.

-        Fait aggravant, la Commission du Livre blanc sur la politique de défense va se trouver en « concurrence » avec les travaux du Livre blanc sur les affaires étrangères, qui doit être réalisé au même moment ! Quelle articulation va-t-il y avoir entre ces 2 commissions ? La confusion, probablement voulue, sera d’autant plus grande que, dans le même temps, une mission a été confiée à Alain Bauer afin d’étudier la création d’un conseil de sécurité nationale.

-        Dernier constat qui vient relativiser la prétendue concertation que devait instituer le débat de préparation du Livre blanc : les bonnes vieilles méthodes sont de retour ! C’est ainsi qu’un accord de défense a été signé avec la Libye, en contrepartie de la libération des infirmières bulgares, mais personne n’en sait rien. Autre exemple : le dispositif militaire français en Afghanistan a été totalement réaménagé, avec des implications politiques majeures, mais les commissions compétentes des deux assemblées n’ont pas été réunies pour interroger le ministre de la défense. Enfin, sans le moindre débat, des déclarations inquiétantes sont faites sur un éventuel soutien français à des actions unilatérales américaines contre l'Iran, conduites en dehors de l'ONU et pouvant aller jusqu'à la guerre. Drôle de façon de préparer la si nécessaire rénovation du Parlement !

 

            Face à cette situation particulièrement préoccupante, il est temps que les responsables politiques se saisissent du débat. Le PS, pour sa part, veillera à ce qu’il ne soit pas tronqué et accaparé par un président peu soucieux de la véritable concertation. Son attitude risque de transformer en occasion manquée l’indispensable travail de remise à plat de notre politique de sécurité et de défense.

                                

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
2 décembre 2006 6 02 /12 /décembre /2006 18:01

                 

Darfour : silence, on meurt

 

 

 

par Paul Quilès, député du Tarn, Vice Président de la Commission des affaires étrangères        

 

 

 

 

 

 

Article paru dans "L'hebdo des socialistes" du 2 décembre 2006


Comment les socialistes, qui se présentent comme des internationalistes, pourraient-ils rester insensibles à ce qui se passe au Darfour depuis plus de 3 ans ?

Pour ma part, ayant présidé la mission parlementaire d’information sur le génocide rwandais, je suis  particulièrement sensible au déroulement de ce drame. A plusieurs reprises, je suis intervenu pour attirer l’attention du gouvernement français sur l’inefficacité de la Communauté internationale face à la dégradation tragique de la situation. Malheureusement, les inquiétudes que je manifestais il y a 2 ans sont devenues de tristes réalités, avec un terrible bilan : plus de 200 000 morts, deux millions et demi de déplacés, menacés par la famine, les maladies et la mort, des viols, des massacres, des destructions systématiques.

Il faut bien dire qu’à part les cris d’alarme des ONG, qui y mènent une action courageuse et de plus en plus difficile, l’opinion publique est assez insensible au sort de cette région grande comme la France, confrontée à ce que Kofi Annan définit comme « l’enfer sur terre ».

Certains parlent de génocide, mais peu importe pour l’instant la qualification juridique de ces épouvantables exactions. L’urgence, c’est d’agir efficacement pour arrêter ce qui constitue une véritable épuration ethnique.

La situation est certes complexe : lutte entre factions, ingérence étrangère, attitude ambiguë de certaines grandes puissances. Les efforts de l’Union Africaine et de l’ONU pour favoriser un accord de paix durable ont malheureusement été vains jusqu’ici et, devant la gravité de la situation, le Conseil de sécurité de l’ONU a décidé le 31 août dernier l’envoi de 17 000 Casques Bleus. Décision sans lendemain, puisque le Président soudanais Omar El Bechir continue à refuser le déploiement de cette force et menace même de la recevoir « comme le Hezbollah a reçu les Israéliens » ( !).

En attendant, les massacres continuent, l’Etat harcèle le personnel humanitaire et les journalistes, qui sont soupçonnés de divulguer les exactions. Dernière provocation du président soudanais : l’expulsion du représentant spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour des propos qui ont déplu aux autorités.

Je connais les difficultés de la diplomatie ; je sais aussi les contraintes auxquelles sont soumis les gouvernements face à la nécessité d’une opération de maintien de la paix risquée, mais je constate également que certaines situations suscitent plus d’émotion et donc plus de volonté d’agir que d’autres.

On explique en général que l’hésitation de l’ONU à intervenir contre l’avis du gouvernement du pays concerné provient de l’interprétation de l’article 2 de la Charte des Nations Unies (non ingérence dans les affaires intérieures d’un Etat). C’est méconnaître l’évolution des esprits, puisque Kofi Annan lui-même a reconnu que « rien, dans la Charte de Nations-Unies, n’empêche de reconnaître qu’il y a des droits par- delà les frontières », ce qui fonde « la responsabilité de protéger ».

Le mois dernier, en revenant sur l’écrasement de la révolte de Budapest par l’armée soviétique il y a juste cinquante ans, on se lamentait sur l’état du monde à l’époque de la guerre froide et du partage de Yalta, qui conduisit à abandonner les insurgés hongrois à leur triste sort. Je ne peux me résoudre à ce que, dans quelques années, des campagnes viennent dénoncer -peut-être violemment- l’apathie ou l’inefficacité  de notre pays et de la Communauté internationale devant le drame du Darfour.

Je suis convaincu qu’une prise de conscience est indispensable et je crois qu’elle est possible, en particulier si les médias brisent le mur de l’indifférence. C’est dans cet esprit que je me suis récemment adressé aux responsables des grands organes de presse et d’audiovisuel pour leur demander de sensibiliser l’opinion sur le drame du Darfour, ce qui ne manquerait pas d’influencer les décideurs.

Je le répète, il y a urgence : on ne peut pas attendre qu’après 200 000 morts, il y en ait 300 000, 500 000 ou 800 000, comme au Rwanda. Nous ne sommes pas ici devant une question diplomatique ou géo-politique, mais devant une question d’humanité. Face à ce drame, nous avons un devoir d’humanité. Je souhaite en tout cas que les socialistes en soient conscients et qu’ils prennent une part active aux actions qui seront menées pour faire cesser le martyre du Darfour.

Paul Quilès
Député du Tarn
Vice-président de la Commission des affaires étrangères

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
24 novembre 2006 5 24 /11 /novembre /2006 17:58

 

Rwanda : interview de Paul Quilès dans Libération

 

 

 

 

 

Député socialiste du Tarn, Paul Quilès avait dirigé, en 1998, la mission parlementaire d’information sur le Rwanda. Il réagit à la décision du juge Jean-Louis Bruguière de lancer des mandats d’arrêt contre neuf proches du président Paul Kagamé, dont son chef d’état-major, James Kabarebe, accusés d’être responsable de l’attentat du 6 avril 1994 contre l’avion de l’ancien président Juvénal Habyarimana, piloté par un équipage français. Un attentat qui avait servi de déclencheur au génocide.


Comment réagissez-vous à cette décision?

Je ne suis pas étonné. A l’époque de la Mission d’information, nous savions qu’il y avait une zone d’ombre dans l’origine de l’attentat du 6 avril 1994. Nous avons demandé que la justice se saisisse de cette affaire au plus vite pour comprendre qui était à l’origine de ce qui a déclenché le génocide. Nous avions retenu deux hypothèses: celle d’une action des extrémistes au sein des Forces armées rwandaises (hutu) ou celle du Front patriotique rwandais (FPR) de Kagamé. Nous ne tranchions pas, mais les présomptions pesant sur le FPR étaient assez fortes.

En quoi consistaient-elles?
Il y avait des arguments techniques et politiques. Nous savons que le FPR possédait des missiles sol-air, retrouvés dans une «série» ougandaise (l’Ouganda était un allié proche du FPR, ndlr) De plus, nous avons noté une volonté délibérée chez les responsables rwandais, politiques et militaires (issus du FPR, ndlr), de dissimuler la vérité sur la possession de ces missiles. Par ailleurs, nous avions prévu d’entendre un ancien compagnon de route du FPR. Mais il a été mystérieusement assassiné…

Et la piste hutue?
Nous n’excluions pas que des extrémistes hutus, opposés à l’application des accords de paix d’Arusha (entre tutsis et hutus, parrainés par la France, ndlr), aient voulu se débarrasser du président Habyarimana. Mais au lendemain de l’attentat, il est apparu que ces extrémistes étaient totalement désarçonnés. Reste que, sur le plan technique, ils possédaient eux aussi des missiles sol-air.

Sans surprise, Paul Kagamé a réagi très vivement aux accusations du juge Bruguière. Pensez-vous qu’un point de non-retour a été atteint entre la France et le président rwandais ?
Kagamé n’a jamais hésité à s’appuyer sur le drame du génocide pour asseoir son pouvoir. Il en fait porter la responsabilité - au-delà des Rwandais eux-mêmes - aux puissances étrangères, notamment à la France. La Mission parlementaire a fait justice de cette accusation. Il ne faut jamais oublier - malheureusement - que ce sont des Rwandais qui ont massacré d’autres Rwandais.

24 novembre 2006

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article
9 octobre 2006 1 09 /10 /octobre /2006 16:54

Génocide du Darfour : Paul Quilès vient d'écrire aux directeurs de rédaction de tous les médias

 

 

 

 

 

Monsieur le Directeur,

Je souhaite vous parler du Darfour et j’espère que ces quelques lignes retiendront votre attention.
Ayant présidé la mission parlementaire d’information sur le génocide rwandais, je suis particulièrement sensible au déroulement du drame que vit le Darfour depuis 3 ans. A plusieurs reprises (1), je suis intervenu pour attirer l’attention du gouvernement français sur l’inefficacité de la Communauté internationale face à la dégradation tragique de la situation.
Malheureusement, les inquiétudes que je manifestais il y a 2 ans sont devenues de tristes réalités, avec un terrible bilan : 300 000 morts, 2,5 millions de déplacés, menacés par la famine, les épidémies et la mort.
Certes l’Union Africaine et l’ONU ont déployé des efforts pour aboutir à un accord de paix, mais la complexité des relations entre les parties n’a pas permis d’aboutir à une cessation des exactions et des massacres.
J’ai du mal à accepter l’idée que, dans quelques années, des campagnes viendront dénoncer -peut-être violemment- l’apathie ou l’inefficacité de notre pays et de la Communauté internationale devant ce génocide. Je suis convaincu qu’une prise de conscience est indispensable et je crois qu’elle est possible, grâce au rôle considérable des médias dans la formation des idées. Je constate en effet que les campagnes médiatiques n’ont pas seulement un impact sur l’opinion publique, mais qu’elles peuvent aussi faire réfléchir les décideurs nationaux, voire internationaux.
Bien entendu, il n’est pas question pour moi de vouloir peser par ma démarche sur votre libre choix de programmation. Je souhaite simplement vous sensibiliser sur le rôle, à mes yeux fondamental, que vous pourriez avoir pour réveiller les consciences et déclencher un mouvement d’opinion susceptible d’influencer les décideurs.
Je vous remercie de l’attention que vous voudrez bien porter à ma suggestion et vous prie d’agréer, Monsieur le Directeur, l’assurance de mes salutations les meilleures.
----------------------------------------------
(1)Notamment question d’actualité (28/4/2004), lettre au ministre des affaires étrangères (26/5/2004)

9 octobre 2006

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans International et défense
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez