Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 octobre 2013 2 08 /10 /octobre /2013 08:08
Une belle soirée
 
        J'ai assisté hier soir à la répétition générale de “Jaurès, une voix pour la paix”, qui sera donné dans la salle François Mitterrand de Carmaux du 8 au 15 octobre.
 
        J'ai été heureux de constater que tout converge pour faire de ce spectacle un grand moment: la remarquable mise en scène de Claude Moreau, le jeu plein de conviction des acteurs – notamment d’une exceptionnelle Gisèle Casadesus-, l’enthousiasme des figurants, les images, la musique...
 
        Je recommande vivement à celles et ceux qui le peuvent d’assister à ce spectacle. Il les remplira d’émotion, comme le public de cette soirée, qui a vibré à l’évocation des grands évènements du siècle passé, revisités à la lumière de la pensée et des enseignements de Jaurès.
 
      - Pour plus d'informations, voir ICI
 
      - Pour soutenir le spectacle, cliquer ICI
 
      - Lire l'article de la Dépêche du Midi, ICI
Jaurès, c'est ce soir!
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
4 octobre 2013 5 04 /10 /octobre /2013 15:00

A la "une" du journal le Tarn libre du 4 octobre:

 

"A l’aube du centenaire de la mort de Jean Jaurès, Carmaux

va célébrer, du 8 au 15 octobre, l’enfant du Pays avec le

spectacle “Jaurès, une voix pour la paix”.

 

Lire

Jaurès, toujours vivant
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
1 octobre 2013 2 01 /10 /octobre /2013 15:53

A quelques jours de la première représentation à Carmaux

 

du spectacle "Jaurès, une voix pour la paix" ,

 

on m’a posé la question :

 

« Est-ce vraiment utile de parler de Jaurès aujourd’hui ? »

 

      Ma réponse est catégorique : oui, c’est utile et important. Je l’ai expliqué en détail au cours de cet entretien sur CFM 89 :

 

ECOUTER

 

       Dans notre monde si agité, dangereux et parfois difficile à déchiffrer, il est important de mieux situer le rôle et l’action des décideurs politiques.

 

       Le spectacle "Jaurès, une voix pour la paix", au-delà de sa valeur artistique, aide justement à cette prise de conscience, en faisant revivre les grands évènements du siècle écoulé à la lumière des valeurs et des enseignements que nous a légués Jaurès.

 

* Pour en savoir plus sur le spectacle

 

* Pour réserver vos places

 

* Pour soutenir le projet

Parler de Jaurès : utile et importantParler de Jaurès : utile et important
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
13 septembre 2013 5 13 /09 /septembre /2013 15:47

          Tout au long de sa vie, Jean Jaurès a consacré sa formidable énergie au maintien des conditions de la paix – paix entre les peuples et paix sociale – constante préoccupation de la Gauche. Son assassinat le 31 juillet 1914, marque le début de la Grande Guerre, dont nous commémorerons l’an prochain le centenaire.

 

Large_jaures

 

           Soutenez le spectacle "Jaurès, une voix pour la paix" 

 

        En avant-première de cette commémoration, l’Association Histoire(s) du Pays de Jaurès présente un spectacle-événement, qui donne à voir, à partir de la tragédie de 1914-1918, l’actualité du message de Jaurès, sur la guerre et sur les causes des conflits qui conduisent parfois à l’affrontement : nationalismes, racisme, exploitation du travail, rivalités économiques…. On y trouvera une évocation de son action inlassable pour la dignité humaine, pour la paix et pour une Europe unifiée.

 

           Les 10 premières représentations de « Jaurès, une voix pour la paix » auront lieu du 8 au 15 octobre 2013, dans la salle François Mitterrand, ancienne salle de la Verrerie de Carmaux, lieu emblématique des combats de Jean Jaurès il y a un siècle.

 

          Il sera également présenté dans d’autres villes françaises en 2014, à l’occasion de la commémoration du centenaire de la Grande guerre et de la mort de Jaurès.

 

........Pour découvrir le spectacle: cliquez ici

 

........Pour soutenir le projet: De nombreux partenaires ont aidé à financer la création. Vous pouvez, vous aussi, soutenir ce beau projet et nous aider à le conduire sereinement jusqu’à son terme. 

   C’est très simple: cliquez ici  Vous ouvrez alors une page consacrée au financement participatif du spectacle et vous pouvez décider du montant de votre don : 5, 10, 20, 50, 100 euros…

 

........Pour assister au spectacle, réservez:

 

                         * par Internet, cliquez ici

                         * par téléphone: 07 80 04 10 95

Jaurès et la paix, hier et aujourd’huiJaurès et la paix, hier et aujourd’huiJaurès et la paix, hier et aujourd’hui
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
10 août 2013 6 10 /08 /août /2013 18:13

Article de la Dépêche du Midi du 9 août 2013

 

      Du 8 au 15 octobre sera présenté salle François Mitterrand le spectacle «Jaurès une voix pour la paix» (nos éditions 19 janvier et 26 juillet) 19 ans après «Ils ont tué Jaurès», vu par près de 50 000 spectateurs à Cap Découverte, Paul Quilès, déjà à l’origine du projet en 1994, récidive en 2013 avec la complicité de Claude Moreau, qui avait mis en scène «Ils ont tué Jaurès».

 

      Paul Quilès, Claude Moreau et Pierre Bataglia, secrétaire de l’association «Histoire(s) du pays de Jaurès», présidée par Jean Padilla, ont présenté le spectacle aux (futurs) bénévoles.

 

      «En 2014, on commémorera le 100e anniversaire de la mort de Jaurès, assassiné le 31 juillet, un jour avant la déclaration de guerre. Aujourd’hui, on ne peut pas se contenter de faire quelques génuflexions devant sa statue et rappeler qu’il était important. L’important, c’est de voir ce qu’il représente encore, et combien ses valeurs, sa pensée, ses actes et ses discours sont toujours d’actualité», soulignait d’emblée Paul Quilès, qui insistait sur la grandeur de Jaurès: «Qui n’a cessé d’agir, car pour Jaurès, la parole se concrétisait par l’action, ainsi a-t-il agit pour la paix, contre la guerre, pour la défense des plus humbles, pour la justice (1)».

 

      Ecrit par Jean-Louis Sagot-Duvauroux, Claude Moreau évoquait l’esprit du spectacle: «Qui met en scène 2 personnages, un jeune étudiant (Henri Nlend), qui écrit un mémoire sur Jaurès, et interroge son arrière grand-mère, fille de mineur, née 10 mn avant la mort de Jaurès (Gisèle Casadesus). Le spectacle, c’est le dialogue entre les 2 personnages, c’est l’Histoire du 19e siècle jusqu’à l’époque contemporaine».

 

      Un spectacle en 18 séquences, moitié scénique, moitié audio-visuel, Claude Moreau présente le concept: «Côté images, les acteurs filmés en studio, des images graphiques et 3D, des illustrations et des dessins, des images d’archives, et pour l’interprétation scénique, environ 25 figurants comédiens bénévoles».

 

      Convaincus par cette présentation, les futurs bénévoles présents dans la salle (certains ayant déjà participé en 94), s’inscrivaient pour cette nouvelle belle aventure, en hommage à Jean-Jaurès.

(1)paul.quiles.over-blog.com

DDM 09.08.2013 JL G.

 

Devenez bénévole pour «Jaurès»

 

      Des figurants, des bénévoles, du matériel, des vêtements de 1914 à nos jours, le spectacle «Jaurès, une voix pour la paix», en appelle à la générosité et à la participation de la population. Côté bénévoles, qui sont indispensables pour réussir un grand spectacle,

      Claude Moreau le metteur en scène et Monika Mucha la costumière recherchent des figurants comédiens, des bénévoles pour la fabrication des décors, pour le plateau, pour l’accueil, la fabrication des costumes, l’organisation. Pour le matériel, des vêtements et tenues de 1914 à nos jours, pour homme, femme, enfant, adolescent: casques (mineurs), sac, gourdes, bottes et chaussures, godillots, bretelles, chapeau (borsalino, chapeau melon, chapeau mou, beret...), nœud papillon, faux-col, cravate, parapluie, chemise (blanche, bleue, marron, beige), chemisier, pantalon, veste et gilet, smocking, queue de pie, habit en velours (côtelé, noir, marron), costumes de 1914 à nos jours (tenue de plage rétro, tenue militaire de 1914-1918, long manteau, cape à capuche, blouse blanche longue, bleu de travail, lainage), mercerie, tissu en tout genre. Le matériel et les vêtements sont à déposer à la mairie de Carmaux.

Pour les répétitions: Septembre:

Vendredi 6, 13, 20, 27 à 20h, Samedi 7, 14, 21, 28 à 14h et 20h,

Dimanche 8, 15, 22, 29 à 14h,

Octobre: du 1er au 4 à 20h, 5 et 6 à 14 et 20h, le 7 à 20h.

Spectacle, 8 au 15 octobre, 2 matinées samedi 12 et dimanche 13.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 18:06

       Je sors de la réunion tenue à Carmaux, en présence du maire de la ville, Alain Espié, du secrétaire de l'association "Histoire(s) du Pays de Jaurès", Pierre Battaglia et du metteur en scène, Claude Moreau, pour présenter le spectacle "Jaurès, une voix pour la paix", qui sera joué du 8 au 15 octobre dans la salle François Mitterrand.

 

      J'ai perçu avec satisfaction le même enthousiasme que lors de la préparation du spectacle "Ils ont tué Jaurès" (1994) parmi les bénévoles qui participeront au montage et à la réalisation de ce beau projet.

 

Revoir des extraits du spectacle de 1994

 

       Bientôt, un site Internet vous en dira plus sur le contenu du spectacle et sur sa préparation. Vous y trouverez aussi des documents sur Jaurès et sur l'actualité de son message.

 

       A quelques jours du 31 juillet, où l'on commémorera le 99ème anniversaire de la disparition de Jaurès.....souvenons-nous.

 

******

 

" Ils ont tué Jaurès" 

 

        Ce cri terrible résonne dans les rues de Carmaux dès l’annonce de l’assassinat de Jean Jaurès. L’émotion et la tristesse sont à la mesure de l’événement que constitue la disparition tragique de celui qui vient,    deux mois plus tôt, d’être élu pour la 6ème fois député socialiste de Carmaux.

 

          La tragédie est double : Jaurès assassiné le 31 juillet 1914 et le lendemain, c’est  la guerre !

 

        Pendant toute la journée du 31, Jaurès s’affaire à la Chambre des députés pour tenter de s’opposer à un conflit dont il pressent qu’il pourrait être effrayant. Il débat avec le groupe socialiste. Il rencontre le sous- secrétaire d’Etat aux affaires étrangères et il demande une médiation anglaise, pour faire reculer l’Allemagne. Mais il comprend que rien désormais n’est plus possible et que la marche vers la guerre est malheureusement inéluctable. Alors, il passe à son journal, à l’Humanité, pour préparer un article cinglant dénonçant les fauteurs de guerre. Auparavant, il va dîner avec quelques amis au Café du Croissant et c’est là que Raoul Villain tire sur lui les 2 coups de feu qui mettent fin à ses jours.

 

       Ce tragique événement a été le point de départ de la grande fresque que nous avons réalisée ici, à Carmaux, il y a quelques années. Nous avons voulu faire revivre les moments forts de la vie du grand tribun socialiste que fut Jaurès, parce que c’est ici qu’il a ancré son adhésion au socialisme, ici qu’il a mené ses premiers combats aux côtés des mineurs et des verriers, ici qu’il a façonné les chemins de sa pensée politique. C’est certainement pour cela que le spectacle a rencontré un immense succès à travers toute la France et tout particulièrement dans le Carmausin. Pour les 500 bénévoles et pour tous ceux qui ont vibré à l’évocation de l’histoire de Jaurès, ces moments inoubliables ont laissé une marque indélébile dans les mémoires.

 

       Mais le rappel d’un souvenir, l’évocation d’un événement, aussi fort soit-il, ne suffit pas. Les hommes et les femmes de gauche ne doivent pas oublier la modernité et l’actualité de la pensée de Jaurès !

 

      Modernité et actualité… que d’affirmer la nécessité d’aller plus loin dans l’approfondissement de la République ; …que de répéter que les droits sociaux sont indissociables des droits politiques ;…que de combattre pour l’abolition de la peine de mort ;…que de plaider pour l’arbitrage international des conflits et de rejeter les solutions militaires pour les résoudre.

 

      Ce sera justement le but du spectacle de 2013, joué à Carmaux en avant première des commémorations de 2014, qui fera revivre l'actualité du message de Jaurès sur la guerre et sur les causes des conflits qui conduisent parfois à l'affrontement: nationalismes, racisme, exploitation du travail, rivalités économiques.....

 

      Il faut relire Jaurès, quand on est socialiste. Méditer son histoire, sa pensée et surtout sa pratique. Celle d’un Jaurès à la fois intellectuel et philosophe brillant, homme politique influent, journaliste courageux, militant socialiste ardent et sans tache, parlementaire actif, présent sur tous les terrains, sachant faire la synthèse entre l’action locale, les discours à la tribune de la Chambre des députés, les débats dans les congrès de son parti et l’action au sein de l’Internationale socialiste.

 

       Orateur exceptionnel, qui maniait le verbe avec un rare bonheur devant tous les publics, Jaurès ne cédait jamais à la démagogie, même sur la forme, puisqu’il considérait qu’il ne fallait pas mépriser le peuple en réservant la belle langue aux élites.

 

      Mais la grandeur de Jaurès, c’était probablement d’agir, car qu’est-ce que la parole sans l’acte ? Et Jaurès n’a cessé d’agir : pour la paix, contre la guerre ; pour l’unité des socialistes ; pour la défense des plus humbles ; pour la justice (son combat pour la réhabilitation de Dreyfus). Comme il agissait, il était critiqué, détesté. Nul ne fut plus que Jaurès l’objet d’un tel dénigrement, d’une telle haine. Il ne faut pas l’oublier, car, avec le temps, on a parfois tendance à donner de lui une image consensuelle, presque « bonhomme », alors qu’il était un homme au tempérament fort, un lutteur déterminé à défendre à tout prix ses convictions.

 

       Il en fut d’ailleurs la victime le 31 juillet 1914. Ce jour là, son assassin pensait tuer tout ce qu’il représentait. Près d'un siècle plus tard, sa mémoire reste bien vivante, son message de paix reste toujours actuel. Sa pensée porte l’espoir, plus que jamais.

 

        Laissons le dernier mot à François Mitterrand, qui parlait si bien de Jaurès :

 

      « Sa pensée est une espérance, mais elle n’est jamais un système. Parce qu’elle plonge ses racines dans le goût pour la vie, elle en affronte toutes les contradictions. Ce sont les contradictions de la République elle-même : entre ordre et progrès, entre raison et liberté. Jaurès aura tenté, sans jamais se lasser malgré les épreuves, cette difficile synthèse (…) Il a toujours su s’écarter des deux périls opposés qui menacent tout engagement politique : l’excès d’idéalisme et l’excès d’opportunisme ; la tentation de préférer à l’homme une théorie de l’homme ; la tentation de capituler, au nom de la raison, devant les résistances du réel.

 

      C’est l’honneur de Jaurès d’avoir conjuré ces périls : d’avoir affirmé qu’il n’y a science, ni progrès hors de la démocratie ; d’avoir tracé la voie entre les dogmatismes qui conduisent à la terreur et les renoncements qui fomentent les servitudes. Puisse cet exemple de courage demeurer vivant dans les mémoires »

. ________________________________________________________________

* D'après un discours que j'ai prononcé à Carmaux le 31 juillet 2006

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
27 juin 2013 4 27 /06 /juin /2013 21:12

           En août 1994, le spectacle évènement « ils ont tué Jaurès », présenté sur le site de la mine à ciel ouvert de la Grande Découverte de Carmaux, a rencontré un grand succès.                                           

                                             

      Visionner un extrait du spectacle  

   

    

        Nous avons souhaité recommencer, en donnant à Carmaux un nouveau spectacle intitulé « Jaurès, une voix pour la paix », en avant-première de la commémoration du centenaire de l’assassinat de Jaurès et du début de la première guerre mondiale en 2014. Ce spectacle pourra être repris à cette occasion dans plusieurs villes françaises.

 

      Les représentations auront lieu du 8 au 15 octobre 2013 dans la salle François Mitterrand, ancienne salle de la Verrerie de Carmaux, lieu emblématique des combats de Jean Jaurès il y a un siècle.

   

      Ce spectacle vivant (voir annexe 1*), mis en scène par Claude Moreau, présente l’histoire du grand tribun, assassiné à la veille du déclenchement du premier conflit mondial du XXème siècle.

 

         Il fait revivre, à partir de la tragédie de 1914-1918, l’actualité du message de Jaurès, sur la guerre et sur les causes des conflits qui conduisent parfois à l’affrontement : nationalismes, racisme, exploitation du travail, rivalités économiques…. On y trouve une évocation de son action inlassable pour la paix, pour une Europe unifiée, pour la dignité humaine (voir synopsis en annexe 2*).

_________________________________________________________________

 

* Les annexes 1 et 2 peuvent se lire en bas de l'article publié à ce sujet sur le site de l'Association des Maires du Tarn

Jaurès au Pré Saint Gervais

Jaurès au Pré Saint Gervais

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 09:44

                              Article publié dans La Dépêche du Midi
                                                     (
19.01.2013 EB)

Jean-Jaures.JPG
      A l'initiative de l'ancien ministre Paul Quilès, un spectacle sera créé pour les 100 ans de la mort du tribun socialiste. La première sera donnée au musée de la mine de Cagnac fin juillet 2013 avant des représentations en 2014 à travers la France.

    

      Jaurès, ses discours, sa pensée, son action contre la guerre et auprès du monde ouvrier: voici une source d'inspiration inépuisable pour les metteurs en scène. Depuis plusieurs semaines, Claude Moreau travaille sur un nouveau spectacle consacré au célèbre député tarnais. Déjà créateur du fameux «Ils ont tué Jaurès» joué sur le site de la Découverte en 1994, le metteur en scène prépare un spectacle dans le cadre du centenaire de la mort du socialiste, assassiné le 31 juillet 1914. La première de «Jaurès, une voix pour la paix» sera donnée en plein air au musée de la mine de Cagnac fin juillet de cette année. Une dizaine de représentations est déjà prévue avant de faire tourner le spectacle à travers la France en 2014, année du centenaire. L'ancien ministre Paul Quilès pilote ce projet qui sera dévoilé le 31 janvier au cours d'une soirée co-organisée avec la Scène nationale d'Albi.

     

      «Ce spectacle est plus modeste que ce que nous avions créé pour les 80 ans de la mort de Jaurès, explique Paul Quilès. Nous aurons des aides publiques et nous recherchons des mécènes privés.» Contrairement à 1994 où Bernard-Pierre Donnadieu incarnait le héros, la nouvelle création fera appel uniquement à des amateurs. Une centaine de bénévoles seront nécessaires pour jouer dans cette évocation de Jaurès et apporter une aide logistique. Le budget pour la création avoisine les 200 000 €. Le spectacle a déjà reçu le soutien de la Mission interministérielle du centenaire de la Première guerre mondiale et de la Fondation Jean-Jaurès.

     «Une fois que le spectacle aura été joué au musée de la mine, on pourra le proposer l'année prochaine à d'autres collectivités à travers la France. On espère qu'il sera joué à Toulouse et même à Paris» indique Paul Quilès. Ce «Jaurès, une voix pour la paix» est écrit par l'auteur Jean-Louis Sagot-Duvauroux. Construit comme un docu-fiction, il mettra en scène une grand-mère et son petit fils qui évoqueront les combats de Jaurès et des faits marquants du XXe siècle. Une association présidée par l'ancien maire de Cagnac Jean Padilla, a été spécialement créée pour porter ce projet. Les répétitions devraient se dérouler en avril et mai avant la grande première fin juillet.

      

       Projection du film sur le spectacle «Ils ont tué Jaurès» donné en 1994 puis présentation de «Jaurès, une voix pour la paix» le jeudi 31 janvier à 20 h 45, à Albi, au cinéma de l'Auditorium du Bon sauveur, avec Claude Moreau, réalisateur et Rémy Pech, historien.

     

        Paul Quilès évoque Cap'Découverte 

     

       Paul Quilès n'a pas manqué d'évoquer la reconversion de la mine carmausine, projet qu'il a porté. «Le travail fait sur la reconversion de la mine a été collectif avec un concours d'idées, un CIAT (ndlr : comité interministériel d'aménagement du territoire), etc. Bien sûr, il fallait quelqu'un qui porte le projet. Mais à l'époque, personne n'était capable de dire ce qu'allait devenir cette mine. Les meilleures idées, c'était une décharge d'ordures ou même un circuit automobile. Si on n'avait rien fait, l'eau serait montée en permanence et aurait fini par inonder des zones urbaines du Carmausin.»

     
Paul Quilès note avec satisfaction la fréquentation en hausse de Cap'Découverte : «J'avais des tas d'idées pour développer le site, comme les éoliennes, dont le maire d'Albi n'a pas voulu. Le photovoltaïque, c'est bien, mais on a trop tardé.» L'ancien ministre égratigne au passage certains élus : «Il y avait les opposants de droite, mais aussi des socialistes heureux de se débarrasser d'un élu qui les gênait et puis quelques élus carmausins pas très courageux…»

      Paul Quilès rappelle enfin être à l'origine de l'installation de deux centres d'appels sur Carmaux : «Cela représente 500 emplois. Le bassin carmausin a été celui qui à l'époque a créé le plus d'emplois dans la région.»

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 09:31
    FH-Carmaux.jpgFrançois Hollande était ce lundi à Carmaux sur les terres de Jaurès. Une occasion pour lui de rappeler le message de celui qui a marqué l'histoire de la gauche en France et de redire sa volonté d'être fidèle à ses valeurs.
    
    Député de Carmaux à 3 reprises, j'y ai été très sensible et j'ai retrouvé lors de cette visite et de ce meeting la ferveur de ces femmes et de ces hommes qui attendent avec impatience le changement, en le reliant à l'histoire de la gauche. 
     
      Ce n'est donc pas un hasard si François Hollande s'est également référé à François Mitterrand, venu 2 fois à Carmaux * et qui avait dit qu'il fallait "toujours revenir à Jaurès". Dans son discours, il a  rappelé les propos de l'ancien Président de la République, qui décrivait ainsi la pensée de Jaurès:
     
      « Elle est une espérance, mais jamais un système. Parce qu’elle plonge ses racines dans le goût pour la vie, elle en affronte toutes les contradictions. Ce sont les contradictions de la République elle-même : entre ordre et progrès, entre raison et liberté. Jaurès aura tenté, sans jamais se lasser malgré les épreuves, cette difficile synthèse (…) Il a toujours su s’écarter des deux périls opposés qui menacent tout engagement politique : l’excès d’idéalisme et l’excès d’opportunisme ; la tentation de préférer à l’homme une théorie de l’homme ; la tentation de capituler, au nom de la raison, devant les résistances du réel. C’est l’honneur de Jaurès d’avoir conjuré ces périls : d’avoir affirmé qu’il n’y a science, ni progrès hors de la démocratie ; d’avoir tracé la voie entre les dogmatismes qui conduisent à la terreur et les renoncements qui fomentent les servitudes. Puisse cet exemple de courage demeurer vivant dans les mémoires ».
     
       Cette référence à Jaurès n'est pas un signe d'une quelconque nostalgie mais l'affirmation d'une volonté d'être fidèle à la pensée d' un homme exceptionnel qui a marqué l’histoire de la gauche par sa pensée et par son action. Jaurès reste une référence, un inspirateur, dont les valeurs se situent aux antipodes de celles de N. Sarkozy, qui avait pourtant essayé de le récupérer en le citant 32 fois dans son discours de Toulouse le 12 avril 2007...mais qui l'a "oublié" dans son discours de la Concorde il y a quelques jours.
 
        Les défis du monde auxquels Jaurès était confronté s’appelaient : la paix, l’unité de la gauche, la laïcité, la justice, les droits sociaux, les institutions de la République. Un siècle plus tard, les mêmes défis, sous d’autres formes, sont devant nous:
- la lutte contre les inégalités et contre la précarité, que la crise déclenchée par les errements du capitalisme financier a accentuées ;
- les efforts pour faire progresser l’indispensable rassemblement de la gauche;
- le renforcement de la démocratie, affaiblie aujourd’hui par une évolution des institutions vers une sorte de "monarchie républicaine";
- la défense de la laïcité;
- la recherche de "l’arbitrage international" dans les conflits, pour éviter le fléau de la guerre, qui doit rester notre objectif en matière de politique internationale.
 

       Etre fidèle à Jaurès aujourd’hui, c’est s’inspirer de son exemple dans les combats que doit mener la gauche. C'est ce à quoi François Hollande s'est engagé à Carmaux**. Cela est de bon augure, non seulement pour le 22 avril et le 6 mai, mais aussi pour la politique que conduira la gauche quand elle arrivera au pouvoir.
________________________________________
* François Mitterrand a commencé à Carmaux sa campagne de 1981, dont j'étais le directeur. Il y est retourné en 1992, après un sommet franco-espagnol que j'avais organisé à Albi, en tant que ministre de l'intérieur. Bien que malade, il avait insisté pour venir à Carmaux, où il avait prononcé un discours particulièrement émouvant.  
** Retrouvez ci-dessous la vidéo du discours de François Hollande à Carmaux
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article
29 mars 2012 4 29 /03 /mars /2012 09:47

     Alors que l'on semble parfois découvrir le phénomène des délocalisations et que l'on s'inquiète de ses effets ravageurs sur notre économie et sur l'emploi,

il est stimulant de retrouver ce que disait Jean Jaurès

il y a plus d'un siècle à ce propos.

Impressionnant!

    

     "De plus en plus, selon la loi d'essaimage du capital, les grands industriels français fondent à l'étranger des établissements rivaux des nôtres: les raffineurs de Paris ont créé des raffineries en Egypte, les grands patrons de Roubaix ont créé des tissages dans la Russie occidentale, les industriels lyonnais, eux aussi, exportent leur industrie.  (....)

     Il y a là une expropriation évidente de la main-d’œuvre française, et si, au moment où nos capitaux vont stimuler au loin, contre nous, la concurrence universelle, nous n’accroissions pas aussi notre force interne de production, il y aurait rupture d’équilibre". (…)
Article dans La revue de Paris (1er avril 1898)

 

    

     "Ce que ne nous ne voulons pas, c’est que le capital international aille chercher la main-d’œuvre sur les marchés où elle est le plus avilie, humiliée, dépréciée, pour la jeter sans contrôle et sans réglementation sur le marché français et pour amener partout dans le monde les salaires au niveau des pays où ils sont le plus bas."   (....)

Intervention à la Chambre des députés (17 février 1894)

 

 

Extraits de l'excellent petit livre de Jean-Pierre Fourré:

"Moi, Jaurès, candidat en 2012..."


couverture-Jaures.jpg

Voir le site de Jaurès candidat

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Jaurès
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez