Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 14:24

Bastille-10-mai.jpg  La journée historique du 10 mai 1981 et la fête organisée à Paris, sur la place de la Bastille, le soir même pour célébrer la victoire de François Mitterrand, souvent évoquées, n’ont pourtant jamais été narrées dans leurs détails. 

 

  A l'occasion du 30ème anniversaire de cette victoire, j'ai rassemblé mes souvenirs de directeur de la campagne de François Mitterrand, pour écrire, avec Béatrice Marre, ce livre ("On a repris la Bastille!"), qui fait ressurgir, au fil d'un récit inédit, l'histoire de ces heures mémorables.

 

   Une occasion unique de revivre ce moment d’exception de l’histoire de la gauche et de rappeler la pertinence actuelle de stratégies gagnantes éprouvées.

  

    Ce livre est édité par la Fondation Jean Jaurès. Il sera en vente dès la semaine prochaine.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 18:18

Mitterrand.jpg

Il y a exactement 5 ans, j'ai publié dans Le Monde un article ("Ce que François Mitterrand nous a appris"), qui résume bien les raisons pour lesquelles  je serai à Jarnac samedi 8 janvier, à l'occasion du 15ème anniversaire de sa disparition.

Je suis peu amateur des grands épanchements collectifs, dont je connais certains ressorts, mais je souhaite manifester ainsi ma reconnaissance à l'homme qui a rendu possible la venue -si improbable et si contestée à l'époque- de la gauche au pouvoir.

 

Voici cet article:

                                                 

    "Dix ans après la disparition de François Mitterrand, les témoignages et les rétrospectives sur le seul président de gauche élu par les Français sous la Vème République affluent. Cela ne doit pas surprendre. Qu'on ait aimé ou pas l'homme qu'il fut, force est en effet de reconnaître qu'il laissera une trace dans l'histoire de notre pays.

    François Mitterrand ne nourrissait aucune illusion sur les ressorts profonds de la nature humaine en politique. Il ne serait donc pas surpris d'entendre ceux de ses "amis" qui l'ont tant dénigré, surtout vers la fin, lui rendre aujourd'hui de vibrants hommages et se réclamer de sa filiation. Il sourirait certainement -et les apprécierait à leur juste mesure- en lisant les commentaires parfois élogieux de certains de ses adversaires, qui, après l'avoir durement combattu, reconnaissent aujourd'hui les qualités de l'homme politique et la valeur de ses enseignements.

   Le bilan des deux septennats de François Mitterrand est contrasté. Les responsables politiques ont naturellement tendance à le juger sans faire totalement abstraction de leurs engagements partisans. Quant aux commentateurs, il n'est pas évident qu'ils disposent encore d'assez de recul pour juger sereinement de cette tranche d'histoire.

    On entend dire qu'il s'agissait alors d'une "autre époque". Il est vrai que le monde a bougé depuis ce qu'on a appelé "les années Mitterrand". La scène internationale, de plus en plus dominée par l'hyperpuissance américaine, a vu également l'influence de certains acteurs se renforcer. La mondialisation des échanges est devenue un enjeu majeur des relations entre Etats. Des lignes nouvelles de fracture sont apparues, sous les coups de boutoir des extrémismes, qui se manifestent avec plus de vigueur, notamment à travers les dérives islamistes et le terrorisme mondialisé.

    En France aussi, la vie politique, les rapports de force, les débats ont évolué…même si les changements dans ce domaine sont probablement moins forts qu'on semble parfois le croire. Ce qui est sûr, c'est que les électeurs supportent de moins en moins  le carcan de la Vème République, que François Mitterrand avait malheureusement accepté et qui rend aujourd'hui le débat politique au sein des institutions trop fréquemment décalé par rapport aux réalités vécues par les citoyens.

    Pour autant, en dépit de ces évolutions, il est des enseignements de la vie publique de François Mitterrand qui perdurent. Je pense essentiellement au rôle que celui-ci attribuait dans la conduite de son action à la volonté et à la méthode.

    Volonté par exemple d'approfondir la construction européenne sans détruire la France, en liaison avec notre partenaire allemand. Volonté de moderniser l'économie de notre pays en l'appuyant sur des secteurs publics forts. Volonté de rechercher la justice sociale, même si la crise et certains manques d'audace n'ont pas permis d'aller assez loin.

    Quant à la méthode qui fut celle de Mitterrand et qui a toujours guidé sa démarche, personne ne peut nier qu'elle reste totalement d'actualité: des objectifs politiques clairement définis, une stratégie bien affichée, le souci permanent du rassemblement (des socialistes, de la gauche, des Français).

    Ceux qui, comme moi, ont eu la chance de connaître cet homme de près retiendront également un autre trait de sa personnalité, auquel il dut faire appel à de multiples occasions au cours de sa vie: une exceptionnelle capacité de résistance à l'adversité.    

    C'est sa ténacité et la volonté qu'il manifestait dans l'action, jointes à la clarté de ses objectifs qui expliquent sans doute pourquoi ce personnage au caractère trempé, qui pouvait parfois apparaître froid et distant, avait la capacité rare de savoir mobiliser et entraîner les hommes. Souhaitons que d'autres responsables politiques sachent s'inspirer de cette leçon, pour redonner l'espoir qui manque tant aujourd'hui à notre pays."

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 17:44

 

mazarinCette conversation entre Colbert et Mazarin est extraite d'une remarquable pièce de théâtre écrite par Antoine Rault, « le Diable  Rouge ".

Elle montre que les méthodes et l'idéologie du libéralisme puisent finalement leurs racines chez les conseillers ....de Louis XIV!

 

Colbert : Pour  trouver de l’argent, il arrive un moment où tripoter ne suffit plus. J’aimerais que Monsieur le Surintendant m’explique comment on s’y  prend pour dépenser encore quand on est déjà endetté jusqu’au cou…

 

Mazarin : Quand on  est un simple mortel, bien sûr, et qu’on est couvert de dettes, on  va en prison. Mais l’Etat…  L’Etat, lui, c’est différent. On ne peut pas jeter l’Etat en prison.  Alors, il continue, il creuse la dette !  Tous les Etats font ça.

 

Colbert :   Ah  oui ? Vous croyez ? Cependant, il nous faut de l’argent.  Et comment  en trouver quand on a déjà créé tous les impôts imaginables ?

 

Mazarin : On  en crée d’autres.

 

Colbert : Nous ne pouvons pas taxer les pauvres plus qu’ils ne le sont déjà.

 

Mazarin : Oui,  c’est impossible.

 

Colbert : Alors, les  riches ?

 

Mazarin : Les  riches, non plus. Ils ne dépenseraient plus. Un  riche qui  dépense fait vivre des centaines de  pauvres.

 

Colbert : Alors, comment fait-on ? 

 

Mazarin : Colbert, tu raisonnes comme un fromage.......Il y a quantité de gens qui sont entre les deux, ni pauvres, ni riches. Des Français qui  travaillent, rêvant d’être riches et redoutant d’être pauvres !  C’est ceux-là que nous devons taxer, encore plus, toujours plus ! Ceux là ! Plus tu leur prends, plus ils travaillent pour compenser…C’est un réservoir  inépuisable.    

 

**********************************************

  Pour voir l'interprétation de ce dialogue par Claude Rich.....cliquer ici 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
18 mai 2010 2 18 /05 /mai /2010 17:13

Ciceron.jpgUne amie, particulièrement optimiste (!), me fait remarquer que, plutôt que de

 me référer à Molière ,

j'aurais dû citer la belle exhortation suivante:

 

"Les finances publiques doivent être saines, le budget doit être équilibré, la dette publique doit être réduite, l'arrogance de l'administration doit être combattue et contrôlée et l'aide aux pays étrangers doit être diminuée, de peur que Rome ne tombe en faillite. La population doit encore apprendre à travailler au lieu de vivre de l'aide publique."

 

Ces paroles ont été prononcées par

Cicéron

55 ans avant Jésus Christ.

Cela ne vous rappelle rien?

Pas rassurant....

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 10:26

    Quilès, Rocard, Juquin avec le JDD    Comme chaque année, me reviennent en mémoire tous les instants de cette journée exceptionnelle. Il faut dire que je les ai vécus, comme directeur de la campagne de François Mitterrand, avec une intensité et une émotion particulières.

 

   Je pense notamment à ma conversation téléphonique avec François Mitterrand vers 18h30, pour lui annoncer que les sondages "sortie des urnes"

le donnaient gagnant.

 

    Je pense aussi, bien sûr, à la fantastique fête que j'ai organisée place de la Bastille

en ce soir du 10 mai 1981 .

 

    Afin que ces beaux souvenirs ne se transforment pas en nostalgie, il faut que la gauche n'oublie pas

 le message fort de François Mitterrand*,

 toujours d'actualité:

FM 1à mai

 « Je crois pour demain comme hier à la victoire de la gauche, à condition qu’elle reste elle-même. Qu’elle n’oublie pas que sa famille, c’est toute la gauche. Hors du rassemblement des forces populaires, il n’y a pas de salut. » 

 

Souhaitons que pour le 30ème anniversaire de la victoire du 10 mai, dans un an, la gauche fasse la preuve qu'elle n'a pas oublié son message et que, par son rassemblement, elle se prépare à  donner une traduction concrète à l'espérance de millions de Français.

 

Message aux socialistes lors du Congrès du PS de Liévin (18, 19 et 20 novembre 1994)

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
1 mai 2010 6 01 /05 /mai /2010 15:50

B-r-govoy-copie-2.jpgIl y a 17 ans aujourd'hui, Pierre Bérégovoy disparaissait dans des conditions tragiques.

J'ai eu l'occasion de lui rendre hommage sur ce blog (lire). Je vous propose aussi ce beau texte qu'un ami me rappelle opportunément. Il s'agit du message adressé par François Mitterrand en avril 1995 à l'association Pierre Bérégovoy :

 

"Il est juste et nécessaire d'entretenir, comme vous le faites, le souvenir que chacun garde de lui. Pour beaucoup, c'est la reconnaissance de sa valeur qui s'est imposée trop tardivement, mêlée à un attachement profond dont a témoigné et témoigne encore l'émotion sincère qui n'a pas quitté les cœurs depuis deux ans.

Pour certains, dont je suis, c'est le souvenir d'un ami pudique, fidèle et généreux. Son regard exigeant, son sourire ne nous ont pas quittés. Tous se souviennent du militant sincère et désintéressé, de l'homme politique compétent et vigoureux qui a mis toute son énergie et sa vie même au service de la nation, d'une France forte, reconnue et généreuse.

Il a consacré toute son énergie à convaincre ses concitoyens que la justice sociale doit être le but de toute action politique et qu'elle ne peut être construite que sur une économie solide, moderne et transparente. Il savait que ce sont d'abord les plus modestes qui paient les illusions de la facilité."

 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 16:28

jaures03.jpgLe 1er mai prochain, à 20 heures 30,

Gauche Avenir Tarn vous invite à assister à un spectacle-café concert créé

par l’Association « Mots en Scène »:

LA DERNIERE JOURNEE DE JEAN JAURES 

PARIS 1914
à la Maison de la Musique, sur le site de

Cap’ Découverte (près de Carmaux)*

 

   En 2009, pour la commémoration du 150ème anniversaire de la naissance de Jean Jaurès, de nombreuses manifestations ont eu lieu dans toute la France et en particulier dans le Carmausin.
   C’est dans ce cadre, que sur le site de  Cap’ Découverte, devant 500 personnes, Gauche Avenir Tarn a organisé la projection du film du spectacle "Ils ont tué Jaurès", suivie d’un débat. Ce spectacle, créé en août 1994, à l’occasion de la commémoration du 80ème anniversaire de l’assassinat de Jean Jaurès, avait attiré, à l’époque, plus de 40 000 spectateurs.(
voir sur ce blog )
   Tout ceci témoigne d’une grande émotion et réceptivité à l’histoire et au message de Jaurès, tant il est vrai que la pensée et l’action du grand tribun socialiste restent d’actualité, qu’il s’agisse de ses combats pour les droits des plus défavorisés, pour la paix dans le monde ou pour l’unité de la gauche.


   "La dernière journée de Jean Jaurès" n’est ni reconstitution historique, ni une biographie. Elle a été imaginée sur le mode d’un café concert replaçant l’assassinat de Jaurès dans le mouvement littéraire et artistique de l’année 1914.
   Ainsi, le Café du Croissant revisité devient pendant une heure point de rencontres du théâtre, de la poésie, de la chanson, du cinéma, de la presse alors que sur Paris résonnent déjà les bruits de la première guerre mondiale.
   Et devant le public accueilli comme des consommateurs de café, vont se succéder Feydeau, le Grand Guignol, une chanteuse de rue, Apollinaire, pendant que défileront sur l’écran du cinéma les actualités de l’époque.
   Spectacle à la fois grave et léger, musical et dansant, drôle ou émouvant, " La dernière journée de Jean Jaurès" peut être vu comme un simple divertissement, mais aussi comme un témoignage sur l’un des moments les plus dramatiques de notre histoire.
   Constamment rythmée par les interventions de Jean Jaurès dans les grands combats qu’il mène sans relâche pour la justice et la paix, cette création est soutenue par 11 acteurs en costume d’époque, tour à tour chanteurs, danseurs, comédiens, ou chœur antique qui vous emporteront sur la vague du temps, un 31 Juillet 1914, au Café du Croissant , à Paris.
   Le rôle de Jean Jaurès est joué par Jean-Pierre Fourré, ancien vice-président de l’Assemblée Nationale.


« La dernière Journée de Jean Jaurès- Paris 1914 » est une coproduction « Mots en Scène » et Ville de Lognes avec le soutien du Conseil Général de Seine et Marne. Il a été représenté à plusieurs reprises en région parisienne, dont le Café du Croissant où fut assassiné Jean Jaurès.

____________________________________________________________________________________

*  Le nombre de places étant limité, il est préférable de s’inscrire avant le 26 avril
 Entrées : 10€ - Scolaires, étudiants, chômeurs 5 €
 Envoyez vos chèques à Gauche Avenir 81, Mairie de Cagnac les Mines,
 Place du 8 mai 1945 - 81130 CAGNAC LES MINES
 Contact :
ga81@orange.fr,

 ou par téléphone au 06 35 90 50 51

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 10:03

drapeau-Europe.jpgD'accord, c'était en 1961, il y a presque 50 ans. D'accord, c'est un peu théatral. D'accord, Jean Gabin est un acteur exceptionnel. D'accord, les dialogues d'Audiard sont remarquables.
Mais quand même.....quelle prémonition dans cet extrait du film d'Henri Verneuil, "Le Président"!
A voir ou à revoir.......
cliquer ici 

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
6 septembre 2009 7 06 /09 /septembre /2009 16:16

Lors du débat de clôture de l'Université d'été du MRC,
auquel j'ai participé ce matin, avec Jean-Pierre Chevènement,
Jean-François Kahn et Arnaud Montebourg,
j'ai cité la déclaration suivante concernant la construction européenne.
Elle mérite réflexion,
surtout quand on sait qui l'a faite et à quel moment!

« Le projet (.....) tel qu’il nous est présenté, est basé sur le libéralisme classique du XX ème siècle, selon lequel la concurrence pure et simple règle tous les problèmes.

L’abdication d’une démocratie peut prendre deux formes, soit elle recourt à une dictature interne par la remise de tous les pouvoirs à un homme providentiel, soit à la délégation de ses pouvoirs à une autorité extérieure, laquelle, au nom de la technique, exercera en réalité la puissance politique, car au nom d’une saine économie, on en vient aisément à dicter une politique monétaire, budgétaire, sociale, finalement une politique, au sens large du mot, nationale et internationale. »

A votre avis, quel homme politique a prononcé ces paroles....et quand?
Réponse sur ce blog, demain.

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article
12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 09:18

On a du mal à imaginer le choc qu'a été pour les services déconcentrés de l'Etat
la décentralisation,
décidée par la gauche et mise en oeuvre dans les années 80.
Ayant été moi même un acteur engagé dans cette période
-où j'ai eu à 2 reprises la responsabilité du Ministère de l'Equipement-
j'ai été invité récemment à conclure un colloque sur ce sujet.
Lire mon intervention

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Toujours d'actualité
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez