Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 17:13

Jeudi 6 juin, les socialistes voteront pour décider de la

 

méthode que le Parti socialiste défendra pour

 

réorienter la construction européenne.

 

Voici la position du courant "Maintenant la gauche"

 

et la raison d’être des 4 amendements

 

qu’il présente et que je voterai.

                                                                            

                                                                Paul Quilès

 

 

      «  Face au risque de risque d’un délitement irréversible du pacte fondateur européen dans l’impasse austéritaire, il y a urgence pour le premier parti de la gauche à porter une orientation forte pour le sursaut en Europe. Le PS doit avoir une vision claire et un agenda précis.

 

      Le Parti socialiste a affirmé la nécessité d’une alternative à l’austérité en Europe. Nous appelons à une politique de relance en France et en Europe.

 

      Nous ne portons pas la même vision de l’avenir de l’Europe que les conservateurs européens. Nous proposons que le Parti socialiste s’engage sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs que nous pouvons partager collectivement.

 

      Au moment où les politiques conservatrices, centristes ou social-libérales conjuguées tuent l’idée européenne et nourrissent les souverainismes de droite et de gauche, nous devons absolument démontrer notre capacité en portant un discours offensif et constructif sur la réorientation de la construction européenne.

 

      Nous avons donc décidé de proposer 4 amendements*, qui condensent les questions-clés pour les prochaines années en Europe : mettre la croissance et l’emploi avant la réduction des déficits, pour un véritable plan de relance européen, mettre la BCE au service de l’économie réelle, refuser le traité transatlantique.

 

      La gauche du PS français n’est pas isolée en Europe et Maintenant la Gauche se réjouit qu’un nombre croissant de parlementaires et de responsables socialistes ou sociaux-démocrates dans les pays de l’UE, se mobilisent en pour infléchir les choix européens. Notre appel « une autre Europe est possible », lancé avec des responsables et parlementaires du SPD et de Die Linke (Allemagne), du SPÖ (Autriche) et du SEL (Italie) a connu un large écho.

 

      Notre responsabilité est donc claire : profiter de cette dynamique et l’amplifier pour créer le rapport de force nécessaire à la réorientation de la construction européenne. »

 

Amendement 4 : le Pacte de stabilité .....Argumentaire

 

      La priorité à la question sociale va de pair avec l’impératif de relance de l’économie.   Le pacte de stabilité ne s’applique déjà plus sous la pression des faits – la récession – et de la réorientation de la politique européenne défendue par François Hollande. Il doit être maintenant révisé. 

 

      Les dépenses d’investissements doivent être exclues du calcul des déficits, son fonctionnement doit rejeter la logique de sanction et introduire celle de coopération. 

 

      Le dogme du 3 %, chiffre sans aucune valeur économique, doit être reconsidéré. Le calendrier de réduction des déficits, pour être réaliste, doit tenir compte du cycle économique et de la nécessité de lutter contre le chômage.

 

Amendement 8 : la politique de l’Euro....Argumentaire


      Par la force des choses, le rôle de la BCE est devenu central pendant la crise. Pour autant, une réforme de la politique monétaire européenne et des statuts de la BCE est indispensable afin de faire de la croissance et de l’emploi des objectifs prioritaires. 

 

      En outre, la BCE doit pouvoir prêter directement aux États-membres sans contreparties. Enfin, une politique de change doit être impulsée avec pour objectif de mettre fin à la politique de l’euro fort.

 

Amendement 10 : l’accord de libre-échange transatlantique avec les USA ..... Argumentaire


       Il faut suspendre les négociations pour un accord de libre-échange avec les États-Unis. La mise en œuvre de cet accord va à l’encontre du projet d’une Europe forte et indépendante dans un monde multipolaire. Ce serait en outre, diluer davantage les solidarités européennes dans un grand marché transatlantique. 

 

        D’autres voies de coopération avec les États-Unis peuvent être promues mais l’accroissement du tout-concurrence n’est pas acceptable.

 

Amendement 13 : le budget européen....Argumentaire


        Le compromis proposé par le Conseil européen est largement insuffisant pour faire face à la crise. Nous demandons aux parlementaires européens d’obtenir par leur vote la renégociation de ce compromis et d’exiger du Conseil un budget ambitieux. 

 

       A terme, la construction d’une Europe de la croissance et de l’emploi implique la mise en place d’un vrai budget d’intégration solidaire, représentant au minimum 5 % du PIB européen.

Une autre Europe est possible

Partager cet article

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Europe; PS; International
commenter cet article

commentaires

BIGOT 06/06/2013 18:39

Entièrement d'accord pour ces amendements que je cautionne.

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez