Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 22:58

Lettre ouverte de Paul Quilès

au Premier ministre

à propos des

"pays qui ne veulent pas sortir de l'Histoire

et qui veulent faire entendre leur voix"

 

*****

     Monsieur le Premier Ministre,

 

     Le 23 octobre 2014,  en inaugurant le Laser Mégajoule - système phare du programme de Simulation des essais nucléaires – vous avez déclaré : « Pendant toute la Guerre froide, la France a fourni un effort considérable pour ne pas être distancée par les deux grandes puissances de l’époque. Mais désormais, elle fait la course en tête pour les technologies de dissuasion. [….] Les pays qui font le choix du nucléaire militaire et civil sont les pays qui veulent ne pas sortir de l’Histoire, qui veulent en permanence peser ».

 

     Permettez-moi de vous faire part de mon étonnement devant ces propos. Ils contredisent la ligne diplomatique de la France, qui a toujours revendiqué sa non-participation à la course aux armements, notamment pendant la Guerre froide.

 

     - Le 5 mai 1994, M. François Mitterrand, Président de la République, déclare: « Ne pas s'engager dans la course au surarmement, c'était très important de dire cela au moment où c'était la volonté politique des deux plus grandes puissances »

 

    - Le 21 mars 2008, M. Nicolas Sarkozy, Président de la République, déclare: « La France n'a jamais participé à la course aux armements ».

 

     - Le 30 avril 2008, M. Dobelle, Ambassadeur, Représentant permanent de la France à la Conférence du Désarmement, déclare: « La France n’a jamais participé à la course aux armements et elle applique le principe de stricte suffisance ».

 

      - Le 24 février 2011, M. Chevènement, sénateur, déclare dans le rapport d'information n° 332 « Désarmement, non-prolifération nucléaires et sécurité de la France » : « La France n'a jamais participé à la course aux armements ».

 

      - En mai 2014, le rapport de la France, dans le cadre des actions 5, 20, et 21 du Document final de la conférence d’Examen du TNP, affirme: « Il [le TNP] ne peut progresser qu’en l’absence de nouvelle course aux armements ».

 

   - Le 20 octobre 2014, M Simon-Michel Ambassadeur, Représentant permanent de la France à la Conférence du Désarmement, déclare: « La France n’a jamais participé à une quelconque course aux armements nucléaires.»

 

     Ces propos risquent également d’être utilisés dans les tribunes de désarmement de l’ONU contre la France, qui, je le rappelle, est tenue par des engagements, notamment:

 

     - la Résolution N° 1887 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui l’engage à «s’acquitter pleinement de ces obligations et honorer ses engagements au titre du traité sur la non-prolifération des armes nucléaires » et « à s’engager, en vertu de l’article VI du traité, à poursuivre de bonne foi des négociations sur des mesures efficaces de réduction des armes nucléaires et de désarmement nucléaire» ;

 

     - le Document final du TNP (2010), Mesure 5.C, qui l’engage à « réduire encore le rôle et l’importance des armes nucléaires dans tous les concepts, doctrines et politiques militaires et de sécurité ».

 

     Il serait regrettable que la crédibilité du discours français sur le désarmement et la non-prolifération nucléaires soit mise en cause par vos propos, d’autant plus que vous avez conclu votre discours par cette phrase: « Et si sa voix est écoutée dans le monde, si ses armées contribuent à la stabilité et à la paix dans le monde, au Sahel, en Centrafrique, au Liban, aujourd’hui en Irak, la France le doit aussi au nucléaire de défense. »

 

    Même si cette affirmation semble particulièrement contestable, on est en droit de se demander comment il est alors crédible d’interdire à un pays qui ne veut pas sortir de l’Histoire et qui veut faire entendre sa voix de chercher à se doter de l’arme nucléaire ?

 

     Il est urgent que soit délivré un message diplomatique fort, afin d’éviter de laisser penser que la France s’éloigne de ses engagements. Cela pourrait se faire à l’occasion de la Troisième conférence intergouvernementale sur « l’impact humanitaire des armes nucléaires » organisée par l’Autriche les 8 et 9 décembre prochains. Plus de 150 Etats sont attendus à cette conférence, qui semble le lieu idéal pour indiquer la position de la France.

 

Paul Quilès,

ancien Ministre de la défense,

ancien Président de la Commission de la défense de l'Assemblée Nationale

Lettre au Premier Ministre
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
16 novembre 2014 7 16 /11 /novembre /2014 20:08

La troisième conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires 

va se dérouler en Autriche les 8 et 9 décembre.

Des dizaines d’organisations internationales seront présentes, 

plus de 150 Etats seront représentés, sauf la France !  

      Cette conférence internationale fait suite aux deux premières qui se sont déroulées en Norvège (mars 2013) et au Mexique (février 2014). L’objectif central était de replacer la dimension humanitaire au centre de la thématique des armes nucléaires, de comprendre la réalité des conséquences humanitaires, sanitaires, environnementales et économiques en cas de détonation d’une arme nucléaire, qu’elle soit intentionnelle, accidentelle ou par simple folie humaine. 

      Les puissances nucléaires comme la France ont très largement décidé de boycotter et de critiquer ces initiatives, sous prétexte qu’elles créaient une diversion dans le processus international de désarmement… Très soudées au départ, elles sont obligées de revenir sur leurs pas, devant la détermination de plus de 150 Etats à vouloir travailler sur ce sujet. 

     C’est ainsi que les Etats-Unis viennent d’annoncer le 7 novembre qu’ils seraient présents à Vienne, déjouant ses alliances passées avec les autres puissances nucléaires. Il est donc quasiment certain que les Britanniques vont suivre cette posture américaine. 

      La France se doit d’assumer les pleines responsabilités qui sont les siennes en tant que troisième puissance nucléaire mondiale. Vingt-six jours, c’est ce qui reste à notre pays pour répondre positivement à l’invitation faite en février dernier par le Ministre des Affaires étrangères autrichien, Sebastian Kurtz. 

     Il ne faut pas se tromper. L’objectif de la conférence de Vienne est « de renforcer le régime mondial du désarmement et de non-prolifération nucléaires ». Si la France ne se rend pas à Vienne dans un esprit de travail constructif, alors, elle devra en supporter toutes les conséquences sur la scène internationale du désarmement. 

     Nous encourageons donc grandement notre diplomatie à être présente à cette conférence.

Communiqué de Paul Quilès, Bernard Norlain et Jean-Marie Collin 

Président et vice-Présidents de l'association ALB ("Arrêtez La Bombe")

L'impact humanitaire des armes nucléaires
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
21 août 2014 4 21 /08 /août /2014 23:12

Excellent film diffusé sur ARTE mardi 19 août

 

(Rediffusion mardi 2 septembre, à 9h45)

 

Pour visionner, cliquer ici

 

******************

 

Présentation du film :

 

« Au plus fort de la guerre froide, la folie atomique semblait n’avoir aucune limite. Si l’apocalypse nucléaire n’a jamais eu lieu, la course aux armements a fait bien des victimes.

 

11 mars 1958. Le contrôleur ferroviaire Walter Gregg travaille dans son garage lorsqu’il est surpris par une explosion assourdissante. En sortant, il découvre un véritable cratère au milieu de son jardin. La responsable : une bombe atomique – heureusement neutralisée – larguée par accident depuis un avion de l’armée américaine.

 

Des deux côtés de l’Atlantique, la période de la guerre froide regorge de ces "petites histoires" illustrant la désinvolture et l’inconscience d’une confrontation qui aurait pu déboucher sur une catastrophe. Entre le tournage d’un film de John Wayne dans un canyon irradié, les essais nucléaires dans des zones habitées, l’idée caressée par les États-Unis de réduire l’Allemagne à un désert radioactif, ou encore les armes insensées comme la "bombe atomique-sac à dos", la folie nucléaire semblait n’avoir aucune limite.

 

Si ces anecdotes appartiennent au passé, a-t-on vraiment tiré les leçons de la guerre froide ? Comme le rappellent les spécialistes interrogés, la course aux armements nucléaires est loin d’être révolue. »

LES HÉROS IRRADIÉS…histoires de la guerre froide
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 15:47
Toutes les vidéos de la conférence internationale

L’intégralité des interventions de

 la conférence internationale organisée par ALB ,

qui s’est déroulée à l’Assemblée Nationale les 26 et 27 juin 2014,

autour du thème “Vers un monde sans armes nucléaires”,

est maintenant disponible.

 

Pour visionner, aller sur You Tube

 

************

Voici les liens avec toutes les interventions 

 

Paul Quilès - Introduction

Claude Bartolone - Ouverture de la conférence internationale

Patrice Bouveret - Présentation de la première table ronde   

Bernard Norlain - Le développement de l'arme nucléaire depuis 1945 

Louis Gautier - Le développement de l'arme nucléaire depuis 1945

Marc Finaud - Le développement de l'arme nucléaire depuis 1945

Dave Steward - Le développement de l'arme nucléaire depuis 1945

Paul Quilès - Clôture de la première matinée

 

Nicolas Imbert - Les freins au désarmement nucléaire

Hubert Védrine - Les freins au désarmement nucléaire

Michel Rocard - Les freins au désarmement nucléaire 

Les freins au désarmement nucléaire - Questions aux intervenants 

Shlomo Ben Ami - Les freins au désarmement nucléaire

Ian Kearns - Les freins au désarmement nucléaire

Paul Quilès - Les idées reçues à propos de la dissuasion nucléaire 

Ward Wilson - Les idées reçues à propos de la dissuasion nucléaire

Lou Maresca - Les idées reçues à propos de la dissuasion nucléaire

Jean-Marie Collin - Les idées reçues à propos de la dissuasion nucléaire

Oliver Meier - Les idées reçues à propos de la dissuasion nucléaire

Hervé Morin - Conclusion de la première journée

Clôture de la première journée

 

Paul Quilès - Introduction de la deuxième journée

Jean-Pierre Maulny - Vers un monde sans armes nucléaires

Luc Mampaey - Vers un monde sans armes nucléaires

Paolo Cotta-Ramusino - Vers un monde sans armes nucléaires

Yasuyoshi Komizo - Vers un monde sans armes nucléaires

Jennifer Simons - Vers un monde sans armes nucléaires

Alyn Ware - Vers un monde sans armes nucléaires

Des Browne - Vers un monde sans armes nucléaires

Ursula Plassnik - Vers un monde sans armes nucléaires

Vers un monde sans armes nucléaires - Clôture des travaux

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
6 août 2014 3 06 /08 /août /2014 14:30
Hiroshima, il y a 69 ans 
Hiroshima, il y a 69 ans Hiroshima, il y a 69 ans Hiroshima, il y a 69 ans 

      Le 6 août 1945, à 8h15, le bombardier américain Enola Gay larguait sur Hiroshima une bombe atomique d'une puissance de 15 Kt, qui transforma la ville en un enfer nucléaire

 

      Des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées, ce matin, près du mémorial de la Paix d'Hiroshima, pour marquer le 69 ème anniversaire de ce bombardement, qui, avec celui de Nagasaki, trois jours plus tard, fit près de 250 000 victimes.

 

      Le maire d'Hiroshima, Kazumi Matsui*, a appelé le président américain Barack Obama "et tous les dirigeants des nations possédant l'arme nucléaire à venir visiter les villes de la bombe A le plus vite possible", pour se convaincre "que les armes nucléaires sont le mal absolu et qu'il ne doit plus être permis qu'elles existent".

 

     Ce conseil me semble d'autant plus nécessaire qu'aucun président américain en exercice ne s'est rendu dans les deux villes martyres japonaises et que les Etats-Unis ne se sont jamais excusés pour ces bombardements, dont on sait aujourd'hui qu'ils n'étaient pas nécessaires pour obtenir la capitulation du Japon et mettre fin à la guerre! A ceux qui en douteraient encore et qui préfèrent se voiler la face, en répétant les contrevérités habituelles sur l'arme nucléaire, je conseille la lecture de ce passionnant texte de Ward Wilson * 

_____________________________________________________________

* Kazumi MATSUI, Maire d' Hiroshima, est le Président du réseau mondial des "Maires pour la paix", dont fait partie ma commune de Cordes sur ciel.  

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
12 juillet 2014 6 12 /07 /juillet /2014 16:16

      Afin de promouvoir la réflexion en France sur le désarmement nucléaire général, l’association ALB (“Arrêtez la Bombe”), dont je suis le Président, a réuni des personnalités internationales les 26 et 27 juin à l’Assemblée Nationale.  

 

      Cette conférence a été l’occasion de déclarations fortes d’hommes politiques et d’experts, qui ont indubitablement marqué les esprits des 200 participants.

 

      26 intervenants étaient présents, dont le Président de l’Assemblée Nationale, un ancien Premier Ministre, d’anciens Ministres des Affaires étrangères et de la Défense et 13 experts, représentants d’organisations internationales et diplomates étrangers (Japon, USA, Canada, Afrique du Sud, Allemagne, Autriche, Royaume-Uni …)

 

      Parmi les nombreuses interventions qui ont scandé ces 2 journées, on notera celles de : 

          – Claude Bartolone,  Président de l’Assemblée Nationale, qui a indiqué qu’il « n’y a pas de sujet tabou, de doute interdit, ni de doctrine sacrée ; il doit y avoir un vaste débat entre des hommes et des femmes, épris de paix d’humanisme et de liberté ».

 

     – Paul Quilès, Bernard Norlain et Jean-Marie Collin, initiateurs de cette conférence et animateurs d’ALB, qui ont rappelé les thèmes forts de leur livre ‘’Arrêtez la bombe’’ et notamment le danger, l’inutilité, le coût des armes nucléaires, ainsi que les idées reçues dont elles font l’objet.

 

         – Jennifer Simons, Présidente de The Simons Foundation, qui a appelé la France à relever de nombreux défis en s‘engageant par exemple à participer à la 3ème conférence sur l’impact humanitaire des armes nucléaires (Vienne 8/9 décembre 2014), en prenant le leadership du désarmement nucléaire ou en s’engageant de manière plus active sur le dossier d’une zone exempte d’armes nucléaire au Moyen-Orient.

 

         – Hervé Morin, ancien ministre de la défense (UDI), Président du parti du Nouveau Centre, qui  a demandé que la France porte, au sein de l’Union européenne, « l’idée de l’abolition de l’arme nucléaire sur la planète » et contribue à la construction d’une politique européenne de sécurité ; remarquant de plus que le discours français de dissuasion était « proliférant » dans la mesure où évoquer le nucléaire comme une assurance vie, garantie ultime, finira par convaincre les futures puissances régionales émergentes de suivre la même voie. 

 

      La France, depuis la création de sa force de frappe en 1964, a enraciné sa culture stratégique de défense dans les armes nucléaires. Cinquante ans plus tard, elle commence à ouvrir sa réflexion sur le “désarmement nucléaire” et non plus sur le sujet de la “dissuasion nucléaire”. 

 

      Cette conférence, qui avait comme objectif de favoriser une prise de conscience de la nécessité d’aller vers un monde sans armes nucléaires, a atteint son but, si l’on en juge par les échanges constructifs réalisés. 

 

      Le travail de notre association va se poursuivre, notamment par des nouvelles rencontres et des publications. Toutes les interventions de la conférence seront disponibles prochainement sur notre site Internet.

Après la conférence internationale d'ALB
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 15:24

      Je suis conscient que la conférence internationale organisée les 26 et 27 juin à Paris par l'association ALB, que je préside, risque de moins toucher le grand public que les sujets actuellement sur le devant de la scène médiatique.

 

      Pourtant, le débat que nous voulons susciter est important.

 

      Si vous voulez comprendre pourquoi, je vous invite à:

 

      - lire la présentation de la conférence

 

     - lire le programme des deux journées, qui rassembleront des personnalités internationales de haut niveau;

 

      - consulter sur ce blog les documents de la rubrique "désarmement nucléaire"

Armes nucléaires: sortir d'un discours lénifiant
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 15:16

Conférence Internationale

« Vers un monde sans armes nucléaires »

26 et 27 Juin 2014

Assemblée Nationale (Salle Victor Hugo)- Paris

 

Jeudi 26 juin

 

9 h 00 - 09 h 30-  Ouverture de la Conférence

  • Claude Bartolone, Président de l’Assemblée nationale, France

 

09 h 45 - 12 h 00- PANEL 1 - Le développement de l'arme nucléaire depuis 1945

Modérateur : Patrice Bouveret, Directeur de l’Observatoire des Armements, membre de ICAN France, France

 

Intervenants :

  • Bernard Norlain, Général d’armée aérienne (2 S), France 
  • Marc Finaud, Ancien diplomate, Conseiller principal du Centre de Politique de Sécurité, Genève (GCSP) et Collaborateur scientifique de l’Institut des Nations Unies pour la Recherche sur le Désarmement (UNIDIR), France 
  • Louis Gautier, Conseiller maître à la Cour des comptes, France 
  • Steward Dave, Directeur Exécutif de la Fondation de Klerk, ancien Conseiller du Président W. de Klerk, Afrique du Sud

Débat avec les participants

 

 

14 h 00 - 16 h 00- PANEL 2 - Les freins au désarmement nucléaire

Modérateur : Nicolas Imbert, Directeur exécutif Green Cross France et Territoires, France

 

Intervenants : 

  • Michel Rocard, ancien Premier ministre, France 
  • Hubert Védrine, ancien ministre des Affaires étrangères, France 
  • Shlomo Ben-Ami, ancien ministre des Affaires étrangères, Israël 
  • Ian Kearns, Directeur d’European Leadership Network (ELN), Royaume-Uni

Débat avec les participants

 

 

16 h 15 - 18 h 15- PANEL 3 - Les idées reçues à propos de la dissuasion nucléaire

Modérateur : Michel Drain, Chercheur associé à l’Institut français des relations internationales – IFRI, France

 

Intervenants : 

  • Ward Wilson, Expert international, Chercheur au Think tank BASIC, Etats-Unis 
  • Jean-Marie Collin, Chercheur associé au GRIP, Directeur France du PNND, France 
  • Lou Maresca, Conseiller en Droit international, Comité International de la Croix Rouge – CICR, Suisse 
  • Paul Quilès, ancien ministre de la Défense, France 
  • Oliver Meier, Chercheur associé de l’Institut allemand des affaires internationales et de sécurité (SWP), Allemagne

Débat avec les participants

 

18 h 15 - 18 h 30- Clôture de la journée

  • Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, député, France

 

Vendredi 27 juin

 

9 h 30 - 10 h 00 Ouverture de la Conférence 

  • Jean-Pierre Maulny, Directeur adjoint de l’Institut de relations internationales et stratégiques – IRIS

 

10 h 00 - 12 h 30- PANEL 4 - Vers un monde sans armes nucléaires

Modérateur : Luc Mampaey, Directeur du Groupe de recherche et d’informations sur la paix et la sécurité – GRIP, Belgique

 

Intervenants : 

  • Paolo Cotta-Ramusino, Secrétaire général de Pugwash Conferences on Science and World Affairs, Italie 
  • Yasuyoshi Komizo, Secrétaire général de Mayors for Peace, Directeur de l’Hiroshima Peace Culture Foundation, ancien ambassadeur, Japon 
  • Jennifer Simons, Présidente de The Simons Foundation, Canada 
  • Alyn Ware, Directeur international du PNND, Nouvelle-Zélande 
  • Ursula Plassnik, ambassadeur d’Autriche en France, ancienne ministre des Affaires étrangères, Autriche 
  • Des Browne, ancien Secrétaire d’Etat au ministère de la Défense, Royaume-Uni

Débat avec les participants

 

12 h 30 - 13 h00- Clôture Générale des travaux 

  • Paul Quilès, Bernard Norlain, Jean-Marie Collin
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
22 juin 2014 7 22 /06 /juin /2014 14:45

Présentation de la Conférence Internationale

« Vers un monde sans armes nucléaires »,

organisée par l'association ALB

26 et 27 Juin 2014

Assemblée Nationale- Paris

 

******

 

      L'apparition de l’arme nucléaire en 1945 a rapidement été suivie de l’instauration d’un « équilibre de la terreur » entre les deux camps antagonistes de la guerre froide. Au milieu des années 1980, les Etats-Unis et l’Union Soviétique entretenaient un arsenal de 70 0000 armes nucléaires. Les calculs de la dissuasion avaient abouti à la situation absurde d’un monde vivant sous la menace permanente de l’anéantissement.

 

      Dans un premier temps, seules quelques puissances (Royaume-Uni, France, Chine) ont pris la décision de fonder leur sécurité sur la dissuasion nucléaire en se dotant de la capacité d’infliger à leurs adversaires potentiels des dommages humains disproportionnés et insupportables. Après qu’Israël les eut imités, l’Inde et le Pakistan ont suivi la même voie, de manière ouverte après la fin de la guerre froide. La Corée du Nord prétend elle aussi à l’arme nucléaire. Malgré la quasi-universalisation du Traité de non-prolifération (TNP) et le renforcement de ses dispositifs de contrôle, le risque de l’apparition de nouveaux acteurs nucléaires reste élevé. C’est tout l’enjeu des négociations avec l’Iran.

 

       Heureusement, un pays comme l’Afrique du Sud a su montrer qu’il était possible d’assurer la sécurité internationale sur d’autres bases. Alors qu’il avait hérité du régime d’apartheid un armement nucléaire clandestin, ce pays a fait le choix de renoncer à l’arme nucléaire et de participer activement aux efforts internationaux de lutte contre la prolifération et de désarmement.

 

 

      Le XXIe siècle s’est ouvert avec une nette diminution de l’arsenal nucléaire mondial (environ 16 300 ogives aujourd’hui) grâce notamment à d’importants accords internationaux qui ont pu organiser un désarmement substantiel sous la garantie d’un système de vérification contraignant. Mais il est indéniable que le désarmement nucléaire marque aujourd’hui le pas : blocages sur l’interdiction des essais et de la fabrication de matières fissiles à usage militaire, modernisation des arsenaux de toutes les puissances nucléaires, désaccords américano-russes sur la défense antimissile et l’utilisation militaire de l’espace, refus d’engager la négociation sur une zone exempte d’armes nucléaires et de destruction massive au Moyen-Orient, maintien d’arsenaux nucléaires tactiques qui font toujours de l’Europe un champ de bataille nucléaire potentiel.

 

      Contrairement aux idées reçues à propos de la dissuasion nucléaire, cette stratégie n’est pas une garantie de paix et rien n’assure que l’arme nucléaire ne sera jamais employée. Outre les dangers de la prolifération nucléaire, ceux d’un tir accidentel persistent. Le simple fait de l’accroissement du nombre d’acteurs nucléaires multiplie les risques d’un échec de la dissuasion. Les instabilités de l’après-guerre froide, dont témoigne la crise ukrainienne, créent un nouvel univers stratégique, où l’éventualité d’un tir nucléaire d’une puissance estimant ses intérêts vitaux menacés pourrait redevenir une hypothèse crédible. Or les conséquences humanitaires d’une explosion nucléaire, même d’énergie relativement limitée, seraient démesurées.

 

      Il est temps de relancer le processus de désarmement, qui est une obligation expresse du Traité de non-prolifération, pour parvenir à terme à un monde sans armes nucléaires. Ce but ultime est désormais accepté et appelé par la totalité des Etats ne disposant pas d’armes nucléaires, il est soutenu par de très nombreuses organisations de la société civile, par des millions de citoyens, des milliers de maires et parlementaires, des hommes d’Etat.

 

      La France, sa diplomatie, ses élites politiques, ses universitaires et ses chercheurs doivent être partie prenante de ce processus de désarmement et y contribuer par des propositions concrètes. Le présent colloque se situe dans cette perspective.

 

 

Pour participer à cette conférence,

inscrivez-vous ICI

 

Voir le programme de la conférence

 

Nucléaire: pourquoi il faut débattre
Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article
8 juin 2014 7 08 /06 /juin /2014 17:15

      Madame, Monsieur,

 

         L’association "Arrêtez la Bombe" (ALB), que j’ai créée avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin, a pour objectif de promouvoir le désarmement nucléaire général et particulièrement d’ouvrir un débat en France sur ce thème.

 

        Dans cette perspective, nous organisons une conférence internationale « Vers un monde sans armes nucléaires », les 26 et 27 Juin 2014 à Paris, à l’Assemblée Nationale.

 

        Cette conférence, qui sera ouverte par Claude Bartolone, Président de l'Assemblée nationale, réunira des personnalités internationales de haut niveau pour débattre de la réalité et des perspectives d’un désarmement nucléaire mondial.

 

         Vous trouverez le programme de la conférence en allant sur ce lien 

 

         Si vous êtes intéressé(e), merci de retourner rapidement le bulletin situé au bas de ce programme à cette adresse mail: arretezlabombe2013@orange.fr

 

         Très cordialement.

                                                         Paul Quilès

Repost 0
Published by Paul Quilès - dans Désarmement nucléaire
commenter cet article

Recherche

Cordes sur Ciel

CORDES

Faites connaissance avec

la cité médiévale

dont Paul Quilès est le maire
cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg

 Avant de venir à Cordes, consultez:

     * site de l'Office du tourisme 

     * site de la mairie     

Bibliographie

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  
- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu)
- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff )

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï)
-
1992: Nous vivons une époque intéressante
- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez