Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 10:15
Le club Démocraties en 2021

Message de Paul Quilès, Président du club 

 

       Chères amies, chers amis

      J’aurais tant aimé vous transmettre un message d’enthousiasme à l’aube de la nouvelle année.

    Force est de constater que les conditions ne sont pas encore réunies, du fait de la crise sanitaire, qui impose à notre société des contraintes physiques fortes, dont on ne voit pas encore la fin.

    Pour notre club, 2020 se termine en nous laissant le sentiment de l’inaccompli. Ainsi, nous n’aurons pu le faire fonctionner que pendant un petit trimestre, avec l’espoir d’une sortie de crise qui n’a finalement pas été au rendez-vous.

     Nous avons ressenti bien des frustrations face à notre impuissance à pouvoir échanger sur les multiples défis auxquels la démocratie a été confrontée en cette année, malmenée dans bien des pays, y compris chez ses fondateurs. La tentation de tourner la page est grande quand on évoque, de façon parfois contradictoire, le « monde d’après ».

     Dans le cadre de notre assemblée générale virtuelle du 10 décembre 2020, nous avons esquissé les termes de la reprise de nos activités en 2021. Bien sûr, leur mise en œuvre dépendra beaucoup du calendrier de sortie de la crise sanitaire.

     Mais il nous faut être optimistes et faire preuve de créativité. Même si les conditions d’une reprise de nos dîners débats ne sont pas réunies au premier semestre, nous vous proposerons de décliner l’exercice en mode visioconférence (malheureusement sans la partie dîner). Nous travaillons par ailleurs à une évolution de notre site internet pour le rendre plus interactif et plus participatif.

     Nous espérons ainsi rétablir au plus vite les liens qui nous sont si chers.

    Dans ce contexte, je forme, pour chacune et chacun d’entre vous, en mon nom personnel et en celui de l’équipe qui anime notre club, de sincères vœux de bonheur et de contribution active à l’entretien de nos valeurs communes.

Paul Quilès

Le club DEMOCRATIES a vocation à accueillir celles et ceux qui partagent les idéaux de la démocratie, et à promouvoir les valeurs de l’Etat républicain. A travers ses débats, il entend analyser les mouvements sociaux, culturels et politiques et ouvrir ainsi les grands dossiers de la France et du monde contemporain.

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 12:24
Réflexions sur la condition humaine

Alors que le 2ème confinement semble se terminer et qu’on en évoque un 3ème pour le printemps prochain, j’ai eu la curiosité de relire le texte que j’ai écrit lors de la mise en place du 1er confinement il y a 8 mois: "survivre et prendre du plaisir". Je constate que je n’ai rien à en retirer et notamment de ma conclusion :

 

« Dans la période qui vient, il va falloir résister aux inquiétudes et aux peurs que nous impose la privation des deux motivations essentielles de l’être humain que j’ai énoncées (survivre et prendre du plaisir). Cela exigera de dépasser les polémiques de toutes sortes -politiques, médicales, techniques, médiatiques- dont nous sommes abreuvés et d’intégrer dans nos réflexions sur "le monde de demain" des éléments de nature historique, voire philosophique. »

 

C’est ce que j’ai fait en relisant l’excellent livre "la plus belle histoire de l’homme"dont je vous livre les dernières lignes de l’épilogue, qui me semblent d’une criante actualité !

 

« Depuis ces temps anciens, l'homme a énormément progressé dans ses techniques et ses connaissances mais le grand banquet de l'humanité, la libération de l'homme que pouvait annoncer le néolithique ne sont pas arrivés. Une bonne part de la population du globe ne mange pas à sa faim…

Je pense que notre destin est irrémédiablement paradoxal. Le néolithique marque le début d'un processus qui n'a cessé de gagner jusqu’à nos jours. A chaque fois que l'homme résout un problème, il doit en payer le prix. Chacune de nos avancées a une contrepartie ; chaque victoire sur la nature suscite une nouvelle tension sur notre environnement ; chaque pas accompli vers le bien-être s’accompagne d'une nouvelle souffrance ; chaque liberté conquise se paie par une nouvelle contrainte.
Faut-il s'y résigner et croire que l'homme ne sera jamais vraiment libre ? En fait, les luttes sont toujours inachevées. Dans l'aventure humaine, il y aura toujours une part de bonheur et une part de malheur, le bon et le mauvais, la sagesse et la folie. C'est le propre de notre espèce. »

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2020 3 11 /11 /novembre /2020 17:00
Albert Camus, l'icône de la révolte

Si vous avez un peu de temps libre, je vous recommande vivement de regarder ce documentaire exceptionnel sur Albert Camus.

 

Sa diffusion le 4 janvier 2020 pour le 60ème anniversaire de sa mort a eu un beau succès. Il vient d’être rediffusé cet après-midi sur Public Sénat.

 

Je suis sûr qu'en le regardant, vous éprouverez autant de plaisir que moi.

 

« 60 ans après sa mort Camus est plus actuel que jamais. Ce film, aussi original dans le fond que dans la forme, raconte cet écrivain comme vous ne l'avez jamais vu. Vivant.

Catherine Camus, Abd Al Malik, Raphael Enthoven et bien d'autres nous révèle un homme vibrant, plein de contradictions, comme nous tous. Généreux et égoïste, solitaire et solidaire. Loin du Saint laïc trop souvent idolâtrée.

Dans notre époque haineuse, clivée, où l'insulte a remplacé le dialogue, où le brouhaha médiatique se substitue au dialogue, son honnêteté intellectuelle, son courage a beaucoup à nous dire.

"Mal nommer les choses, c'est ajouter au malheur du monde" écrit-il. Dans nos temps de confusion, nous devrions l'écouter. Le relire.

Camus parle à tous. Véritable Icône Pop, chaque génération se le réapproprie de Patti Smith à The Cure, d'Adb Al Malik à Coppola. Sur Instagram, Albert Camus inspire le monde entier: street artistes, musiciens, cinéastes... »

 

Lire aussi à propos d'Albert Camus: l’article de Philippe Lançon publié dans Libération du 2 janvier 2010

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 19:02

    "J'ai décidé d'être heureux, parce que c'est bon pour la santé" (Voltaire)

 

    Cette phrase apocryphe* de l'illustre écrivain est souvent reprise dans les citations célèbres.

 

   Elle me semble très appropriée au contexte actuel!

 

______________________

 

* Elle provient de la lettre qu'il a adressée à l'Abbé Trublet le 27 avril 1761 (voir ci-dessous, 8ème ligne)

Bon pour la santé
Partager cet article
Repost0
14 octobre 2020 3 14 /10 /octobre /2020 17:50
Les enseignements du naufrage du Titanic : 2008, 2020

Je viens de retrouver un texte que j’ai publié sur ce blog en 2008

et qui s’inquiétait de l’impréparation du monde aux grandes catastrophes.

Il me semble malheureusement très pertinent aujourd’hui.

Jugez-en plutôt vous-mêmes.

 

*****

     « L'autre soir, lors d'un débat télévisé, j'ai entendu une comparaison que j'ai trouvée extrêmement éclairante pour expliquer les réactions du monde développé à l'égard des crises qui secouent le monde et je voudrais la livrer à votre méditation.

     Vous avez certainement été nombreux à voir le célèbre film "le Titanic", réalisé par James Cameron en 1997 et qui raconte le naufrage du géant des mers en avril 1912. On y voit, au moment où le Titanic heurte l'iceberg qui va le couler, les passagers les plus riches qui continuent à s'amuser sur le pont supérieur, mangeant, dansant, buvant. Le bateau est tellement bien conçu -il doit résister à toutes les tempêtes!- qu'ils ne ressentent qu'une petite vibration sur leurs verres lorsque le choc se produit.

     Par contre, sur les ponts inférieurs, là où se trouvent les passagers les moins fortunés, on comprend vite ce qui se passe et ce qu'il va advenir du bateau et de ses occupants, riches et moins riches. Et là, loin de l'orgueil et de la cécité de ceux qui, confiants dans le progrès, croient à l'invulnérabilité de cette belle construction humaine, c'est la panique, parce qu'on sait que ce superbe bateau, invincible, insubmersible, va couler. La catastrophe n'est pas à venir, elle est là, mais tous ne la voient pas.

    Aujourd'hui, notre monde n'est-il pas confronté à pareille situation ? Des crises, génératrices de graves dérèglements et de désordres dangereux se succèdent, s'accumulent et s'ajoutent. Crise financière, crise alimentaire, crise énergétique, crise environnementale, crise sanitaire...La planète souffre, ou, plus exactement, ceux du Sud et les plus pauvres du Nord, qui mesurent chaque jour ce qui est en train de se passer, contrairement à ceux qui sont (ou qui se croient) à l'abri des crises. Comme pour le naufrage du Titanic, ceux- là ne comprennent pas et pourtant ils seront eux aussi touchés par les conséquences de cette succession de drames mondiaux: flux migratoires incontrôlés, pollution, dérèglements climatiques, terrorisme, guerres, pandémies.....

    Le modèle libéral vacille. Même les plus fervents zélateurs de ses prétendues vertus, aux Etats-Unis notamment, commencent à douter et à se demander s'il ne faudrait pas "plus d'Etat, plus de protection, plus d'intervention de la puissance publique et des instances internationales": autant de gros mots que l'on croyait remisés dans les cartons de l'archaïsme. Imaginez-vous qu'on envisage de nationaliser des banques, pour éviter leur faillite ! Certains osent même parler de "l'échec du marché" !

     Devant cette évolution rapide et surprenante pour certains, la gauche ne peut pas en rester à des analyses mièvres, se contentant de proposer d'améliorer le système, de limiter la casse...faute de mieux, faute surtout d'imaginer une alternative globale. Si elle ne veut pas perdre sa spécificité, c'est à dire l'ambition et la volonté de changer durablement la société et de contribuer à la construction d'"un autre monde", la gauche a le devoir de penser et de parler autrement. »

****

La conclusion de ce texte renvoyait à un travail collectif du Club Gauche Avenir, dont j’étais l’un des animateurs.

Cette démarche a débouché sur le document « un nouveau pacte majoritaire à gauche ». Vous pouvez prendre connaissance ICI.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 16:52
Un superbe document pour vous changer les idées

      Si vous souhaitez échapper au flot d’informations anxiogènes diffusées à chaque instant sur la pandémie qui secoue le monde, je vous recommande vivement de regarder ce documentaire exceptionnel sur les Alpes et les animaux qui y vivent.

      Vous y découvrirez « un monde où l'hiver dure huit mois, où les températures descendent jusqu'à moins quarante degrés et où l'air manque cruellement d'oxygène : les Alpes. Tous les animaux qui y vivent se sont adaptés à ces conditions extrêmes. Mais comment parviennent-ils à se séduire, à éduquer leurs petits, à conquérir des territoires, à parcourir des distances immenses ? Raconté par Gérard Lanvin, ce film constitue une plongée au coeur d'une terre sauvage où la nature cache encore certains de ses plus beaux secrets dans l'un des derniers sanctuaires d'Europe : un monde insoupçonné, impitoyable et merveilleux. »

            Vous y découvrirez aussi que les animaux ont les mêmes motivations principales que l’espèce humaine (Homo Sapiens), que j’ai eu l’occasion de décrire dans ce texte : Survivre et prendre du plaisir.

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2020 3 09 /09 /septembre /2020 13:55

     Un professeur de philosophie explique à sa classe l'importance d'utiliser son temps à bon escient et de fixer des priorités afin d'avoir une vie épanouie. 

 

     En 3 minutes, c'est une petite leçon pleine d'humour.....et de vérité. 

Partager cet article
Repost0
23 août 2020 7 23 /08 /août /2020 15:32
Connaissez-vous des toutologues ?

     Mais oui, vous en connaissez ! Autour de vous, dans la vie professionnelle, dans les médias, dans le monde politique….les toutologues sont ces personnes qui donnent leur avis sur tout, qui se posent comme expertes dans tous les domaines, bien que ce ne soit pas le cas.

     On les appelle aussi des ultracrépidariens*, mot savant aussi difficile à retenir qu’à prononcer. Il est surprenant de savoir qu’il existe depuis très longtemps et qu’on l’utilise presque partout dans le monde. Son origine remonte à 352 av. J-C. On raconte qu’Apelle de Cos, peintre préféré d’Alexandre le Grand, travaillait sur l’une de ses œuvres, lorsqu’un cordonnier entra dans son atelier pour lui remettre une commande. Lorsqu’il vit les peintures et les gravures, il commença à critiquer beaucoup de détails. Face à ces commentaires, Apelle de Cos lui dit : “Ne supra crepidam sutor iudicaret” ("Que le cordonnier ne juge pas au-delà de la sandale") !

     Les ultracrépidariens, loin d’être en voie d’extinction, sont de plus en plus nombreux, surtout en ce moment. Ils ne se taisent jamais, donnent leur avis sur tout, mais sans avoir de connaissances ou de compétences sur les sujets évoqués.

     A l'occasion de la crise sanitaire actuelle, le philosophe des sciences Étienne Klein (écouter son interview sur France Inter) emploie ce terme pour qualifier les expressions assurées de certaines personnes à propos des choix thérapeutiques, au moment même où le consensus scientifique est qu'il n'y a pas de médicament dont l'efficacité soit prouvée. Il relie cela à l'importance des réseaux sociaux, qui permettent à chacun d'exister par ce qu'il affirme, indépendamment de sa compétence attestée.

     Méfions-nous donc des toutologues et autres ultracrépidariens !

Partager cet article
Repost0
16 août 2020 7 16 /08 /août /2020 12:10
Un peu de philosophie

     Petit intermède philosophique dans les thèmes habituels de ce blog.


   Avec un style très direct,

le philosophe André Comte-Sponville

fait preuve à la fois d’humour et de profondeur de réflexion

dans cette courte vidéo

extraite d’une conférence qu'il a donnée à Genève.

 

    Cela fait du bien dans le climat confus et anxiogène

que nous connaissons actuellement !

Partager cet article
Repost0
25 juin 2020 4 25 /06 /juin /2020 15:33
Quelle était la couleur de peau de nos ancêtres?

     Alors que le débat sur le racisme et l’anti- racisme, parti des Etats-Unis, est devenu, comme la lutte contre la pandémie de Corona virus, une préoccupation mondiale, j’ai reçu d’un ami [1] cette courte contribution.

 

     Il s’agit, comme il le dit lui-même, de "méditer sur cet aspect sinistre de la condition humaine qui nous conduit tous, peu ou prou, en tant qu’individus ou en tant que nations à nous croire supérieurs aux autres individus ou aux autres nations."

 

************

 

     Christian de Duve, biochimiste belge et prix Nobel, sans être croyant, était obsédé par le problème du mal. Il pensait que cette propension à l’égoïsme est codée dans notre ADN et qu’il fallait contrecarrer cette forme moderne du péché originel par une vigoureuse action au niveau de l’éducation. En effet, sans éducation, les gens ignorent que les exemplaires d’Homo sapiens, sortis d’Afrique, pour s’établir en Europe et dans le monde entier étaient NOIRS. Bien comprendre cela devrait nous conduire à penser que nous sommes tous des NOIRS et fiers de l’être, parce que nous appartenons tous à une même espèce, ce qui exclut, du point de vue scientifique, la notion de race.

 

     Dans le magnifique film franco-israélien "Va, vis et deviens", réalisé en 2005 par Alain Michel-Blanc et Radu Mihaileanu, un jeune immigré noir se faisant passer pour juif alors qu’il est chrétien (il finira par se convertir au judaïsme), est confronté lors d’une "disputation" théologique à un jeune israélien d’origine polonaise parfaitement raciste. Le sujet débattu est de savoir si Adam était blanc ou noir. Le polonais argumente que le premier homme était blanc. Mais le jeune africain gagne en rappelant qu’Adam n’était ni blanc ni noir mais roux, parce que tiré de la glaise rouge (Adam veut dire glaiseux à partir d’une racine qui se réfère au sang) ! Du point de vue scientifique, cela voudrait dire qu’Adam appartient à l’espèce Homme de Néandertal, que l’on a de bonnes raisons, fondées sur la génétique, de croire qu’il était roux. 

 

     Voilà donc ce qui devrait nous être évident à tous et à toutes : nous sommes des individus égaux en dignité, parce que nous appartenons tous et toutes à la même famille.

 

     Je vous embrasse, ma sœur blonde et mon frère brun, moi l’Ibère quelque peu Juif, quelque peu Arabe et totalement sapiens.

 

     Juan


[1] Ce texte de Juan m’a été transmis par Marc, qui vit actuellement aux Etats-Unis. Ils ont fréquenté, comme moi, le lycée Lyautey à Casablanca dans les années 50. Souvenirs, souvenirs !

Partager cet article
Repost0

Recherche Sur Ce Blog

Faites connaissance avec IDN

 (Initiatives pour le désarmement nucléaire),

dont Paul Quilès est président.

IDN travaille chaque jour à la réduction des arsenaux nucléaires et du risque, intentionnel ou non, d’utilisation de l’arme nucléaire.

IDN oeuvre à construire un monde sans armes nucléaires, pour une paix et une sécurité internationale durables.

Faites connaissance avec

Cordes sur Ciel,

la cité médiévale dont Paul Quilès a été le maire pendant 25 ans.

cordes-nuages-8-bp--R-solution-de-l--cran-.jpg 

site de l'Office du tourisme 

Bibliographie

- 2018: L'illusion nucléaire- La face cachée de la bombe atomique (avec Jean-Marie Collin et Michel Drain)

- 2017: Quelques citations sur les armes nucléaires

- 2013: Arrêtez la bombe (avec Bernard Norlain et Jean-Marie Collin)

- 2012: Nucléaire, un mensonge français

- 2011: On a repris la Bastille (avec Béatrice Marre)  

- 2010: 18 mois chrono (avec Marie-Noëlle Lienemann et Renaud Chenu) 

- 2005: Face aux désordres du monde (avec Alexandra Novosseloff ) 

- 2001: Les 577, des députés pour quoi faire (avec Ivan Levaï) 

- 1992: Nous vivons une époque intéressante 

- 1985: La politique n'est pas ce que vous croyez